62ème jour

Samedi 14 juin 2008.

9 heures! Les jours se suivent et ne se ressemblent pas! Et il pleut. Après tout, j'avais décidé de faire une petite balade sur le versant Nord du Loch Ness, histoire de... Donc, je ne suis pas pressé, ce n'est pas loin. Et vu le temps, je referme les écoutilles...

Pas longtemps! Je n'arrive pas à me rendormir. Qu'à cela ne tienne, je vais me lever, et bouquiner. A moins que...???

9,4 degrés au thermomètre d'Akitsu à 9h30! Mais il ne pleut plus. En déjeûnant, je me dis que c'est quand même dommage de ne pas aller voir les "Five Sisters". Ce sont des montagnes. Je n'en suis pas très éloigné. Si je fais le tour complet de cette balade, ça me fera 260 km, j'ai calculé hier soir. Et si je reviens sur mes pas, environ 220... C'est quand même très faisable.

Finalement, il est près de 11 heures lorsque je démarre! Mais j'ai une pêche d'enfer, alors autant en profiter!

Ici entre 2 et 3, mais pas loin de 3. Le Loch Ness, évidemment.

Et les vedettes de touristes fonçant vers Urquhart Bay (en 3)

Sans doute un exercice, il y avait des "zodiacs" sur le lac qui tournaient en rond...

Photos pour Didier, le roi des hélicoptères.

C'est la RAF (Royal Air Force). Le gars me fait bonjour. Je suis pourtant très loin (zoom maxi)

La Urquhart Bay se trouve à droite, et on aperçoit le fameux château, Urquhart Castle, sur le promontoire de droite.

Sans le zoom... Ce n'est plus du tout la même chanson, n'est-ce-pas? Le château est sur la petite pointe à droite.

Et Dame Akitsu, qui ne daigne même pas regarder le Loch!

Les touristes sont débarqués en masse près du château! Un embarcadère a été construit dans ce but...

Drumnadrochit, le village faisant son commerce du monstre du Loch...
Il y a une station d'essence. Il me reste de quoi faire environ 70 km, je regarde la carte et décide de pousser plus loin. En effet, il y a une autre petite ville, Invermoriston, là où je vais quitter le Loch Ness. Vu le tourisme dans le coin, il y a sûrement une station!

Regard en arrière sur le Loch Ness. En fait, à gauche, c'est la baie d'Urquhart, le Loch continuant au fond vers le Nord, vers Inverness.

Je peux arrêter Akitsu sur le bord de la route, car ils ont fait un grand parking pour les touristes visitant le château. Ils ont même installé de la signalétique lumineuse indiquant si le château est ouvert ou non... Business is business...

Comme vous pouvez le voir, le bateau à quai vient de décharger sa cargaison. Comme vous pouvez le voir, il n'y a que des ruines! En fait, il n'y a rien, et vous avez désormais vu le château, gratuitement!

Ah ces Ecossais, ces Britanniques, en matière de tourisme, je les trouve vraiment trop mauvais!

Zoom sur l'entrée de la Urquhart Bay.

Trois Anglais ont eu la même idée que moi, à savoir de venir faire les photos du château ici. Ils me proposent de faire une photo, et je leur en fais une avec leur appareil. Echange de bons procédés. L'un d'entre eux en profite pour me photographier....

Comme vous le voyez, j'ai mis l'équipement anti-pluie et anti-vent. Et je suis vraiment bien au chaud!

Donc, derrière moi, le Loch Ness et le château d'Urquhart.

Invermoriston. Non, ça c'est une vache Ecossaise, a Scotish Bull, comme ils disent. Elle est dans un pré, face au grand parking du grand hôtel. Et vous savez quoi? Je l'ai déjà photographiée, la dernière fois, lorsque j'étais passé avec le camping-car. Enfin, elle ou une de ses soeurs...

Bon, mais le problème, c'est qu'il n'y a PAS de station d'essence, comme je l'espérais! Je questionne un autochtone, et il me dit que la prochaine se trouve à Shiel Bridge, près du Loch Duich (en 6). Bon, ça devrait aller, un peu juste, mais ça doit le faire. Hier, je roulais doucement, je n'ai pas du consommer beaucoup. La jauge? Elle est inutilisable, sur la Transalp, c'est même une honte de vendre une moto avec une telle jauge!

Ici, entre Invermoriston (lieu où je quitte le Loch Ness) et le Loch Cluanie -qui est le premier sur la route. Je commence à voir de hautes montagnes à l'horizon, et ça me plait beaucoup.

Zoom sur la photo précédente, vers les montagnes en question.

Croisement avec la A87 qui redescend vers Fort Augustus. Un grand panneau lumineux avertit qu'il y a un grand risque de rencontrer des cerfs sur la route! Eh bien, figurez-vous que j'ai croisé 3 biches 5 minutes plus tôt. Juste devant moi, je dirais 20 mètres, pas plus. Evidemment, s'arrêter, sortir un appareil photo et prendre des clichés relève, avec de tels animaux, du domaine de l'impossible. Leur agilité est égale à leur anxiété. Mais quelle grâce! Un très joli tableau.

Un peu plus loin, juste avant d'arriver au Loch Cluanie, fermé par un grand barrage.

Le voici. Le Loch Cluanie.

Le ciel s'assombrit de plus en plus, et je m'attends à prendre une bonne douche!

Les jeux de lumière avec ces nuages noirs d'encre sont d'une grande beauté, et mes photos ne rendent pas très bien ce que mes yeux voyaient, d'autant plus que le mouvement des nuages était rapide, et par conséquent le spectacle animé!

Ici, c'est la fin du Loch.

la route traverse une vallée en forme de "V" d'une très grande beauté. Le spectacle est surtout à gauche, vers le Sud donc, dans cette portion. Je pense -non, en fait je suis certain- que les randonnées dans ce secteur sont fabuleuses.

Il y a un hôtel-restaurant ici, le Cluanie Inn. Au dernier moment, je vois une pompe à essence, et je pile.... juste!
Mais le prix me fait reculer! Le gars vend 1,30 livre le litre de SP 95 -unleaded, comme ils disent. C'est de l'abus. Je pense être à environ 20 bornes de la station annocée par mon informateur. Pourvu qu'il ait raison. Je poursuis donc.

Les arêtes sommitales sont extrêmement dentelées.

Je vous laisse admirer, comme je l'ai fait.

Sachez tout-de-même que s'arrêter ici, sur cette belle route où Akitsu s'enlove littéralement demande beaucoup d'effort. J'ai tellement envie de me laisser aller dans ces grandes courbes. Peu de motards feraient ce que je fais, car ça demande beaucoup de courage que de s'arrêter alors qu'on file sur l'asphalte parfaite...

Aïe... Les affaires se gâtent, au niveau du ciel. Bon, c'est certain, il pleut là-bas. Je ferme toutes mes écoutilles!

Voilà. J'ai traversé la partie la plus étroite de cette vallée, la Glen Shiel, sous une pluie battante, sans possibilité de faire de photos! Au moins, j'ai eu le plaisir de rouler sans m'arrêter pendant quelques kilomètres!

Mais le vent est violent, et les nuages passent rapidement. La douche s'arrête aussi vite qu'elle a commencé!

Coup d'oeil arrière vers le défilé.

Bon, je suis arrivé à Shiel Bridge, en 6. Il y a bien une station d'essence. En plus, le prix est très correct, 1,21 livre, alors que c'était 1,20 à Inverness. J'ai donc gagné mon pari, j'ai bien fait. Il y a aussi un camping. En fait, je me souviens avoir également fait le plein ici avec le camping-car! Décidément, les souvenirs affluent, et je regrette de ne pas m'être remis en tête l'itinéraire effectué alors. En fait, comme vous le savez, j'avais préparé mon itinéraire en tenant compte des coins visités, pour ne pas y revenir. Mais les midges ont changé tout mes plans, comme vous le savez...

Et à propos des midges, un nuage est en train de se former autour de moi pendant que je fais le plein! C'est curieux, d'ailleurs, ici, car les pompes sont fermées à clef, et le patron vient ouvrir le cadenas... Par contre, je lui ai refusé le droit de donner à boire à mon bébé -Akitsu....- car je tiens à éviter les "rôts", et je sais comment elle boit! Donc, voilà, je suis près de l'île de Skye, et les midges y sont aussi. Comme je suis heureux de cette décision prise de quitter la côte Ouest. Je profitet donc de cet arrêt pour m'asperger le visage de la lotion anti-midges achetée la semaine dernière, et qui est toujours dans ma sacoche!

Le Loch Duich.

Je m'en approche, et je tombe immédiatement sous le charme. Vraiment, je suis amoureux de ces paysages, de ces lochs maritimes entourés de montagnes.

Je décide de le longer sur sa rive Sud -une Single Track Road étroite- jusqu'au bout. Ici, coup d'oeil arrière sur les "Five Sisters", ces 5 sommets pointus situés le long de la Glen Shiel. Les Cinq Soeurs.

Je roule donc vers le point 5 de la carte. Ici, coup d'oeil vers l'autre côté du Loch, vers la vallée remontant vers Lienassie.

Et regard vers le fond du Loch, où Akitsu me conduit. Je vais donc longer cette rive gauche.

La route est bien trempée, mais j'ai de la chance, car il me semble bien que le ciel s'éclaircisse rien que pour moi!

Encore un coup d'oeil en arrière vers les Five Sisters. Paysage tropical, sans aucun doute!

Zoom sur les Five Sisters.

La forêt vierge devant moi. Mais où passe donc la route?

Je suis en admiration, je savoure, je me délecte de ces paysages que j'adore totalement.

Je suis ici en plein dans "mon" type de paysage. Allez savoir pourquoi!

A droite, le goémon laissé par la marée git sur la grève. L'odeur est délicieuse. Je crois qu'elle fait partie de mon plaisir à goûter de tels lieux!

Sous le ciel bleu, l'eau est bleue... Nouvelle démonstration. Et c'est, je l'avoue, encore plus beau, mais assez subjectif, je pense. Car des eaux noires sous un ciel noir ont un charme bien différent, mais également bien réel. L'autre facette de Dame Nature, la face que je qualifierais de "noire"...

Regardez comme la route sèche vite...

Je ne m'en lasse pas. C'est, une fois de plus, d'une beauté à couper le souffle!

Eilean Donan, château à Dornie, que l'on voit depuis la route A87 qui conduit au pont reliant l'île de Skye au continent.

Voilà, je suis tout au bout. C'est un cul-de-sac. Comme c'est beau. A la fin du parcours, la route traverse un bois superbe où j'ai eu bien du mal à ne pas m'arrêter! Planter une tente ici, à l'abri des arbres, près du loch... Ah non, j'oubliais... les midges! D'ailleurs, à ce propos, elles se font oublier ici. Il y a une bonne brise, ceci explique sans doute celà.

Sur la route du retour. On aperçoit au loin les "Five Sisters", qui, il faut bien l'aouer, dominent le coin!

Comme vous pouvez le constater, le ciel n'est pas uniformément bleu, loin s'en faut!

Il est 15 heures! Et je n'ai pas mangé! Et j'ai faim. Mais j'avais aussi tellement faim de ces paysages, que je n'avais plus depuis quelques jours, que je repoussais cette pause.

C'est splendide de manger ici. Je savouuuuure comme un fou! Je me délecte de mes tartines au fromage de type -vache qui rit- autant que des eaux de ce joli -magnfique- loch!

Je repars, mais c'est dur, car si je n'étais pas seul ici, j'y passerais l'après-midi sans me forcer!

Je croise une quantité importante de randonneurs, beaucoup avec de gros sacs sur leurs dos.
Et ce, tout au long de la route. Ils ne semblent pas du tout être ensemble.

Quand on aime... Regardez un peu le nombre de photos faites aujourd'hui. Hallucinant!

En réalité, j'ai fait une importante quantité de photos en vue de réaliser des panoramas. Certains devraient être de véritables chef-d'oeuvres... Bon, OK, je suis à la fois juge et partie, c'est donc facile!

La superbe denture du A'Ghlas-Bheinn, 3.006 pieds.

On aperçoit ici des randonneurs.

A nouveau, et en entier cette fois, la molaire du A'Ghlas-Bheinn.

Que l'on retrouve ici dans son environnement global.

Retour à Shiel Bridge, enfin, juste à côté, à l'entrée du Loch. Bon, je ne vais pas en rester là. je soupçonne l'autre côté d'être tout aussi beau. C'est également une Single Track Road. Allons-y. Vers le Sound of Sleat.

La route attaque la montagne par quelques épingles à cheveux et une forte pente, ce qui fait qu'en quelques minutes, elle domine le Loch Duich.

Vous reconnaissez sans peine maintenant les "Five Sisters".

Je fais des pauses presque à chaque épingle... Vraiment, j'exagère, mais c'est si beau!

Changement de décor. Passage du plateau -très valloné- et attaque rapide de la descente.

Un col....

La route longe le superbe Glen More.

Les fermes en bas du Glen More.

Arrivée à Glenelg. Une autre route part à droite vers le ferry -saisonnier et tout petit- qui conduit sur l'île de Skye. Depuis la construction du pont, il est beaucoup moins utilisé. Je décide d'y aller au retour, voulant d'abord aller tout au bout de la route qui se dirige vers le Sound of Sleat.

Comme c'est beau, une fois de plus.

On voudrait rester ici, s'asseoir sur le sable, ou s'allonger. Rêver. Juste ne rien faire.

Le pire, quand j'y pense, c'est que c'est gratuit! De s'asseoir et de ne rien faire!

Mais bon, je ne suis pas payé pour ça, moi. J'ai du boulot.

La route traverse le bout de cette péninsule en s'enfonçant un peu à l'intétrieur des terres. Elle est belle, plus large, mais il faut se méfier, car c'est quand même une "Single Track Road", et il m'a fallu freiner brutalement deux ou trois fois, car quand une voiture croise une moto, la moto doit se ranger.... J'ai envie de donner un grand coup de bottes sur cetaines portières...

Vision époustouflante sur le Sound of Sleat. Immense. Presque la mer ouverte.

En face, l'île de Skye.

C'est grandiose, car depuis un moment, je me trouvais dans un paysage assez encastré.

Et d'un seul coup, ici, c'est une ouverture totale sur le large, enfin, presque...

Et ma route se rapproche maintenant de l'eau, pour longer le Loch Hourn.

Je pensais avoir vu le plus beau pour aujourd'hui...

Je me trompais.

Je n'ai pas de mots pour décrire ce que j'airessenti ici, car il me faudrait avoir beaucoup plus d etemps pour parfaire mes écrits. Or, je fais vite, pour que vous puissiez me suivre, pour que ma famille et mes proches soeint le plus près possible de moi.

Regardez, comme j'ai pu le voir, du mieux possible...

Mais ce que j'ai ressenti ici, c'est que je me suis approché du domaine des dieux...

Oui, j'ai frôlé leurs terres. Et j'ai été émerveillé, terrassé même, par tant de beauté.

Là, juste derrière ce bout de route, il y a une descente...

Avec le plus bel arc-en-ciel que j'aie jamais vu dans ma vie.

Je suis resté ici dix minutes, juste à côtét d'une "Passing Place". Heureusement, une seule voiture est passée.

A un moment, il y avait deux arcs-en-ciels, séparés par quelques centaines de mètres l'un de l'autre.

Et moi, je n'en pouvais plus d'encaisser ce paysage. J'en ai pris plein les dents, plein les yeux, pour plein de mois.

De l'autre côté du Loch Hourn, ce n'est pas Skye, mais la péninsule Knoydart. Une seule route, non accessible par route! Eh oui, on ne peut rouler sur cette péninsule qui, je le répète, n'est pas une île, qu'après avoir pris un ferry. Je pense, et je suis certain de ne pas me tromper, que séjourner là-bas quelques semaines doit être du même effet que d'aller sur l'île de Robinson Crusoe...

En tout cas, moi, je suis tombé amoureux de ce site! Arnisdale, c'est le nom du hameau se trouvant dans cette baie.

Les gens qui vivent ici ne connaissent pas leur bonheur. Ou peut-être que si...

Et Corran, le bout de la route, comme c'est indiqué ici. Alors, ami(e)s lecteurs(trices), si vous pouvez vous permettre de venir 2 ou 3 semaines en Ecosse, je vous suggère de venir ici, avec sac à dos, et de vous renseigner sur les hébergements possibles dans ce petit village. Il est impossible à un amoureux de la nature de ne pas être enthousiasmé.

Retour, puisqu'il faut bien repartir un jour... Mais c'est vraiment contraint et forcé!

Je vous le disais... Je ne sais pas comment faire pour m'empêcher de m'arrêter tous les cent mètres.

Je me dis : "OK, ça va maintenant, tu en as déjà pour tout l'hiver avec ce que tu as déjà pris...".

Voilà où j'étais tout-à-l'heure, face à l'arc-en-ciel. En haut de cette grimpette.

Sortie du Loch Hourn vers le Sound of Sleat.

Allez, j'arrête de m'arrêter, sinon, je serai encore ici à la nuit tombée, et Dieu sait si elle tombe tard!

Retour sur Glenelg (en 7)

Je ne dis plus rien...

D'ailleurs, y-a-t-il quelque chose à dire? Non. Vous regardez, et vous vous taisez simplement.
Ce paysage réclame le silence. Les cris des oiseaux, le ressac, le vent... C'est suffisant, et c'est bien!

Allez, Jef, arrête de bombarder. T'es un grand malade, mon p'tit gars, un très grand malade...

Retour vers le loch Duich, traversée du Glen More.

La clarté, la netteté, la précison des décors est ce soir au-delà de tout ce que j'ai eu depuis mon départ.

On dirait que le temps s'est arrêté. Juste pour me permettre de voir.

Et c'est la fabuleuse descente sur le Loch Duich, longé en début d'après-midi.

Les Five Sisters, à nouveau, dans l'ombre des nuages, dans la lumière vespérale...

Où l'on aperçoit le photographe, couché sur la route... Non, simplement assis sur Akitsu, dont on voit le rétro droit!

STOP. Range cet appareil photo, et roule, maintenant. Il est 19h30, il me reste environ 110 kilomètres à parcourir... Je suis ici à Shiel Bridge, sur la A87.

Un peu plus loin...

Dans la Glen Shiel. Un nouvel arc-en-ciel. Décidément, je suis gâté aujourd'hui!

Coup d'oeil arrière sur les dentelures des sommets. De bonnes cibles pour les alpinistes, je pense.

Et les eaux d'un bleu profond du Loch Cluanie. Pas du tout le même bleu que ce matin.

Comment ne pas s'arrêter. Et pourtant, croyez-moi, Akitsu était lancée, à 100, dans des courbes adorables. Cette fois, c'est le plaisir de la moto, le bonheur. Comme c'est difficile de marquer des arrêts!

mais comment vous refuser ça? Je le voyais dans mon rétroviseur. C'est un regard vers l'arrière!

Le barrage fermant le Loch Cluanie.

Puis je roule, et je roule même vite... 110 à 120, un peu plus que la limite. Je me permets, car deux-trois voitures m'ont doublé. De plus, il n'y a pratiquement personne sur la route! C'est bon, de rouler.

La peur que j'ai eu en arrivant sur le Loch Ness... Vraiment, aujourd'hui, je vous le disais, je suis verni!
Car "tomber" sur Nessie est extraordinairement rare, et peu de gens ont pu le photographier...

Pas très attirant, le p'tit père...

Bon, en fait, c'est à Drumnadrochit, au fond de la Urquhart Bay. Il y a un immense hôtel, magasin piège à touristes. J'étais venu. je vous rassure, je n'avais rien acheté, mais j'avais vu cette reproduction, dans un bassin, près de l'hôtel. Et j'ai eu l'idée, ce soir, de le reprendre en photo... Curieux, je me souvenais parfaitement de l'endroit où il se trouvait! Il n'a pas bougé d'un millimètre, le pauvre!

Non, ce n'est pas le Loch Ness, mais le Beaulu Firth, à la sortie d'Inverness, en arrivant à Bunchrew -lieu de mon camping.

On aperçoit les caravanes, dans le bois, dans le soleil couchant.

La pancarte de Inverness, jumelée avec La Baule et avec Saint-Valéry-en-Caux! Avec DEUX villes françaises!

Du même endroit, Akitsu, qui m'a fait beaucoup de plaisir sur cette route du retour. Quel beau trip!

Et voilà. Arrivée au camping. Je retrouve ma tente, mais pas mon cable électrique. Il a été enlevé, et git dans l'herbe. Une caravane est collée à ma tente, et a pris ma connexion! La colère me gagne... Une vieille dame sort de la caravane. C'est Simon -le boss- qui vous a débranché, car vous n'avez payé qu'une nuit... Mais c'était un contrat moral, il me l'avait accordé, c'était un deal... Mais elle est très aimable. Ma colère tombe vite, d'autant plus qu'elle trouve une solution. Ils ont une grosse rallonge, me permettant de me brancher à un autre groupe, nettement plus loin.

Merci madame. Je peux donc commencer ce reportage, au moins trier et choisir les photos.

Maintenant, c'est dimanche matin, enfin, dimanche midi.... J'ai coupé le PC à minuit et demie, hier soir, car j'avais envie de lire un peu. Je suis venu à l'office terminer le rapport. Ma tente est pliée. Tout est sur la moto. Après des alternances de soleil et d'ombre, je vois l'eau tomber à verse depuis la fenêtre... Je vais donc rouler sous la pluie, direction le Nord. La dernière ligne droite en Ecosse...

A la prochaine...

982 photos. 296 km

Depuis le départ, 9.924 km
Depuis le départ, 16.154 photos
Compteur Akitsu, 23.935 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 160 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 261 photos

Page précédente: 61ème jour
Page suivante: 63ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:919756 Aujourd'hui :431 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)