33ème jour

Vendredi 16 mai 2008.



Et encore des routes manquantes. Elles sont en violet, entre 4 et 5, et numérotées de 4a à 4c.

Réveil à 9 heures, de mieux en mieux. J'ai eu froid cette nuit, et maintenant, il fait très chaud dans la tente, car le soleil est déjà haut dans le ciel, et la chauffe aussi bien qu'un four! Vite, vite, s'extirper du duvet et ouvrir la fenêtre pour respirer de l'air plus frais!

Hier soir, alors que je saisissais mon rapport dans la salle TV, Gérard, mon nouveau copain de la tente à côté de la mienne, est venu me voir pour discuter un peu. Il m'a demandé à quelle heure je partais ce matin, et je lui ai dit "probablement entre 9 et 10 heures....".

Ce matin, il vient me voir à la tente alors que je termine mon petit déjeûner. Il me dit avoir mis son réveil à 9 heures pour être réveillé pour me saluer! Super gentil, et je me demande si ce n'est pas son réveil, justement, qui m'a ré-expédié sur cette bonne vieille planète! Car Dieu où j'étais encore rendu me balader....

Gérad, sur la table où nous nous installons pour discuter... Il m'offre un café Irlandais, un vrai délice! Le soleil cogne dur sur nos têtes. Bien sûr, nous refaisaons le monde, nous philosophons, nous nous racontons nos vies mutuelles. Nous avons un dialogue excellent, en Anglais, quelques mots Allemands et Français -sa copine Allemande et son Français d'école. Et le temps passa...

Et passa...

Tant et si bien qu'il est presque 15 heures lorsque nous nous séparons....

Le Lough Bunny, près de Boston (Irlande.... je rappèle, pour ceux qui n'ont pas tout suivi...)

Bien sûr, mon programme va se trouver de par le fait fortement allégé, et je crois bien que je vais reperdre la journée que j'avais récupérée. mais que dis-je? Perdre n'est pas le mot correct, puisque cette journée s'est enrichie de contacts humains fort intéressants, et sûrement durables.

Je n'avais pas prévu de passer près de ce monastère, qui porte le doux nom de Kilmacduagh, près de Gort -point rouge sur la carte.

Ce monastère a été fondé par Saint Colman Mac Duach au début du VIIème siècle. La haute tour ronde servait en fait de refuge aux moines en cas d'attaque. Elle penche de deux "pieds" par rapport à la perpendiculaire, et date probablement du XIIè siècle.

Il fait très chaud, c'est très orageux, et je n'ai pas le courage d'aller me promener dans les ruines avec ma grosse veste de motard, aussi lourde que l'air... En même temps, je casse une petite croute, car je commence à avoir très faim.

'est dommage, car l'entrée est totalement libre, et les restes sont très intéressants.

C'est curieux comme j'ai changé, car jamais je n'aurais laissé passer une telle visite il y a seulement quelques mois. En fait, je pense que c'est parce que je suis seul, et ne peux donc partager mes sentiments en foulant le sol de ces lieux autrefois habités, tellement chargés d'histoires humaines, et dans lesquels je ne parviens plus à m'insérer...

Ensuite, c'est une route banale, extrêmement banale, et sans aucun intérêt. La N18 est fort chargée en véhicules de toutes sortes, en travaux, puis c'est la traversée de Gallway, que je qualifierai de minable, du moins pour la partie traversée. En fait, je m'insère dans le trafic infernal, le bruit, la chaleur étouffante d'une ville avec ses délicieux rejets de pots d'échappement, et mon but est le Sud-Ouest de la ville, où je sais trouver un camping, car il fait partie de ceux que j'avais notés -3 et 5 sur la carte. J'y parviens aux environs de 16h30. Il m'en coûte 7 euros. Le gars est sympa, mais rustre, et le camping également, pas terrible, bref, suffisant pour ce que j'en ai à faire. Je prends celui-ci car le prochain est loin, et je n'ai pas envie d'y aller ce soir.

Il est 17 heures maintenant. Le gars me donne accès au chalet de réception pour saisir sur mon PC, c'est sympa, mais je ne suis pas satisfait de mes visites de la journée, et j'ai envie d'aller voir quelque chose avant de rentrer définitivement...

Ici, un petit coup d'oeil sur la côte que longe la R336. C'est très brumeux. En face, les rivages du comté de Clare, et les montagnes des Burren tombant dans la mer. C'est la côte que j'ai suivi hier après-midi, pour ceux qui ont lu.

Cette route côtière le long de la baie de Galway est affreuse. En fait, les maisons se suivent sans discontinuer, la visibilité de la mer est assez rare, la circulation est intense. Je déteste ça, et c'est malheureusement un peu ce à quoi je m'attendais. Je n'ose imaginer l'horreur que ce doit être en plein été!

L'église de Barna, face à la mer.

Un peu plus loin, une petite échappée sur le rivage, avec une petite plage. En face, toujours, les Burren.

La même plage, sous un autre angle. Les gens se mouillent les jambes en marchant dans l'eau.

Un peu plus loin, une autre plage, me faisant un peu mentir par rapport à ce que je disais plus haut!

Cette plage se trouve à Spiddle, en 4.

C'est ici que je prends une petite route s'enfonçant dans les terres.

C'est le domaine des agriculteurs. Ce sont les seuls habitants de ces terres plus ou moins désolées.

Puis j'en prends une autre, perpendiculaire à celle-ci, qui, je le vois sur ma carte, est un cul-de-sac conduisant à des lacs perdus dans les terres.

La route devient de plus en plus petite, pour finir sous forme de routin que vous connaissez déjà. Chemins goudronnés, si peu utilisés que l'herbe repousse au centre, dans la partie où les roues de passent pas, puisque personne ne double...

C'est magnifique, mais mon plaisir est un peu déçu par la présence de nombreuses fermes. je pensais me retrouver seul au monde. Eh bien non, ce ne sera pas ici. De plus, je crois pas mal de voitures des autochtones. Et je ne vous cache pas mon agacement. Enormes 4x4 noirs aux vitres teintées, les gens croisés ne sont pas sympas, ne se rangent pas, ne répondent pas à mes saluts amicaux, surtout que, étant en terre étrangère, je suis toujours celui qui s'arrête pour les laisser passer.

Le chemin se termine par une barrière fermée, avec un énorme écriteau "private"... Tu m'étonnes. demi-tour un peu laborieux, vu la largeur du routin. Voilà donc; je suis ici prêt à repartir.

C'est vraiment superbe. Dommage qu'il y ait ces grosses voitures noires! A un moment, il y a un gars grimpé au sommet d'un poteau téléphonique ou électrique, je ne sais pas trop. Il me fait des signes du haut de son perchoir, auxquels je réponds, pensant en moi-même "Tiens, un gars sympa...". En fait, un deuxième est en train de courrir dans le champ longeant la route, que je ne voyais pas, car la route fait un angle à 90 degrés et est bordée de hauts murs de pierre. Je roule au pas, heureusement! En fait, il me faisait signe d'arrêter, car les cables étaient sur la route. Le gars tire dessus, tendant ainsi les cables par-dessus le mur, me permettant de passer dessous. Pas un regard, rien. Pauvres types, dans ce coin, vraiment!

Heureusement que la nature me tend les bras...

Puis je rejoins en 4a la route précédente, que je quitte un peu plus loin pour rejoindre la route côtière.

Au loin, dans la brume, les Burren, de l'autre côté de la baie. je les vois assez bien à l'oeil nu, mais finalement à peine sur la photo!

Et voilà, la boucle est bouclée. Encore une excellente journée qui s'achève.

Et un ciel bien plus chargé ce soir. De gros cumulo-nimbus commencent à se faire voir, certainement porteurs de quelques seaux d'eau. Ben oui, ça ne pouvait pas continuer longtemps comme ça...

Bah, on verra bien, demain est un autre jour!

Bonne nuit les petits, je m'en vais bouquiner un peu.

161 photos. 120 km

Depuis le départ, 5.676 km

 

Page précédente: 32ème jour
Page suivante: 34ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:861550 Aujourd'hui :244 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)