21ème jour

Dimanche 4 mai 2008.

Hier soir, à dix heures, je dormais déjà... après une grosse lecture.
Il pleuvait assez fort, et je pensais que j'avais eu de la chance avec la pluie, cette fois encore.

A minuit et demie, je me suis réveillé en sursaut. Des jeunes dans la tente voisine faisaient
une comédie énorme. De plus, la pluie s'était changée plus ou moins en tempête. Des rafales
de vente énormes, de trombes d'eau... Et moi qui croyais que le ciel s'était lavé la nuit dernière...

Et pour la première fois depuis mon départ, j'ai vraiment trop chaud dans mon duvet, et suis obligé
d'ouvrir un peu les écoutilles pour faire rentrer un peu d'air frais. Le sans-gêne de mes voisins
va durer jusqu'à 4 heures du matin. J'ai donc somnolé, entre leurs cris d'ivresse, les seaux d'eau
tombant du ciel, et le puissant ronflement d'Eole dans les ramures des grands arbres. L'ambiance, quoi!

Je me promets, en m'endormant enfin définitivement -enfin, pas tout-à-fait, puisque je vous écris...-,
que je leur ferai goûter du joyeux hennissement d'Akitsu dès mon lever, qui sera forcément avant le leur!

Et effectivement, je me réveille le premier, vers 8h15, encore! Décidément, c'est un abonnement!

Le ciel est bleu, avec quelques nuages blanc. Vous vous rendez compte de ma chance!?
Deux jours de suite, la pluie toute la nuit, et beau temps dans la journée.

Vue sur les montagnes, depuis la tente.

Comme promis, je fais un peu tourner Akitsu autour de la tente de mes voisins, qui
semblent bouger un peu. tant mieux! Mais je n'insiste pas trop, il n'y a pas qu'eux ici.
Je vois le patron du camping, et lui demande si Internet est revenu avec le beau temps.
Il me dit oui, et me demande de le suivre avec mon PC. Et en fait, il me conduit en
voiture à la maison qu'ils possèdent à environ 400 mètres du camping, m'installe
dans le séjour, me donne la clé WiFi, et me dit qu'il va revenir me chercher dans 30 minutes,
puisque c'est le temps dont j'ai besoin, pour envoyer mes mails, lire mon courrier, mettre
à jour le site et envoyer les documents pour le forum Scooter GT. Mon gars ne revenant pas,
je ferme sa maison à clef et rentre à pied. J'ai bien fait. Néanmoins, vous vous rendez compte
du service, et tout ça gratuitement! Par ailleurs, j'aimerais bien que les patrons de campings
Français aillent faire un stage chez eux et chez les Anglais. Ici, il y a toujours du papier dans
les toilettes, du savons près des éviers, et quand on tourne le bouton d'eau chaude à la douche,
il sort... de l'eau chaude! Celui-ci est absolument parfait. J'ai payé 9 euros. Allez-y les
yeux fermés, il est sensationnel? Seulement, regardez où vous montez votre tente le samedi soir.
C'est le problème des week-ends et des fêtards...

Je pars à 11h15. De mieux en mieux...

Je repasse par Tipperary. Je n'avais pas remarqué que cette ville est jumelée avec Parthenay.

C'est la campagne. Ici, la rivière Suir à Golden. Je vois de nombreux
pêcheurs à la mouche, le frangin Antoine serait heureux ici!

Je fais un petit détour pour aller voir si l'abbaye Athassel vaut le coup!

Magnifique, je ne suis pas déçu. Personne. Les restes des murs,
en plein champ, près de la rivière. Vraiment, j'adore.

C'est entre 2 et 3 sur la carte. Si je n'avais pas été seul, ou si c'était
l'heure de manger, je serais allé jusque dans les murs. L'accès est encore
libre, ce ne sera plus le cas bien longtemps, je crois!

La route qui y conduit. C'était écrit "1" en distance. Mais le problème,
en Irlande, c'est que parfois c'est en km, et parfois en miles... Et la différence
est d'importance, n'est-ce-pas? Hein? De combien? Chezchez un peu dans
le dico, ou sur Internet, ça fera travailler votre mémoire, non mais!

Les marches dans le mur, pour ne pas avoir à toucher à la barrière.
C'est l'entrée du site, c'est superbe.

La rivière Suir toujours, qui coule au pied de l'abbaye.

Je retourne sur la route principale, la N74, près de Cashel (en 3)

A Cashel, pour ne pas avoir à rentrer en ville, je fais le grand tour. Mais
les travaux ne sont pas terminés, les pancartes une fois de plus incomplètes,
je vais trop loin, et dois couper par la campagne pour rejoindre la route que
j'avais choisie, la R691. En effet, je suis parti tellement tard, que je "shunte"
une partie du circuit initial. Or, sur mes petites routes, je demande mon chemin
à une jeune fille. Elle m'explique bien, c'était bon, et là où elle m'avait dit de
tourner à gauche, je tourne à droite! Mais pourquoi diable? Très simple.

Je voulais aller à Ballinure (6 sur la carte), et arrivé à ce croisement, je
vois très bien une pancarte "Ballinure" à droite. Deux femmes dans une voiture,
au même stop que moi, et que je questionne, vont aussi à Ballinure, et me
disent que ce ne peut être qu'à droite... La route devient chemin comme hier,
avec de l'herbe au centre, c'est sûr, ce n'est pas bon. Mes deux bonnes femmes,
qui sont devant moi, arrêtent une voiture arrivant en contre-sens -enfin, non,
ils sont tous obligés de s'arrêter pour se croiser, vu la largeur... Le gars nous explique,
car je suis arrivé moi aussi, qu'il faut faire demi-tour, que c'était à gauche, que la pancarte,
oui, elle est dans le mauvais sens, qu'il faudrait la remettre dans le bon...

Voilà, les amis. Mort de rire! Et de fait, très souvent, les pancartes sont très mal dirigées,
pas vraiment vraiment juste où il faut, très souvent entre deux routes... Allez choisir!

Killenaule (en 7). Je vais dans un pub me faire faire un sandwich. Entre temps,
il s'est formé un bouchon dans le village, très impressionnant. En fait, les Irlandais
conduisent un peu comme les Anglais, sont sont un peu plus sauvages. Cependant,
en cas de bouchon, ce sont bien des Anglais... Personne ne klaxonne, personne ne
dit rien, tout le monde attend. La méthode a ceci de bon qu'elle est calme, mais a ceci de
mauvais que ça ne se décante vraiment pas bien... Et là où 3 minutes suffiraient dans
un bourg Gaulois, il leur en faut dix... Quelques coups de klaxon, pour certains, ça ne nuit pas,
car il y en a, il faut vraiment être très fort pour rester imperturbable, Anglais, quoi! Du coup,
alors que je m'ajuste pour repartir, j'assiste à un accrochage en direct sous mes yeux...
Pas un cri, pas un hurlement, les gens descendent de leur voiture et discutent... Pas mal!

En Gaule, le spectacle est quand même un peu plus vivant...

C'est là, devant la grille de cette église, que je vais manger mon casse-croûte.

Entre 10 et 11 sur la carte!

Des montagnettes apparaissent à l'horizon.

Jerpoint Abbey, peu avant Thomastown, en 12

Celle-ci est bien payante, et je suis arrêté en plein virage pour
vous fournir une photo. Je me fais même klaxonner, du jamais vu!

Arrivée à Thomastown ( 12)

C'est très joli.

La rivière s'appèle la Nore.

Je suis carrément stationné sur le pont. Aucun klaxon. Il y a beaucoup de
circulation, c'est bien normal, c'est dimanche, et il fait entre 18 et 23
degrés. Vraiment un très très beau temps. C'est la première fois que
je ressens physiquement l'arrivée du printemps. Cette fois, oui, il est bien là.

Je ne pouvais résister à prendre cette photo -même ville. Un arbre,
je pense qu'il s'agit d'un châtaignier. Je n'en avais jamais vu de si beau.

Epoustouflant.

La route est très agréable, vous pouvez la prendre sans problème.

Puis Inistioge, en 13

C'est un des plus jolis villages que je vois depuis le départ.

Vue arrière sur Inistioge, à la sortie, toujours sur la Nore.

Une très jolie rivière.

C'est un paysage bien agréable. Ici, sur la R729, sur l'autre rive de
la même rivière, un peu avant 14.

Abbaye de Saint Mullins, entre 14 et 15, sur une petite route.

Près d'une motte féodale.

Je suis grimpé au sommet de la motte, et j'ai bien failli me casser la figure...
L'herbe bien verte est très glissante, et je n'ai pas de crampons sous mes chaussures!

Un superbe cheval de course. Il y en a beaucoup, j'ai aperçu un
concours hyppique à Thomastown en passant, il y avait foule.

Près de 15

Et encore la Nore qui serpente langoureusement sous la chaleur... estivale.
Oui, je crève de chaud dès que je m'arrête...

Graiguenamanagh, en 15. Très joli pont, joli quai avec plein de
bateaux amarrés, du style péniche.

Alors que je retourne à la moto, un gars m'aborde très gentiment, me
pose quelques questions. Je finis par apprendre que c'est un directeur de
management dans une très grosse boîte à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis.
Il y va deux mois, puis revient ici, etc, si j'ai bien compris. Il m'explique
qu'il a eu une Africa Twin, avec laquelle il a fait beaucoup de voyages, puis
une BMW R 1100 GS, qu'il a ramenée d'Afrique, il y a deux mois, il a traversé
plusieurs pays, il m'a laissé sa carte, m'a encore demandé si j'avais besoin de
quoi que ce soit... Bref, un homme vraiment très intéressant, très simple, que je
remercie ici pour sa gentillesse. Le site de son tour africain est :
www.aroundafrika.com.

En repartant, je traverse le pont que vous avez vu sur la photo plus haut. Je lève
la main en signe d'au-revoir, je regarde dans mon rétro, je ne regarde plus la route,
et suis remis en place par un gros coup de klaxon. Heureusement! Je fonçais sur ma droite,
donc directement dans un gros 4x4, et sans le coup de klaxon, je ne sais pas où je serais..
Il s'en est cette fois fallu d'un cheveu, vraiment, je ne pensais pas m'en sortir, un dernier
coup de rein in extremis... Ouf!

Entre 15 et 16, la R703 est magnifique.

Puis c'est assez banal entre Kiltealy et Wexford.

Si, un troupeau de vaches m'a tiré de ma torpeur...

Le lac de Wexford.

Et Wexford, au bord de la mer que je retrouve.
Heureusement que j'avais réservé ce camping, car il est plein, et le
gars m'accepte car je suis noté sur ses fiches... Ouf!

Akitsu s'installe d'elle-même avec "vue sur mer"...

Au zoom, depuis ma tente.

En plein vent, mais aussi en plein soleil. Un bien bel emplacement.

Et j'ai droit à la salle de jeux pour aller saisir mon reportage, ce qui
fait que ce camping me coûte 9 euros. Par contre, il n'est pas aussi
bien que celui d'hier soir, loin s'en faut, et comme il y a beaucoup de
monde...

C'est le Ferrybank Camping & Caravan Park de Wexford.

Ce sera la dernière de la journée, juste pour vous donner envie de partir...

Elle n'est pas belle, la vie, hein?

Une maison comme ça, un emplacement comme ça, pour 9 euros, hein?
Franchement. La maison m'a coûté 150 euros. Vite amortie, pas besoin
de crédit sur 20 ans, vite montée, vite démontée, facile à déménager...

Moi, ce que j'en dis....

Bye bye!

 

190 photos. 210 km

Page précédente: 20ème jour
Page suivante: 22ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:872529 Aujourd'hui :15 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)