Esp20170924

24/09/2017 : jour n° 20, 120 km.


L'itinéraire.


Températures plus douces la nuit ici. Mais petite rosée ce matin. Nous démarrons à 8h50.



La montagne fume, ce matin. C'est la Sierra de los Nieves.

Casarabonela. Ah, ces magnifiques villages blancs d'Andalousie !

De très nombreux motards s'en donnent à coeur joie sur ces petites très sinueuses aux angles très obtus. Il faut dire que c'est aujourd'hui dimanche ! Ici en vue du village de Alozaina (gros plan plus bas).

Le paysage change doucement, plus montagneux, plus sauvage aussi, moins d'habitations.

Après Yunquera, on franchit un col et, d'un seul coup, le paysage bascule en même temps que la route : humide et arboré avant le col, sec et désertique après ! C'est ce qui épate le plus ma soeur, ces changements de paysages fréquents, mais elle est toujours émerveillée par l'Espagne qu'elle découvre. Elle pensait ce pays peu attirant, elle ne voit plus les choses de la même façon, et adore maintenant l'Espagne.

El Burgo. Après ce village, la route part à l'assaut de la Sierra Blanquilla, et j'avoue que c'est la partie que j'ai préférée aujourd'hui. C'était merveilleux à tout point de vue : la route, la montagne, la végétation.

Vue arrière sur El Burgo. Dommage, en contre-jour.

Nous arrêtons admirer un point-de-vue non signalé. Les roches sont "griffées", j'aimerais savoir à quoi est dû ce phénomène géologique. Si quelqu'un sait, merci de m'expliquer.

El mirador del Guarda Forestal. Absolument splendide ! Non, Droopie ne pouvait pas monter, elle s'est arrêtée au pied des escaliers !

C'est ensuite une descente dans une zone minérale d'une très grande beauté sauvage, de laquelle la route s'extirpe par une passe incroyable entre deux montagnes de pierres avant de remonter...

Remontée vers le Puerto del Viento, 1190 m, le col du vent.

Et ça, c'est une vue arrière qui vous permet de voir d'où l'on s'est extrait !

Après le col, il y a un panorama, il faut marcher 100 mètres dans la pierraille, mais Droopie ne l'entend pas de cette oreille et veut absolument se faire photographier au point exact du panorama. Comment lui refuser ce petit plaisir, elle le mérite cent fois !

Vue arrière sur le roi du secteur, le Cancho de la Pepa, 1236 m, gardien du Puerto del Viento.

Et pour terminer, la descente vers Ronda. J'ai expérimenté le camping de Ronda en 2013 avec mon ami Michel : il est minable, les emplacements sont tous en pente, insupportable. Mais Titi le GPS m'indique deux campings au nord-est de la jolie ville : le premier, bien que n'ayant point le WiFi, me convient bien. Je monte la tente aussitôt, nous mangeons sur place, puis partons faire un tour. D'abord à Ronda. Il y a foule, il fait 30 °C, ma soeur me fait signe qu'elle veut quitter la ville, et je la comprends. Troisième fois que je viens à Ronda, et troisième fois que je loupe la visite. Il faudra revenir...

Nous allons rechercher un peu d'ombre et de paysages pour prendre un bon café, et ce sera dans un bois de chênes-liège. Ma soeur s'y trouvant très bien décide de passer la soirée là avant d'aller se chercher un endroit pour la nuit. Pour ma part, je rentre au camping (19 km). Je rencontre et discute un moment avec deux motards autrichiens. Après la douche, je ressors avec Droopie (mais en T-shirt, je sais, ce n'est pas bien) : en fait, l'autre camping, situé à 500 mètres du mien, a un bar avec WiFi, j'avais demandé en passant... C'est donc d'ici que je vous écris ce petit compte-rendu qui, j'espère, vous plaira. N'hésitez pas à me le dire sur le livre d'or, c'est un moyen de m'encourager à poursuivre... Bonne soirée de dimanche à tous, je m'en vais pour ma part bouquiner un peu et aussi rentrer Droopie à la maison, elle a besoin de repos !

A l'intérieur du bar...

Page précédente: Esp20170923
Page suivante: Esp20170925


Depuis le 06/06/2005 Visites:939827 Aujourd'hui :218 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)