8ème jour

Lundi 21 avril 2008.

Réveillé très tôt ce matin, je reste à somnoler, car je sais qu'il est trop tôt. La pluie tombe, pas très forte, mais sans répit.
Finalement, je me lève vers 6h15. Malgré ce temps maussade, il fait bien jour.
Le remplissage des sacs, sous la pluie, est bien plus une corvée qu'un plaisir. Si je vous disais le contraire...
Il fait 7 degrés. Et malgré ça, je crève de chaud! Pourquoi? Parce que je bosse, quelle question!
Finalement, il est presque 8 heures lorsque je démarre.

Je vais donc rattraper l'itinéraire tel que je l'avais prévu pour le 8ème jour, qui commençait aux alentours de Bristol.
Je me dirige donc vers le Pays de Galles. De suite, je constate que je vais avoir de la circulation! C'est en effet l'embauche,
et j'ai l'impression de me trouver dans une grande ville! A Chippenham, quelques km de Calne seulement, ce sont carrément
les embouteillages, sous la pluie battante... Sympa! Et pas question de chanter, avec une route rendue très dangereuse à la
fois par les conditions météo et par le traffic, je me dois d'être extrêmement attentif. C'est vraiment pénible jusqu'à ce que
je rejoigne enfin l'autoroute M4 qui file vers le Sud du Pays de Galles, en passant au Nord de l'énorme agglomération de Bristol,
dans laquelle je n'ai aucune envie d'aller traîner mes guêtres... hum, pardon, mes pneus!

Bon, sur l'autoroute, je ne dépasse pas le 100 km/h, la pluie n'a pas cessé d'un pouce. Quand je pense que j'ai regardé la météo,
hier, sur Internet. La météo anglaise, bien sur. Ils annonçaient pour cette région "light rain". Pour moi, ça veut dire "pluie légère".
Pas pour vous? Ben dis donc, je ne sias pas ce que c'est quand c'est "pluies fortes", mais j'aime autant vous dire que je préfère
ne jamais savoir! En fait, j'aurais bien aimé voir des nuages, mais ici, en Angleterre, il n'y a pas de nuages, il y a UN nuage.
Et je suis dedans. Tout est uniformément gris, quelque soit l'endroit où l'on porte le regard! La température est passée à 8 degrés,
Et n'en bouge plus. C'est froid, avec cette pluie, vraiment froid.

Enfin, j'arrive au Pays de Galles, que l'on atteint après avoir traversé la baie de Bristol sur un pont qui s'appèle "Seven Bridges".
Il est payant, 5,80 £, c'est cher, mais c'est un pont imposant, et il évite un sacré paquet de kilomètres. J'avance doucement au péage,
puis je vois un feu vert et une jeune fille qui me fait un sourire -ce doit être de pitié, pour m'encourager..." et me fait signe de passer.
En fait, les Anglais sont sympas, ils ne font pas payer les motos! Génial. La vitesse est limitée à 40 (miles) sur le pont. Croyez-moi,
je ne risque pas d'aller plus vite. En plus de la flotte, un vent très violent me couche à 45 degrés pendant toute cette périlleuse traversée,
le tout assaisonné de quelques belles ambardées... Le paysage? J'aperçois de l'eau en-dessous -on s'en serait douté, il y en a aussi
au-dessus. Quand je pense qu'on nous annonce la sécheresse, l'Angleterre ne semble pas concernée! Pendant cette traversée, je
pense aux amis randonneurs des Charentes et au pont de l'île d'Oléron... salut Djédjé et les autres!

Maintenant, il s'agit de récupérer mon itinéraire. Je ne vois plus le GPS sous la protection plastique de la sacoche-réservoir. Je suis
à Chepstow, c'est OK. Ah, cette petite route, à gauche, c'est sûrement la bonne. Les noms de villages sont inimaginables. Tout
est écrit dans les deux langues, le Galléique -enfin, je crois que c'est son nom- et l'anglais. Je ne sais pas comment les noms se prononcent,
mais les lire est un plaisir continu! Tiens, un petit village, c'est... Pwllmeyric. Pppwwwlllmm... Non, je n'y arrive pas. Et vous? Il y a
une station, je préfère faire le plein de suite, on ne sait jamais. 1,50 euro le litre de sans plomb... Aïe, ça fait mal au portefeuille, ça.
Je demande à la fille si je suis sur la bonne route -je lui montre ma carte, évidemment. Eh bien non, pas du tout, demi-tour! Ouf, heureusement
que j'ai demandé. Je rejoins facilement la bonne route, et me voici sur les petites routes tant attendues du pays de Galles. Bon,
il faut que je vous fasse voir, même s'il pleut, il faut mouiller l'appareil photo.

C'est assez vert, finalement. La route est quelque peu glissante, surtout quand elle est à moitié
couverte de la boue laissée par les tracteurs sortant des champs.

Je roule sur la B4293. Je traverse Itton, Devauden, Llanishen (beaucoup de noms commencent par deux "L".
Je vois une pancarte "église à un mile" sur ma gauche. je quitte donc la route principale pour aller voir. C'est


une petite chapelle perdue en plein champ, près d'une ferme. Ne me demandez pas le lieu exact, car le GPS
vient de me lâcher... Eh oui, encore cette sacrée technologie! Il est super, ce GPS, mais son fabriquant a bien sûr
fait éclater ses neurones pour trouver un système extrêmement compliqué de branchement, ceci afin d'être
le seul à pouvoir en fournir... Et bien sûr, fragile, si possible. tellement fragile que le connecteur s'est brisé à force de le sortir
et rentrer dans la sacoche-réservoir. Maintenant, retour à la vieille méthode, crayon, carte, papier. Franchement,
je suis un peu écoeuré, car il me servait essentiellement à l'enregistrement des traces, ce qui me permettait de savoir
exactement partout où je passe, et surtout de retrouver les endroits exacts des prises de vues!
Bon, revenons à nos moutons. Encore une fois, le calme, seulement troublé par les gouttes d'eau tombant de mon casque sur l'appareil photo...

Et toujours ces magnifiques peirre tombales!

Malheureusement, la porte est fermée à clef!

Trelleck. Akitsu devant le cimetière.

Eux ne semblent pas dérangés par la pluie!

Je ne suis que peu surpris de trouver le traditionnel banc libre!

Cette fois, l'église est bien ouverte, un écriteau souhaitant la bienvenue aux visiteurs.
Le christ est assez exceptionnel!

Avec des cheveux en plus! Très curieux.

Une autre curiosité de cette église. Les gens semblenet avoir leurs propres coussins
brodés pour s'agenouiller!

La pluie est maintenant moins forte, mais elle est toujours là, et il n'y a toujours qu'un
seul nuage dans le ciel... J'arrive à Monmouth, la grande ville du coin. Elle est très belle,
de jolis ponts, pas mla d'architecture intéressante. Le roi Henry V y est né, c'est du moins
ce que je lis sur un bâtiment en passant. Mais la pluie redouble, le stationnement est très
difficile, je me perds... Et suis obligé de demander mon chemin. Je prends cette fois
la B4233 en direction de Abergavenny. C'est une très belle petite route, qui aurait gagné
à se montrer sous un meilleur jour. En voici quelques vues quand même! Non mais,
ils ont cru que je ne prendrais pas de photos par ce temps? C'est mal me connaître...

Le cimetière et l'église de Saint Mabli, à Llanfapley.

C'est la tour de l'église...

Je me rends compte à ce moment que mon rétro droit est complètement déréglé.
En voulant le remettre en place, la totalité de ma poignée a tourné, commande d'embrayage
y compris... D'accord, pas mal, Honda! Il faut resserrer ça d'urgence. Mon tournevis est...
Sous la selle! Et pour l'atteindre, il faut... détacher les deux sacs! Pas question!
A Abergavenny, je m'arrête à une station, et la dame, sympa, me passe deux tournevis,
avec lesqueles j'arrive à régler mon petit problème!

Je pénètre maintenant dans le Parc National des Phares de Brécon. Sur la A40.
Je passe Glangrwyney, Cwrt-y-gollen -comment vous dites?-, Crickhowell. Puis je bifurque
sur la A479, et je m'arrête juste avant Tretower, pour casser la croute! La pluie se calme,
Et la couleur du ciel change!

Je commence enfin à voir un peu de paysage!

Le château de Tretower, ou plutôt, la tour du château, c'est tout ce qu'il reste!

Puis je traverse Cwmdu (vwkquoi???), puis Talgarth, Llyswen, et je change de direction,
je prends la A470 vers Brecon. A partir de là, j'ai prévu une très grande boucle
qui doit me ramener à ce point, alors autant monter de suite la tente, et faire la boucle
sans bagages! Mais le camping que je prévoyais me demande 14 £ pour une tente, et sans électricité!
Là, je dis non, faut pas pousser quand même! J'en trouverai bien un autre. Bingo,
quelques km plus loin, je tombe sur une ferme-camping. C'est combien? 4,40 £, OK je prends.
Il me faut l'électricité. Ah, ben, mettez vous sur un emplacement caravane! C'est génial.
Mince, la pluie recommence à tomber. Je détache mes sacs, une dame arrive en courrant, non, non,
pas question, pas de tente sur la partie des caravanes! Il faut vous dire que c'était un monsieur qui m'avait
dit OK. Alors là, franchement, elle me met en colère. Ah, ces femmes... Je les adore, sauf au boulot,
enfin, sauf si je suis le patron. Car pour un patron, avoir une femme comme employée, c'est génial, le règlement
sera suivi à la lettre! Les femmes, elles ne badinent pas avec les ordres, elles exécutent, pas de discussion possible.
Le gars revient me voir, tout désolé, s'excuse, me dit que c'est tellement stupide, je trouve aussi. Je
rattache mon sac et je pars, très déçu, et sous la pluie qui recommence de plus belle!
Mais je ne regrette pas.

J'atteins un haut-plateau qui, s'il était en Norvège, serait très certainement couvert de neige. La pluie est cinglante,
car un vent violent la fouette contre mon visage pendant que je photographie. J'ai les doigts gelés, mais c'est superbe.
Des moutons et des chevaux sont en liberté un peu partout.

Finalement, la pluie s'arrête, le ciel s'ouvre doucement...

Les épingles à cheveux de la route sont très impressionnantes!

Ce qui ne les gêne pas du tout... En arrière-plan, la ville d'Aberdare.

Et je retourne donc sur Brecon comme prévu. Je suis décidé à aller sur le
camping à la ferme, tant pis pour l'électricité, quand j'aperçois une pancarte
"camping-ferme". Je tente le coup, et je fais bien.

8 livres avec l'électricité, accueil extrêmement sympathique, le bonheur!

Et en plus, pour clôre cette belle journée, v'là-t-y pas que l'soleil se pointe....

Elle est pas belle, la vie?

142 photos. 267 km

Page précédente: 7ème jour
Page suivante: 9ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:892823 Aujourd'hui :104 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)