20ème jour

Samedi 3 mai 2008.

 

Réveil à 8h15. Tiens, il ne pleut plus? Il a plu toute la nuit....
Je sors la tête, exact, le plafond est assez bas, les nuages filent dans le ciel,
mais il y a même des parties de ciel bleu! Bon, alors c'est OK, je vais continuer.

Je prends un petit déjeûner très lentement, puisque, évidemment, je ne peux
résister à l'envie de me connecter. Eh bien, je vais avoir juste assez de morceaux
d'Internet pour envoyer quelques mails à la famille, c'est tout. Impossible de
mettre à jour mon site, et encore moins d'envoyer des fichiers joints!

Je vois le patron, on discute bien 10 minutes. C'est vraiment un gars charmant,
et extrêmement serviable! Son camping est un peu vieux, mais il est très propre.
Donc, je vous le recommande. De plus, il est vraiment sur le bord du lac.

Voilà, à 50 mètres de ma tente. Un gars vient discuter un moment, alors
que je suis près à partir. Il me recommande d'aller dans le Kerry. Mais
c'est prévu... Oui, parce que, c'est tellement extraordinaire, ce pays,
que j'ai donné à ma fille le prénom de Kerry... Un peu comme si
j'avais appelé la mienne Vendée... Je ne crois pas qu'elle aurait apprécié!

Avec tout ça, je pars à 10h40. Mais comme je suis en vacances, j'ai le droit, na!
La route entre 1 et 2

Par moments, de belles vues sur le lac, le Lough Derg.

Il y a pas mal de vent, aujourd'hui. Vous pouvez vous en rendre
compte, si vous êtes observateur/trice, en regardant la surface de l'eau.

Killaloe, en 2.

La route entre 2 et 3 est superbe, je vous la recommande. Elle s'élève
graduellement mais sûrement, permettant, quand on peut s'arrêter,
quelques superbes échappées sur le lac. C'est ici le domaine des
agriculteurs, et des grosses propriétés et villas.

Les murets de pierre, un peu partout. Pour Mychèle, qui ne les voit pas,
c'est que les photos sont tellement réduites que... Plus tard, les
grosses photos, je mettrai ça en place l'hiver prochain...

Vue de très loin, une vieille église sans toît, et son non moins vieux cimetière.

La vieille église est au premier plan. C'est très joli.

Portroe, en 3. On aperçoit la plaine, c'est là que commence la
descente jusqu'à Nenagh, où je vais m'arrêter dans une station-service
choisir un sandwich et une portion de frites. C'est génial, en Irlande,
car on vous fait le sandwich que vous voulez. Vous choisissez le
type de pain (blanc ou marron), puis les ingrédients qui sont présentés.
Mon vocabulaire culinaire étant des plus rudimentaires -vu que c'est
un sujet qui m'intéresse très peu-, il me suffit de montrer du doigt...
Je sais, ce n'est pas beau, mais c'est comme ça que ça se passe!

Le paysage devient plus vallonné après Nenagh.

Le beau temps m'accompagne, la température oscille entre 16 et 20, au
gré des nuages. J'ai chaud....

Après Dolla, l'altitude augmente, pour mon plus grand plaisir.
Par contre, je suis obligé de fermer la visière, malgré le plaisir à
rouler en position ouverte -air chaud, meilleure perception des bonnes
odeurs des fermes qui puent bien le fumier- à cause de la quantité d'insectes
présents dans la région, sûrement à cause de ce temps assez orageux!

D'ailleurs, j'ai eu à faire plusieurs fois avec certains de ces insectes qui s'étaient incidemment
glissés dans une de mes oreilles. Je pense que tout motard a déjà vécu ces
merveilleux moments. Un insecte se met soudain à bourdonner, vibrer, et voler
dans votre oreille. Vous avez une envie folle de vous gratter et de le chasser,
mais là, c'est impossible, car il y a la barrière du casque. Alors, il faut
pouvoir s'arrêter en catastrophe, enlever un gant, arracher le casque et frotter,
frotter... mais parfois, vous ne pouvez pas vous arrêter aussitôt, et il faut alors
supporter ces chatouilles, en espérant qu'il ne s'agisse pas d'une abeille ou de quelque
insecte moins sympathique...

Sans m'en apercevoir, je quitte la route principale
qui va vers le Sud pour filer vers l'Est. Il faut vraiment faire très
attention à ça en Irlande, dans la campagne. En effet, des croisements
en forme de fourche, avec deux ou plusieurs routes exactement
de même largeur, sans aucun panneau ni averttisseur indiquant la
direction de la route principale, sont assez courants!

Mais comment regretter une telle erreur, quand elle vous permet
de rouler ici? C'est tout simplement féérique. Vous savez, c'est
vraiment comme si j'étais parti randonner, sauf qu'en plus, je suis
assis sur un fauteuil et que les paysages défilent lentement sous mes yeux,
et que c'est quelqu'un qui me porte!

Cette route, le logiciel Autoroute Express ne la connaît pas. je vous l'ai marquée 4aaa.

Et je suis revenu sur la grande route...

Ici entre 6 et 7. C'est là, assis sur la margelle d'un pont, que je
vais manger mes frites. C'est, une fois de plus, un grand bonheur.

Une plaque sur le pont indique que celui-ci a été construit pendant
la période de la grande famine.

C'est moins montagneux, ça redescend vers Tipperary.

Après Tipperary, la route grimpe dans une belle forêt, et j'ai même
droit à deux très belles épingles à cheveux (la deuxième sur cette
photo). la température est montée à 25 degrés, les montagnes vers
lesquelles je me dirige sont entourées de brume de chaleur... Depuis
Tipperary jusqu'ici, c'est un gars qui me dirige. je lui avais demandé mon
chemin à la station-service dans laquelle j'ai fait le plein -au fait, je
tourne maintenant à environ 4,7 litres aux cent kilomètres, ce dont je suis
très satisfait-, et il m'a répondu: "Suivez-moi"... Je n'en demandais
pas tant!

Panorama très brouillé depuis le même endroit. Mais c'est si beau.

Et voilà le travail! Dix minutes plus tard, je me trouve dans un excellent
camping. 8 euros. Internet, oui, dans la salle TV, sauf qu'en ce moment,
depuis hier, la réception est coupée. Mais j'irai vous le dire si je la
récupère.

Il est 15 heures! Et je suis déjà installé. C'est fou, non?

C'est le Ballinacourty House Caravan & Camping Park, près de Lisvarrinane.

Il fait chaud, c'est tellement bon, j'ai l'impression d'être en vacances.

Il y a du monde, c'est le week-end.

Je me dis que, finalement, je vais en profiter pour faire ma lessive.

Et j'emmène mon appareil photo...

Eh oui, les amis, en tenue Polynésienne... Les joies du camping.
J'aime bien ça, faire la lessive, de temps en temps, comme je le fais...

Et ça décore ma tente, en plus.

Bon, ce soir, je vais pouvoir me coucher tôt!
Le monsieur est venu me voir, pas de réception, mais sa femme est
dans un hôtel à 300 mètres, et je peux y aller, elle m'attend, là-bas, il y
a du réseau.... 300 mètres. Je n'ai pas le courage!

Bon, je vais voir. Si j'en ai, vous aurez ce compte-rendu dès ce soir,
bande de veinards...

Il est 18h30. je vais réfléchir!

Bonjour, la France. Ou plutôt bonsoir. 19h30 pour vous.

 

103 photos. 122 km

Page précédente: 19ème jour
Page suivante: 21ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:873352 Aujourd'hui :321 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)