34ème jour

Samedi 17 mai 2008.



Et encore des routes manquantes. Elles sont en rouge cette fois....

Réveil à 6h15, on n'arrête pas le progrès! Lever à 6h17. Départ à 7h45... Ah, ben oui, ça ne rigole pas en Irlande, on n'est pas là pour s'amuser! Vous allez rire. Moto prête, motard prêt, je vais démarrer et... que vois-je? Non, je rêve! La barrière, elle est fermée! Et ce n'est pas une barrière qui se lève automatiquement pour les gens qui sortent, non non! Elle est fermée avec un cadenas. Bon, je peux peut-être passer à côté, c'est souvent le cas en moto. Horreur, Damned! Non, je ne peux pas. Mais c'est horrible. Je ne peux pas rester ici les bras croisés à attendre, pour une fois que je suis prêt à partir de bonne heure, c'est trop bête!

Démarrage de la moto, vroum vroum pour faire du bruit, klaxon... Je vais à la maison des propriétaires, je sonne, je frappe au carreau, tout, je fais tout.... Et, au bout de 5 minutes, enfin, un rideau s'ouvre, et un vieux monsieur me tend les clefs du cadenas en s'excusant.

Ouf, je suis sorti.

C'est génial, à cette heure, il n'y a personne. Je rejoins la N59, je m'en tire plutôt bien, car ce n'était pas gagné pour trouver la bonne route rapidement. Puis je trace jusqu'à Oughterard en 3. Ici, j'ai repéré une mini-route qui longe le Lough Comb, et qui semble jolie. En tout cas, je suis immédiatement seul au monde, et c'est effectivement joli.

Contre -jour en lever de soleil sur le lac. C'est superbe.

Un peu plus loin entre 4 et 5.

De plus en plus beau, la rive en face étant plus montagneuse, ce qui apporte aussitôt un autre cachet, comme toujours!

Et me voici arrivé au bout de la route, en 5. C'est un cul-de-sac, je le savais, mais c'était le seul moyen pour approcher ce lac, et je ne suis pas déçu. Un vrai décor de carte postale, on dirait un paysage d'une crique sauvage dans les Caraïbes!

Une vraie forêt vierge. Quelle beauté, j'en ai le souffle coupé. Je ne m'attendais pas du tout à ça!

Au retour, une bifurcation en 6 me permet d'éviter de suivre le même chemin qu'à l'aller jusqu'à Oughterard. Et c'est génial, car cette fois, la route grimpe au sommet de la colline, ce qui me permet d'avoir une vue plus étendue sur le lac.

Au même endroit que la photo précédente, le lac étant à gauche.

Oughterard. D'ici, je prends une route qui me tente énormément. Elle traverse le Galway du Nord-Est au Sud-Ouest, et me permet de rejoindre la côte Atlantique sans devoir la suivre comme hier.

Le décor est planté d'entrée de jeu...

C'est exactement ce que je voulais. Ouahhh, splendide!

Il y a des lacs, quelques murets de pierre, quelques fermes de ci de là, des moutons, le vent...

De la tourbe en carrés, prête à être empaquetée. C'est la première que j'en vois.

Il y en a un peu partout. Un moment, j'ai voulu me faire plaisir et rouler un peu plus vite, mais j'ai eu vite fait de revenir à la réalité... Je n'ai aucune envie de tamponner une de ces braves bêtes, et comme le bruit d'Akitsu les dérange beaucoup, je préfère rester prudent.

A perte de vue, des cailloux, un peu d'herbe, des lacs pas très étendus mais assez nombreux.

Toutes ces photos ont été prises sur la route entre 3 et 7, qui traverse le plateau.

Ces lacs me font penser à certains paysages sur les plateaux Norvégiens. Il y a une réelle similitude, sauf au niveau de la température... Pourtant, aujourd'hui, il fait nettement plus froid que ces derniers jours. 11 degrés seulement à 8 heures, et la température montera difficilement à 19 dans l'après-midi.

De mieux en mieux. Je suis donc surpris de constater que la tourbe est encore une source de revenus, ou tout simplement de chauffage. je croyais avoir lu que c'était désormais interdit.

Me voici arrivé sur la côte. On dirait la Bretagne, le golfe du Morbihan. D'ailleurs, si vous regardez sur la carte, c'est vraiment le même genre de rivage fort découpé, dans lequel la mer vient s'insérer, et on la retrouve loin dans les terres.

Pour voir un peu de quoi il retourne, je descends un peu vers le Sud de ce golfe. Des ponts enjambent les bras de mer. mais la marée est basse, et c'est donc un peu moins beau. J'ai par contre la joie de sentir les masses de goémon présentes sur les rochers. J'aurais bien aimé vous passer les odeurs, mais il n'y a pas moyen...

Eglise de Lettermore en 8. Je fais demi-tour, j'en ai assez vu. J'ai envie de retourner dans les terres!

Plutôt que de repasser par Costelloe (en 7), je découvre une toute petite route adorable.

Dans le lointain, les montagnes du Connemara! Un nom mythique pour moi. Les terres sauvages du Connemara. Eh oui, j'y suis, et j'ai la chanson de Sardou en tête, depuis le temps que je voulais voir cette contrée d'Irlande, m'y voici.

Encore de la tourbe, et cette fois, les sacs sont en cours de remplissage!

Je suis donc ici entre 9 et 10

Et voilà le Connemara, ici dans sa partie côtière, entre 11 et 12

Maître héron que je surprends alors qu'il descendait vers une crique remplie de goémon!

Je dépasse plusieurs fois des paquests de tourbe déposés au bord de la route. Je suis maintenant enfin arrivé dasn les petites routes traversant le Connemara, ici entre 12 et 13.

Détail sur la tourbe.

Les montagnes du Connemara, entre 600 et 700 mètres d'altitude.

Je suis aux anges. C'est comme je pensais que ce serait, en mieux. J'adore ces routes, j'adore ce paysage.

Très très loin de moi, une pelleteuse est en action. Ce sont les cultivateurs du coin. Ils font d'énormes travaux loin dans leurs terres.

Encore de l'exploitation de la tourbe. J'ai vu un type en train de remplir les sacs, je n'ai pas osé le photographier!

Et d'un seul coup, je me retrouve une nouvelle fois sur le rivage./ En fait, les terres vierges, les lacs, les montagnes, tout cela est très près de la mer, et c'est vraiment très curieux de passer de la tourbe et des moutons au goémon et aux bateaux!

Eglise de Cashel en 13

Entre 13 et 14

Ce n'est pas un lac, amis lecteurs. Au premier plan, c'est le goémon.

Puis, très vite, je reviens à mes amours. Une autre route traverse encore une partie du Connemara, cette fois juste au Sud du Parc National. Vous pensez bien que je préfère rouler là plutôt que de longer la côte! Chacun ses préférences, je suis certain que la côte est très jolie aussi. Mais j'estime l'avoir vue.

C'est donc entre 14 et 15.

C'est grandiose, et c'est immédiat. A un moment, alors que j'étais en train de prendre des photos, un Anglais stationne sa voiture devant moi, en sort avec un gros appareil photo, un gros zoom et un trépied, et me dit "it's a paradise"... Bon, c'est bien un Anglais pour dire ça. Le paradis, non, il ne faut pas exagérer. Ce serait le paradis si la température était à 27-28 degrés, s'il y avait plein de superbes jeunes filles partout, s'il n'y avait pas d'Anglais, alors là, oui, peut-être...

Je rigoooole....

Mais, il faut bien le reconnaître, c'est d'une grande beauté!

Et je décide de manger ici.

Devant ce panorama. Ce sont "The Twelve Pins", je suppose donc qu'il y a douze sommets. Ils forment le centre du pac national du Connemara.

Voilà. Tout seul comme un grand, l'appareil posé sur un rocher, et voilà le travail!

Il est 14 heures. Je mange avec entrain devant ce tableau, et je ne m'en lasse pas!

Je reprends la route un peu plus tard. Cette fois, le nombre de lacs est plus important. Il y en a partout. Bien sûr, il y en a de toutes les tailles, et ça va de la mare au lac, en passant par tous les intermédiaires.

Quelques arbustes apparaissent, et en fleurs en plus!

Je m'éloigne maintenant des montagnes et m'approche de la ville de Clifden.

Maître mouton traverse lentement devant moi.

Des rhododendrons en fleurs. Il y en a partout, alors que je me retrouve sur le bord de mer. Sans transition!

Clifden

Clifden. Très belle situation, sur la côte, au fond d'un golfe, au bord du parc, à deux pas des montagnes...

Et voilà, deux km à la sortie Nord du village. Il est 15 heures, ma tente est montée.

Je suis en train de terminer, il est 18 heures. La patronne est une Française. Elle n'a pas Internet, mais m'indique un endroit à Clifden. je vais peut-être y aller, si j'en ai le courage...

Mais vraiment, si je le fais, c'est bien pour vous faire plaisir!!!

 

Quelle merveilleuse journée. Et finalement, se lever tôt a du bon.... Je serai couché de bonne heure ce soir!

 

436 photos. 156 km

Depuis le départ, 5.832 km

Page précédente: 33ème jour
Page suivante: 35ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:851538 Aujourd'hui :342 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)