Esp20171001

01/10/2017 : jour n° 27, 154 km.


L'itinéraire.


Pas de rosée, il fait très bon. Le seul problème, ce furent mes voisins. Deux familles espagnoles avec pas mal de gosses sont venus se mettre presque à toucher ma tente, alors qu'il y avait plein de place dans le camping. Je savais ce qui m'attendait, et je n'ai pas été déçu : ils parlent fort, très fort, et jusqu'à minuit ! Puis j'ai eu droit à une gamine qui a pleuré... Je pensais les réveiller en faisant chanter Droopie ce matin (petite vengeance....) mais, ô misère de misère, leurs gosses se sont réveillés avant moi ! J'adore les espagnols, mais le week-end, dans les campings, ils sont absolument sans gêne ! Ceci dit, il n'y a pas mort d'homme non plus, c'est la vie du voyageur itinérant. Ma soeur a évité ça, elle m'a dit avoir passé une nuit de rêve dans un calme olympien...



Nous repassons à Trevelez, forcément, car il n'y a pas 36 routes pour quitter la Sierra de Nevada. Il fait plutôt beau, mais une fois de plus, l'air est trouble, la visibilité moyenne, et les photos ne seront pas bonnes ! Nous longeons d'ouest en est le sud de la Sierra de Nevada. Les villages andalous tout blancs ressortent bien dans la couleur terne de la montagne.

Ici commence une zone aux montagnes soumises à une très forte érosion, générant la création de canyons et autres paysages de type désertique genre "far-west" américain... Ci-dessus, une énorme rivière complètement à sec : je trouve ça toujours très impressionnant. Nous approchons de la grande ville d'Alméria, et la région est couverte de serres plantées entre les montagnes érodées. Ce n'est pas très joli, je veux dire, les serres, car le paysage est magnifique. Une fois de plus, il faudrait quitter la grande voie que nous suivons et prendre le réseau tertiaire, voire même les pistes. Mais, comme toujours...

Je vais dans un village acheter du pain. Ma frangine ne s'y risque plus, ayant peur de se retrouver coincée dans les ruelles en pente. Il est chaud et sent tellement bon que nous nous empressons de trouver un coin pour le manger pendant qu'il est chaud ! Quel délice !

Photo prise depuis un viaduc enjambant cette rivière... à sec, comme la plupart, peu après Alhama de Almeria.. Voyez plus loin le travail implacable de l'érosion, dont je suis un très fervent admirateur (pas de l'érosion proprement dite, mais des paysages qu'elle produit).

Un peu plus loin, au lieu-dit "la Rambla de las Balsas", je vois une piste qui part de la voie rapide. ma soeur est devant et doit m'attendre, je décide d'aller voir, car c'est le type même de paysage que j'adore. Je ne suis pas déçu. Malheureusement, ça se termine assez vite, la piste rejoignant le lit de la rivière à sec, dans lequel je n'ai pas le temps de m'engager. Dommage !

Retour sur la route à grande circulation, puis traversée de la banlieue d'Alméria pour atteindre le parc national Cabo de Gata, zone volcanique du bord de la Méditerranée que j'aime beaucoup, et où je suis déjà venu plusieurs fois.

Je m'installe au camping. J'avais dit à ma soeur qu'une fois la tente montée, je partirai avec elle lui montrer un peu la côte et les montagnes de ce parc mais, en fait, il faisait très lourd et la visibilité était tellement moche que je change d'avis et décide de rester au camping. Elle part donc seule à la découverte de la région. Pendant ce temps, douche, lessive, longue discussion avec mes voisins de camping (un couple de retraités allemands parlant fort bien le français -et connaissant très bien notre pays). J'aperçois en écrivant ces lignes les montagnes au loin, et la visibilité est si belle et tellement différente que je commence à avoir envie de ressortir faire quelques photos. Je vais sans doute me laisser tenter, vous le saurez demain. En attendant, j'envoie ça. Ciao ciao.

Et finalement, j'y suis allé. Les couleurs étaient merveilleuses. J'ai même vu des flamands roses. Bref, 30 bornes, dont une piste le long du lac salé, c'était merveilleux, avec une température douce et un air tiède qui caressait mes joues. Que du bonheur ! Je vous laisse regarder.

Page précédente: Esp20170930
Page suivante: Esp20171002


Depuis le 06/06/2005 Visites:919486 Aujourd'hui :161 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)