Le Kyntire - 8ème jour

Samedi 22 Mai 2004 - Jour 08

208 km - 340 photos - 197 sélectionnées pour le site

Sur la carte ci-dessous, il y a des liens vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Dirigez votre souris vers les coins qui vous intéressent, et si la flèche se change en une main, c'est qu'il y a un lien direct. Attendez un petit moment avant de cliquer si vous arrivez juste sur cette page, le temps que les photos se chargent. En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter. Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Le trajet du jour est en blanc et rouge - et j'ai ajouté celui de la veille en gris-noir, pour mieux comprendre.

Je sors faire un petit tour, comme souvent le matin. J'ai décidé de photographier le lieu du bivouac autant que faire se peut, car j'ai remarqué que ça m'aide beaucoup pour me souvenir. Et que remarquez-vous sur cette photo ? Rien de particulier ?

Qui a dit qu'il ne faisait pas beau en Ecosse, hein ? Regardez le ciel, c'est ce qui me frappe au premier abord. Bleu, un beau bleu comme je les aime... Elle est pas belle, la vie ?

Alors c'est là que nous avons campé, près de cette petite cité. Les enfants jouaient dans la rue hier soir, vendredi. Je suppose que beaucoup d'Ecossais ne travaillent pas le samedi, comme chez nous. Après tout, le mot "weed-end" est anglais, non?
Nous sommes ici sur une petite colline qui surplombe le loch -lequel se trouve à gauche du camping-car, en contrebas- ce qui fait que la vue qui s'offre à nous depuis la fenêtre de la cuisine est tout simplement idyllique.
Ce matin, j'ai assisté à la sortie d'un gars en kilt, c'était superbe. Malheureusement, je n'ai pas de photo, car je ne me suis pas permis de le prendre sans son autorisation...

La nuit a été fort calme, ce qui fait que le réveil, une fois de plus, est difficile.

Je viens de descendre la mini-côte en chaussons, histoire de jeter un coup d'oeil sur le loch.
Nous sommes arrivés de là-bas hier soir, nous allons donc tourner à droite pour longer le loch Fyne vers le sud.

Voilà, il est 9h15, et nous sommes sur la route. Je vous rappelle que nous sommes désormais dans le Knapdale, région rurale du Mid Argyll, et que nous descendons tranquillement plein sud le long du loch Fyne -le plus long loch d'eau salée d'Ecosse-, que nous avons longé dans l'autre sens, et de l'autre côté, hier dans la soirée -vous vous souvenez, sur cette route minuscule...

Les traces noires sont des taches sur le pare-brise, dont on voit un côté en haut à gauche. Je sais, ce n'est pas beau...

La route s'éloigne du loch pendant quelques kilomètres. Elle contourne une vaste forêt ; le loch est accessible par des sentiers.

Il y avait ici une forêt, qui a été entièrement coupée : exploitation ? Tempête ?

"Historic Township - Open Air Museum". Village historique, musée de plein-air. Certainement très intéressant, mais faute de temps, une fois encore, nous privilégions la nature...

Arrivée à Furnace, qui marque le retour de la route sur le loch Fyne.

Le loch est à gauche, nous n'allons pas tarder à le voir.

Quelques explications sur la petite ville de Furnace. David Cotton a fait cette côte à pied.

La A83 longe maintenant le loch de très près sur quelques kilomètres, avant de s'en éloigner de nouveau.

Je vous invite à rouler un peu avec nous.

Je vous rappelle que de l'autre côté, c'est la péninsule de Kowal où nous étions hier.

C'est superbe. Dommage qu'il y ait toujours ce terrible problème du stationnement, m'obligeant à prendre mes photos à la volée à travers le pare-brise tout sale...

Voilà une splendide -c'est moi qui le dit, évidemment- photo dont je suis très fier, pour la bonne raison que je l'ai prise à la volée, en roulant, et il se trouve qu'elle est très bien cadrée en plus. Mon oeil avait été attiré par la jolie maison, et par ces champs de violettes naturelles là-haut sur la montagne.

Toutes ces magnifiques fleurs bleues qui poussent dans les champs, au-dessus des moutons.

Lui aussi, je l'ai bien "chopé" avec l'appareil photo. C'est un gars qui roule sur un vélo couché à 3 roues, original.
J'aimerais bien essayer ce genre d'engin, je pense que ça me plairait bien.

Après la petite ville de Minard, la route s'éloigne à nouveau de la côte et traverse de belles forêts.

Lochgair.

Bienvenue à Lochgair. Conduisez prudemment, s'il-vous-plait.

Merci d'avoir roulé prudemment. Ils sont mignons tout plein, nos amis Ecossais...

J'aime beaucoup ces changements de paysages, d'autant plus qu'ils sont tous plus jolis les uns que les autres;

On traverse à nouveau une forêt ; cette région est très boisée.

Le loch Fyne réapparaît à nouveau. Vous savez, il fait entre 1,5 et 2,5 km de largeur dans sa partie la plus étroite, qui est celle que nous venons de "descendre". Il va ensuite atteindre 6 km dans sa partie la plus large !

Lochgilphead, logé au fond d'une échancrure dans le loch, un peu comme un petit fjord.
Malheureusement, il se trouve que la marée est basse, et l'effet est beaucoup moins joli.

Je continue à prendre mes photos à la volée, en roulant. En scooter, j'aurais fait une petite halte...

La petite ville est construite sur les rives de la petite baie. Au fond, c'est à nouveau la superbe île d'Arran.

De l'autre côté de la baie, notre route traverse Ardrishaig, qui suit de très près Lochgilphead.

Je trouve encore une fois que c'est digne des paysages de la Côte d'Azur. Je suis toujours admiratif de ces pelouses...

Le petit port, sa jetée, avec en toile de fond, l'île d'Arran, toujours, très reconnaissable à ses montagnes !

Les petits cottages qui longent la rive du loch.

Le loch Fyne est ici pratiquement dans sa plus grande largeur. Je vous laisse rouler avec nous.

Inverneill.

Celle-ci me fait penser au Canada.

Oh, ça faisait longtemps qu'on en avait pas vu, des petits moutons.

Une ferme d'élevage aqua-marine.

La route devient plus sinueuse, et suit exactement le bord du loch, ce qui est très agréable.

Tarbet, superbe port bien à l'abri au fond d'un petit fjord appelé loch Tarbert. C'est une petite ville écossaise très réputée et connue comme étant la porte de la péninsule du Kintyre. Malheureusement lors de notre passage, la marée était basse. J'aurais préféré voir de l'eau ici, plutôt que le sol laissé par la mer en se retirrant. Heureusement, il nous reste les couleurs des maisons que je vous laisse admirer. C'est absolument superbe.

Ce sont exactement les mêmes qie chez nous, sur nos côtes vendéennes...

Le fond du loch Tarbert, le loch Fyne est un peu plus loin, derrière cette petite butte. Et derrière moi, c'est un petit parking, puis la route qui contourne la baie, et les maisons qui lui font face.

Le drapeau écossais flotte à côté de celui de l' "Union Jack".

Si le bassin était plein, la photo serait splendide avec tous les reflets... Enfin, voilà comment on l'a vu !

Détail des maisons sur le quai. Ici, "the corner house", la maison du coin ?

La péninsule du Kintyre -en gros 68 km de long pour une douzaine de large-, et qui ressemble un peu à l'Italie dans sa forme générale (moins le bout de la botte, et tournée dans l'autre sens, à savoir, nord-est vers sud-ouest), est pratiquement une île. Elle n'est séparée de Knapdale que par un petit bout de terre de moins de deux kilomètres de large : c'est ce qu'on appelle un isthme -les voyages me permettent de réviser les termes de géo étudiés il y a tant d'années ! Et le loch qui la coupe presque du continent, du Knapdale, est le West Loch Tarbert. Eh bien, justement, nous allons longer ce loch, et par conséquent quitter le loch Fyne derrière, qui lui-même débouche un peu plus au sud dans le Sound of Bute.

Voilà un couple de vrais aventuriers. Je les admire, mais je n'ai aucune envie de les imiter, car je trouve que le vélo, c'est vraiment trop dur... Par contre, la même chose en scooter, alors là, je signe immédiatement... En tout cas, bravo à eux.

La A83 est une très belle route, et très bien asphaltée. Sa largeur est bonne : en fait, cette grande route écossaise correspond en taille à une belle départementale chez nous, mais on est loin d'une nationale française... Peu importe, avec le camping-car, c'est parfait, sauf pour le stationnement, qui est et sera toujours un gros problème chez eux...

Voici une vue d'ensemble du West loch Tarbert; long et relativement étroit, il me fait penser à un fleuve majestueux.

Vous noterez que les champs sont tous clôturés : propriétés privées...

Ouah ! C'est époustouflant. J'ai vraiment été émerveillé en arrivant ici, à "l'embouchure" du loch Tarbert dans le Sound of Jura. Déjà, ce qui saute aux yeux, c'est la teinte de l'eau. Ce bleu profond me fait vraiment penser à la mer, ça sent comme chez nous sur l'Atlantique, ça sent l'iode, c'est vivifiant. Et au loin, dans la brume, c'est l'île de Jura qui, comme celle d'Arran, possède de belles montagnes. Il y a aussi l'ile d'Islay à côté. Elles sont à environ 20-25 km d'ici.

Je retournerai en Ecosse en scooter rien que pour visiter ces îles, elles sont superbes!

Il y a un petit parking du côté droit, c'est super ! Et un panneau d'explications. Ronachan Point. Ce n'est pas un village. C'est un lieu où l'on doit s'arrêter. Voici ce que dit le panneau -en partie. Ce nom -Ronachan- signifie "là où sont les phoques", parce que depuis plus de mille ans, une colonie de phoques s'est installée ici sur les rochers. Des loutres de mer y sont aussi vues fréquemment, ainsi que d'autres espèces. C'était indiqué sur le guide. Alors, il y a des phoques ici ? C'est trop génial. Je suis très excité à l'idée de les voir en liberté...

En tout cas, il y a au moins un ferry : lui, il passe quotidiennement, il fait des allers-retours vers les îles en face.

Ah, comme ça sent bon la mer. C'est toujours un plaisir pour moi de revoir la mer, c'est toujours une vision d'immensité, de questionnement -qu'y-a-t-il au delà?- malgré le fait que je puisse la voir tous les jours sans exception.
Admirez aussi au passage la transparence de l'eau ! Superbe !

Zoom sur l'île de Jura. Ne pas confondre avec une très jolie région française...

Pendant que je prenais mes photos, le ferry pénétrait dans le West Loch Tarbert... Au fond, c'est le Knapdale.

 

Un magnifique cottage au premier plan; et au fond à gauche...

Avec un gros coup de zoom, on distingue beaucoup mieux...

 

Franchement, pour les voir, il faut les chercher, car ils sont exactement de la même couleur que les rochers...

Attention, ne croyez pas que ce soit facile. La photo que vous avez sous les yeux a été prise avec mon téléobjectif 500 mm. Comme c'est un numérique au rapport 1.6, ça correspond à un 800 mm en 24x36... Alors à l'oeil nu, rien, ils sont totalement invisibles. En fait, si nous les avons vus, c'est tout simplement grâce à un américain ! Oui, un touriste des U.S.A., qui arrive après nous, sort ses grosses jumelles, les trouve presque aussitôt, les montre à sa femme, se tourne vers nous et nous dit : ils sont là, en tendant le bras dans leur direction ! Sans lui, nous serions repartis en se disant qu'il n'y en avait pas...

Ils sont tous allongés les uns à côté des autres, en train de se prélasser au soleil !

Regard vers le sud, là où nous allons. Au loin, une grande plage de sable blanc, comme il y en a beaucoup ici.

Et encore un coup de zoom maximum sur l'île de Jura. ce doit être superbe !

Nous sommes repartis. Nous ne tardons pas à longer la petite île de Gigha. Derrière, c'est l'île Islay.

Puis c'est la minuscule île de Cara qui défile sous nos yeux.

La route traverse d'immenses propriétés entourées de clôtures qui s'étendent jusqu'au rivage.

Glenacardoch Point.

Toujours à Glenacardoch Point, ces mobil-home anglais ou écossais sont on ne peut plus moches...

Vous voyez la route là-bas, qui contourne cette pointe.

Glenbarr Abbey, abbaye que nous n'avons pas le temps de visiter... c'est terrible, tout-de-même, cette course ! La route, après avoir contourné la pointe Glenacardoch, retourne au bord de la mer d'Irlande. En face, l'île d'Islay.

Un terrain de camping composé de mobil-home, que c'est moche.

Magnifique cimetière avec cette superbe entrée, photographié en roulant : c'est Cladh nam Paitean.
Cette caravane, devant, est un sacrilège...

Et cette terre que l'on distingue dans la brume lointaine, c'est l'île Rathlin, et l'Irlande du Nord, à environ 40 km d'ici.

Bellochantuy, un peu après.

Je vous laisse un peu admirer le bord de mer avec nous.

Il n'y a plus de route qui continue vers le sud. Notre A83 oblique donc presque à 90 degrés à gauche, donc plein est. Nous allons traverser le Kintyre dans toute sa largeur, soit à peine 10 km.

C'est une région entièrement dédiée à l'agriculture, et quelque peu aissi au tourisme.

Fermes, élevages. Verdure, fleurs.

Et nous voici dans la capitale du Kintyre, j'ai nommé Campbeltown, fondée vers 1609 par Archibald.

Il est 12h45, et la faim nous tenaille. Nous "posons" le camping-car ici, sur le port. La vue est splendide, et nous assistons au chargement d'un bateau en troncs d'arbres. Le ciel est toujours bleu, le repas délicieux, c'est merveilleux.

Comme à Tarbert ce matin, Campbeltown est bâtie au fond d'un loch portant le nom de la ville, ce loch étant en fait une baie profonde dans laquelle les bateaux sont à l'abri. De plus, le loch est fermé par une petite île, l'island Davaar.

Le voilà, ce fameux bateau qui procède à son chargement de bois.

C'est un magnifique bâtiment, devant lequel poussent même des palmiers, s'il-vous-plait !

Youpie, il y a un cyber-café -sans le café- tenu par des jeunes très sympathiques. Nous en profitons pour envoyer quelques mails à la famille, afin de les rassurer sur notre sort, finalement pas si mauvais que ça...

Derrière ces collines se trouve le Kilbrannan Sound, le bras de mer entre le Kyntire et l'île d'Arran.

La croix celtique de Campbeltown est splendide. Elle daterait de la fin du 14ème siècle -vers 1380.
Je suis très admiratif de ce magnifique ouvrage.

Si vous êtes intéressé(e) par ces croix, allez voir ce site -en anglais.

Campbeltown Cross - Prominently situated on an attractively laid-out roundabout in the centre of the town is the Campbeltown Cross, a tall, slender Celtic cross thought to date from the late 14th century.  The stone from which the cross was made originates from the area of Loch Sween, many miles to the north, and the carving includes elaborate leaf scroll decoration although several figures were erased from the monument probably at the time of the Reformation.
Ce paragraphe a été copié sur ce site sur la ville.

 

A gauche, vous voyez donc la petite île de Davaar dont je vous parlais plus haut, et sur laquelle on peut aller à pied à marée basse. Il est déjà 14h30 lorsque nous reprenons la route, la "Kilkerran Road" qui épouse au plus près la côte sud du Kintyre, qu'elle suit au gré des falaises en "collant" au mieux au relief.

Nous commençons par contourner le loch Campbeltown presque fermé par l'île Davaar.

Les montagnes que vous voyez au loin sont celles de l'île d'Arran, encore elle, que nous trouvons une fois de plus sur notre chemin. Et Davaar est à droite, derrière les maisons ; cette perspective nous empêche de voir le bras du loch qui nous sépare d'elle. Regardez ma carte pour comprendre, en examinant nos itinéraires de ces derniers jours.

Au premier plan à droite, bordée par les poteaux téléphoniques, notre route qui termine le contournement de la baie de Campbeltown, avec en toile de fond, comme d'habitude, les montagnes d'Arran.

Un petit coup d'oeil en arrière sur les faubourgs de Campbeltown, de l'autre côté de la baie.

Cette photo est impressionnante par l'effet rendu grâce au zoom. Au premier plan à gauche, la pancarte nous indiquant que nous allons pénétrer sur une route à une voie, avec des points de passage -il y avait longtemps... Derrière, ce sont les falaises de Davaar. Et tout au fond, ce n'est pas Arran, non, car la vue de celle-ci est complètement obstruée par Davaar. Non, ce sont les côtes de l'Ayrshire, à peu près au niveau d'Ayr justement. Vous vous souvenez, à la fin de notre 5ème jour...

L'autre côté de Davaar, au-delà de laquelle on revoit les montagnes d'Arran.

Voilà, ça y est, on a contourné la baie de Campbeltown, et on replonge vers le sud.

Vous aviez cru que c'était la dernière de Davaar ?

Eh bien moi aussi, je le croyais, mais il y en avait encore une autre...

Mais quel est donc ce rocher en forme de poivrière ? Vous ne vous rappelez pas ? Et pourtant, nous en avons déjà parlé, justement lors de ce fameux 5ème jour. Il s'agit de Ailsa Craig, l'île aux oiseaux en face de Girvan.
Et tout au fond, la côte du South Ayrshire.

Eh bien c'est très clair maintenant, route à une voie et "passing place" ici à gauche...

Et à nouveau le Ailsa Craig au fond à gauche.

Oui, ici aussi, c'est absolument superbe. Le vert, le bleu, et le rouge du toît de la petite maison. Une peinture naturelle.

Le zoom est très trompeur, car entre nous et cette côte de l'Ayrshire, il y a 45 km de mer...

Le paysage change aussitôt que nous grimpons, et malgré une altitude tout de même très faible, nous avons de suite l'impression de rouler en montagne ! Ici, c'est le domaine de la bruyère et du genêt.

Nous dominons maintenant le Firth of Clyde. Arran -ici- est maintenant dans notre nord. Nous traversons une petite forêt.

Et l'on replonge vers la mer, mais sans pouvoir nous en approcher, car la falaise est abrupte. Ailsa Craig à gauche...

Et voilà comment, en quelques virages, notre route s'est transformée jusqu'à pratiquement ne devenir qu'un sentier. Nous avons vraiment "les boules" d'avoir à croiser un véhicule... D'un autre côté, le charme de cette route est indéniable !

Regardez. Admirez.

Encore Ailsa Craig entre nous et l'Ayrshire.

Quant à la route, je dirais que c'est une voie spéciale scooter-moto. Une merveille pour deux-roues, c'est sûr !
Une route pour Ginette, c'est sûr...

Grandiose. Le Kintyre, c'est majestueux.

Et l'on retrouve la mer. Nous arrivons donc au sud du Kintyre.

Habité par des fermiers qui pratiquent énormément l'élevage.

Non mais vous avez vu la route. Mais elle diminue sans cesse. Si ça continue, on va se retrouver bloqués, on ne va même pas pouvoir tourner dans les virages, on va toucher à l'avant et à l'arrière...
En face, une belle plage de sable fin. A peine croyable. La petite île, ici, au large de Southend, c'est Sanda Island.

Sanda Island encore. Elle est un observatoire d'oiseaux.

Sanda Island.

Ailsa Craig Island.

Lors des croisements entre les petites -voire minuscules- routes, les indications des panneaux, lorsqu'il y en a, ne comportent souvent que des noms de lieux-dits, ou de fermes. C'est ainsi que nous sommes conduits à repasser deux fois sur les mêmes routes, à la suite d'une mauvaise décision : c'était quitte ou double, on a perdu ! C'est pour cette raison que vous voyez ces deux cercles sur la carte... On s'est trompés !

Arrivée dans une ferme-château-fort ; on a eu peur que ce soit un cul-de-sac, mais non, la route -enfin, est-ce vraiment une route ? on va dire le ruban goudronné- contourne la tour. Ouf !

Les fermes sont assez cossues, et très bien entretenues.

Ah, voici une route... Enfin, nous avons trouvé Southend, la ville du sud du Kintyre.

Southend est située près de la baie Dunaverty dont voici la plage.

En haut de la plage, c'est le terrain de camping de Southend. Une armée de camping-cars, un débarquement ! Nous n'avons vraiment aucune envie d'aller nous mêler aux autres, notre camping-car étant un célibataire convaincu, peu désireux de faire connaissance... Ce n'est pas tant que nous n'ayions pas envie de discuter avec nos semblables, mais plutôt que nous n'aimons pas trop faire "comme tout le monde". Si nous fuyons les villes, ce n'est pas pour se retrouver dans la foule.

Bref, ceci dit, si le haut de la plage est bondé, la plage en elle-même est quasiment déserte, ce qui constitue un paradoxe !

Et voici Dunaverty Rock. Un château-fort se trouvait là.

Sur ce panneau, on reparle du rocher de Dunaverty. Voici ce qu'il dit -en gros. Ce rocher a été le témoin d'un des jours les plus noirs de l'histoire d'Ecosse. En 1647, les 300 hommes de la garnison MacDonald se rendirent par manque d'eau à l'armée du duc d'Argyll Campbell et furent brutalement massacrés -passés au fil de l'épée ou jetés par-dessus les falaises. Le château fut rasé en 1685, alors qu'il avait été construit sous le règne de Dalriada au 7ème siècle.
En 1494, le roi James avait nommé un nouveau gouverneur pour ce château, que Sir John MacDonald de Dunnyveg s'empressa de pendre du haut des murailles dès que le roi s'enfuit...

Nous suivons maintenant la route qui suit le bord de mer, tout en bas du Kintyre.
Les côtes que l'on voit au fond dans la brume sont celles de l'Irlande du Nord !

Nous passons devant les ruines d'un ancien fort.

De l'autre côté du roc, vers l'ouest, c'est le cap Rubna Chlachan, la pointe extrême-sud du Kintyre, et les côtes d'Irlande du Nord que l'on voit dans la brume lointaine.

Un bus vient de lâcher sa cargaison de touristes, style jeunes retraités. Ils se rendent au cimetière.

C'est le cimetière de Saint Columba, tout près de l'endroit où il -Saint Columba- débarqua en 563, en provenance d'Irlande d'où il avait été chassé. Nous avons même vu l'emprunte de ses pieds, restée gravée dans la roche...

Vous reconnaissez sûrement là-bas le Dunaverty Rock, et tout au fond, dans la brume, Ailsa Craig au large de l'Ayrshire.
A gauche, après le cimetière, un mur de pierres court dans le pré jusqu'aux ruines du fort vues tout-à-l'heure.

Qu'est-ce-que je vous disais, hein ? On ne veut jamais me croire, et pourtant... La preuve !

La falaise, juste au-dessus du petit cimetière, est vraiment à pic. Il y a même des grottes au-dessus.
Je suis grimpé sur un petit promontoire qui domine le paysage. Je vous en fait profiter.
En bas, la route que nous suivons vers l'ouest. Derrière ce promontoire, c'est le Mull of Kintyre, le dernier cap avant l'Irlande.

Au zoom, c'est une photo complètement différente. Donc vers l'ouest, toujours.
La falaise au premier plan, impressionnante, et la plage de Carskey, sur la Carskey Bay.

Pour tout vous faire voir, la même en zoom intermédiaire. Cette façon de procéder pour les photos me permet, sans risque de me tromper, de tout retrouver, mes souvenirs et les lieux exacts, même longtemps après la prise de vue !
Par exemple, le petit panneau bleu dans le virage, c'est l'indication du parking où nous allons stationner...

Vers l'est, maintenant, c'est-à-dire d'où nous venons.
Vous reconnaissez sûrement là-bas le Dunaverty Rock, et tout au fond, dans la brume, Ailsa Craig au large de l'Ayrshire.
A gauche, après le cimetière, une clôture court dans le pré jusqu'aux ruines du fort vues tout-à-l'heure.

Et devant moi, deux bancs à ma disposition, pour méditer face à la mer.

Et un petit zoom, ce qui vous permet de mieux voir le petit fort, et le village de Southend disséminé dans les prés.

Dans le cimetière, des dalles sculptées, sur le sol,recouvrant des tombes.

J'aime beaucoup déambuler dans ces magnifiques cimetières anglais -ou plutôt écossais en l'occurence. Non pas que j'aie des goûts macabres ou morbides, mais tout simplement pour s'imprégner des lieux, pour imaginer aisément des cavaliers, des soldats en armures, des moines... Place à la rêverie, à l'histoire, au fantastique, au roi Arthur, à la table ronde....

Nous avons donc "posé" le camping-car sur le petit parking -si rare qu'il faut en profiter : attention cependant, c'est quand même un NOP. Bon OK, je sens que je vais devoir donner quelques explications. Un NOP, c'est un "No Overnight Parking". Cette phrase, vous la trouvez en fait sur tous les parkings en Ecosse, ou du moins sur 95 % des parkings. Cela signifie que vous avez le droit de stationner, mais pas d'y rester la nuit. Je pense que c'est destiné aux camping-cars, afin de les empêcher de monopoliser les parkings pour eux...
Bon, quand je vois la façon dont les camping-caristes se regroupent pour la nuit, je comprends un peu les réticences des municipalités.
Mais au mois de mai, il n'y a presque personne, et rester une nuit sur un parking ne dérangerait pas grand monde...

Bref, ceci étant dit, nous allons nous promener sur la Carskey Bay. Au-delà de la zone de limite des marées, une ferme.

la

Vue de la plage, vers l'est.

La même au zoom. Vous reconnaissez la falaise du cimetière, prise tout-à-l'heure.
Tout à droite, au fond, c'est le fameux roc de Dunaverty.
Au pied de la falaise, à droite de la petite maison, la petite masse blanche, c'est en fait le camping-car.

Quand vous voyez cette belle eau transparente, n'avez-vous pas envie d'y tremper vos pieds ? Eh bien, vous pouvez déjà enlever vos chaussures et vos chaussettes, mettre une bassine d'eau chaude sous la table, et vous laisser aller au rêve...

Au fond, c'est Sanda Island, et Sheep Island à côté. Très très loin au large, on voit encore Ailsa Craig !

Une petite rivière se jette ici, à l'autre bout de la baie, nous empêchant d'aller voir cette ferme qui semble abandonnée.

Vous voyez le niveau de la rivière à marée haute, le flux remontant nécessairement le lit...
Au loin, la ferme à nouveau. C'est la Lephenstrath Farm.

Quel paysage idyllique. Quelle belle propriété, n'est-ce-pas ?

Quelques troncs d'arbres jonchent la plage, emmenés par les flots. Il y a même un filet de pêche...

Ils donnent un peu de vie, moins que les deux promeneurs derrière, qui longent la grève... On voit bien Sanda Island ici.

Magnifique tableau, et complètement naturel. Je n'ai touché à rien, et justement, c'est cette disposition qui a attiré mon regard.

Le retour se fait en haut de la grève, au-dessus de la zone des marées. C'est superbe.

Un coup d'oeil vers l'ouest, et l'Irlande du nord au fond dans la lumière vespérale...

Vue d'ensemble vers l'est.

Zoom vers l'ouest, en contre-jour. J'aime beaucoup cette belle vue de la pointe sud du Kintyre.

Ce sera la dernière image de paysage du jour. Le fichier "exif" indique 18h22, et honnêtement, je ne sais plus si j'ai mis l'appareil photo à l'heure anglaise ou pas ? Il est donc soit 17h22, soit 18h22. En tout cas, le soir tombe.

Nous prenons cette fois la B842 qui remonte vers Campbeltown -passage obligatoire-, et ensuite la côte est du Kintyre, le long du Kilbrannan Sound, ce détroit entre Kintyre et île d'Arran. Evidemment, nous sommes encore en retard par rapport au planning que j'avais établi. A partir du moment où l'on s'octroie des balades, comme celle de cette fin de soirée, c'est aussitôt une perte sèche sur le reste de la programmation... Donc, contrairement aux habitudes, je ne vais pas faire de photos et rouler un peu, de façon à établir un bivouac un peu plus haut...

Ce soir, le bivouac est donc à Carradale. C'est un petit village de pêcheurs. Voyez sur la carte. Extrêmement difficile de trouver un endroit où poser le camion... Nous avons failli rester sur le port, mais comme c'est samedi soir, nous ne voulions pas forcément être dérangés en pleine nuit par quelques bandes de fêtards...

Finalement, nous nous installons sur le parking de départ de chemins de randonnée en forêt de West Argyll. Nous sommes donc à l'écart du bourg, dans lequel il nous a été impossble de trouver une seule place...
Tout est privé, interdit, interdit, privé, privé, interdit, privé... Dommage.

L'heure de cette photo est 20h54...


Depuis le 06/06/2005 Visites:852178 Aujourd'hui :87 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)