55ème jour

Samedi 7 juin 2008.

Le camping. Ici, au centre. Une route à sens unique fait le tour, les emplacements sont donc sur le pourtour, il y a au moins 5 bâtiments de douches et toilettes, bien disséminés dans le parc, de manière à ce que tout le monde soit près. C'est parfait, c'est beau, c'est spacieux, la nature aménagée au goût des hommes, la nature gentille, belle, accueillante. Pas de loups, pas d'ours, pas même de midges...

L'église de Blair Atholl, en sortant du camping. Si vous regardez la carte, j'ai décidé de faire le tour de deux lacs, le Loch Tummel et le Loch Rannoch, le bout étant une station de train -le train qui traverse les Highlands- et un cul de sac. mais il y a deux routes, une toute petite au Sud, et une plus importante au Nord. Je commence par le Sud.

De suite, le ton est donné, sur la route entre 2 et 3. Je longe d'abord la rivière Tummel avant de longer le Loch Tummel.
Et tout mon parcours a lieu dans une grande forêt, en fait un Parc Forestier. La Tay Forest Park.

Moi qui aime les arbres, je vais être servi. On peut dire que cette route est un hymne aux arbres, et rien que pour ça, je ne parle même pas des lacs, elle mérite le déplacement!

Il y a toutes les essences possibles, et toutes sont plus belles et plus grandioses les unes que les autres!

Echappée sur le Loch Tummel.

La route descend et suit la rivière.

Que voici.

Au même endroit, la rivière étant dans mon dos!

Sur l'autre rive, j'aperçois ce château. Je ne suis pas fou du tout de ce style, baroque je crois, et qu'on trouve très souvent en Ecosse. J'ai beaucoup changé, car c'était autrefois mon architecture préférée!

La route regrimpe sur les hauteurs, au grand plaisir d'Akitsu.

Coup d'oeil arrière, en contre-jour. Regardez ce petit bois que je viens de dépasser! Le lac est à ma gauche.

Et un autre bois. C'est continuel. Vous pénétrez sous des bois, souvent d'arbres d'espèces différentes d'un bois à l'autre, avec mes espaces libres par ci par là. Un rêve de route!

Un autre château un peu plus loin.

C'est un miroir!

Le lac fait ici un coude, et cette partie est déboisée, ce qui me permet d'avoir cette jolie vue d'ensemble.
Cette rive est plutôt plate, maintenant, alors que l'autre côté est beaucoup plus escarpé.

Je ne m'en lasse pas, et avance à la vitesse d'un bon randonneur!

Il y en a plus d'une centaine. Un élevage, sans doute, mais elles ne sont pas enfermées!

Au fait, vous avez vu ma météo? Un ciel parfait, pour une journée parfaite...

Encore des effets de miroirs. De temps en temps, quelques bouquets d'arbres isolés, parfois un seul ou une paire. Et je suis persuadé qu'ils ont été volontairement choisis et placés, car ils ne pourraient pas être mieux ailleurs que là où ils sont!

La petite église de Foss, en 3. En fait, Foss est composée de deux-trois fermes, c'est tout!

Un peu après 3, peu après cette photo, je prends une route plus importante pour rejoindre celle que je veux, qui revient vers le Loch Rannoch. Elle grimpe et traverse une sorte de plateau couvert de fougères de couleur marron, assez peu esthétique.

Ici en 4, là où je récupère ma petite route. Voilà le plateau dont je vous parlais.

C'est la lande. Le paysage est donc complètement différent. Je retourve mes amis les moutons.

Ici, j'approche de 5, et il y a une petite zone très marécageuse, avec de petits lacs.

Et je retrouve les bois que j'aime, au fur et à mesure que la route redescend vers le Loch Rannoch.

Voici la partie finale du Loch Rannoch.

Et voilà. je suis maintenant entre 5 et 6, le long du Loch Rannoch lui-même. C'est un très grand lac. Long et peu large, je vois toujours l'autre rive, que je longerai au retour.

Reflets. Les nuages, de blancs ce matins, commencent à virer au blanc-gris.

Bien petite, Akitsu, dans cet environnement!

Vers le fond du lac, vers Bridge of Gaur.

Et voilà, Bridge of Gaur, en 6.

Vue depuis le petit pont, sur ma gauche.

Et sur ma droite.

Entre 6 et 7. La route longe une rivière, presque sans eau, juste à cet endroit. Je faisais cette remarque l'autre jour, du peu d'eau dans les torrents et rivières, compte-tenu de la saison. mais j'avais oublié un paramètre fort important. En fait, les hommes contrôlent tout ça maintenant. Il y a partout des lacs de retenue, des petits barrages, où tout est régulé. Ici aussi.

Je retrouve la lande humide. En fait, je m'approche du Glen Coe, traversé l'autre jour, et que j'adore!

Et voici un hôtel situé près de la Rannoch Railway Station

Le paradis des randonneurs, c'est ici....

Et voici la station. Très surprenant de voir une station de train ici!

Zoom vers les Lochs, plus loin.

Klaus et Christa, Allemands vivant près de Dresden. Avec leur superbe BMW. Nous avons sympathisé et discuté un bon moment. Un peu plus tard, d'autres Allemands sont arrivés, un couple avec chacun une Triumph. Nous nous étions dépassés deux fois précédemment. Eux sont de Hansfeld, entre Hannover et Berlin. C'est la 5ème fois qu'ils viennent en Ecosse!

Je garderai le contact avec Klaus et Christa, qui ont un site Internet.

Je retourne donc sur mes pas jusqu'au Bridge of Gaur, mais cette fois, je reste sur la rive Nord du Loch Rannoch. Les arbres sont toujours aussi magnifiques. Klaus et Christa en sont également émerveillés. Chez eux, les forêts ont été détruites par les industries, et c'est parce qu'il n'y a pas d'industrie lourde ici que les arbres sont si sains. C'est du moins ce que pense Klaus, et j'avoue que ce n'est peut-être pas la seule explication, mais c'est certainement un élément important!

Le Loch Rannoch est plus joli vu depuis cette rive, car les hautes montagnes sont là-bas.

Il y a des campeurs un peu partout. Ce qui confirme ce que me disait la femme à l'accueil du camping. Et effectivement, je vois un peu plus tard une pancarte expliquant que le bivouac léger sur 2-3 jours est autorisé, moyennant bien sûr de ne rien laisser sur place, de ne pas piétiner ni casser la végétation... Bref, ce qui est normal!

Conclusion: si je n'étais pas seul, je ferais du bivouac. Mais seul, je me connais pour l'avoir déjà fait, je sursaute au moindre bruit, je ne me repose pas normalement, je suis stressé... Vraiment, un aventurier de pacotille!

Je décide de manger ici, assis sur la berge comme sur une haute marche. J'étais parfaitement bien. J'entends les deux motards en Triumph passer pendant que je me restaure.

Au loin, cette superbe pyramide, c'est le Carn Maig, qui culmine à 3.419... pieds! Je suis passé à ses pieds à l'aller, lorsque je descendais du plateau en m'approchant du Loch Rannoch. J'avais remarqué sa paroi, mais pas du tout cette forme.

Quelle belle forêt. Je sais, je me répète, mais elle est tellement belle. C'est la Tay Forest Park, qui couvre toute la région.

Voilà, mon lieu de pique-nique, vu sous un autre angle.

Un peu plus loin, en approchant de 9 (Kinloch Rannoch), je vois ces pêcheurs sur les rives du lac, ce qui me fait penser à mes frères!

Il y a aussi quelques canots de sportifs faisant des avirons!

Toujours le même, très impressionnant.

Et encore... Quand on aime, on... ne compte pas!

Vue arrière sur le Loch Rannoch.

Arrivée à Kinloch Rannoch, en 9

Eglise de Kinloch Rannoch.

Maisons à Kinloch Rannoch. C'est très très "British", tout ça. Le ou les deux-trois hôtels, toujours les mêmes noms -nom du village suivi de "Hostel", les entrées très "snob", les pancartes elles-mêmes ont l'air de majordomes. Je n'aime pas du tout. De plus, je suis sûr que les prix vont avec ce style "m'as-tu vu"... Devant, les inévitables 4x4 noirs et neufs, ainsi que les traditionnelles voitures rouges décapotables dont les Anglais raffolent. Non, décidément, ce n'est pas mon truc. Beaucoup trop noble et pédant pour moi!

Je retourne dans la nature... Je roule maintenant entre 9 et 10. Là où sont les arbres, c'est la superbe rivière dont j'ai vu un bout tout-à-l'heure, mais j'ai loupé le parking, pour une fois qu'il y en avait un!

C'est vraiment trop beau, ces rangées d'arbres splendides qui suivent le cours de la rivière!

Les murs dans la montagnes, séparant les propriétés. Ces gros propriétaires possèdent des montagnes entières! Et ça m'énerve...

Et me revoici maintenant le long du loch Tummel. mais comme je vous l'avais dit, alors que je le longeais vraiment sur le bord ou presque de l'autre côté, ici la B8019 domine la situation. C'est superbe, quand il n'y a pas d'arbres pour boucher la vue.

Bon, mon gars, faudrait savoir si tu veux des arbres ou pas.... Ben, ça dépend, c'est comme ça m'arrange, en fait!

En voiture, je n'aurais pas pu faire cette photo. On ne s'en rend pas compte, mais la moto est posée sur le bord, dans une forte pente, sur du gravillon, tout ce que je déteste, mais une fois de plus, pour vous, je suis prêt à beaucoup d'efforts!

Un peu plus loin, il y a un beau parking. Youpeeeee.... C'est trop trop beau, comme disent les jeunes....

Deux à têter en même temps! Gonflés, les gamins. D'habitude, il n'y en a qu'un.

Quelques kilomètres plus loin, des panneaux indiquent "Queen's View"... Ben dis donc, ce doit être un superbe panorama. J'y vais, il y a un grand parking, un restau-café-thé... Je cherche le point de vue. Ne le voyant pas, je fais demi-tour, et je vois de nouvelles pancartes. "Point-de-vue à 150 mètres. Veuillez régler votre parking avant d'y aller".... Sacrés Ecossais, va! Impayables!

Vous pensez bien que je me "casse" d'ici, un peu dégoûté. En bon Français, j'aurais pu laisser Akitsu dans un coin, aller voir le point-de-vue, ne pas payer et repartir. Mais non, même pas envie. Pour être franc, je n'ai pas le courage d'aller marcher avec ma lourde veste par cette chaleur.

Je quitte les rives du loch Rannoch. La route pénètre dans une nouvelle magnifique forêt -en fait, c'est toujours la même, mais ici, on dirait vraiment un parc. C'est assez sinueux, et les motards ne peuvent qu'aimer, car ça roule bien. Gauche, droite, gauche, gauche, droite, droite... Superbe. Dans le bas d'un vallon, il me semble bien... Coup de bol, je peux arrêter la moto, il y a juste un tout petit minuscule emplacement. Je prends mon zoom maxi et, oui, c'est bien ce que je pensais. Mes belles vaches Ecossaises.

Elles sont dans une sorte de marais, ces vaches souffrant beaucoup de la chaleur -on peut les comprendre, vu leur toison, elles adorent les coins humides, les fonds de prés, les rivières...

Je dois aussi vous dire un truc à propos de ces vaches. Elles ne sont plus utilisées en tant que vaches, si je puis dire... Oui, je le peux! Donc, en fait, ces vaches ne servent plus que pour le prestige, le tourisme, la curiosité. On les voit essentiellement dans les parcs des châteaux, qui en ont toujours un peu, et dans tous les endroits très "chic" -mais pas dans les hôtels, ni dans les restaurants...

Et voici la pancarte de mon "village". C'est là que j'habite, na! La classe, hein?! Très "Scottish", je vous l'avais bien dit, et la dame du camping me l'a bien confirmé.

Dans les rues de Blair Atholl

En fait, c'est sur ce bâtiment!

Tiens, au fait, des vaches Ecossaises, j'en ai deux à l'entrée de mon camping. Je les avais vues hier soir, puis oubliées.

Les gens s'arrêtent pour faire des photos. Ici, la fille à gauche pose sa main sur le dos de la vache -elles sont très affectueuses, je vous assure- mais j'ai beaucoup ri, car la vache a bougé la tête, et avec ces immenses cornes, c'est très impressionnant. Et la fille a poussé un cri et retiré sa main en catastrophe... Un rien m'amuse!

Ici, elle est en train de se gratter la tête sur le poteau.

Akitsu devant l'entrée. Les deux vaches sont à droite.

Je suis heureux de trouver mon beau camping, ma tente en place, etc... Je commence par me faire un bon café, et me détendre un peu. Il est 16 heures, j'ai donc tout mon temps. Les familles sont toutes là, au complet. Les gosses jouent sur l'immense pelouse du parc. C'est l'ambiance "camping", mais j'aime assez ça -sauf les gosses... Mais finalement, je ne me plains pas, les parents font correctement leur travail, sans crier, et ça se passe bien. En fait, quand je dis "sauf les gosses", c'est parce que je hais littéralement les gosses qui ont le droit de tout faire, que les parents laissent sans ordres, qui sont arrogants, impolis.. pauvres enfants! En fait, ce sont les parents qui seraient à giffler. Bon, ceci dit, à côté de ma tente, il y a un groupe avec au moins 2 couples, 5 gosses, 4 chiens. La totale, tout ce que j'aime! Eh bien, je suis fort surpris, ça se passe très bien, les pères sont extrêmement près de leurs gamins, et s'en occupent beaucoup, pendant que les femmes discutent, assises dans leurs chaises.

Finalement, je vais à l'accueil faire mon "rapport" vesr 17h30. Malheureusement, je suis obligé de partir avant d'avoir fini, car ils ferment ce soir à 19 heures, étant donné que c'est très calme!

En retournant à ma tente -en moto, sans casque, en sandalettes, car je suis assez loin de l'accueil-, je vois tous les barbecues allumés, je vois les saucisses en train de griller, je sens ces bonnes odeurs... Hummm, ça me fait une de ces envies, vous ne pouvez pas savoir! Je me jette sur une grande boîte de maquereaux à la moutarde, avec du pain Ecossais -pas mauvais, d'ailleurs. Pour ma part, je mange dans mon abside -pas de midges, quel bonheur- à l'abri des regards. C'est un truc que je n'aime pas, par contre, de m'étaler devant tout le monde. Ici, tous les gens sont dehors. Pour ma part, pas question de manger mon maquereau sur la pelouse avec mes doigts devant la foule... C'est mon côté individuel et sauvage, je préfère être seul. Et pourtant, j'aime bien entendre les gens autour, dans la limite du raisonnable, bien sûr.

Puis une bonne douche bien brûlante, et le duvet, et le bouquin. Que c'est bon. J'entends les gens parler, c'est très agréable. Je m'endors assez vite. Quelle heure est-il? Quoi, 21h30 seulement..? Je reste allongé dans la pénombre, pas décidé à dormir déjà. Je lisais encore sans lumière, bien sûr. Finalement, je reprends mon bouquin, et je le ferme définitivement vers 23 heures.

Le ciel était noir quand je suis revenu de l'accueil, et je m'attendais -j'espérais- un orage, mais il n'est pas venu. Dommage! J'aurais aimé entendre tout le monde courrir dans tous les sens, crier, ramasser les tables et les chaises, et s'enfermer à l'abri. Je n'ai pas eu cette joie... Une autre fois, peut-être!

356 photos. 141 km

Depuis le départ, 8.737 km
Depuis le départ, 13.233 photos
Compteur Akitsu, 22.748 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 159 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 241 photos

 

La photo du jour est....

Page précédente: 54ème jour
Page suivante: 56ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:891709 Aujourd'hui :106 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)