9ème jour

Mardi 22 avril 2008.

Je me lève vers 7h15. Il fait jour de très bonne heure ici. J'entends les petits oiseaux chanter.
Il fait 4 degrés sur le thermomètre d'Akitsu!

Le ciel est uniformément bleu! Quelle merveille. Evidemment, ça me met en forme.
Alors que je bois mon café, je suis attiré par un mouvement près de la porte. Bingo.
Un petit oiseau, du genre mésange, est en train d'entrer sous la tente, mais mon mouvement
de surprise le fait sursauter. Sa réaction est mille fois plus vive que la mienne! L'oiseau ne perd pas
son temps à réfléchir. Le salut est dans la fuite, et dan s le 1/10è de seconde...

Je pars vers 9h15, il fait déjà 9 degrés! La route A 470 vers Brecon est belle et large.

Le camping était situé au-dessus de vastes réservoirs d'eau. Mais, que vois-je, à l'horizon?
Quoi, déjà, le temps se gâte? Mais je suis parti depuis 5 minutes seulement, ce n'est pas juste!

Eh oui, malheureusement, je me retrouve dans le brouillard, et la température redescend à 7 degrés...
Enfin, il ne pleut pas, c'est le principal. A Brecon, bien qu'ayant demandé mon chemin, on m'aiguille mal!
Heureusement, par déduction avec mon mini-atlas (vraiment un excellent achat, ce petit atlas acheté
dans une station-essence), je retrouve la bonne route en coupant par un village se nommant Llanddew.

Dont voici la route! Vraiment minuscule. La manoeuvre au stop, en récupérant la B4520 vers
Llandefaelogfâch, en haut d'une forte pente, a été très scabreuse! Je souffre encore, mon chargement
étant toujours trop important à mon goût. Cette satanée Transalp a un centre de gravité tellement élevé, je me prends par moments à regretter Pégase...!! Je ne devrais pas le dire, chut... Mais le BB, finalement, irait parfaitement bien ici. Et tous les scooters, sans exception! Vous pouvez venir, les gars -les filles aussi...
Comme vous le voyez, les haies sont taillées, très hautes de chaque côté de cette voie minuscule, ce qui fait que j'ai vraiment l'impression d'être dans un labyrinthe! C'est très curieux, comme sensation.

Je traverse ensuite Pwllgloyw. je regrette de n'avoir pas pu photographier la pancarte! Cette langue est inimaginable, du moins sa version écrite!

Et ça, c'est Akitsu à Lower Chapel, et justement, devant la chapèlle!

Je pénètre dans le petit cimetière. J'aime ces endroitst calmes. Enfin... Ici,
à Lower Chapel, ce n'est absolument pas calme. Il y a sûrement au moins
une centaine de moutons à la sortie du village en train de bêler à qui mieux
mieux; c'est un fait assourdissant... mais tellement plus agréable que des
klaxons de voiture!

"Etranger, reposes-toi un moment, et pries".
Je me suis reposé un moment, j'ai regardé, j'ai laissé un petit mot de France sur
leur livre d'or, je n'ai pas prié... Je ne sais pas qui prier. Mais j'aime bien
les maisons que les hommes font à leurs dieux. En général, elles sont très belles.

On les aperçoit, là-bas, tous les moutons que j'entends. Le village suivant,
c'est évidemment Upper Chapel, mais de chapèlle, point, du moins n'en ai-je pas
vu, et le village étant composé de 4 maisons ou à peu près, je ne pense pas l'avoir
manquée. Quoi que, j'ai déjà vu plusieurs des églises, avec leur tour carrée, au
moment où je les dépassais, complètement enfermées sous la végétation des gros
arbres entourant leurs cimetière. Et dans ce cas, les possibilités de s'arrêter étant tellement rares et la route si étroite que, même en moto, c'est trop tard...

Puis je prends de l'altirude, et me rapproche donc du ciel. Ah ah, on dirait que ce dernier
se découvre, la brume se dégage. Il faut dire que le vent est proportionnel à la hauteur,
et qu'il aide au dégagemnt, et c'est tant mieux.

Adorable. Quand la moto approche, par contre, ils deviennent fous, sautent dans tous les sens,
essayent de retourner à l'intérieur de leurs mères sans toutefois y parvenir, et se cognent donc
dans les pattes de maman, qui se sauve à son tour. C'est la panique à bord!

Et j'arrive sur un haut plateau, dénudé, battu pas les vents. Mais LE nuage
anglais se disloque, comme vous pouvez le voir. Toutes les petites routes
partant de la principale, sur laquelle je suis, sont barrées. Des drapeaux rouges
sont installés régulièrement, et d'énormes pancartes de danger sont placardées
un peu partout. Je passe sans lire, puis je comprends au bout de quelques kilomètres,
en passant devant une vieille bergerie de pierre près de laquelle se trouve un tank, et des
gars au visage couvert de peinture noire... Des sioux? Non, mais ils jouent à la gue-guerre
quand même. Alors que je m'arrête pour faire quelques photos, un bruit me fait sursauter!
Mais c'est bien sûr. C'est le "tact-tac-tac" d'armes automatiques! Tu m'étonnes, les panneaux d'avertissement! Viens Akitsu, on s'en va, si les Angalis reprennent la guerre, les Français n'ont
qu'à bien se tenir. Sauve qui peut! Et je deviens le mouton...

Un beau panorama.

A cet endroit, un motard s'est également arrêté, et nous avons bien
discuté un quart d'heure! Il m'a appris qu'une énorme perturbation en provenance d'Irlande
allait faire sa rentrée sur le territoire pendant la nuit, et que la journée de demain sera très
humide... Bon, alors, profitons de cette journée. Au revoir, l'ami, merci pour les "news".
Il avait, je dirais, au moins 65 ans... Et il pilotait un superbe roadster de marque Honda.

Puis la route redescend. Normal, une fois en haut, les routes, elles redescendent toujours!
J'arrive à Garth où je retrouve une grande route, la A483, que je prends vers Beulah, et je redescends
ensuite vers le Sud. En fait, je me suis trompé dans mon itinéraire, je devais continuer vers le Nord,
et revenir ensuite vers le Sud! Je commence à avoir sérieusement, pourtant il n'est que midi.
J'aperçois cette aire de repos, et je m'y installe, un banc m'invitant à m'asseoir au soleil revenu!

Les immenses collines dénudées du Pays de Galles, sans doute mangées par les moutons.

Eh bien, ça ne m'empêche pas de manger! Auto-portarit d'un gars heureux.
pourtant, malgré le soleil, et la hausse de température -il fait 14 degrés-, j'ai froid.
En fait, c'est toujours la même chose, et j'avais déjà remarqué ça lors de mon voyage
en Norvège. le matin, bien que la température soit plus basse, j'ai toujours chaud.
Mais plus la matinée avance, plus la température augmente -en principe-, et plus j'ai froid!
Ce qui fait qu'après cette pause, j'ai mis mon survêtement de pluie, qui coupe bien le vent.

Arrivée à Llandovery, jolie petite ville. Regardez les noms des villes....

Ah, ça penchait, je vous confirme que la statue est bien droite!

Je prends ensuite vers l'Est, sur la A40, que je quitte sur quelques centaines de
mètres seulement à Llywel, pour voir une église ayant attiré mon regard depuis la
route principale.

Avec une magnifique tour crénelée. Il y avait une jeep devant l'église,
sans doute une partie des acteurs de la bagarre de ce matin. Deux des
soldats visitaient le cimetière, très sympas, on a discuté cinq minutes.

Les cyprès du cimetière ont un tronc d'un diamère très impressionnant!

Sinon, cette A40 est extrêmement viroleuse, et j'ai croisé une quantité
impressionnante de motards qui semblaient se tirer la bourre... ce qui doit être courant
dans le coin, compte tenu des quelques pancartes de prudence qui leur sont dédiées
personnellement. A ce propos, les Anglais roulant à gauche, ne peuvent se saluer comme
nous le faisons en France de la main gauche. Eh bien, très souvent, ils font un signe de
tête, j'en ai vu un me faire un signe du pied en croisant!

Je traverse ensuite Trecastle, puis je quitte la A40 pour la A4215, que je quitte après
Sennybridge pour une route minuscule...

Mais absolument magnifique, et qui s'avèrera être le clou de la journée.

Je suis à nouveau dans le Parc National des Phares de Brécon, mais en plein centre.

Toujours aussi adorables...

Celui-ci, c'est un gros crâneur, déjà à son âge! Il fera moins le malin plus tard!
En attendant, il a bien fière allure, et il est bien charpenté, le garçon!

Ici en moto, c'est un vrai bonheur. Là, vraiment, aujourd'hui, c'est le pied!
Lorsque je coupe le moteur, il ne me reste plus que les cris des moutons,
et les croassements des corbeaux anglais, qui sont vraiment très nombreux!

Puis la route prend de la hauteur après Heol Senni, la végétation
change vite, et on se retrouve dans un environnement de haute montagne.

Puis quelques épingles à cheveux plus loin...

L'arrivée sur le haut-plateau, le grand vent, l'espace à perte de vue!
Maintenant, je suis heureux d'avoir du vent, car j'ai très chaud. En effet, la température est
montée à 21 degrés! Là-haut, j'ouvre le casque, et c'est le bonheur de la route et du soleil.

Puis c'est à nouveau la descente, vers Ystradfellte, où je prends cette photo.

Ces petites routes sont toujours dangereuses, j'y ai vu des pentes dépassant les 20%,
et il est évident que le frein moteur est de rigueur, mais il ne faut pas quitter la route des yeux,
car avec leur extrême étroitesse, vous la traversez en moins de temps qu'il n'en faut pour
regarder le paysage...

Je retourne ensuite vers l'Ouest. C'est une succession de villages ne
présentant d'intérêt que leurs noms, comme celui-ci, Cefnbrynbrain,
ou encore celui-là, Cwmllynfell, que vous prononcez comme vous voulez...

Il y a de la circulation, et je n'ai qu'une envie: retourner dans la nature!
Et justement, à Brynamman, je repars vers le Nord, dans le Parc National,
non sans avoir fait une rallonge (voir la carte), ayant raté le carrefour!

Et là, le contraste est stupéfiant. Je dois dire qu'en moins d'un kilomètre,
je quitte la cohue et le brouhaha du monde, et je me retrouve dans le
silence total, dans l'immensité des steppes asiatiques -on s'y croirait-,
le seul bruit étant celui des rafales de vent doux et agréable.

J'ai l'impression d'être passé dans un désintégrateur, vous savez, ces machines
de science-fiction permettant de se transmuter instantanément d'un endroit à un autre!

C'est hallucianant, comme disent les jeunes...

Puis c'est une nouvelle longue, très longue descente jusqu'à...

Ah bon, je ne pensais pas que c'était ici!

Llangadog. Mais je n'aurais pas du venir jusqu'ici. Demi-tour, j'ai
loupé ma bifurcation...

Voilà, je retrouve une petite route classique du Pays de Galles, la
route vers Twyn Llanan et Llanddeusant.

Et je trouve enfin mon camping! Il faut vraiment en vouloir, car pour
trouver, franchement, il faut chercher...

Mais j'ai très bien fait. Il est superbe.

Le patron me demande si j'accepte de prendre ma douche et d'aller
aux toilettes dans un mobil-home. San s problème, bien sûr.

Et vous savez combien ça me coûte?

Non?

4,50 livres, électricité comprise!

Du coup, je vais réétudier ma balade de demain, et je décide de passer
deux nuits ici. Comme ça, demain, je vais rouler à vide! Génial!

 

 

178 photos. 200 km pile!

 

Page précédente: 8ème jour
Page suivante: 10ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:861997 Aujourd'hui :42 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)