Esp20171006

06/10/2017 : jour n° 32, 296 km.


L'itinéraire.


Température parfaite, aucune humidité, et ciel bleu ce matin. Ben oui, j'ai recopié la même phrase écrite hier, car c'est la même chose ! Départ à 9 heures, le temps de décider de l'itinéraire du jour. La décion prise : remonter vers le nord, assez vite, car le secteur n'est pas de ces plus jolis. Le but est de rattraper la prochaine jolie zone en terme de paysages, à savoir au nord de Cuenca. Du coup, je laisse Titi le GPS choisir la route, avec comme critères : le plus rapide. Donc, forcément, nationale et autoroute, ou l'inverse... Que dire ? Pas de photos sur l'autoroute. J'ai lâché Droopie. Conditions : légère brise contraire (en provenance du nord), et pas mal de longues côtes. Résultat : vitesse maxi entre 100 et 115, consommation de 4 litres aux 100. Comme Droopie n'a pas de bulle, je prends tout le vent dans les épaules, et j'ai eu mal à la base du cou, conséquence directe. Je crois qu'avec une bulle, même petite, ce serait beaucoup mieux. Quoi qu'il en soit, je suis toujours émerveillé par les capacités de Droopie, puisqu'elle s'avère finalement performante dans tous les domaines, y compris celui de la route rapide s'il le faut. La seule chose qui vraiment m'agace sur cette moto : une erreur des compteurs de 10%, c'est vraiment pénible et inadmissible à notre époque. A 100 km/h compteur, on roule effectivement à 90 réel. Et, plus grave, le compteur kilométrique est également faux, et de façon importante. Dommage que je ne l'ai pas relevé au départ, mais je ferai une mesure précise plus tard. Sinon, c'est d'la balle !



Villanueva de la Jara. Arrêt dans cette petite ville pour le pain. Ce matin, j'ai plié ma tente avec le porte-monnaie à l'intérieur... J'emprunte à ma soeur, j'espère que le taux sera faible ! Entre Albacete et ici, c'est le plat pays.

El Peral, c'est là qu'on casse la croûte, dans ce bois de sapins, à l'ombre d'un soleil devenu brûlant ! Tiens, ça me fait penser au bar où nous avons mangé avec Richard hier midi : le soleil cognait très fort. Et juste à la sortie, dans un virage, je sens qu'un gros insecte s'est inséré entre ma joue et le casque, suivi d'une intense piqûre. Je me suis arrêté en catastrophe, et dis à Richard arrivant à ma hauteur : je crois que je viens de me faire piquer par une guêpe. Je retire le casque, et il me dit : oui, tu as le dard encore dans la joue, et il me le retire : il était gros et bien enfoncé, et la guêpe était encore dans le casque. J'avais peur d'enfler, mais finalement, rien du tout : la piqûre de guêpe n'a aucun effet sur la vieille carne, ha ha ha !

Almodovar del Pinar. Le relief revient doucement, pour notre plus grand bonheur.

Une grande forêt de sapins, dans laquelle nous ferons halte pour un bon café.

Vue depuis le col de la Tordiga, à 1250 mètres d'altitude. Enfin, de nouveau des paysages !

Magnifique petite route sitôt sortis de Cuenca, qui longe le joli fleuve Jucar. Nous arrivons au camping.

Magnifique emplacement en terrasse avec de l'herbe. Sanitaires absolument parfaits. Installé, douché et lessive faite avant 16h30, c'est impeccable ! Je suis maintenant au bar, WiFi, bonne bière, PC branché sur le courant, c'est parfait. Je pourrai retourner bouquiner et écouter de la musique de bonne heure, et demain, petite journée tranquilou dans de superbes paysages nous attend. Que demande le peuple ?

Page précédente: Esp20171005
Page suivante: Esp20171007


Depuis le 06/06/2005 Visites:939827 Aujourd'hui :218 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)