Esp20171010

10/10/2017 : jour n° 36, 281 km.


L'itinéraire.


La patronne nous a dit qu'il faisait très froid la nuit, mais non, ce fut froid, mais correct. Je pense qu'il faisait 6 à 8 °C ce matin au lever. Mais par contre, quelle rosée. La tente est trempée. Ce camping est très bien, mais je relève quand deux choses qui m'énervent en France. Un : pas de PQ dans les toilettes, je trouve ça absolument insupportable au 21è siècle, surtout de la part de notre pays. Ce devrait être obligatoire, un dû, point barre. En Espagne, il y en avait partout. Et deux : l'eau de la douche était tiède. Les prix des campings montent, en échange, on devrait avoir obligatoirement une eau chaude, voire très chaude ! C'est tout, la petite crise est passée.



Au lever du jour, depuis la tente. C'est superbe !

Mais ça n'a pas duré. Lorsque vous entrez en France par cette route, la descente des Pyrénées est extrêmement rapide, et on se retrouve très vite dans la vallée. Pays basque, les villages se succèdent sans dicontinuer. Pas terrible, d'ailleurs, ce secteur. Puis, une fois cette pénible section franchie (limite à 50 km/h tout du long et pas mal de circulation), on trouve enfin de la route à 90 km/h et... et.... je vous le donne en mille : du brouillard. Une couche de brume épaisse recouvre toute la région. Je suis frigorifié sur la moto, et j'avais pourtant pris deux couches supplémentaires ! A tel point que nous arrêtons manger à 11h40, peu après la sortie de Dax (vraiment pénible à traverser, soit dit en passant). Ci-dessus la photo de Droppie à 11h40 (ça commence à peine à se lever) et ci-dessous à 12h25, au même endroit, à la fin du repas. Ha, enfin, le sourire revient sur nos lèvres !

Heureusement, Titi nous a choisi des petites routes, ce fut agréable, bien que monotone dans cette immense forêt des Landes. Tellement petites routes qu'il n'y avait pas une seule station d'essence, et il ne restait plus qu'un seul litre dans l'estomac de Droopie lorsque j'en ai enfin trouvé une ! Oups !

Pause café devant le lac de Sanguinet. On dirait la Finlande, ou la Suède. En moins froid, ou en plus chaud, comme vous voulez... Et bien moins chargé de moustiques !

Nous sommes ce soir à Carcans, accueilli avec énormément de gentillesse par la patronne, motarde, et qui pilote un trail 500 Kawa. On a discuté un bon moment, super super sympa, je vous conseille ce camping. Je pense que ce sera le dernier de ce voyage, nous devrions camper chez nous demain soir... Tout a une fin, et quand je touche le sol de France au retour d'un voyage à l'étranger, c'est à chaque fois la même chose : mon rythme s'accélère, je n'ai plus trop envie de flâner, c'est l'appel de la tanière, le retour, la deuxième partie du nom de mon site... Hi hi hi.

Page précédente: Esp20171009
Page suivante: Esp20171011


Depuis le 06/06/2005 Visites:939827 Aujourd'hui :218 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)