Esp20170913

13/09/2017 : jour n° 9, 145 km.

L'itinéraire.


J'écris ces lignes au soir du 17 septembre, depuis un camping, et je vous avoue être très très énervé. Pourquoi ? Tout simplement parce que j'avais terminé cette page depuis dix minutes, et étais en train d'écrire la journée suivante quand, par une malencontreuse manipulation, j'ai "écrasé" ce reportage en le remplaçant par le suivant !!! Incroyable, je me serais giflé, près de deux heures de boulot en l'air ! Du coup, ne m'en veuillez pas, mais il y aura beaucoup moins de commentaires sur cette nouvelle version !

La nuit avait été très froide dans notre forêt en bivouac libre, mais quel bonheur de se lever avec un ciel d'un bleu uniforme et profond ! Je pense cependant qu'il doit faire 5 ou 6 °C seulement ! Départ à 9 heures, tranquilou comme d'hab'.



En traversant le village de Regumiel de la Sierra, je vois une pancarte "huellas de dinosaurios", "empreintes de dinosaures". On ne peut pas laisser passer ça sans aller voir ! Cette région a la réputation d'être la plus fournie au monde dans ce domaine ! C'est quand même émouvant de voir des traces d'animaux vieilles de quelques 120 millions d'années !

Quelques kilomètres plus loin, nous découvrons un magnifique parc traversé par une route que nous décidons de suivre. Quelle merveille ! Dès le début se trouve une nécropole datant des 9è au 13è siècles, et comprenant 145 tombes de type "sarcophage" mais, incroyable, qui sont toutes creusées dans la roche ! Je n'avais jamais vu ça.

J'en ai essayé une, mais elle s'est trouvée bien trop étroite au niveau des épaules, et je ne suis pas un athlète, loin s'en faut ! Ma frangine n'a pas voulu essayer, disant que ça portait malheur. Je lui ai répondu que, de toute façon, c'est bien comme ça qu'on finira, alors...

Je vouslaisse admirer la suite. Nous avons traversé plusieurs villages, Quintanar de la Sierra, Palacios de la Sierra, Castrillo de la Reina, Salas de los Infantes, Vizcainos, Barbadillo del Pez.

C'est ici à Riocavado de la Sierra que ma soeur a rayé tout son bas de caisse droit en tentant d'entrer sur la place de la mairie. Elle prend cependant ça à la légère, disant que ce n'est "que" matériel.

C'est ici, juste à la sortie du village, et devant cette longue ligne droite, que nous nous installons au soleil pour manger, sur fond de vaches paissant paisiblement dans d'immenses champs, avec au loin les sommets de la Sierra de la Demanda vers laquelle nous allons ensuite rouler.

Quelle surprise en approchant du lac de barrage de Mansilla. Il est presqu'à sec sur cette partie, et c'est pitié que de voir chevaux et vaches traîner leurs guêtres sur une terre craquelée et récemment encore sous les eaux ! Notre tristesse sera encore bien plus grande en découvrant plus loin les restes du village englouti sous les eaux, les ponts, les maisons de pierre, l'église... Voyez plutôt !

HHeureusement, nosu retrouvons l'eau plus loin, et suivons ensuite la vallée du Rio Najarillo, magnifique et encaissée. Nous trouvons un coin à l'ombre pour déguster un bon café, car il ne faut pas se laisser abattre ! Avouez que c'est cool pour un motard, de voyager ainsi avec la voiture accompagnatrice !

Puis le paysage change très nettement à partir du moment où je lance le GPS à la recherche d'un camping. Les montagnes disparaissent doucement, faisant place à des terres rouges et à l'agriculture industrielle recouvrant les collines à perte de vue.

Je termine dans un petit camping couvert de bungalows, où les tentes sont reléguées au plus loin, à tel point que j'ai pris la moto pour rejoindre le bar... Oui, je sais, il n'y avait que 250 mètres à parcourir... Mais ça m'a permis de rentrer à la nuit, et de voir Droopie évoluer avec son phare. A vrai dire, je ne me souviens même plus si ça éclairait bien, mais je le suppose, puisqu'elle a retouvé ma tente !

Page précédente: Esp20170912
Page suivante: Esp20170914


Depuis le 06/06/2005 Visites:939827 Aujourd'hui :218 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)