Highlands - 11ème jour

Mardi 25 Mai 2004 - Jour 11

191 km - photos - sélectionnées pour le site

Sur la carte ci-dessous, il y a des liens vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Dirigez votre souris vers les coins qui vous intéressent, et si la flèche se change en une main, c'est qu'il y a un lien direct. Attendez un petit moment avant de cliquer si vous arrivez juste sur cette page, le temps que les photos se chargent. En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter. Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Le trajet du jour est en noir et rouge - et j'ai ajouté ceux des jours précédents, pour mieux comprendre.

 

La journée commence plutôt mal. Il est 8 heures, je suis en pyjama, quand j'entends frapper à la porte du camping-car.

Evidemment, je n'attends personne, vous pensez-bien ! Qui va là ? C'est l'plombier !

Trève de plaisanterie. Celui qui frappait ne rigolait pas. C'est un policier, de la police municipale, je pense. Monsieur, vous savez que vous n'avez pas le droit d'être ici, c'est interdit de passer la nuit sur le parking, je peux vous mettre une amende de 1.000 livres, etc... Bref, pas sympa du tout, le grand Ecossais, à qui j'essaye de faire comprendre que je ne comprends rien à ce qu'il me dit, mais que si je n'ai pas le droit d'être ici, eh bien je vais m'en aller, mais est-ce que j'ai le droit de déjeûner avant de partir ? Non ? Ou bien je vais avoir une amende ? OK, je m'en vais !

Et nous voilà partis aussitôt. Oh, pas bien loin ! Je dirais à environ 100 mètres, sur le parking d'une petite épicerie, ou plutôt d'un petit hôtel. Et là, nous allons tranquilement prendre notre petit-déjeûner. Enfin, tranquillement, si l'on peut dire, car cette petite aventure a bien entendu alimenté notre conversation. Nous sommes assez fâchés. C'est clair que les villes veulent se prémunir de l'envahissement des camping-cars, mais il n'y avait strictement personne sur notre parking...

Merci pour l'hospitalité Ecossaise !

Nous nous empressons donc de quitter cette ville. Quand je vous disais que je n'aimais pas les villes.... Loin des hommes, dans la nature, c'est bien là qu'on est le mieux, croyez-moi ! L'être humain en tant qu'individu isolé est très souvent très sympathique, mais dès qu'il y en a une concentration, ça commence à craindre, toujours. Fuyons.

Nous prenons la A830 en direction de l'ouest, vers Arisaig. A la sortie de la ville, à hauteur de Corpach, nous faisons une halte. Au premier plan, le Loch Linnhe, qui fait un virage à angle droit en face de Fort William, au second plan.

Et là-bas, au fond, cette énorme masse granitique, c'est le Ben Nevis, 1.344 mètres d'altitude, la plus haute montagne de Grande-Bretagne, recouverte de neige.

Gros plan sur le Ben Nevis.

En face de nous, le loch Linnhe qu va vers l'ouest et ses derniers km, n'est plus très large.

Magnifique tour surmontée d'une statue, celle de Bonnie Prince Charlie, au fond du loch Shiel : la tour de Glenfinnan.

C'est ici que ce prince Charles Edouard Stuart est venu ici lever une armée de 1.300 Highlanders afin de restituer les Stuart sur le trône d'Angleterre. Son équipée s'est achevée 14 mois plus tard... par une défaite et une fuite vers la... France.

Ce monument a été élevé en 1815 à la mémoire des Highlanders morts pour cette cause.

 

Elle est superbe, cette tour, ne trouvez-vous pas ?

Le trou, là ? C'est pour donner de l'argent au groupement qui prend en charge l'entretien et la maintenance de ce monument, le célèbre "national trust for Scotland". Votre contribution sera fort appréciée !

Et voici le Loch Shiel, long et très étroit. Et droit comme un "I" sur 18 kilomètres !

Et une petite dernière avant de reprendre la route...


Depuis le 06/06/2005 Visites:850586 Aujourd'hui :243 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)