12ème jour

Vendredi 25 avril 2008.

Elle avait annoncé de l'eau pour cette nuit. Je n'ai rien entendu, et la tente est sèche lorsque je me lève, à 8 heures.
Le thermomètre indique 13 degrés, il fait doux, le plafond nuageux est bas, mais ça va, j'ai connu pire!

Malheureusement, et pour la deuxième journée consécutive, la pluie se met à tomber au plus mauvais moment, alors
que j'ai tout sortti dehors! Et la toile qui était sèche est pliée trempée! En effet, un toît de tente, vu sa surface, recueille l'eau du
ciel à une vitesse surprenante! Bon, c'est comme ça, tant pis!

Je pars vers 9h30. En regardant le petit atlas, je repère une route non indiquée sur Autoroute Express, le logiciel que j'utilise pour préparer mes itinéraires.
Vu sa taille sur la carte, elle doit être sympa. Je la prends donc, et j'ai raison de le faire. Elle est en très bon état, et mervelleuse.
Et je n'y croise pas un seul véhicule... Les photos qui suivent ont été prises sur cette route, entre 1 et 2 sur la carte.

Plusieurs côtes sérieuses, dont une à 20% de pente. Très facile pour JJ,
mais la descente avec le même pourcentage est terrible... Malgré le frein moteur en première,
Je suis irrémédiablement entraîné vers le bas plus vite que je ne le voudrais, eu égard aux
quelques virages très serrés...

Aberangell

C'est vert, mais il ne faut pas s'étonner, vu ce qui tombe du ciel...
La pluie a cessé pour le moment, profitons-en!

Je photographie un peu les maisons, pour ceux qui aiment l'architecture...

Et Akitsu, à chaque fois qu'elle le demande, car je ne veux surtout pas me mettre mal avec elle!
Compte-tenu des pourcentages des déclicités dans le pays, je n'ai aucune envie de les grimper à pied,
et encore moins en vélo!

Par contre, la signalétique laisse vraiment à désirer sur les petites routes!
Franchement, ici, pour aller à la petite ville du coin, Mallwyd, qui se trouve à moins de
2 km, il faut prendre ce pont. Vous voyez le genre de route.. Heureusement,
un promeneur questionné m'avait averti: prenez le pont à droite... Merci, monsieur.

A Dinas Mawddwy, je quitte la route principale pour pénétrer dans le Parc National Snowdonia.
Bien sûr, par une toute petite route, qui passe par Llanymawddwy (4). C'est de suite superbe.

L'église de Llanymawddwy. Je fais un petit break, me paye un "Lion", et
au moment de repartir, une voiture vient se coller derrière la moto. La conductrice me
fait comprendre que c'est "sa" place, devant "sa" maison. Mais elle sourit aussitôt, descend,
et me taille une bavette pendant une dizaine de minutes. Elle m'annonce du beau temps
pour cet après-midi...

Sous mes yeux, c'est un enchantement naturel que les photos ne rendent pas.

Au loin, on distingue très légèrement la route que je vais suivre.

La grimpette commence par un virage à droite en dévers à angle obtus,
et avec une pente incroyable, le tout sans aucun avertissement. J'ai cru
que je n'allais pas pouvoir le négocier! Franchement, je ne sais pas si
Bonnie l'aurait fait, une certaine Triumph au tempérament fougueux -qui
a une fois donné une sueur froide à Gérald- mais au rayon de braquage
plutôt mauvais! Quelle route fantastique!

Et c'est l'arrivée sur le plateau. La bruyère brunie par la neige,
l'herbe encore jaune et couchée par l'hiver, l'eau partout, les
moutons aussi partout, mais peu visibles, le vent maître absolu des lieux...

Comme j'aime ces terres abandonnées par les hommes.

Puis c'est à nouveau une longue descente, avec des pentes toujours aussi abruptes!

Pour finir au bord d'un grand lac, retenue de barrage, dans le brouillard
de la pluie qui est revenue troubler mon bonheur.

Un cormoran!

La B4396 entre Llanwddyn et Llangynog

Llangynog

C'est une nouvelle grimpette, vers le Parc National de Snowdonia que je contournais.

Pour à nouveau arriver sur le plateau balayé par le vent et la pluie,
qui redouble de fureur!

Les moutons, sous leur protection de laine, ne semblent absolument pas être dérangés!

A perte de vue.

S'ensuit une nouvelle longue descente vers le lac Bala, que voici. Je n'ai rien
vu, il pleuvait à verse, je n'y voyais... goutte...

Les célèbres cabines téléphoniques anglaises, certaines comme ici perdues
en pleine nature...

C'est ici, profitant d'une légère -très légère- accalmie que je casse la croûte!

Je roule à nouveau sur une petite route qui traverse le parc d'Est en Ouest.

Et soudain, une barrière ferme la route. Je descends. Ouf, c'est écrit
en gaéllique -je n'y comprends rien- mais aussi en anglais, qu'il faut
refermer le portail. OK, c'est pour les moutons! Quel boulot, avec la moto.
Dommage que ce ne soit pas des cattle-grids, ces rouleaux empêchant
les animaux de passer, mais permettant aux véhicules de rouler sans
avoir à ouvrir ou fermer les barrières!
Je vais en rencontrer sept. Et toutes, sous la pluie battante.

Mais je ne regrette pas. Cette traversée du Parc Snowbodia restera à jamais gravée
dans ma mémoire. Pour les paysages grandioses. Pour la sauvagerie des lieux.
Pour le vent et la pluie qui tambourinent sur mon casque.

Les photos sont mauvaises, car l'objectif était évidemment mouillé....

Je viens d'ouvrir la porte...

Les photos ne rendent pas la magnifiscence des lieux, c'est trop dommage.

Ici, c'est une descente incroyable vers Dolgellau, en restant sur les petites
routes. J'ai même droit à une déviation par des routes encore plus incroyables.

Franchement, si vous venez au pays de Galles, ne prenez surtout pas les
grands axes, mais toutes les autres petites routes que vous trouverez.
N'hésitez pas, n'importe laquelle, il n'y a pas de déchet. Attention, n'allez pas
chez les gens non plus...

Les montagnes ne sont pas très élevées en altitude, mais les routes sont dignes de
n'importe quel massif montagneux, même des plus grands. A vrai dire, les routes
des Alpes, et mêmes celles des Pyrénées, sont moins impressionnantes! Quand
vous avez parcouru les chemins de traverse du Pays de Galles, vous êtes fin prêts
pour toutes les routes d'Europe, c'est vraiment une excellente école de conduite.

Mais attention à deux choses. D'une part, à la taille de votre véhicule... Les routes,
je vous l'ai dit, sont minuscules! Et d'autre part, à l'extrême dangerosité des virages,
qui peuvent survenir à tout moment, et être d'une difficulté telle que c'est au pas,
et sans aucune visibilité, que vous devrez les négocier. Ne les loupez pas, vous n'en
louperiez d'ailleurs qu'un seul, et ce serait bien le dernier...

Pour ma part, au niveau météo, c'est quand même la cata... En m'approchant de la côte,
j'ai bien cru que ça allait s'éclaircir... Eh bien, raté! Et à chaque fois que quelqu'un me prédit la
météo, c'est faux! Je ne peux plus faire de photos, et pourtant, je devine une vallée
fantastique -et très verte- entre 12 et 15 sur la carte. Je vous conseille cette route, très belle, et aux
paysages grandioses, que je ne fais qu'entrevoir..
Puis c'est l'arrivée sur la côte. Vent cinglant, fortes rafales au-dessus des falaises, j'ai hâte de rentrer
au chaud, et de m'allonger devant la cheminée...

Arrêté par les travaux, je risque celles-ci... On devine la mer d'Irlande... en furie!

Ici, l'immense plage de Fairbourne sur la Barmouth Bay.

Je trouve enfin mon camping à la ferme, un peu après. Pas terrible celui-là non plus.
Pourtant, la vue par beau temps doit être féérique.
Mais ce soir, je monte la tente sous la pluie, et c'est beaucoup moins drôle.

On distingue la baie dans le lointain.

A l'heure où j'écris ces lignes -il est 22 heures-, la pluie se jette en de terribles
bourrasques sur ma tente, qui tremble de toutes ses fondations!
Pourvu que ça tienne!

Si demain, le même temps m'attend -et il n'y a pas de raison que ça change,
puisque cette nouvelle patronne m'a annoncé un "rainy week-end", je vais faire
la grasse matinée et écourter mon programme au strict minimum!

Bonne nuit les petits. A la prochaine. Je vais me glisser bien au chaud dans mon duvet et
reprendre ma lecture.

PS: Mais pourquoi ai-je chosi l'Europe du Nord? La prochaine fois, je prendrai le Sud...

135 photos. 180 km !

Page précédente: 11ème jour
Page suivante: 13ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:919615 Aujourd'hui :290 Maintenant:13 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)