56ème jour

Dimanche 8 juin 2008.

Réveillé par un bébé qui pleure... Alors ça, c'est vraiment pénible, je déteste ça. J'entends la grosse voix du père, calme, qui tente de le calmer. Finalement, j'entends une voiture partir... Tout ça en dormant à moitié. Puis les oiseaux, mais je préfère aux petits d'hommes... très largement! Puis les bébés encore, puis les gamins, puis le camp s'éveille, ça parle de plus en plus fort... Puis il fait chaud dans mon duvet.. Puis je me décide à enlever mon bandeau, j'ouvre les yeux! Aïe, cette lumière.

Quoi, 8h30 seulement! Décidément, les familles, au camping, le dimanche matin, ce n'est pas de tout repos... Bon, je dégage ce matin, alors autant me lever de suite... Les nuages sont noirs et menaçants. Il ne faut pas traîner, si je veux ranger la tente pendant qu'elle est sèche! Douche brûlante, je ne vais quand même pas me piver, au prix que j'ai payé. Et ça vous requinque un bonhomme!

Finalement, ce matin, deux-trois personnes me font un petit bonjour. Je ne crois pas qu'ils soient crâneurs, mes voisins. Simplement, ce sont des gens du Nord, et comme tous les gens du Nord, ils sont assez discrets, et n'ennuient pas l'étranger. Et comme je ne tente pas non plus la discussion, on en reste là. Je pense que si je le voulais, je pourrais créer le contact, mais je ne le cherche pas non plus. Je fuis les familles, je vous l'ai dit. J'aurais peut-être discuté avec des adultes seuls, pas avec de tels groupes. Trop de monde pour moi. Un couple, oui. Une personne seule, oui. Des jeunes seuls, oui. C'est tout.

Il est pratiquement dix heures lorsque je pars, et il ne pleut toujours pas!

Je passe par Pitlochry, en 2, car je veux faire le plein dès ce matin, aujourd'hui dimanche, et cette ville me semble assez importante. Elle est jumelée avec Confolens, jolie ville Française. Oui, il y a de l'essence. Cool, je vais être tranquille pour la journée.

Jolie ville, très "British" encore. Mais bon, c'est normal que ce ne soit pas "Espagnol"...

La rivière Tummel -Tiens, ça ne vous rappèle pas quelque chose?

Toujours la rivière Tummel, à la sortie de Pitlochry.

Ensuite, je file vers Aberfeldy, en 3. En effet, je me suis préparé un petit itinéraire en fonction des terrains de camping. Je suis décidé à les visiter les uns après les autres, demander les prix, pour ne pas me retrouver coincé avec un camping cher comme celui que je viens de quitter. La route est sympa, large et agréable, avec de beaux paysages de campagne et de grandes collines.

Aberfeldy. J'y arrive plutôt vite. Cette petite ville est très bien située par rapport aux balades que j'envisage. Si seulement son camping était à la hauteur -bien et pas cher-, ce serait parfait! Mais ne rêvons pas.

Le rêve! Quand je pense que j'aurais pu venir ici vendredi soir sans aucun problème! 6 livres, 8 livres avec l'électricité... Un rêve de camping, très propre, pas cher, bien situé. décidément, Ecosse, tu me surprends!

Je réserve de suite 2 nuits, mais plus j'y réfléchis, et plus je pense que je vais rester ici plus longtemps!

A côté de moi, des motards. Je discute un peu avec eux. Ils ont des Honda, de course! Ils aiment la vitesse. Ils ont fait 500 miles hier dans leur journée, ils sont allés sur la côte Ouest... Ils sont en train de plier bagage, c'était leur week-end.

Bon, ben, ma tente est montée, il est 11h20... Le rêve. Je prends mes cliques et mes claques, et je pars en balade. La vie est belle. Pour moi, le week-end n'est pas terminé!

L'église de Aberfeldy.

Encore une statue en hommage aux soldats Ecossais sur toutes les terres du globe.

Superbe pont de Aberfeldy, construit en 1733

Une maison près du pont. Entre 3 et 4, je suis en fait sur la même route qu'hier, celle que j'avais prise après Foss pour rejoindre le Loch rannoch par la rive Sud. Je la quitte en 4, à hauteur d'un village portant le nom de Keltneyburn.

C'est de suite la petite route, bordée d'arbres -encore!...- superbes. Il n'y a personne... Ah si, cette vieille décaqpotable, typiquement "châtelain Ecossais". A côté du pilote, son chien!

Petite rivière, très petite. Mais les arbres qui la bordent sont immenses. Ils pourraient aussi être le long du Rhin, ils ne dépareilleraient pas du tout!

*

La petite rivière en question est à droite....

A Fortingall, la route va suivre la rivière Lyon.

La Lyon, dans une échappée. La route est une merveille, la Glen -vallée- Lyon est extraordinairement belle.

C'est, uen fois de plus, au-delà de mes espérances.

Finalement, je décide de manger ici.

Assis sur un gros rocher. Il y a une belle brise qui me vient de face. le ciel s'éclaircit.

Encore un repas sur un site exceptionnel. C'est vraiment génial d'être propriétaire de rien, et donc de changer chaque jour de domicile, de manger chaque midi devant un nouveau paysage. Tous plus beaux les uns que les autres. Et je suis à chaque fois émerveillé par tant de beautés naturelles. Il y en a à foison.

Et très sincèrement, à chaque fois, je me dis que je ne voudrais pas habiter ici. Tout simplement parce que je serais "coincé". En effet, quand vous achetez, vous êtes pour ainsi dire "tenu à résidence". Vous vous liez les mains, en quelque sorte...

On perd sa liberté. C'est la même chose que de partir avec 90 kilos sur la moto! C'est de la folie pure. Mais si on ne possède rien, on peut aller partout, on n'est pas attaché à un lieu.

J'ai pris ces photos pour ma petite fille, qui adore les animaux et la nature.

Voilà pour toi, ma chérie. J'espère que tu voyageras beaucoup, que tu travailleras peu, le moins possible, et que tu vivras libre, le plus possible...

Des gens arrivent sur la berge, trouvant eux aussi ce coin superbe. La jeune femme vient vers moi et s'excuse de me déranger dans ma quiétude, de me prendre mon paysage! Je suis assez surpris de sa démarche, mais en même temps, ça veut dire qu'elle comprend le lieu, elle aussi. Je lui dis que ce n'est pas à moi, qu'elle peut en disposer. Mais elle me rétorque que si, justement, c'était un peu à moi! Ce en quoi elle a un peu raison... Je les laisse car, c'est vrai, le charme est rompu. J'étais tellement en communion avec le lieu, la rivière, les moutons. Elle avait pleinement raison, elle pouvait s'excuser!

Que c'est beau. La vallée du Lyon est un coin que je vous recommande, comme tant d'autres! Elle vaut son pesant d'or!

En bas, le Lyon qui coule paisiblement, sans rugir. Oui, je sais, elle était facile, celle-là. Je la garde quand même!

La vallée s'élargit, les montagnes grandissent, le paysage en devient somptueux.

Tout est si parfaitement agencé, les couleurs, les courbes, les pentes!

Ah si, il y a quelques erreurs... Ils l'ont tondue, celle-là, ou bien elle a perdu sa toison toute seule?

Un jardin aux dimensions considérables.

Le vent est de plus en plus fort, et le ciel de plus en plus égagé. Y-a-t-il un lien de cause à effet?

Je ne dis plus rien, car je ne sais vraiment pas quoi dire, sinon d'y aller!

"Blind Summit" comme disent les Anglais. Ici, je roule après Bridge of Balgie, entre 10 et 9.
A gauche de la route, et le long du Lyon, il y a un château, et toute cette partie appartient au même domaine. C'est immense, c'est d'une beauté à couper le souffle. Il y en a qui ont de ces biens, c'est vraiment énorme!

A peu près à ce niveau, il y a une route qui va en 9, vers un lac. Je la prendrai en revenant. Je continue d'abord vers Cashlie.

Il y a des murs un peu partout dans la montagne, et ils m'impressionnent toujours autant! D'abord, de voir la taille des immenses propriétés qu'ils délimitent, ensuite en pensant au travail effectué par ceux qui les ont construits!

Tiens tiens...

Mais c'est bien sûr... Je pense qu'il s'agit d'un élevage appartenant au domaine du château.

Les veaux sont adorables, on dirait d'énormes peluches.

Le Lyon, toujours là, jamais très loin de la route.

Un col... Oui, vous savez. Bon, mettons, pour ceux qui ne savent pas!

Tiens tiens, encore lui! Il est assis avec son chien, de l'autre côté de la rivière, et m'observe avec ses jumelles. Il devait me suivre depuis un moment, car je viens de faire une petite "pointe"de vitesse sur la petite route, dans une grande et longue ligne droite, très étroite. Ben oui, je me fais des petits plaisirs de temps en temps, quand c'est "sans danger".

Le Lyon est canalisé lui aussi, et le Loch Lyon est barré par un... barrage. La route s'arrête en bas, je ne verrai donc pas le Loch. Mais on peut y grimper à pied, c'est sûr.

Demi-tour. Et ça change tout! je ne suis plus en contre-jour, bien au contraire. Le soleil est dans mon dos.

Admirez le changement dans les couleurs...

Un autre cercle de pierres. Pour la tonte des moutons, je présume?

Les murs dans la montagne. Jusqu'au sommet!

Très impressionnant!

Non, tu n'es pas belle comme ça, mais on t'aime quand même!

Le Lyon au premier plan.

Une autre pour ma petite-fille.

L'arbre était mort. Mais la vie ressurgit. Il est reparti...

Les rives du Lyon sont somptueuses.

Dans le rétro de gauche, le ciel bleu. ans celui de droite, le photographe.

Cette fois, sur la deuxième petite route, qui conduit à l'autre loch, en 9

C'est le même col que tout-à-l'heure. Si si, je vous le garantis. mais vu de plus haut.

Par contre, celui-ci est bien mort! En fait, la route se termine par un barrage, de même architecture que le précédent.
Il y a des chemins de randonnée par ici, vous pouvez y passer des journées entières, croyez-moi!

Peu avant d'arriver à Bridge of Balgie, en 10

Après Bridge of Balgie, je prends à droite pour rejoindre le Loch Tay. Tiens, mais c'est le nom du Parc Forestier.

Les paysages sont beaucoup plus sauvages, plus nus, plus rudes.

Ici, c'est le Loch se trouvant entre Bridge of Balgie et le Loch Tay. On le voit à peine sur la carte.
C'est un Loch de barrage, lui aussi! C'est le Lochan na Lairige.

Et son barrage!

Peu avant d'arriver sur la A827.

ET voici le Loch Tay. Immense. Bleu Méditerranée. En fait, ce bleu intense est bien dû à la couleur du ciel. Et si le temps était gris, mon Loch Tay serait gris lui aussi. Je préfère en bleu...

La route traverse ensuite la forêt que vous voyez. Et très sincèrement, il y fait presque nuit; c'est inimaginable!

La route surplombe de très haut le Loch Tay pendant un long moment. Les arrêts en voiture sont impossibles. mais avec Akitsu, on se permet d'en faire...

Le coude du Loch, que vous voyez sur la carte.

Fearnan, juste dans le coude, là où la route rejoint les berges du Loch. Que voici...

Kenmore, en bout de Loch en 12. Entrée du château de Tay.

Encore un village très "classe", mais aussi très cher!

Bien sûr, je vous le disais. Donc, ici aussi, le Kenmore Hotel...

La plage de Kenmore, au fond du Loch tay.

En contre-jour total. Ce sera ma dernière photo pour aujourd'hui. Le reste du chemin, je vais le faire assez vite. je rentre finalement à 18h30 à la maison, bien content d'être arrivé.

Ici aussi, la douche est chaude et à volonté. Parfait, ce camping. C'est sûr, je vais rester plusieurs jours ici, je me demande même si je ne vais pas y passer la semaine. Histoire de bien me reposer avant d'attaquer l'Islande...

Allez, on verra bien!

En attendant, je suis la seule tente du camping, toutes les autres sont parties. Je vous le disais bien, ils viennent tous le week-end, et disparaissent le dimanche dans la journée... Il ne reste que les touristes en camping-car et caravanes, et les éternels retraités, qui doivent passer leur été ici.

A moi la grasse matinée, demain!

 

 

606 photos. 151 km

Depuis le départ, 8.888 km
Depuis le départ, 13.839 photos
Compteur Akitsu, 22.899 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 159 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 247 photos

 

L'image du jour.... très difficile à choisir!

Page précédente: 55ème jour
Page suivante: 57ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:862640 Aujourd'hui :80 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)