17ème jour

Mercredi 30 avril 2008.

J'ai eu un peu froid sur le matin. Je me réveille vers 7h15, je décide que c'est trop tôt -faut quand même
pas exagérer-, et finalement, j'émerge difficilement à 9 heures... Temps couvert, température 7 degrés.

Pas de tente à plier, cool...

Le jeune couple qui était dans la petite tente près de la mienne me dit "morning" en coeur avec un beau
sourire. Je réponds de même. Puis j'entends "bonjour"... Et la conversation s'engage. Ils habitent au
Nord-Est de Londres, et sont partis depuis 3 jours. Ils rentrent aujourd'hui, leur bateau à Dublin ce matin.
En fait, elle est Ecossaise, et son oncle de 70 ans avait réuni toute la famille pour son anniversaire!
Ils sont donc partis en Ecosse, et retournent chez eux en passant par l'Irlande (D'Ecosse à Belfast).
Très court, gros kilométrage, petits campings. Super sympas.

Je pars donc aussi tard que si j'avais démonté la tente, mais c'est bien plus agréable.

Je décide de faire un petit arrêt à Hollywood (2), histoire de prendre un café avec deux-trois stars
de mes amis... Non, je rigole! Ce Hollywood là, quand vous en avez passé la pancarte, vous
avez tout vu... C'est minuscule!

Puis je prends la R756, une belle route secondaire, qui monte au Wicklow Gap.

Que voici. A nouveau, ces terres ingrates, à perte de vue, et ma route qui
serpente. Il fait 6 degrés, et du vent. Pas très chaud. Une touriste qui était
là -il y a un petit observatoire- me dit qu'elle est gelée, et retourne en courant
dans sa voiture. Pour ma part, je n'ai pas froid du tout, mais je suis bien mieux
protégé qu'elle, c'est évident.

Un peu plus bas, pendant la descente, le terrain devient rocheux, et des ruisseaux
dévalent les pentes.

Akitsu est dans son élément. Non, ce n'est pas la bonne expression, car
Akitsu est bien partout. En fait, ce matin, je prends du plaisir à rouler un
peu plus fort, entre 80 et 100 sur la départementale, je m'amuse avec les virages
très faciles à négocier, les côtes que j'adore, quand je la sens se cabrer.

Le pied!

Une superbe vallée Les couleurs sont vraiment mauvaises, mais il est très difficile de faire mieux. J'oserais même
dire que c'est mieux qu'en vrai. En effet, il bruine, et la luminosité est vraiment très faible!
A gauche, ma route qui descend vers Laragh.

Ici, je fais un petit détour sur Glendalough (3)

Et je découvre cette tour dans un cimetière. J'y trouve une grande
ressemblance avec les lanternes des morts qu'on trouve en Charente.

Le stationnement interdit ne vaut pas pour Akitsu!

Ensuite, c'est la pluie. Le paysage est sans intérêt, je traverse plusieurs
villages pas jolis, Ashford, où je fais le plein et je m'achète un énorme
sandwich avec plein de choses dedans, que je choisis, puis Rathnew,
puis Wicklow, la grande ville du coin.

Enfin, j'arrive sur la côte. Il pleut toujours. On dirait la Bretagne.

Mais l'analogie s'arrête ici. Et je vais vous dire pourquoi.

Je longe sans interruption des villas cossues, très cossues, fermées par
des rangées de barbelés -mais de quoi ont-ils peur?-, et des clubs de golfs,
et des terrains de mobile-homes touche à touche par dizaines, et bien sûr
entièrement clos! .
Voilà, tous ces gens sont propriétaires du front de mer, et basta.

Circulez, il n'y a rien à voir...

Double clôture de barbelés.. C'est horrible!

Et, de temps en temps, mais il faut chercher, car les passages sont minuscules
comme des trous de souris, il y a un accès.

Comme ici, sur cette belle plage, qui me fait penser à ma chère Vendée.

Du même endroit, vers l'autre côté.

Quelques kilomètres plus loin, la plage arrive sur la route, et là,
c'est libre. Juste à gauche, une belle et grande maison. Le gars s'approche
près de son portail, je lui fais un grand bonjour de la main avec mon plus
beau sourire, et vous savez quoi? Il me fait un signe de tête, mais extrêmement
fugace, et se retourne. Ouahh, l'accueil. Je déteste ces gens là, sous prétexte
qu'ils ont une maison en bord de mer, il ne doit pas supporter que d'autres
puissent venir sur "sa" plage. Franchement, ça fait exactement ça. Pauvre type!

Je ne supporte pas que l'accès à la mer puisse être privé. La mer, à mon sens,
appartient à tout le monde, et personne ne devrait être propriétaire des terres
qui la touchent, sur une centaine de mètres au moins!

Eh bien, ce sera aussi ma plage, mon pote.

C'est ici que je vais manger mon énorme sandwich, en marchant de long
en large sur la grève, ou allongé sur les cailloux, oui oui! Il bruinait lorsque j'ai
fait la photo, mais ça s'est bien éclairci par la suite. Un excellent repas!

De très beaux jeux de lumière, c'est magnifique.

Arklow (8)

Compte tenu de cette expérience de front de mer plutôt mauvaise,
Je décide de couper court pour aller voir plus au Sud. je prends donc la
N11 vers Gorey. Magnifique route deux fois deux voies. Je suis arrivé
à Gorey en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire! Un vrai bonheur.

Puis je reprends vers la côte. Ici, à Courtown (9), petit village sympa.
Regardez le nom de ce bateau....

Un peu plus loin, cette église rouge, toute seule sur une colline.

Suivie de très près par celle-ci, juste sur le front de mer.

Au moins, la vue est belle, et ils me laissent passer pour admirer l'océan!

J'arrive ensuite à Ballygarrett. Une église affreuse, quelques maisons, c'est tout.

Le pub, quand même, en face.

Mais la route s'est éloignée de la côte. Il y a un petit village sur le rivage,
à deux kilomètres/. je décide d'y aller.

Une petite falaise, au dessus d'une mini-crique de sable d'à peine 100 mètres.

Sinon, c'est très rocheux, et même renforcé par d'énormes blocs.
Ce village s'appèle Cahore (11)

Bon, j'en ai assez vu de la côte. C'est un peu ce que je craignais, et
je préfère la montagne! Je retourne sur Gorey en passant par les terres.

C'est un paysage de campagne, un peu vallonné, beaucoup de genêts,
mais rien de bien extra. La route vers Ballycanew puis Gorey est affreuse!

A Gorey, je décide de m'acheter un atlas routier. En effet, la carte achetée
à Dublin ne me convient pas, et je l'explose en la pliant pour la mettre dans
son emplacement sur le sac réservoir. J'en trouve une, un peu chère, mais
parfaite! Et j'en profite pour m'achetre un stabilo-boss, ainsi je vais pouvoir
naviguer de façon parfaite.

En sortant du magasin, un gars, qui regardait la moto, m'aborde aussitôt,
pour me demander des conseils sur la Transalp. Nous avons bien discuté
1/4 d'heure, très agréable. Il m'indique la route pour sortir de la ville, et
ce fut ma foi parfait!

Bienvenue à Hollyfort.

Aujourd'hui, j'ai trouvé des pancartes.

Le pub d'Hollyfort.

Le type de paysage entre Gorey et Tinahely. Mon voyage a bien failli
se terminer sur cette route! Alors que je me lançais très fort pour doubler
un tracteur tirant une énorme remorque en acier, il tourne à droite...
Rappelez-vous, on roule à gauche, donc on double à droite, donc s'il tourne
à droite alors que j'arrive à fond, ce n'est pas très bon. Frein au maximum,
réaction parfaite d'Akitsu, la remorque me passe devant le nez. Le genre
de remorque, tu rentre dedans avec une voiture, je ne suis même pas sûr
qu'elle plie... Donc, si Akitsu n'avait pas bien réagi, fin du voyage!
Inutile de vous dire que la remorque n'avait pas de clignotant, et que j'ai
eu des envies de meurtre pendant cinq grosses minutes!

Haketstown, entre 19 et 20

Baltinglass

De gros nuages noirs dans le ciel de Baltinglass. ET effectivement,
je vais me prendre une très belle averse une dizaine de minutes plus tard!

C'est le centre ville de Baltinglass. Ce que j'aime beaucoup en Irlande,
ce sont les couleurs des maisons, très variées, et très fortes.
Les devantures des magasins et des pubs sont un régal pour les yeux.

Une belle abbaye en ruines à la sortie de Baltinglass, sur la N80.

Et maître héron, qui passe avec force majesté devant mon objectif.

J'arrive au camping. Un couple de retraités Anglais sont là dans un très
beau camping-car, de type "van", donc pas très grand, l'idéal à mon sens.

Nous allons discuter pendant plus d'une heure! Il viendra ensuite dans
la salle TV regarder un match de foot pendant que je fais mon journal.
il fait le sien sur un carnet, il me l'a montré dans le van. Pendant la mi-temps,
il va me chercher une bonne tasse de café au lait! Génial....

Bon, voilà, une nouvelle journée se termine, avec un ciel clair.

Pourvu que ça dure!

126 photos. 207 km
Lorsque le nombre de photos est bas par rapport au nombre de km, deux possibilités.
Soit le temps était très mauvais, soit le paysage était très moyen.... Ou un peu des deux...

 

Page précédente: 16ème jour
Page suivante: 18ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:884809 Aujourd'hui :278 Maintenant:3 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)