Espagne 2013, Itinéraire prévisionnel approximatif

Mai 2013 : Espagne, le retour !

Espagne 2013, étude d'itinéraire

L'arrivée de Serparti dans mon garage relance à nouveau la route dans ma tête, et j'ai déjà des fourmis dans les jambes....

A vrai dire, j'ai hâte d'en découdre, cette petite bécane me met le feu aux fesses !

Après les mois passés cette année sur le toit de l'Europe, l'envie de soleil et de chaleur est importante, d'autant plus qu'il s'agit d'un retour sur deux roues. Au niveau intendance, ce sera le grand renouvellement des bivouacs dans les terrains de camping.

L'Espagne est un pays chaud, très chaud. Je privilégie donc le printemps pour ne pas subir les trop grosses chaleurs, d'où le choix du mois de mai.

Départ vraisemblablement le 30 avril. J'aime bien partir un mardi, ça laisse le dernier week-end avant le départ pour la famille, dire au revoir, etc, et le lundi pour bien vérifier que tout est OK. Retour vers le WE du 1er juin, événement familial oblige. Donc un mois, ou 5 semaines si vous comptez bien.


Le but de ce petit voyage de mise en train de l'équipage Serparti-bibi est l'Andalousie, avec, pour thème principal la Sierra Nevada et ses hautes montagnes environnantes. Je ne connais pas ce massif montagneux, alors qu'il est le plus élevé de toute l'Europe occidentale après les Alpes, avec son point culminant situé à 3.478 mètres d'altitude, le pic Malhacén. J'ai l'impression que ce massif, bien que très élevé, est relativement accessible à la randonnée. Ce sera un contraste énorme avec la Norvège. En effet, ici les neiges à 3.000 mètres, là-bas à 300 mètres, l'énorme différence des latitudes expliquant certainement ces contrastes élevés.

 

 

Au sud, j'aimerais faire quelques crochets vers des sites déjà traversés en 2004 avec mon scooter de l'époque : Parc national de Doñana près de Huelva, Tarifa, le rocher de Gibraltar et le Cabo de Gata, et pourquoi pas Cartagena, lieux que j'aimerais revoir. Mais rien d'obligatoire, tout ceci devrait dépendre de mon rythme de croisière, et sans doute aussi de la décision de visiter certaines villes ou pas, telles que Seville, Cadiz, Granada, Cordoba.... Ce sont des villes de renommée historique et culturelle mondiale, et si j'ai vu les deux premières, je n'ai jamais mis les pieds dans les deux autres. Et je pense que ce serait une grave erreur que de ne pas, au minimum, aller marcher dans les rues de Grenade !

La route de l'aller passe près de trois massifs montagneux qu'il serait également dommage de ne pas visiter. Peu après les Pyrénées, il y a la Sierra de la Demanda. Puis, au sud-ouest, les massifs montagneux de la Sierra de Guadarrama et de la Sierra de Gredos, au nord de Madrid.

Comme d'habitude, petites routes obligatoires, régions montagneuses de préférence (parcs nationaux....). Un écart obligatoire pour traverser le célèbre désert de Bardenas Reales à l'aller. J'ai peur que sa réputation soit quelque peu surfaite, mais le meilleur moyen de le savoir est d'y aller ! L'idée générale est de passer le plus possible par le centre et les régions peu habitées, loin des foules touristiques. Tout en restant sur du relief (les virages sont un aliment très important du régime motard, hi hi hi).


Je prévois un kilométrage maximum de 10.000, ce qui ferait une moyenne quotidienne d'environ 300 bornes, valeur "plafond" en mode randonnée comme j'aime. J'avais tenu une moyenne de 271 km avec le scooter 125 cm3 en 2006, et à peu près la même chose lors du tour complet de la péninsule ibérique en 2004, également avec le x9 125 cm3. Je suis un peu plus vieux maintenant, forcément, mais ça devrait le faire quand même, sauf si les cailloux (calculs rénaux) devaient réapparaître, ce qui me ferait globalement nettement moins rigoler ! Et Serparti est quand même plus puissante que Jolly Jumper (c'était le nom de mon x9 125 cm3). Elle a fait les 300 bornes pour rentrer dans son nouveau garage en une après-midi, et elle était fraiche comme un gardon à l'arrivée !


L'itinéraire indiqué sur cette carte est une ébauche qui sera améliorée au cours des prochaines semaines. Si ça vous intéresse, je vous invite donc à y revenir régulièrement. Je vais lire les guides touristiques et les récits des voyageurs sur la toile afin de faire mes choix, et demander conseil sur quelques forums. Je vais renouer avec des trajets choisis également en fonction des terrains de camping situés sur le chemin en fin d'étape. Un voyage en moto signifie pour moi une préparation beaucoup plus précise des circuits, ce qui n'est pas le cas lorsque je roule avec Mygoo.

 

 

Je serais enchanté de faire cette route en compagnie d'autres motards, afin de partager le plaisir du voyage en temps réel avec eux. J'aimerais par contre ne pas dévier de l'itinéraire choisi, ni changer ma façon de faire de la route. En effet, je fais beaucoup d'arrêts photo, et je ne me passerai pas de cette possibilité qui m'est offerte de sauvegarder sur la "pellicule" la route et les paysages rencontrés. De la même façon, les bivouacs se feront obligatoirement dans les campings répertoriés et prévus, sauf incident ou cas de force majeure, bien entendu ! Et les restaurants ne font pas non plus partie de mon voyage, pour une évidente raison de coût. Une ou deux exceptions sont acceptables lors d'une visite de ville importante, au grand grand maximum.

Je ne pense pas que ceci soit un problème pour les motards intéressés. En effet, le principal est de rouler, de voir du paysage, le tout avec de la bonne humeur et la cordialité les uns envers les autres. Je peux tout-à-fait envisager et prévoir des points de rassemblement de la petite troupe sur chaque trajet quotidien pour ceux qui n'aiment pas les arrêts trop fréquents. Bref, ce genre de détail sera nécessairement discuté et mis au point avec les motards et/ou (motardes) désireux (ses) de m'accompagner dans ce petit voyage.

Pour me contacter, suivez le lien spécifique.


Depuis le 06/06/2005 Visites:861549 Aujourd'hui :243 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)