Images et textes en temps réel

Mai et Juin 2013 - Petite virée en Espagne

Croix-de-Vie, l'embouchure de la Vie vue depuis la corniche.

Le premier mai 2013, dans la montée vers le col d'Iraty, car celui de Larrau est encore fermé ! Et... ça caille dur !

Le 3 mai 2013, un superbe cañon espagnol.

Les immenses étendues de plage entre Brétignolles-sur-mer et Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Le 4 mai 2013. Après un début de voyage difficile (pluie, froid), premières belles images.

Le 7 mai 2013. Finalement, mes camarades de jeux sont aussi fous que moi.

Dans la campagne, à l'Aiguillon-sur-Vie, entre le bleu et le vert, comme le dit si bien son logo.

Le 8 mai 2013. Au sommet de la Peña de Francia. Un panorama à 360 degrés. Superbe.

Le 12 mai 2013. Sur une merveilleuse petite route bordée d'oliviers. Nous sommes désormais en Andalousie.

Le 12 mai 2013. Descente sur Montoro, à deux pas de Cordoba. Tempête de ciel bleu ce soir, avec 35 degrés.

Le 12 mai 2013. Pour vous dire ! Viva España, es un pais fantastico !

Le 13 mai 2013. Villaviciosa de Cordoba en vue. Ces villages d'Andalousie sont éclatants de blancheur.

Le 13 mai 2013. Une petite pause parmi les oliviers.

Le 13 mai 2013. Ciel un peu moins bleu, température plus fraîche. 20 degrés à 9h30, ça va encore.

Le 13 mai 2013. Au loin, Fuente Obejuna.

Le 13 mai 2013. Les bords de route sont couverts de fleurs de toutes les couleurs.

Le 13 mai 2013. Une belle entrée d'hacienda.
Michel attend patiemment que je fasse mes photos. Le pauvre ! Et encore, j'en fais beaucoup moins que lorsque je voyage seul.

Le 13 mai 2013. De plus en plus désertique.

Le 13 mai 2013. Toujours à Cazella de la Sierra, juste avant d'aller casser la croûte sur la terrasse d'un bistrot.

Le 13 mai 2013. Cigogne à Cazella de la Sierra.

Le 13 mai 2013. Notre jambon de cerf nous attend, justement.

Le 13 mai 2013. Près du pont, rencontre avec un couple de tourangeaux fort sympas.

Le 13 mai 2013. Sur la route de Castilblanco de los Arroyos.

Le 13 mai 2013. Encore une sacrée hacienda ! Les jarres sont énormes, et me font penser aux Romains.

Le 13 mai 2013. Petit arrêt photo à 36 km au nord de Séville.

Le 13 mai 2013. Parqués pour la nuit, à Dos Hermanas, au sud de Séville. Camping hyper cher, plutôt moyen....
Enorme pourcentage de touristes camping-caristes français.

Le 14 mai 2013. La Señuela, hameau abandonné. L'église a été réquisitionnée par les cigognes !

Le 14 mai 2013. Le long du Guadalquivir, en descendant vers son embouchure, une superbe allée d'eucalyptus.
Mais la route est complètement défoncée. Les garde-boue de la remorque de Michel finissent par céder....

Le 14 mai 2013. Maisons à Sanlucar de Barrameda, près de notre bistrot.

Le 13 mai 2013. Sur le front de mer, toujours à Sanlucar, là où le Guadalquivir rejoint la mer. Michel resserre les boulons....

Le 14 mai 2013. Cadiz, toujours : 10 km de sable fin, c'est magnifique.

Le 14 mai 2013. Sur la splendide plage de Cadiz la belle (vous savez, la chanson, la belle de Cadiz a des yeux de velours....).

Le 14 mai 2013. Magnifiques forêt de pins parasols, peu avant d'arriver dans un camping extra. Le meilleur depuis le départ.

Le 15 mai 2013. Lieu chargé d'histoire. Derrière moi, le phare de.. Trafalgar. Là, au large, les français ont pris une belle claque. Nelson, ça vous dit ?

Le 15 mai 2013. La côte à l'est de Trafalgar, dont on distingue encore le phare.

Le 15 mai 2013. Ici, les plages sont encore magnifiques. Playa Caños de Meca.

Le 15 mai 2013. Barbate de Franco.

Le 15 mai 2013. Torturé, usé par les cahots répétés, le pneu gauche de la remorque rend l'âme. Et vous savez quoi ? Le mécano n'a pas la bonne clé ! Heureusement, la serviabilité espagnole a encore frappé, et un gars, non content de s'arrêter pour nous aider, fait lui-même tout le boulot : démontage de la roue, remplacée par... la roue de secours, elle-même en très piteux état ! Aïe aïe aïe....

Le 15 mai 2013. Au même endroit que la crevaison.

Le 15 mai 2013. Ils sont en fleurs, c'est superbe.

Le 15 mai 2013. En approchant de Tarifa. Rangées de cactus, rangées d'éoliennes..

Le 15 mai 2013. Très nombreux sont les Kite-Surfeurs sur l'immense plage de Tarifa. Faut dire que les rafales sont violentes, ici.
Je me souviens avoir beaucoup souffert avec le x9, il y a quelques années. La petite Yam' se débrouille mille fois mieux.
Quelle merveille, cette bécane, je ne regrette pas de l'avoir achetée. Un chameau, solide, fiable, économe, qui sait tout faire.

Le 15 mai 2013. Dans les rues de Tarifa.

Le 15 mai 2013. Au large, à une quinzaine de kilomètres seulement, l'Afrique... les côtes marocaines.

Le 15 mai 2013. Le rocher, comme tout le monde l'appelle ici, avec raison. J'ai nommé : Gibraltar.

Le 15 mai 2013. Gibraltar. On va y faire un tour après avoir monté la tente. Nous revenons sous la pluie.... Les boules !

Le 16 mai 2013.
Après un passage infructueux chez NorAuto, puis chez FeuVert, dans la banlieue d'Algesiras, nous atterrissons finalement ici, à Los Barrios, chez un spécialiste de remorques conseillé justement par Feu Vert.. Le tuyau était excellent : chez Casanova, vos soucis seront réparés.

Le 16 mai 2013. La remorque mise sur le dos, l'ampleur des dégâts apparaît. Barre de torsion dessoudée, roues commençant à sortir, roulements totalement HS, pneux totalement HS, roues en très mauvais état, et aux dimensions... quelque peu bizarres. L'homme qui nous reçoit est un champion. Il examine le tout, rigole devant l'état de la chose, et dit qu'il va essayer de faire quelque chose. Et il le fait, immédiatement. Soudures, pièce de consolidation, roues neuves, changement des roulements. Michel retrouve une remorque neuve, et le sourire. Les petits artisans, vraiment, ce sont les meilleurs ! Nous reprenons la route vers 13 heures, absolument enchantés de cette prestation, totalement inespérée.

Le 16 mai 2013. Une forêt de chênes-liège, reconnaissables à leur tronc dépouillé, sur la route de Castellar.

Le 16 mai 2013. Castillo de Castellar.

Le 16 mai 2013. Une petite collation bien méritée au château.

Le 16 mai 2013. La embalse de Guadarranque, depuis le château.

Le 16 mai 2013. Pendant la descente.

Le 16 mai 2013. Dans les rues de Los Angeles.

Le 16 mai 2013. Si si....

Le 16 mai 2013. Sur la CA-8201, dans le Parque Natural de los Alcornocales, à la sortie de Jimena de la Frontera.

Le 16 mai 2013. Cette route est fort abîmée, couverte de fissures.

Le 16 mai 2013. Certaines s'étant quelque peu élargies... La prudence est de rigueur !

Le 16 mai 2013. Un paysage d'Amérique du Sud, quelques fermes totalement perdues au milieu de nulle part. C'est superbe.
En même temps, de fortes bourrasques de vent, et de gros nuages, parfois noirs, filent dans le ciel.

Le 16 mai 2013.

Le 16 mai 2013. Au loin, Ubrique, au creux des montagnes.

Le 16 mai 2013. Et le camping de Benamahona dans la montagne. Une grande prairie bordée d'arbres extraordinaires. Nous sommes les seuls clients. Plus tard, un petit camping-car de néerlandais viendra nous rejoindre. Le Wifi est fort mauvais. Le vent est très fort. Un paon sauvage et magnifique viendra tourner autour de nos tentes, mais comme je suis déjà bien au chaud dans mon duvet, je n'ai pas le courage de ressortir le photographier. Michel, lui, est dehors, et en profite. La voix du paon est d'une puissante phénoménale, quel souffle !

Plus tard dans la soirée, nous entendons la pluie frapper nos toiles. Et là, croyez-moi, ça fait beaucoup moins rire !

Le 16 mai 2013. Benamahona, où nous sommes allés faire quelques courses après avoir monté nos tentes..

Le 17 mai 2013. Ce matin, il pleut toujours. J'ai vraiment envie de rester sous la tente toute la journée, j'ai de quoi lire, et j'aime dormir. Mais Michel ne l'entend pas de cette oreille. Il ne peut rester sous une tente sans rien faire, il lui faut une occupation. Si le Wifi était correct, il serait resté, mais là, il ne peut rien faire. Dommage que la remorque soit réparée, lui dis-je.... Du coup, vers 11 heures, nous profitons d'une accalmie pour dégager, les tentes ayant réussi à sécher en grande partie. Il fait 14 degrés...

 

Encart publicitaire

Rien à voir avec la virée espagnole. Un de mes fils vient de publier un livre, je vous passe le lien si vous êtes intéressé(e)(s) (achetable aussi au format PDF).

C'est ici.

 

Le 17 mai 2013.

Le 17 mai 2013. 9 degrés sur le thermomètre de la BMW. Andalousie, tu nous déçois terriblement !

Le 17 mai 2013. C'est vraiment trop dommage, car les villages sont superbes, ainsi que le peu de paysage qui se dévoile. Ici, Grazalema.

 

Le 17 mai 2013.

Cette journée restera une journée particulière, puisqu'elle a vu la naissance de mon petit fils Victor.
Auquel je souhaite la bienvenue sur cette bonne vieille terre.

 

Le 17 mai 2013. Dans les rues de Grazalema, entre deux averses.
Après ça, la pluie est revenue, forte. Direction Ronda, direct au camping. Inutile de poursuivre sous la pluie !

Le 18 mai 2013. Fortes bourrasques de vent, de pluie, la tente est secouée de tous les bords. Et ce matin, au réveil, il pleut encore. Et il fait froid : 7 degrés, rendez-vous compte ! Il en va dans les voyages comme dans la vie : il faut forcer son destin, prendre des décisions. Le beau temps est sur la frange côtière uniquement, nous le savons. D'un commun accord, nous abandonnons le circuit pourtant soigneusement choisi. Nous préférons le soleil aux virages, la chaleur aux paysages. Allez, c'est parti pour la côte surpeuplée, bétonnée, horrible, de la méditerranée espagnole, celle que je n'ai pas aimée du tout lors de mon voyage en scooter. Mais le soleil, c'est sacré, c'est pour ça que j'ai choisi l'Espagne, le sud. Alors...

La petite Yam' YBR 250 est sobre : 3,10 litres aux cent en moyenne. J'apprécie chaque jour d'avoir fait le bon choix en la prenant. Légère, sobre, endurante, économe, passe-partout, sait tout faire. Franchement, la moto qui me convient parfaitement, je ne me suis pas trompé. Bien sûr, pour bien des motards, elle manque de chevaux, mais pour moi, c'est largement suffisant.

Le 18 mai 2013. Nous descendons donc vers le rivage méditerranéen. 50 km de beaux virages et de superbes paysages montagneux, avec passage d'un col à un peu plus de 1000 m. Il fait très froid, les rafales sont fortes, mais le moral est avec nous, car nous voyons le ciel s'éclaircir au fur et à mesure des kilomètres. Yeeees..... Derrière nous, la route que nous venons de franchir.

Le 18 mai 2013.

Le 18 mai 2013. Au détour d'un virage, la mer apparaît à l'horizon.
En regardant de plus près, je reconnais le rocher, Gibraltar, encore visible, loin au sud-ouest.

Le 18 mai 2013.

Le 18 mai 2013. Et voilà l'travail, la récompense : soleil, et une dizaine de degrés de plus, au bas mot.
San Pedro de Alcantara.

Le 18 mai 2013. Les arbres sont splendides, et c'est le cas pour toutes les essences, partout en Espagne.
Des oiseaux de toutes les couleurs chantent et volent autour de nous, c'est presque divin !

Le 18 mai 2013. Marbella.

Bon, ok, j'aime la mer. Mais le béton.... Une autoroute longe le littoral. Une deuxième, parallèle à la première, un peu en arrière ! Pour voir les plages, quitter l'autoroute, il y a plein de sorties. En bas, c'est à chaque fois la surprise : privé, inaccessible, ou public... Pénible, rageant. Mais ne boudons pas notre bonheur : soleil et chaleur sont là, c'est ce que nous voulions, pour le moins, et notre bonne humeur le confirme.

Le 18 mai 2013. Pause repas, pour nous comme pour ce petit moineau espagnol, qui a compris que se faufiler entre les tables de la terrasse de ce restaurant en front de mer ne pouvait que lui être bénéfique. Nous sommes un peu "assaillis" par des vendeurs ambulants noirs, couverts de sacs, montres et autres babioles. En discutant avec l'un d'entre eux, qui me répond en français, j'apprends qu'il est sénégalais, et fait ça depuis 9 ans. Il ne s'en plaint pas, et retourne dans sa famille au Sénégal les 5 mois d'hiver. Mais il nous dit que la crise rend les affaires plus difficiles.

Le 18 mai 2013. Nous reprenons l'autoroute le long de la côte, et décidons de dépasser Malaga puis de chercher un camping.

Le 18 mai 2013. Nous prenons la N340 après Malaga, qui longe le littoral. C'est tout de suite plus intéressant.

Le 18 mai 2013. Valle Niza. C'est ici que se trouve le camping que Michel a trouvé avec son GPS, juste en face de la mer. Un camping mignon comme tout, au prix fort correct, avec une jeune espagnole fort accueillante. Comment ne pas accepter ?

 

Le 18 mai 2013. Et au pied de splendides eucalyptus, je suis verni.

Le 18 mai 2013. Dans lequel des perruches sauvages découpent avec leur puissant bec de longs rameaux d'eucalyptus qu'elles emportent vers les cocotiers où elles font leurs nids. Que vous dire, sinon que nous sommes pleinement heureux. Ici, chaleur, WiFi, petit bureau, salle TV, le tout pour onze euros chacun. Ah non, pour 13, car le WiFi coûte, à lui seul, deux euros par jour ET par personne. Le seul mauvais point.

Le 19 mai 2013.

Comme vous pouvez le constater, le ciel est... bleu, et la température est de 20 degrés. Hier soir, les montagnes étaient entièrement sous des masses nuageuses absolument énormes. Heureusement que nous avons "zappé" la montagne !
Dans cette ville, les flics ont arrêté Michel. La remorque leur pose vraiment un problème. Ici, c'est interdit. Et en plus, comme il n'y a aucun document administratif l'accompagnant, ils ne sont pas satisfaits. Heureusement, un espagnol passant leur explique que tout est correct, qu'il connait bien la législation française, et que c'est OK. Finalement, ils nous laissent partir. Je regrette de ne pas leur avoir demandé la permission de faire une photo avec eux.

Le 19 mai 2013. Par contre, ce matin, la montagne est elle aussi sous un ciel bleu-blanc. Nous décidons d'un acommun accord d'aller y effectuer une boucle. C'est magnifique, et nous avons bien fait. Les virages sont difficiles, et Michel s'ennuie derrière la petite YBR et son piètre pilote. Ici, un cimétière espagnol typique, avec ses "niches" en superposition.

Le 19 mai 2013. Les villas dispersées dans la montagne. En examinant les chemins/routes cimentées qui y conduisent, il nous est facile de dire que nous ne voudrions pour rien au monde y habiter. Les pentes sont incroyables. Si j'habitais là, je me casserais la figure deux fois par jour, c'est garanti !

 

Le 19 mai 2013. Et toujours ces villages d'une blancheur éclatante, en contraste avec le grand bleu de la Méditerranée.

Le 19 mai 2013. Pause photo.

Le 19 mai 2013. Détail sur Competa.

Le 19 mai 2013. Je dis à Michel, qui ronge son frein derrière moi, de se faire plaisir et de filer à sa vitesse. Avec sa remorque, il va deux fois plus vite que moi... Eh oui, le Jef, c'est un lent, et ce n'est pas maintenant que ça va changer !

Le 19 mai 2013. Pendant ma descente à moi.

Le 19 mai 2013. La plus belle, la plus merveilleuse, la plus sobre, la plus légère, la plus sympa, la plus extraordinaire, la plus courageuse....
Chut.... ne le dites pas aux grosses BM' qui m'accompagnent !

Le 19 mai 2013. En approche de Torrox.

Le 19 mai 2013. Arrêt repas "bocadillos" dans un bistrot en retrait de la mer. Deux fois moins cher qu'hier.... hi hi hi !
Au loin, les nuages reviennent déjà sur les montagnes, alors que le ciel reste bleu sur la côte. Mais le vent redouble.

Le 19 mai 2013. Les criques succèdent aux criques, je ne m'en lasse pas.

Le 19 mai 2013. Ici, la côte est très escarpée, et le paysage est fort joli.

Le 19 mai 2013.

Le 19 mai 2013.
La plus belle, la plus merveilleuse, la plus..... Je crois bien que je l'aime, hi hi hi.

Le 19 mai 2013.

Le 19 mai 2013.

Le 19 mai 2013. Béton, encore du béton.... Dommage.

Le 19 mai 2013. Salobreña.

Le 19 mai 2013.
Dans la plaine de Motril. Au loin, au nord, la Sierra Nevada est encore sous la neige !

Le 19 mai 2013. La playa de Torrenueva.
Toujours ce sable ingrat, gris, presque terreux. Comparé à nos grandes plages atlantiques.... y'a pas photo.
Mais c'est la Costa del Sol, et le "Sol", il est bien là.

Le 19 mai 2013. La plus belle, la plus légère....
En fait, oui, légère, elle l'est, et je suis balloté par les fougueuses rafales de vent. Elle a failli m'échapper des mains, la coquine.
Je l'aime quand même !

Bon, ce top case est vraiment moche, hein, Bernard ? Mais il me rend bien service, je lui pardonne donc sa laideur.

Le 19 mai 2013. Calahonda.

Le 19 mai 2013.

Castillon de Baños. C'est la "plage" (oui, je sais....) de notre superbe camping.

Le 20 mai 2013. Un très joli cactus près de la réception du camping.

Le 20 mai 2013. Ah, les arbres espagnols. Splendides. Ici, près de notre parcelle.
Comme prévu, rien à démonter ce matin. Il fait un beau soleil, nous filons dans la montagne. Sans bagages....

Le 19 mai 2013. Une belle parcelle, de l'herbe, des sanitaires au top, tout est parfait.

Du coup, la décision est vite prise. Nous resterons ici deux nuits, et tenterons demain une incursion dans la Sierra Nevada.
On nous y annonce entre zéro et dix degrés dans la montagne, mais pas de pluie. On verra bien !

Hasta luego, amigos y amigas, y viva la España.

Le 20 mai 2013. Et c'est parti. Nous savons que nous allons retrouver les nuages, mais en attendant, tout est bon à prendre.
La petite Yam' est en pleine forme, comme tous les jours. Par contre, sa grande soeur est inquiète : légère fuite d'huile au niveau du pont.

Le 20 mai 2013. Polopos. Petit village perdu dans la montagne, au bout d'une petite route très très viroleuse, mais aussi très bosselée. Qu'à celà ne tienne, nous profitons des jolis paysages. Cette petite route nous permet d'effectuer une boucle prévue dans le voyage, au pied sud de la Sierra Nevada.

Le 20 mai 2013. Polopos, et ses rues en pente parfois terrible, comme dans tous les villages andalous.
Attention en s'engageant dans ces dédales....

Le 20 mai 2013. Le paysage, avec une montagne absolument couverte d'arbres fruitiers. Ici, des amandiers.

Le 20 mai 2013. Polopos vu d'un peu plus haut. Je roule doucement devant, Michel ne pousse pas, afin d'observer l'évolution de sa petite fuite.

Le 20 mai 2013. Rencontre sympa avec deux scooteristes belges d'environ 70 ans. Leur circuit ressemble au nôtre, sauf qu'ils tournent en sens inverse. Ils voyagent en camping-car, le posent et sortent les deux scoots pour aller visiter la montagne. Excellente méthode, bravo à eux. Nous les retrouverons plus tard, car ils vont dans le même village que nous !

Le 20 mai 2013. Le p'tit bonjour du lundi.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013. C'est tout ce que nous verrons de la neige qui recouvre les sommets de la Sierra Nevada, nuages obligent !

Le 20 mai 2013. Nombreuses maisons abandonnées dans la montagne. Les gens retournent en ville ! Dommage.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013. Quoi ? Heureusement que je me retourne.
Pendant que j'avais le dos tourné, Michel, qui fait ici semblant de dire bonjour, était en train d'essayer de voler ma belle !
Faut que je fasse gaffe, moi, à la petite. Faut que je la protège, elle est si fragile.... hi hi hi.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013. Et toujours ces jolis villages blancs.

Le 20 mai 2013. Trevelez, le but de la tournée, 1471 m, dans le parc naturel de la Sierra Nevada. Nous devions arriver ici ce soir, et y passer deux nuits au camping. Aucun regret : il fait 14 degrés. Gla gla. Et pas de soleil.

Le 20 mai 2013. Le centre de Trevelez. C'est là que nous allons casser la croûte.
Quand nous en partons, la température est descendue à 11 degrés, et la pluie est proche.

Le 20 mai 2013. L'intérieur d'une petit cimetière andalou perdu dans la montagne.

Le 20 mai 2013. Un troupeau de chèvres s'écoule sur les pentes, comme un liquide.

Le 20 mai 2013. Un joli panorama. Rencontre avec un couple en moto (une grosse BM', encore...) qui arrivent de Tours, tristes eux aussi de découvrir l'Andalousie sous une telle température. La pluie se met à tomber alors que nous sommes en train de discuter. Nous décidons, d'un commun accord, de redescendre vers la mer, le soleil, la chaleur.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013. Ah, la mer, la voici. Et le ciel est bleu. Ha ha ha Nous entamons la longue descente.

Le 20 mai 2013. Chaque pouce de terrain de la montagne est cultivé, jusqu'aux sommets, et partout.
Un travail colossal, qui me fait un peu penser aux rizières en Asie du sud-est. Ici, ce sont des arbres.
Et franchement, aller ramasser les fruits dans des pentes de "ouf", ce doit être drôlement difficile.

Le 20 mai 2013. Michel décide de partir s'éclater un peu dans la descente. Inutile pour moi d'essayer de le suivre, c'est une fusée. Sa grosse BM' est 5 fois plus puissante que ma titine. De plus, je suis bien incapable de m'engager à une telle vitesse dans les virages. Comme Olivier, quand ils mettent les gaz, je ne peux qu'admirer. Je suis un PMP (petit motard peinard), ce sont des GMP (grands motards pressés). Je repars tranquilou avec mon "pouf pouf pouf" rigolo, imperturbable, peinard, qui franchit tout aisément. Elle aime s'arrêter pour me montrer le paysage, et ça tombe bien, car mon petit appareil photo, toujours à mon cou, adore dégainer et shooter. La Yam' c'est la tortue. Et si vous connaissez la fable.... Ha ha ha.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013. Sur cette photo, la partie basse, c'est la mer, pas le ciel.

Le 20 mai 2013.
Serparti (c'est le nom de ma bécane) aime aussi regarder les paysages.
Mais pas quand elle roule. Dans ce cas, elle regarde la route, comme je lui ai demandé. Brave bête.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013.
Je viens de rattraper Michel. Heu... Disons qu'il a eu le temps de griller une ou deux cigarettes en m'attendant, le pauvre.
Finalement, la grosse Bertha marche toujours très fort !
160 km/h en bout de seconde, rendez-vous compte, quand Serparti atteint très difficilement 135/140 en bout de cinquième, sur le plat !
C'est clair, nous n'avons pas les mêmes valeurs.

Le 20 mai 2013.

Le 20 mai 2013.
Un petit panorama pour vous montrer les circonvolutions des petites routes de montagne espagnoles.
En fait, c'est comme des courbes de niveau, ça n'en finit jamais. Pour descendre de 20 mètres, tu fais 20 virages, au moins !

Le 20 mai 2013.

Et arrivée au camping, sous un soleil radieux, et une température de 21 degrés. Le bonheur, quoi !

Le 21 mai 2013.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas forcément. La Costa del Sol sans soleil, oui, ça existe aussi : la preuve ! Il a commencé à pleuvoir hier soir. Il a plu toute la nuit. Ce matin, c'est pire : c'est le déluge. Une mare s'est formée sous ma tente, une partie est à l'intérieur ! OK, on dégage. Où ? A Alméria, il y a là-bas deux concessionnaires BMW, et la pluie n'y arrivera que cet après-midi, d'après nos renseignements, Météo Espagne lue hier soir. C'esr parti pour 100 bornes sous une pluie battante. La encore, la ptite Yam' est heureuse et s'amuse sur l'autoroute, j'ai du mal à la retenir... Mais en roulant, nous nous rendons bien compte qu'il n'y aura pas plus de soleil à Alméria qu'au départ ! Je décide de tenter quand même la région du Cabo de Gata, que j'adore. L'Ofiice du Tourisme nous dit qu'il n'y a aucun espoir de voir du soleil aujourd'hui dans toute la région.

OK, on se pose au camping Cabo de Gata, que vous voyez. Et on a bien fait. Excellent accueil, excellent prix, excellentes prestations. Le gars me prête des éponges pour sécher l'intérieur de la tente, c'est super. On monte sous la pluie. Pas grave. Michel me dit que, seul, il irait à l'hôtel, mais je lui dis que je ne peux pas y aller dès qu'il pleut, c'est en dehors de mon budget. Finalement, il trouve ça rigolo, comme moi. J'ai même chanté "il pleut, il pleut, bergère", en roulant. J'arrive trempé des pieds à la tête, mais je m'en moque complètement.

Le 21 mai 2013. Heureusement, il ne fait pas très froid.

Le 21 mai 2013. Mobilisation des porte-manteaux aux sanitaires.
Repas dans une grande salle, WiFi gratuit, prises de courant, c'est Bysance, ici !

Le 21 mai 2013. Dans la soirée, après la douche régénératrice, dans la grande salle, au boulot.

Le 21 mai 2013.
Je quitte Michel après manger, je suis trempé. La douche brûlante, et longue, longue.... Le bonheur total.
Puis pyjama, duvet, hop, dans la tente. Je capte le WiFi, vosu êres des petits vernis.
Du coup, mise à jour du site, pour vous servir.

Et demain, on nous annonce.... soleil et chaleur. Youppeeehhhhhh...............

En attendant, je prends ma tablette et je retourne dans mon bouquin, quelque part dans une galaxie lointaine.

La vie est belle. Vive les voyages.

Le 22 mai 2013.
Ils avaient dit : "beau temps". Je confirme. Quel bonheur de se lever avec un tel ciel. Allez, route, direction le Cabo de Gata.

Le 22 mai 2013. J'adore ce coin, je voulais y revenir. Pas de regret. Et Michel a apprécié lui aussi.
A gauche, au fond, la Sierra Nevada et ses cimes enneigées. Au fond, le golfe d'Almeria.

Le 22 mai 2013.
Dans le parc naturel Cabo di Gata-Nijar. La pointe sud.

Le 22 mai 2013. On dirait la Bretagne, non ? Enfin, sauf pour la température....

Le 22 mai 2013.
C'est le bout de la route, il nous faut contourner la Sierra de Gata. Retour vers Cabo de Gata. Au loin, la Sierra Nevada.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013. La Fabriquilla. A droite, non visible sur cette photo, les Salinas, où se trouvent les flamands roses en été.

Le 22 mai 2013. Serparti est toujours en pleine forme.

Le 22 mai 2013. Il s'agit d'une région volcanique.

Le 22 mai 2013. Je vous laisse découvrir, c'est vraiment fantastique de voir tous ces cactus dans la montagne, ces maisons d'un blanc éclatant.
En plus, je ne vous transmets pas la chaleur, mais il fait chaud.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013. Mon petit appareil photo est une véritable tuerie, je l'adore.

Le 22 mai 2013.
Là, Michel n'a pas voulu s'engager, la route était encore un peu boueuse des pluies diluviennes d'hier.
Je n'ai pas insisté, bien que Serparti avait envie d'y aller. Mais elle a suivi sa grande soeur....

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Ah ah. Don Quichotte est revenu se battre contre des moulins à vent....

Le 22 mai 2013.
La belle et la bête. Je vous laisse le choix.

Le 22 mai 2013.
Fantastique. Le chien-dent du pays, c'est ça. J'adoooooore !

Le 22 mai 2013.
San Jose la magnifique. C'est ici que nous allons déguster une... délicieuse platée de nouilles.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Avouez que c'est beau, non ?

Le 22 mai 2013.
Et on reprend la route, le coeur en fête. Les champs sont couverts de cactus.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Ah oui, je vous garantis que rouler ici dans ces conditions est un plaisir exquis. Nous profitons, pleinement heureux.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Nous avons quitté la Sierra de Gata pour remonter vers le nord. Ici, à la sortie de Nijar, entrée dans le Paraje Natural Sierra Alhamilla, AL-3107.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Petite route très propre et très sinueuse. J'invite Michel à aller dégourdir les pattes de sa Teutonne, qui s'ennuie un peu aux côtés de ma petite Jap'

Le 22 mai 2013.
Un centre de captage d'énergie solaire. Logique, ici.

Le 22 mai 2013.
Je regarde le paysage, mais il ne faut pas trop quitter la route des yeux non plus....

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Lucainena de las Torres. En principe, c'est ici que Michel m'attend.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.
Et il est bien là. Il écoute le roulement de son pont, qui fait du bruit maintenant. C'est décidé, il ira demain à Almeria, chez le concessionnaire.

Le 22 mai 2013.
Descente vers Tabernas.

Le 22 mai 2013. Tabernas.

Le 22 mai 2013.
Et tout autour de Tabernas, le désert de Tabernas. Ici ont été tournés de nombreux Western. Et même aussi, Laurence d'Arabie.
Ce cow-boy fait des signes pour nous attirer dans le piège à touristes : nous ne tombons pas dans le panneau, forcément !

Le 22 mai 2013.
Par contre, le désert autour de nous est absolument merveilleux.
Nous arrêtons nos montures pour une petite marche dans un petit canyon.

Le 22 mai 2013.
Je vous laisse admirer.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Le 22 mai 2013.

Retour par l'autoroute, vent assez violent, belles rafales, mais chaud, chaud.
Arrivée au camping.

Une journée extra.

Encooooore!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

 

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 23 mai 2013. Une journée dans la Sierra de Gata, et une quinzaine de bornes de jolies pistes.

Le 24 mai 2013.
Je ne voudrais pas saper le moral de ceux qui ont du mauvais temps, mais pour nous, au départ du camping, c'est du "tout bon" !
Michel est revenu bredouille de chez BM' hier (deux semaines de délai) : il poursuit donc le voyage comme ça. Il a décidé de rouler comme Serparti....

 

Au fait, je prends le temps d'envoyer des photos, de mettre des commentaires. Mais de votre côté, vous êtes bien silencieux.Un retour serait la moindre des choses, et encourageant pour continuer. Je sais bien, je ne suis pas obligé de le faire, mais quand même.

Merci à ceux qui m'ont laissé un mot sur le livre d'or, ça fait toujours très plaisir.

 

Le 24 mai 2013. Jolie maisonnette, avec son icone religieuse, protégée par un saint ou une sainte.

Le 24 mai 2013.
Nous contournons Almeria, et filons vers le nord-ouest, direction Granada.
Ici, des centaines d'orangers dans cette zone me faisant penser à une oasis au milieu du désert.

Le 24 mai 2013.
Vue depuis le poste de pilotage. C'est chouette, hein ?

Le 24 mai 2013. Alhama de Almeria.

Le 24 mai 2013.

Le 24 mai 2013. Franchissement de la Sierra Nevada par l'est. 30 degrés en bas.

Le 24 mai 2013. Et 17 degrés en haut du col, à 2.000 mètres. On s'les gèle....

Le 24 mai 2013. Immense panorama pendant la descente.

Le 24 mai 2013.
Avec une très belle vue sur les neiges de la Sierra Nevada.

Le 24 mai 2013. En arrivant à La Calahorra.

Le 24 mai 2013. Pèpère qui vous donne le bonjour.

Le 24 mai 2013. La Calahorra.

Le 24 mai 2013. En roulant vers Guadix.

Le 24 mai 2013. Nous nous restaurons justement à Guadix, près de la cathédrale. Il fait 31 degrés sur le thermomètre de la ville. Oups !

Le 24 mai 2013.
Pas question d'aller à Grenada par l'autoroute. Une petite route magnifique nous y conduit, quel bonheur !

Le 24 mai 2013.

Le 24 mai 2013.
La plus belle, la plus fantastique, la plus..... Quelle bécane !

Le 24 mai 2013.
Traversée de zones fort touchées par une énorme érosion. Ce paysage me fait penser à la Cappadoce, en Turquie.
Même chaleur, même type de relief, même type d'érosion, mais sans les cheminées, juste quelques ébauches.
Comme là-bas, les hommes ont creusé la roche, tellement friable.

Le 24 mai 2013.
Un canyon.

Le 24 mai 2013.
La Peza.

Le 24 mai 2013.

Le 24 mai 2013.
Puis la traversée d'un superbe défilé. Franchement, on en prend plein les yeux !

Le 24 mai 2013.
Pour pas un rond, ou presque. Dans le Parque Natural de la Sierra de Huetor.

Le 24 mai 2013.
Nous choisissons un camping au sud de Grenade, puisque la montagne nous fait arriver par le sud.
C'est le camping Reina Isabel.

Le 24 mai 2013.
Plus tard, dans la soirée, nous nous installons près de la réception, mettons nos divers appareils en charge à deux prises, et surfons allégrement. Au bout d'une grosse demi-heure, Michel a soif et va se commander une bonne bière. 1,90 euro. Notez que la serveuse, fort mignonne au demeurant, nous laissait surfer sans nous demander de consommer quoi que ce soit. Pour ma part, désireux de faire quelques économies, et venant juste d'avaler un bol de café près de la tente, je poursuis mon boulot sans boire. Or, dix minutes plus tard, la serveuse apporte à Michel une assiétée comme celle que vous voyez ci-dessus. Viande, frites... Mais c'est quoi, ça ? Michel me répond : c'est sans doute avec la bière. Mais nous n'y croyons pas. J'interpelle la jolie demoiselle, et lui demande si, à chaque fois qu'on prend une bière, on reçoit cette assiette. Mais bien sûr, me répond-elle avec un délicieux sourire.

Vous avez deviné la suite, non ?

Franchement, le camping que nous avons quitté était excellent. Celui-ci l'est aussi. Nous sommes "aux anges".

Allez, je vous laisse, ami(e)(s) lecteur(trice)(s). Ciao ciao.

Le 25 mai 2013.
Départ du camping. Termps radieux, comme vous pouvez le constater.

Le 25 mai 2013. Direction : la Sierra Nevada.

Le 25 mai 2013.

Le 25 mai 2013. A nos pieds, la Embalse de Canales.

Le 25 mai 2013. En grimpant vers la station de ski de la Sierra Nevada, on trouve une petite route pittoresque qui redescend vers Monachil. On la suit pendant quelques kilomètres, puis on retourne sur la route principale conduisant au point le plus haut accessible par la route.

Le 25 mai 2013. La montagne que l'on domine de plus en plus.

Le 25 mai 2013. Les hauts sommets font leur apparition.

Le 25 mai 2013.
Parmi eux se détache nettement cette pointe de flèche : le Pico de la Veleta, 3398 m. C'est là que se trouvent les pistes de ski, et la grande station, où se retrouvent toute la population de Grenade pendant la saison d'hiver. Pour vous dire que je suis content de mon petit compact, la photo suivante est une coupe dans celle-ci, sans aucun agrandissement ni travail d'aucune sorte, pour vous donner une idée de la précision des détails de chaque photo.

Le 25 mai 2013.

Le 25 mai 2013.
Sur la place centrale de la station, appelée Sierra Nevada, tout simplement.

Le 25 mai 2013.
La route monte plus haut, nous allons jusqu'au bout. En fait, pas vraiment, mais un panneau "sens interdit" nous interdit -justement- d'aller plus loin.

Le 25 mai 2013. Peu avant l'arrivée.

Le 25 mai 2013.
Altitude : 2500 mètres. Température : 17 degrés. Beau soleil.
Il est midi, nous nous installons pour manger des bocadillos. Franchement, c'est extra, d'être ici avec nos bécanes.
Des enfants font de la luge, il y a qulques touristes, mais ce n'est pas la foule. L'idéal, quoi !

Le 25 mai 2013. Et voilà.

Le 25 mai 2013.

Le 25 mai 2013.
J'aurais bien fait une petite sieste, il faisait si bon, les yeux fermés, le visage chauffé par les généreux rayons de notre étoile préférée.
Mais Michel ne tient pas en place, il s'équipe. Il faut reprendre le boulot, la pause est finie.

Le 25 mai 2013. Joli panorama en redescendant -ben oui, quoi, on ne peut plus monter !

Le 25 mai 2013.
De là-haut, nous apercevons cette route, en face, su l'autre montagne, qui grimpe jusqu'à un col, tout en haut à droite.
Elle nous fait très envie. Comme elle démarre de la petite ville de Güjar Sierra, en bas sur les rives de la Embalse de Canales, nous devrions la trouver.
Elle n'est pas prévue au programme, mais il fait beau et chaud, et nous avons le temps. La maison est montée, et personne ne nous y attend.

Le 25 mai 2013.
Michel, très occupé, depuis le panorama.

Le 25 mai 2013. Notre route.

Le 25 mai 2013.

Le 25 mai 2013.
Descente vers Güjar Sierra. Michel est parti devant. Une pente et des virages de "ouf". T'as pas intérêt à perdre tes freins, ni à regarder ailleurs...
En tout cas, pas longtemps !

Le 25 mai 2013. La Embalse de Canales, tout en bas.

Le 25 mai 2013. Ici, il y a un grillage. C'est extrêmement rare. Admirez la déclivité.
Nous avons croisé un paquet de cyclistes dans les pentes toute la journée. Les pauvres §
Je peux vous dire que celle-ci, je ne voudrais pas avoir à la monter, car elle est vraiment terrifiante.

Le 25 mai 2013.
Nous vons trouvé facilement la route que nous cherchions. Coup d'oeil arrière en la montant.
A gauche, la descente que nous venons d'effectuer sur l'autre versant, en descendant de la station Sierra Nevada.

Le 25 mai 2013.
La route est étroite, fort abîmée, et sans aucune protection.

Le 25 mai 2013.
La plus belle..... hi hi hi

Le 25 mai 2013.
Franchement, il ne faut pas rouler trop près du bord, d'autant plus qu'avec les fissures, par endroits, il y a carrément des effondrements !

 

Le 25 mai 2013.
Oups, il était temps que je m'arrête !

Le 25 mai 2013.
La preuve !

Le 25 mai 2013.
La Sierra Nevada nous offre son autre versant, c'est magique.

Le 25 mai 2013.
Fin de la route. Elle se poursuit en chemin de terre. Demi-tour obligatoire, pour nous.

Le 25 mai 2013.
Mais le panorama est absolument grandiose. Sous nos yeux, les plus hauts sommets de la Sierra Nevada, tous au-dessus de 3.000 mètres.

Le 25 mai 2013.
Pendant la descente.

Le 25 mai 2013.
Un des effondrements...

Le 25 mai 2013.
Plus bas, coup d'oeil arrière sur la Sierra Nevada, depuis le barrage de la Embalse de Canales.

Retour au camping, les températures montent : 31 degrés à l'arrivée.

Une bonne douche, puis retour à notre bar préféré, près de la réception. Ce soir, avec la bière, une assiétée de crudités (concombres, tomates, délicieuse vinaigrette), puis une assiétée de mâche et de tentacules de petites pieuvres. Le tout arrosé de persil et de petits oignons. Plus le boc de bière, of course ! C'est vraiment le pied.

Allez, je vous laisse, les p'tits loups ! A un d'ces quatre.
Hasta luego.

Le 26 mai 2013. Et la façade du camping, pour terminer.

Nous sommes donc allés en bus (15 minutes, 1,45 € aller, arrêt situé à 150 mètres du camping) à Grenade, et nous avons bien fait. Il y avait une fête, celle du Corpus Christi. Nous en avons vu un petit bout (calèches). J'aurais aimé voir la procession, mais nous n'avons pas attendu, je le regrette un peu. Sinon, la ^partie de la ville la plus intéressante était celle appelée Albaicin, très typique, en forte pente et dominant la ville, aux ruelles très étroites. C'était superbe. Et, en face de ce quartier, la fameuse Alhambra, que nous n'avions pas envie de visiter, pour des tas de raisons. Nous avons passé une superbe journée, avec des températures comprises entre 20 et 30 degrés, sous un très beau ciel bien bleu. Ce soir, nous sommes fatigués, mais la récompense est avec notre bière, avec deux assiétées, l'une de crudités, l'autre de sardines. Délicieux !

Pour les jours qui viennent, ce sera plus difficile, la pluie est au rendez-vous sur notre parcours, que nous allons sans doute modifier !

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 26 mai 2013. Visite de Grenade, ou Granada.

Le 27 mai 2013.
On quitte le camping de Grenade à 9 heures. Michel regarde d'abord la météo, et comme elle semble plutôt meilleure qu'hier là où nous allons, nous décidons de tenter le coup et de suivre l'itinéraire prévu. Bien nous en a pris. A noter que sur Grenade, c'est franchement très couvert !
Direction nord-ouest, jusqu'à Alcala La Real, puis de là, on prend les petites routes vers le nord-est. Et les petites routes, c'est le bonheur. Ici, dans les environs de Alcala La Real. Il fait entre 15 e 20 degrés. Je suis gelé....
Remarquez les champs d'oliviers au loin. Si on devait qualifier cette journée, je la nommerais "Oliveraie". Vous allez voir pourquoi !

Le 27 mai 2013.
Toujours en Andalousie, dans la province de Jaen. On traverse une petite montagne sur une route étroite et sinueuse, dans des vallées parcourues par un vent glacial (en comparaison des températures des derniers jours). Le ciel est fort menaçant, la pluie est tout près de nous, mais elle nous épargnera !

Le 27 mai 2013. C'est très beau, mais très froid.

Le 27 mai 2013.
Valdepeñas de Jaen. Le soleil chauffe davantage, quel bonheur.

Le 27 mai 2013.
Michel se fait un copain, prêt à partir avec la grosse Béhème ! Même pas peur.

Le 27 mai 2013.
Les montagnes sont couvertes d'oliveraies, à perte de vue, et dans toutes les directions, dans la région entière.
Je trouve ça très beau.

Le 27 mai 2013.
Arrivée à Jaen. C'est là que nous cassons la croûte, dans une jolie cafétéria.

Le 27 mai 2013.
La cathédrale de Jaen, en haut de la rue.
Encore une ville bâtie à flanc de montagne, avec des rues en forte pente.

Le 27 mai 2013.
Oh là là.....

Le 27 mai 2013.
La plus belle, qui passe partout....

Le 27 mai 2013.

Enfin, elle, oui, elle passe. Mais son piètre pilote, lui, ne passe pas ! La route était coupée -carretera cortada-, mais comme on en a déjà vu une qui était en fait très bien, je dis à Michel, on y va, si ça se trouve, ça passe. Il est devant. Ce n'est pas terrible. Puis j'arrive ici, en bas de cette belle côte, très glissante et en dévers. Michel n'est plus là. Il est monté, le bougre, avec sa grosse teutonne ET sa remorque. En plus, il a calé au milieu, et est reparti en pleine pente dérapante ! Moi, en bas, je lui dis : non, je n'y vais pas. Je me connais, si je tente, je m'affale. Il y a ceux qui connaissent leurs limites et font demi-tour -moi-, ceux qui les connaissent et tentent quand même et se plantent, et ceux qui sont doués, tel Michel. Il descend et me dit, gentiment : tu veux que je te la montes ? On essaie d'abord en poussant, mais ça glisse trop. Michel la prend, et me la monte en haut ! Merci à lui.

Le pire, c'est que cinq minutes plus tard, on arrive sous l'autoroute; si on avait suivi la déviation, on y serait arrivé bien plus vite, car en plus, c'était un raccourci !

Bon, pas grave, je n'ai même pas honte. Je sais que Serparti passe, ce qui confirme une fois de plus tout le bien que je pense d'elle...

Le 27 mai 2013.
Après Jaen, nosu décidons de filer directement au camping, histoire de monter la tente avant la pluie menaçante.
Or, le camping, bien qu'ouvert, est complet -colonie de vacances. Le suivant est à... 65 km.

Oups, heureusement que nous ne sommes pas des cyclistes....

Le 27 mai 2013.

Le 27 mai 2013.

Le 27 mai 2013.
C'est superbe, et la route est neuve, en plus. Que du bonheur, dans le Parc naturel de la Sierra Magina.

Le 27 mai 2013.

Le 27 mai 2013.

Le 27 mai 2013.

Le 27 mai 2013.
Pour finalement arriver dans un joli petit camping tenu par des Hollandais, à Cazorla.
Nous sommes en avance de 24 heures sur les prévisions, et prenons donc deux nuits.
Demain, balades dans le Parc Naturel de Cazorla, sans les sacs.

Et, ce soir, finalement, le soleil brille. Nous savourons notre chance.

Juste une petite touche grise : il n'y a pas de WiFi, seulement une connexion Ethernet, ce qui prive Michel du réseau (téléphone inconnectable).

Le 28 mai 2013.

Journée un peu moins chaude et moins ensoleillée. Températures comprises entre 15 et 20 degrés. Mais la pluie ne tombera pas, ouf !
Paysages splendides autour des villes de Cazorla et de Quesa, dans le parc naturel de Cazorla, où nous effectuons deux belles boucles.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 28 mai 2013.

Le 29 mai 2013.
Exactement le même temps qu'hier, passages nuageux, températures entre 15 et 20 degrés selon l'altitude, rafales de vent, pas de pluie.
Nous traversons Cazorla en quittant le camping. Terrifiant : rues extrêmement étroites, avec des pentes de "ouf", et un sol très lisse de type "marbre".
Ici, sous la pluie, même pas la peine de sortir la moto ! Pour rien au monde je ne voudrais habiter dans un tel village.

Le 29 mai 2013.
La Iruela, à la sortie de Cazorla. Même punition, même motif. Par contre, c'est superbe.

Le 29 mai 2013.
La Iruela, encore, vue de plus loin, pendant la montée vers le Puerto de las Palomas (1290 m). En bas, Burunchel.

Le 29 mai 2013.
Depuis le col, vue sur la Sierra de Pozo, la Sierra de Segura, la vallée du Guadalquivir, que nous allons suivre de bout en bout, vers le nord-est.

Le 29 mai 2013. Pendant la descente vers la vallée.

Le 29 mai 2013. Dans la vallée du Guadalquivir, qui prend sa source tout près d'ici.
Nous l'aurons donc vu à sa naissance, et à sa jetée dans la Mediterranée.

Le 29 mai 2013.
Le voici, le Guadalquivir, aux belles eaux teintées de bleu. J'adore ce nom.

Le 29 mai 2013.
Le lac de barrage "Embalse del Tranco".
Nous rencontrons ici deux motards lyonnais fort sympathiques avec lesquelles nous taillons une petite bavette.

Le 29 mai 2013.

Le 29 mai 2013.
J'ai beaucoup aimé cette partie du trajet, sur la A319. Hier, nous étions dans la montagne à gauche (ouest), la Sierra de Cazorla.

Le 29 mai 2013.
Toujours ces arbres magnifiques. Un immense incendie a ravagé une partie de la forêt de ce parc national en août 2005.

Le 29 mai 2013. C'est beau, non ?

Le 29 mai 2013.

Le 29 mai 2013.

Le 29 mai 2013.
Nous mangeons près du barrage, où nous sommes servis par un patron fort sympathique.
Après Tranco, nous retrouvons les tapis d'oliviers....

Le 29 mai 2013.

Le 29 mai 2013.
Hornos, où nous faisons un détour pour admirer les panoramas sur la Embalse de Tranco.

Le 29 mai 2013.
Et le panorama.... qui valait bien le déplacement !

Le 29 mai 2013.
Nous arrivons à Siles pour le camping, mais il ne nous convient pas, malgré la présence d'un seul client, un cycliste belge flamand qui converse un moment avec nous en... anglais (il n'y a pas Internet, et il n'est franchement pas follichon; le cycliste n'a pas le choix, il est fatigué, mais nos bécanes peuvent encore bosser, non?). Michel voit un autre camping à 6 km (c'était nettement plus...), perdu dans la montagne, sur une route passablement défoncée, loin de tout, et accessible au bout de 500 mètres de piste caillouteuse et fort en pente. Non, ça ne lui plait pas. Demi-tour.

Le 29 mai 2013.
Le suivant est à plus de 20 bornes. Il est fermé !

Le 29 mai 2013.
Il y en a un autre à moins de 10 km. C'est ouvert. Il y a Internet, un seul client, et c'est cher.
Je le fais savoir, par habitude, et le patron, fort sympa, nous fait un rabais de 7 euros. Super ! Et les équipements sont nickel.

Encore une très belle journée dans cette belle Espagne aux paysages si jolis que je vous recommande... chaudement !

Au fait, nous avons quitté l'Andalousie et sommes désormais en Castilla-La Mancha.

Le 30 mai 2013.
A notre grande surprise, il a plu une partie de la nuit. Et il a fait froid. Pour vous dire, 9 degrés seulement ce matin au départ, à dix heures !

Le 30 mai 2013.
Il fait froid, mais il fait beau, et c'est bien là le principal ! Ci-dessous, le village de Molinicos.

Le 30 mai 2013.
Molinicos, encore. Ces villages sont charmants, antiques, et mériteraient souvent une visite piétonne.

Le 30 mai 2013.
Sur notre petite route, une vraie merveille.
Hier dans la soirée, j'ai loupé un tas de photos de jolis paysages. Nous roulions vite, à la recherche d'un camping...

Le 30 mai 2013.
On aperçoit au loin le but de ce crochet : la Embalse de la Fuensanta.

Le 30 mai 2013.
Des paysages ressemblant un peu à ceux de l'ouest américain, du moins tels que je les ai vus au travers de maints reportages.

Le 30 mai 2013.

Le 30 mai 2013.
Nous allons parfois chercher loin ce qui est à portée de main !

Le 30 mai 2013.
Le lac de barrage de la Fuensanta.

Un peu avant, alors que nous regardions notre carte sur le bord de la route, des espagnols se sont arrêtés pour nous demander si nous avions besoin de quelque chose. Je dois dire que les espagnols sont vraiment sympathiques, et si je puis me permettre, c'est autre chose que les gens du nord (je parle de la Scandinavie, essentiellement, où les gens sont beaucoup plus froids).Le soleil est certainement à l'origine de ces différences.

Le 30 mai 2013.

Le 30 mai 2013.
Près de Peñarrubia. Retour sur la CM-412.

Le 30 mai 2013.
Elche de la Sierra. Au premier plan, des restes des pluies nocturnes, bientôt disparues... La température monte, et c'est si bon !

Le 30 mai 2013.
Ferme isolée sur la A-13, perdue en pleine "cambrousse". Très typée, avec son patio entouré de hauts murs.

Le 30 mai 2013.

Le 30 mai 2013.
En surplomn au-dessus de la Segura, en partie captée pour l'immense réservoir El Cenajo.

Le 30 mai 2013.
Calme absolu. Beauté dinosaurienne (Michel s'attendait à en voir un). Silence absolu. Admiration !

Le 30 mai 2013.
Insolite, quelque peu surréaliste. Les eaux, bleues sur la photo, tiraient fortement sur le vert en réalité.

Le 30 mai 2013.

Le 30 mai 2013.

Le 30 mai 2013.
Aujourd'hui ici, dans un bar de Letur.

Le 30 mai 2013.
Image reflétant bien notre repas quotidien.

Le 30 mai 2013.
Paysages fantastiques, silence total, à peine quelques maisons sur 50 km de très mauvaise route.
Je demande à Michel si on doit y aller, il dit oui. Car ça secoue, il y a plein de striures, rainures, trous, etc... Mais c'est si beau.

Le 30 mai 2013.

Jusqu'à ce que.... Non, rassurez-vous, ce n'est pas un accident, mais l'essieu de la remorque s'effondre, ou du moins, les silent-blocs se sont déplacés dans les tubes, l'ensemble s'est affaissé. Micle consolide avec des piquets de ma tente, en acier solide. Mais il pense que ça ne tiendra pas. Les rares autos à passer s'arrêtent, bien entendu, demandant si nous avons besoin d'aide. Merci à eux pour leur gentillesse.

Le 30 mai 2013.
Quelques kilomètres plus loin, l'un des piquets saute, la remorque s'effondre une deuxième et dernière fois. Une nouvelle vie commence pour elle. Michel passe l'éponge, impuissant. Il récupère presque tout, j'arrive à caser ses outils et ses bottes de moto dans mon sac, il abandonne sa table de camping dans la remorque. J'arrête un gars et lui demande si ça l'intéresse. Réponse pleine de joie et d'enthousiasme. Cet incident fera au moins le bonheur de quelqu'un, un marocain exilé en Espagne, qui nous dit que la crise a tout cassé. Et ça se voit, quand on constate le pauvre matériel de misère qu'il récupère dans sa petite voiture. Adieu, la belle remorque, les routes espagnoles auront eu raison de toi !

Le 30 mai 2013. Regard désolé.... Mais ce n'est que matériel, les vacances continuent, c'est l'aventure de la route.
Entretemps, le marocain nous dit de quitter ces routes, car nous nous sommes trompés, et celle-ci est belle à côté de celle prévue....

Le 30 mai 2013.
Retour à Letur pour prendre les grands axes. De grandes lignes droites, mais toujours, au loin, des montagnes.
Dommage qu'elles ne soient accessible qu'au moyen de pistes !

Le 30 mai 2013.

Près de Caravaca de la Cruz, nous prenons même l'autoroute vers Murcia sur une quarantaine de km, pour sortir près de Mula, à moins de 30 bornes de Murcia. Je me souviens de ces paysages désertiques, ayant passé trois semaines de vacances un peu plus au sud sur la côte, près de Cartagena, au bord de la mer Menor. C'était en 1975.... J'habitais alors à Berlin, et étais venu avec ma petite R5 toute neuve ! J'aime cette région d'Espagne, très chaude, presque désertique, aux paysages acrrément incroyables. Et la chaleur, elle se vérifie : le thermomètre est monté à 27 degrés ! Par contre, nous subissons à nouveau un fort vent soufflant en rafales, dur dur pour la légère Serparti, avec son grand sac en travers. mais globalement, ça va, je suis plutôt content de ses réactions, fort efficaces. Une brave petite moto, je le confirme une fois de plus.

Le 30 mai 2013.
Au même endroit, une longue allée bordée de cocotiers, perdue au milieu de nulle part. Quelque peu surréaliste !

Le 30 mai 2013.
Et dans cet espace désertique, les espagnols font pousser des oasis d'arbres fruitiers de toute beauté. Mais comment font-ils ?

Le 30 mai 2013.
Des milliers d'abricotiers, de cerisiers, de pêchers... Incroyable. Ici, un abricotier.

Le 30 mai 2013.
Arrivée à Archena.
Avec l'événement de la remorque, nous perdons la visite de la Sierra de Espuña.
Encore une bonne raison pour revenir, si tant est que nous ayions besoin d'une raison.

Le 30 mai 2013. J'adore ces paysages !

Le 30 mai 2013.

Puis, au mileiu de ce désert, quelques complexes hôteliers de plein air, près de Fortuna, à Los Baños, une ville thermale. Devant cette entrée majestueuse, nous avons peur de nous faire assassiner -en terme de tarifs-, mais la surprise sera de taille. C'est le camping le moins cher depuis notre départ : 8,50 € chacun. Et pourtant, nous avons une piscine aux eaux thermales et très chaudes, des sanitaires individuels sur notre propre parcelle... Seul, le WiFi est en sus, à 3 euros. Je n'ai pas pris...

Le 30 mai 2013.
La vue en me retournant, l'entrée du camping est dans mon dos.

Le 30 mai 2013.
Le sol est dur, très dur, très très dur. Cette fois, Michel a eu besoin de mon marteau, et aurait bien aimé avoir mes piquets. Je les avais justement achetés suite à mon premier voyage en Espagne, où j'avais eu tant de mal avec mes pauvres sardines minables de l'époque dans un terrain dur comme du béton.

Le 31 mai 2013.
La météo, ce matin au départ. Il fait déjà 22 degrés.... Je ne vous dis pas ça pour vous embêter, hein, je sais qu'il ne fait pas beau en France.

Nous étions entourés par des Anglais à gauche, des Anglais à droite, des Allemands un peu plus loin, des Néerlandais en face... Tous des retraités, fort sympas. Hier soir, notre voisine l'anglaise est venu nous apporter deux parts de pizza. Ce matin, les allemands sont venus discuter avec nous; ils ont fait le Paris-Dakar en 4x4 il y a quelques années, et étaient arrivés 28ème -pas mal du tout ! Notre voisin anglais est un ancien officier motard de la police. Il a roulé sur une Norton 1200, puis la police anglaise est passée chez BMW, les meilleures motos -dit-il... Il est retraité, et s'est installé avec sa femme dans un village de 2.000 habitants près de Cartagena. Ils retournent de temps en temps en Angleterre, mais peu. Ils me disent : 320 jours de soleil par an. Et c'est vrai que c'est dans ce coin qu'il fait le plus chaud, je crois. A planifier....

Le 31 mai 2013.
Nous retrouvons désert et cultures. Vent violent mais chaud.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.
Le toit est entièrement couvert de cactus, et pas des petits !

Le 31 mai 2013.
C'est toujours triste de voir toutes ces maisons abandonnées. Des gens, sans doute sur plusieurs générations, ont vécu ici.
On passe toujours vite. J'aimerais bien aller visiter, m'asseoir et réfléchir à ça, presque me recueillir.Ce sont des lieux émouvants, je trouve.
Mais les motards n'ont pas le temps pour ça. Les motards, ça roule....

Le 31 mai 2013.
Quand je vous dis qu'ils cultivent partout.

Le 31 mai 2013.
Lentement, mais sûrement, nous quittons la zone désertique. Nous fonçons désormais plein nord.
La route devient de plus en plus droite, au grand désespouir de mon compagnon de route.

Le 31 mai 2013.
Le vent nous secoue comme des voiliers sur une grosse mer. La température fraîchit, nous perdons bien 4 ou 5 degrés.
Mais les espagnols n'en poursuivent pas moins les cultures.
C'est marrant, mais lors de mon dernier voyage en Espagne -avec le x9, ici- en septembre 2004, le pays entier était en construction. J'entends par là : partout, je voyais des maisons, des immeubles, des villages neufs et/ou en construction. La crise des subprimes est passée par là, les chantiers abandonnés, etc, etc. Et cette année, que vois-je en Espagne ? Des cultures partout, nouvelles, en créations, et/ou récentes, à perte de vue. Que nous réserve l'avenir ? Quand l'être humain part à fond dans un truc, en général, ça craint, car il n'y a jamais de limites...

Allez, soyons optimistes ! L'Espagne va arroser l'Europe de fruits et légumes, elle a déjà bien commencé. Au moins, ils sont certains que la production ne va pas se déplacer dans d'autres pays. Par contre, ce qui m'inquiète, c'est plutôt la gestion de l'eau, des engrais, etc, etc...

Le 31 mai 2013.
Le vent nous a saoulés, c'est crevant. Du coup, arrêt en centre-ville, à Yecla.
De superbes "bocadillos" bien fournis (viande de porc, oeuf sur le plat, piment), avec une bonne bière, le tout pour 4,70. Dé-li-cieux.

Le 31 mai 2013.
Le bar. Si vous faites attention, à gauche, une belle pub en bois "cidre de Normandie"... Cherchez l'erreur !

Le 31 mai 2013.

Grandes lignes droites, grosses rafales de vent. Fatiguant, mais j'aime bien quand même. Au niveau paysage, c'est plus plat. Par contre, ce que j'adore en Espagne, c'est que la montagne n'est jamais loin. On la voit presque toujours quelque part à l'horizon, et ça, c'est génial !

Le 31 mai 2013.
Almansa la belle. Un beau château. De vieux et beaux bâtiments.

Le 31 mai 2013.
Les rues sont vides, pour cause de fiesta...

Le 31 mai 2013.
La belle Serparti voulait que je la prenne en photo devant cette maison. Allez savoir pourquoi ! Bref, ne cherchez pas à comprendre.

Le 31 mai 2013.

Ici s'est déroulée une grande bataille. Lors de la guerre de Succession d'Espagne, Berwick à la tête d'une armée franco-espagnole remporta à Almansa1, le 25 avril 1707 sur les troupes luso-britannico-hollandaises de l'archiduc Charles, commandées par lord Galloway, comte de Ruvigny et le marquis des Minas, une grande victoire, qui rendit le trône à Philippe V. Elle est donc probablement la seule bataille de l'histoire à avoir opposé des troupes françaises commandées par un Anglais à des troupes anglaises commandées par un Français.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.

Le 31 mai 2013.
La Sierra del Mugron attire mon oeil. Forcément, elle a le type du "sous-marin" norvégien ou islandais, comme un énorme paquebot renversé.
Sauf qu'il n'y a pas l'eau des fjords. Mais c'est exactement le même genre de montagne.

Le 31 mai 2013.
Un peu plus loin, Ayora et son château.

Le 31 mai 2013.
Teresa de Cofrentes, quelques kilomètres avant Jarafuel et notre camping.

Le 31 mai 2013.
Et voilà. Un emplacement parfait, loin de la zone agglutinée et bruyante des campeurs espagnols qui risquent de faire la fête ce soir, c'est vendredi !

Le 31 mai 2013.
Et un grand bar, avec prises de courant, et WiFi, ouvert jusqu'à deux heures du mat'...
Inutile de vous le dire : je serai depuis longtemps en train de dormir, mais mon compagnon de route, peut-être pas ?

Bref, tout va bien. Il fait 24 degrés, mais le vent est toujours puissant, nous retirant une partie du bénéfice de la chaleur.

Non, on ne va pas se plaindre. Pourvu que ça dure.

Le 1er juin 2013.
Quelque chose de curieux, ce matin. Ah, oui, c'est ça : pas un souffle de vent, pas un seul nuage dans le ciel. Incroyable.
Par contre, il ne fait que 15 degrés au départ, mais, pas grave, hein. Le principal : il ne pleut pas !
Ici, au nord d'Utiel, dans la sierra d'Utiel, justement.

Le 1er juin 2013.
La Embalse de Benageber. Une partie de la forêt a brûlé.

Le 1er juin 2013.

Le 1er juin 2013.

Le 1er juin 2013.
Titaguas.

Le 1er juin 2013.
Place centrale du village Aras de los Olmos. C'est dans ce bar que nous commandons nos désormais quotidiens "bacadillos".

Le 1er juin 2013.

Le 1er juin 2013.
La CM2203 suit le cours du Rio Turia, aux profonds canyons.

Le 1er juin 2013.
C'est absolument superbe.

Le 1er juin 2013.

Le 1er juin 2013.
Il fait toujours aussi beau, la température a grimpé, mais le vent revient en force !

Le 1er juin 2013.
Casas Bajas. J'adore les petites fleurs le long des routes, c'est magnifique.

Le 1er juin 2013.
Suivi de, bien évidemment, Casas Altas.

Le 1er juin 2013.
Paysage près de Ademuz.

Le 1er juin 2013.
Ademuz.
Nous changeons l'itinéraire, car la route initialement prévue semble être carrément une piste. Donc, la nationale, via Teruel.

Le 1er juin 2013.
Et nous ne sommes pas déçus, car nous traversons des paysages dignes du Far West américain, absolument incroyable !

Le 1er juin 2013.

Le 1er juin 2013.
Franchement, j'aimerais bien passer deux-trois jours dans ce coin pour aller voir ça de plus près !

Le 1er juin 2013.
Après Teruel, une ligne absolument droite de 12 km.... Avec des rafales puissantes, un vrai bonheur....

Le 1er juin 2013.
Hommage à des fusillés victimes des troupes franquistes le 16/09/1936.

Le 1er juin 2013.
Nous entrons dans la Sierra de Albarracin. C'est magnifique ici aussi.

Le 1er juin 2013.
Le château d'Albarracin.

Le 1er juin 2013.
Et son camping. Une dernière petite lessive.
Nous rencontrons des français fort sympas ici. Ainsi qu'un cycliste polonais qui se fait un tour d'Espagne sur 5 semaines.
Il me dit être complètement "rincé" : 7 jours qu'il pédale contre le vent, le pauvre, comme je le comprends !

Le patron du camping nous prévient qu'il fait froid la nuit, entre 3 et 5 degrés.... Pas grave, j'ai mon gros duvet, et Michel n'est pas frileux.

Le 2 juin 2013.

Finalement, la nuit n'a pas été si froide, car le ciel était couvert. Par contre, les voisins de Michel ont fait une sacrée comédie, tard dans la nuit et, en plus, tôt le matin ! Nos voisins français sont venus discuter un peu, et c'est parti. Il fait 15°, le ciel est voilé, rien de méchant. Ici, traversée de notre village, Albarracin, fort touristique, et qui vaudrait un arrêt de deux heures à pied.... Mais le devoir nous appelle.

Le 2 juin 2013.
La sierra de Albarracin -Reserva Nacional de los Montes Universales- et ses murailles rouges. Les motos donnent une idée de l'échelle.

Le 2 juin 2013.
Nous poursuivons notre remontée vers la France. Ici sur la A1512, Torres de Albarracin.

Le 2 juin 2013.
Toujours sur la A1512, peu avant Noguera.

Le 2 juin 2013.
Pendant la montée vers le col de Orihuela.

Le 2 juin 2013.
Rivière de pierres. Les espagnols disent : Rio de piedras... Il y en a plusieurs dans ce coin.

Le 2 juin 2013.
Arrivée au col, el puerto Orihuela.
Dans cette forêt, trempée (de l'eau coulait partout sous les arbres), il faisait un froid de canard. Je le ressens encore !

Le 2 juin 2013.
Le plus beau "rio de piedras" du coin, près de la route, peu avant Orihuela del Tremedal.

Le 2 juin 2013.
Mon frangin m'en avait fait visiter un dans les Vosges, mais là, c'est sans doute le plus grand du monde. Très impressionnant !


Le 2 juin 2013.
Nos deux montures, pendant la descente du col, dans la grande forêt et cette belle Sierra del Tremedal.

Le 2 juin 2013.
Justement, voici Orihuela del Tremedal.

Le 2 juin 2013.
Sur la CM2111, vers Orea.

Le 2 juin 2013.
Checa. Pause "bocadillos"....

Le 2 juin 2013.
D'abord, un petit tour dans le village. Toujours cette vénération des icônes, en Espagne.

Le 2 juin 2013.
On entend chanter; c'est la procession des fidèles dans le village, qui se termine.

Le 2 juin 2013.
Des enfants de choeur devant et derrière, le curé protégé par un baldaquin porté par les fidèles, tout le monde chante !

Le 2 juin 2013.
Alors là, une grande première. Il y a un radiateur électrique allumé, et qui répand une chaleur fort agréable près de laquelle je m'asseois.
Quand je vous dis qu'il fait encore froid, dans ces montagnes !

Le 2 juin 2013.
Détail d'une mosaïque dans le bistrot.

Le 2 juin 2013.
Au loin, le village suivant, Chequilla. La route est belle et agréable, c'est un vrai plaisir de rouler.

Le 2 juin 2013.

Le 2 juin 2013.

Le 2 juin 2013.
Arrivée à Molina de Aragon, et son beau château.

Le 2 juin 2013.
Superbe petit pont, toujours à Molina de Aragon.

Le 2 juin 2013.
Couvent, dans Molina de Aragon.

Le 2 juin 2013.
Rueda, sur la CM210. Nous fonçons plein nord.

Le 2 juin 2013.
Aragon... dernière province espagnole avant la France.

Le 2 juin 2013.
Entrée dans une nouvelle sierra.

Le 2 juin 2013.
Ce paysage me fait penser aux Gorges du Tarn, en France.

Le 2 juin 2013.

Le 2 juin 2013.

Le 2 juin 2013.
Ici, juste après le Monasterio de Piedra. Les bords de route sont couverts de fleurs multicolores, c'est extrêmement beau.

Le 2 juin 2013.
La Embalse de Tranquera.

Le 2 juin 2013.
Curieuse formation géologique sans doute causée par l'érosion.

Le 2 juin 2013.

Le 2 juin 2013.
Sur la A202, en descendant vers Calatayud.

Le 2 juin 2013.

Arrivée au camping, presque désert (dimanche soir oblige...). Il y a un couple de français en caravane, de la Manche. Ce camping de Saviñan est cher, 28 euros, alors que nous avons demandé une parcelle -en général, c'est moins cher, mais les campings ne fonctionnent pas tous de la même façon. Du coup, je dis à Michel : vu le monde, on va prendre chacun notre parcelle, compte tenu du tarif ! Non mais.

En tout cas, il fait drôlement bon (24° sur le thermomètre Seico à quartz de Gertrude la grosse). Inespéré, et formidable !

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

11 degrés seulement ce matin au départ, mais ciel bleu pur. Nous, ça suffit à notre bonheur. Puis le vent est venu, violent, puissant, froid, du nord-ouest. La température est montée doucement, mais ce satané vent... Paysage minable pour toute la matinée : plat, industriel, sans intérêt. Le clou de la journée, c'est ça, le fameux désert des Bardenas Reales. Nous avons rencontré Stéphane, un motard qui est venu avec nous s'installer sur notre camping, puis nous a suivis dans notre petite virée dans le désert. Une cinquantaine de km, dont une trentaine sur une bonne piste.

La température y était de 27 degrés, j'avais heureusement "tombé" le gilet... Paysages surréalistes, que du bonheur. Mais je suis fatigué ce soir, estimez-vous heureux d'en avoir un petit peu.

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 3 juin 2013. Dans le désert des Bardenas Reales..

Le 4 juin 2013.
Fin du voyage pour Gertrude.....

Mais non, je rigoooole.... Juste une crevaison. Je roulerai donc seul et nous nous retrouverons au camping.

Le 4 juin 2013.
Dans les Monte de Sora, sur la route de Sierra de Luna.

Le 4 juin 2013.
Un joli panorama en descendant vers Sierra de Luna, avec une très jolie vue sur la chaîne des Pyrénées.
Pas le temps de vous montrer les photos, suis fatigué ce soir, grosse chaleur (29 degrés en arrivant au camping, dixit la Grosse Bertha en arrivant).

Le 4 juin 2013.
Les cigognes partagent le ciel avec des milliers d'irondelles.

Le 4 juin 2013.
Une curieuse rencontre sur la A 1103, peu avant El Frago.

Le 4 juin 2013.
Le rio Arba de Biel.

Le 4 juin 2013.
Au loin, la barrière des Pyrénées. Ce sera pour demain.

Le 4 juin 2013.
Le rio Gallego, près de Ayerbe.

Le 4 juin 2013.
Le même. A l'horizon, Los Mallos Riglos, à Murillo de Gallego, but ultime de la journée.

Le 4 juin 2013.
Quelles magnifiques murailes !

Le 4 juin 2013.
En ce moment, vus depuis le bar du camping. Excellent accueil dans ce camping que je vous recommande chaudement.

Allez, je vous laisse. Demain, une rude journée nous attend.

Hasta luego, amigos et amigas.

Le 5 juin 2013.
Franchissement des Pyrénées sous une chaleur estivale, via le col du Pourtalet.

Arrivée le 6 juin en Vendée, où j'ai fait la connaissance de mon petit-fils. Perdu mon co-équipier le long de la route, j'espère qu'il va bien.

Environ 7.500 km effectués avec Serparti, qui a su se faire totalement oublier : pas le moindre soupçon de fatigue de sa part, une vraie perle.

Description complète du voyage dans les semaines à venir, selon mon temps libre.... Merci de m'avoir suivi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:905381 Aujourd'hui :327 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)