38ème jour

Mercredi 21 mai 2008.



Réveil à 7h30 et départ à 8h45. Pas mal, mais en fait, il n'y a rien d'exceptionnel, puisque j'ai décidé de rester ici. Par conséquent, je n'ai pas démonté la tente...

Je pars à Sligo, histoire de surfer un peu. J'adore ça, surfer... sur le Web.

Sligo, la banque de l'Ulster. Sligo est plutôt moche, du moins ce que j'en ai vu! Déjà, la ville est régie par des sens de circulation. Je ne sais pas si vous partagez mon opinion, mais personnellement, je crois que la circulation dans les villes à sens unique est bien plus pénible que dans celles qui n'en ont pas, et très sincèrement, je me demande si, réellement, il y a un bénéfice quelconque à en créer -des sens uniques... Souvent, il y va de l'imagination de quelques fonctionnaires imbus de leur pouvoir, en tout cas, j'en suis persuadé. Quoi qu'il en soit, je cherche la bibliothèque, mais une dame me dit que j'ai loupé la rue, et que je vais devoir refaire un tour énorme... C'est minable!

W.B. Yeats, l'homme du pays. William Butler de son prénom. C'est un poète réputé, et son frère a peint beaucoup de paysages de la région, desquels il tirait son inspiration.

La statue est très artistique, du moins convient-elle très bien à mon goût.

Des phrases extraites de ses écrits sont reproduites sur la sculpture, c'est un travail magnifique, dont je suis très admiratif.

La bibliothèque est à l'intérieur de ce bâtiment, je suppose une ancienne église?

On les voit rarement voler, mais alors, quand c'est le cas, quelle chance! Ces oiseaux sont pour moi parmi les plus majestueux.

Je me balade aux environs, en attendant l'ouverture de la bibliothèque, qui est à 9h30.

Dans la rue qui lui fait face -à la bibliothèque-, il y a un déploiement de forces militaires important, soldats avec mitraillettes en bandouillère. Je n'ai pas pu m'empêcher de songer aux images si souvent vues à la TV concernant les troubles en Irlande.

La météo est mauvaise, beaucoup de vent soufflant par moments presque en tempête, accompagnant des paquets de pluie cinglante, mais pas très soutenue. Je suis beaucoup plus incité à rester assis devant un PC qu'à faire de la moto...

Quoi qu'il en soit, je reste environ une heure sur le réseau des réseaux à la bibliothèque. Malheureusement, je ne peux y connecter mon PC, ce qui m'oblige à aller dans un cyber-centre. Il y en a un juste en face... 3 euros de l'heure. Je ne peux pas y résister longtemps, et j'en profite pour mettre le site à jour, ce que les lecteurs assidus ont bien vu!

Ensuite, eh bien ma foi, le temps n'a pas changé. J'avais à moitié l'intention de passer l'après-midi à écumer les routes du coin, j'en avais relevé quelques unes, mais le coeur n'y est pas. Le coeur est dans la tente, et je ne tergiverse pas longtemps avec moi-même pour prendre le chemin du retour vers le camping. Il pleut le long de la route, me confortant dans ma décision, si tant est que j'aie besoin du moindre encouragement, ce dont je doute très fortement!

La route longeant la baie.

L'église de Rosses Point. Je ne l'avais pas vue hier. C'est curieux, depuis hier, je vois beaucoup d'églises, bien visibles sur les bords de route, mieux mises en valeur. La région serait-elle plus croyante?

L'entrée de la baie, se poursuivant jusqu'à Sligo.

Un banc hyper moderne face à la baie. Il y en a plusieurs, se suivant à égale distance.

Encore une superbe statue métallique, sans doute du même artiste que celui qui a fait celle de Yeats à Sligo. Elle est censée représenter les femmes attendant le retour de leurs maris, frères, fils, oncles partis en pêche sur l'océan. Ce thème est bien sûr le même sur toutes les façades maritimes du monde, quel que soit le pays! La statue est tournée délibérément vers l'entrée de la baie, et je la trouve très "parlante".

Cet arbre nous indique clairement quels sont les vents dominants ici. Ils sont à l'Ouest. Or, aujourd'hui, ils sont à l'Est, ce qui me semble de bon augure... Celà dit, j'ai regardé la météo, qui annonce pour demain beaucoup de pluie. Et vous savez quoi? Je crois bien que je vais rester une nuit supplémentaire à "glander" ici!

Ma tente, bien seule face à la baie. Les Allemands ont disparu, ainsi que les filles arrivées hier soir à peu près dans les mêmes temps.. Je suis le seul à rester là. C'est bien.

Au bout de la route, il y a deux petites plages.

Vous avez de la chance, un petit rayon de soleil apparaît juste au moment où j'arrive à Rosses Point. De très faible durée, les nuages défilant quand même à très grande vitesse. Le ciel est du genre "laiteux", de couleur indéfinie, pas noir, pas blanc, surtout pas bleu, pas gris non plus. C'est un ciel sans couleur. Un triste ciel. Un triste temps.

Akitsu me conduit aux sanitaires, ce qui m'évite de devoir y aller à pied! Ah, fainéantise, quand tu nous tiens! Pour ma part, elle me tient vraiment bien...

Les corbeaux sont, en Irlande, omni-présents. La quantité de ces volatiles est impressionnante. J'avais déjà remarqué ça en Ecosse et en Angleterre. Il y en a partout. Et ce sont tous les mêmes, tous de cette espèce. Ce ne sont pas les mêmes que chez nous. Je ne les aime pas, les corbeaux Anglo-Saxons... Allez savoir pourquoi?!

Je ne sais pas si vous avez remarqué la tente. La toile est enfoncée par le vent. Hier soir, j'ai laissé Akitsu à l'abri des bâtiments, ne voulant pas risquer de la voir se coucher suite à une très forte rafale. En bord de mer, tout est possible, je suis bien placé pour le savoir, ayant vécu plus d'une tempête. La nuit a été très venteuse, et de violentes rafales m'ont parfois réveillé, mais rien de bien méchant. La tête dans le duvet, et retour aux pays des rêves aussi vite que j'en étais sorti!

Cependant, mieux vaut être prudent.

Je commence par m'alimenter. Je récupère une revue "National Geographic" à la salle TV, que l'on me prête gracieusement pour lire dans la tente. Un article m'intéressait. La découverte du plus ancien squelette humain, dans la région où Lucy avait également été extraite. Le squelette le plus complet de cette "espèce" jamais trouvé, une fillette de 3 ans. Intéressant. Daté de 3,3 millions d'années... Ben oui, ça laisse rêveur. Et de savoir que le Terre est plus de mille fois plus vieille.... Vous savez quoi? Je me suis endormi dessus, pour me réveiller à 18h15! Incroyable. Quel bonheur. Je suis bien au chaud dans mon duvet, à tel point que j'ai bien du mal à m'en extraire pour venir faire ce petit reportage.

Mais il le faut bien, n'est-ce-pas? Ci-dessus, le ciel à 18h30 qui s'offre à mes yeux endormis.

Vous savez quoi? J'ai encore envie de dormir, et je vais y retourner.

J'adore vraiment les vacances.

 

 

64 photos. 21 km

Depuis le départ, 6.393 km
Depuis le départ, 7.784 photos
Compteur Akitsu, 20.404 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 168 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 205 photos

 

Page précédente: 37ème jour
Page suivante: 39ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:892615 Aujourd'hui :265 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)