85ème jour

Lundi 7 juillet 2008.

Je ne suis pas vraiment pressé ce matin, compte-tenu du vaste programme... Une quarantaine de kilomètres!

Je suis réveillé par des Allemands cette fois. Ils parlent fort. Et comme la langue est assez gutturale, c'est un son plutôt grave... Bon, je préfère ça aux voix stridentes des Italiens ou des Espagnols...

Je commence par aller faire deux-trois courses au super-marché de Vik, car là où je vais, il n'y a rien! J'y retrouve le gros 4x4 de mon voisin Islandais du camping, qui me salue gentilment. Ils sont d'ailleurs très discrets. Ils ont parlé très tard hier soir, j'ai du les gratifier de mes ronflements pendant leur soirée... Et ce matin, ils se lèvent assez tard, et préparent leur petit-déjeûner légèrement tournés par rapport à moi, pour ne pas me déranger. Très corrects!

Je vais dire au-revoir aux dames du camping, car elles sont vraiment très gentilles. Je vous recommande donc ce camping pour ça, et pour l'ambiance bon-enfant et très conviviale qui y règne. Par contre, côté sanitaires, ce n'est quand même pas ça...

Et ça, c'est la vraie plage de Vik, du côté du Reynisdrangar. E4nfin... Vu que le Reynisdrangar se trouve à la pointe de la falaise, de quel côté est vraiment Vik? Côté Est. Voilà.

Une route dans un très mauvais état y conduit. Elle passe d'ailleurs devant mon café-bar-restaurant. Mais ensuite, c'est très très mauvais. Je croyais qu'elle allait au bout, mais pas du tout! Elle arrive sur la plage, près d'un mémorial offert par les Allemands pour remercier les Islandais d'avoir sauvé des marins échoués sur leurs plages. En effet, la côte Sud d'Islande a vu un nombre incalculable de navires s'échouer sur les immenses bancs des sandurs.

Coup d'oeil vfers Vik. On aperçoit l'église, perchée sur la colline. le camping est sur la droite.

Fin de la plage, qui vient buter contre la falaise.

Le trois-mats des deux trolls... Ceux qui ne comprennent pas doivent aller lire l'épisode précédent. Non mais!

Quelques maisons. Les couleurs sont bien plus fades que ça. J'ai changé la balance des blancs -pour essayer- et je le regrette. Toutes mes photos "tirent" sur le vert, et sont sur-colorées!

Je repasse devant l'Office de Tourisme-café-restaurant qui m'a servi d'Internet les deux jours précédents.

Je reprends la route n°1. Ici, c'est le sommet de ce vaisseau qui se termine de l'autre côté par le Reynisdrangar, et dont les murailles ici sont formées de coulées de lave déjà photographiées hier, mais plus en "gros-plan". Je contourne ce vaisseau pour aller de l'autre bord du Reynisdrangar -par la 215, voyez la carte pour bien comprendre.

Pendant que je photographie l'énorme enclume, cet oiseau me fait tout un cinéma sur la route à quelques mètres. Il la traverse d'un bord à l'autre, en émettant force sons et cris divers, comme s'il voulait m'avertir. Il estt très joli d'ailleurs, et je n'en avais pas encore vu de cette espèce, du moins n'y ai-je pas fait attention! Il parade donc, un peu du genre "Fais gaffe, mec. Je suis là. C'est mon territoire, franchissement interdit". Quel crâneur. A peine Akitsu émet-elle son rugissement qu'il prend son envol. Un envol incroyable. Départ arrêté, comme un hélicoptère!

Plage de Gardar. En fait, c'est la grande plage vue hier, et sur laquelle je ne pouvais pas descendre, pour cause de falaise..
Elle est truffée, sur les premières dizaines de mètres, de ce genre de grosses pierres. Ah oui, c'est dommage je n'ai pas mis d'échelle. Les blocs font souvent un mètre... J'imagine... Ben oui, j'ai bien le droit! Que ce sont des morceaux éjectés par une éruption volcanique, et retombés ici sur la plage. Comme des bombes! Si c'est vraiment le cas, il valait mieux ne pas être dehors à ce moment!

Superbe taille en forme d'huître!

Le bout de la falaise, qui se termine par une grotte en colonnes de basalte. Au loin, en mer, un des morceaux du Reynisdrangar.

Et vers l'Ouest, à l'autre bout de la grande plage, la falaise terminant cette fois la petite plage que j'ai foulée hier de mes jolis pas. Et l'arche que l'on voyait très mal -mauvais angle- sous laquelle passent les bateaux des touristes.

Les colonnes de basalte.

Au-dessus de l'immense grotte, une des têtes sculptées par certains habitants de l'île de Pâques, lorsqu'ils sont venus vers l'Europe. Mais ils ont tous disparu, éliminés par les Vikings! Je crois savoir que cette tête est la seule ayant survécu.

On la voit mieux comme ça. Un peu comme ces statues de bois sculptées à l'avant des vaisseaux de guerre.

Détail sur les colonnes.

Un autre morceau du Reynisdrangar

Le dernier mât du navire est très impressionnant!

Vers l'Ouest où j'étais hier.

Détail sur les colonnes.

Elles sont superbes. Et très blanches. Curieux, d'ailleurs. En général, elles tirent un peu sur le marron clair.

Et elles se fendillent au fil des années.

Magnifique pierre. J'ai vu un gars partir vers sa voiture avec une pierre plate, du genre ardoise, de plus de 50 cm de largeur! Je déteste ça... Vraiment, ça m'insupporte. Ces pierres appartiennent au peuple Islandais. S'ils leur prenait l'envie de les mettre dans un musée, ils ne le pourraient même pas, en tout cas pour celle qui vient d'être volée -je ne trouve pas d'autre mot. De plus, quel intérêt d'avoir ça chez soi? En vertu de ce besoin de posséder! Cette pierre était bien là où elle était, où tout le monde pouvait la voir, l'admirer. Terminé! Partie, la pierre. Je serais super-heureux s'ils se faisent arrêter en douane pour ça! Les turcs le font. Je me souviens de ce touriste Français emprisonné pour ça. Terrible aventure. Le pauvre. Je dis "le pauvre" parce que, dans son cas, il y avait tout-de-même une différence de taille. Il avait acheté sa pierre -je ne sais plus de quoi il s'agissait- sur un marché, et bien d'autres de ses compagnons de voyage l'avaient également fait. Il s'est donc fait "avoir" deux fois: lors de son achat, puis par la douane. J'espère que ce petit rappel vous servira d'avertissement. Laissez sur place les objets appartenant aux pays que vous visitez! Ne rapportez pas de soyvenir de type minéral, il se peut que ce soit interdit, et ce même si vous l'achetez! D'ailleurs, ne pas acheter détruira ce commerce peut-être illicite.

A terre, les "marmites" projetées par les volcans!

Le sol en est jonché!

On aperçoit au loin l'entrée de la cathédrale naturelle.

Gardar. La mer est derrière moi.

Retour vers la route n° 1. Les oiseaux picorent dans les champs.

Reyniskirkja.

Je pense qu'il s'agit de l'immense enclume de Pétursey.

Au détail.

Arrivée à Skogar.

Skogar est à ma droite. La mer est à gauche, au bout du Skogasandur, sur lequel les Islandais ont fait la piste d'atterrissage de Skogar, longeant la route.

La voilà, telle qu'elle m'apparait lorsque je quitte la route n° 1.

Vue depuis les sanitaires du camping. J'hésite un grand moment avant de finalement me décider à planter la tentet. En effet, une fois de plus, les sanitaires ne sont pas réservés aux campeurs, et les bus qui déversent leurs cargaisons de touristes déversent en même temps des utilisateurs potentiels des toilettes. La conclusion, c'est que c'est sale!

Les Auvergnats sont ici aussi, comme ils me l'avaient dit. Je plante la tente près de leur camping-car, dans le but de me brancher sur leur multi-prise en cas de besoin. car ce camping offre l'électricité, ce qui est un "plus". A 500 ISK... Cher, mais comparé à Skaftafell, c'est bien mieux!

Il est 14 heures. Je commence donc par me payer un bon repas à l'abri sous ma tente.

Puis je pars à la découverte de cette nouvelle merveille naturelle.

La Skogafoss

La plus belle cascade que j'ai jamais vue dans ma vie. Quelle splendeur. Quelle grandeur. Quelle majesté!

Je suis bluffé, époustouflé, ébahi, admiratif.

Sur le cul...

Grandiose.

Sans voix...

Je retrouve la parole...

Je pourrais faire des centaines de photos, toutes différentes. Tout simplement parce que les petits groupes d'eau s'agglutinnent, se séparent, au hasard des souffles de vent. Certaines gouttes d'eau se sont fait des copines le long de la route, et elles sautent main dans la main, restant ensemble jusqu'en bas. Elles s'amusent, et ça se voit bien! J'aimerais pouvoir sauter avec elles. mais la température est un peu trop fraiche pour moi. Une autre fois, peut-être...

Allez, maintenant, il faut grimper! Au boulot, fainéant.

A mi-parcours, ou environ. C'est un immense escalier de marches métalliques. Pas désagréable. Je m'arrête un peu pour souffler! J'en connais qui auraient compté les marches...

Eh bien, savez-vous quoi? J'ai rencontré quelqu'un qui les a comptées. C'est mon voisin l'Auvergnat. Vous savez que les Auvergnats comptent toujours... Il m'a dit qu'il en a compté 396... en descendant. Je pense pouvoir affirmer que le chiffre est identique pour la descente!

Derrière moi, le terrain de camping. Et la rivière qui vient de "sauter" le pas.

A mi-parcours, un sentier permet d'atteindre un promontoire. Très impressionnant. J'ai vu une dame y conduire ses enfants. Je n'aurais jamais fait ça avec les miens! Ils seraient restés sur les marches à m'attendre!

Vers la rivière. On distingue des gens sur la grève.

Le chemin en question, qui va me reconduire sur l'escalier. Au loin, quelques fermes, et le Skogasandur.

Détail sur l'escalier de fer.

Me voici au sommet.

Je ne suis pas le seul, mais il n'y a pas trop de monde, ça va.

Tout est vert partout. Et jaune...

Vue sous cet angle, c'est un peu surprenant.

Il se met à pleuvoir. Pas fort. De fines goutelettes. Non, ce n'est pas l'eau de la chute... Il y a bien sûr des embruns, mais les nuages sont descendus sur la montagne, et je suis bien dedans maintenant!

Un chemin continue vers le haut, longeant la rivière. Sous cette pluie fine, ce n'est même pas la peine! Aucun intérêt.

Je redescends, l'appareil-photo protégé sous ma veste, que j'avais eu la sage précaution d'emporter.

Dommage, je trouve que le banc n'est pas vraiment dans le bon sens. Qu'en pensez-vous?

En retournant à ma tente, j'aperçois des motards qui arrivent. Ce sont des Allemands, un jeune couple, chacun sa moto. Mais ils sont un peu particuliers. Pourquoi?

Ils ont chacun une Transalp! Oui oui. Génial. Nous discutons un moment. Ils sont super sympas. Normal....
C'est le début de leurs vacances. Ils sont arrivés à Seydisfjördur Jeudi. Comme moi, ils ne vont pas sur les fameuse "gravel road", ou seulement sans les bagages, comme maintenant. Ils étaient à Vik, partis voir les macareux. Ils ont laissé bagages et valises à leur tente. Ils sont arrivés ici hier. Ils me conseillent de continuer le chemin le long de la rivière, où il y a plein de chutes d'eau. Andréas, l'Allemand rencontré à Vik et qui voyage à pied, m'en avait parlé aussi. Il est arrivé de l'intérieur par ici.

Puis je vais faire un tour au café-self-service qui se trouve à 300 mètres du camping. Accueil extrêmement sympathique par une jolie jeune fille. Oui, je peux m'installer à une table et brancher mon PC. Aucun problème. Internet? Non, mais à l'hôtel. Elle m'emmène dehors pour me montrer! Je vais voir. Excellent accueil aussi. Oui, vous pouvez venir avec votre PC et le brancher. Le prix? C'est gratuit. Vous n'aurez qu'à boire un café... Tous tellement sympas que je décide immédiatement de rester ici demain et de faire le chemin des cascades s'il fait beau.

Depuis le café.

Je quitte le café vers 20 heures. Ils vont fermer. la jeune fille ne veut même pas me faire payer le verre de lait. Vraiment, rarement vu un tel accueil! Merci beaucoup.

Je rejoins ma tente. Je reste à papoter avec mes voisins Auvergnats pendant environ une heure, je pense! Des jeunes passent pour faire payer l'emplacement -700 ISK.

Allez, il est temps de manger. Puis je rentre dans mon duvet -dernier regard sur la magnifique cascade, visible depuis la porte de ma tente- et recherche de mon prochain itinéraire. Je m'endors assez rapidement, bercé par les voix assourdies de mes voisins Islandais, Néerlandais, Français, Allemands, du moins pour les plus proches!

 

285 photos. 47 km

Depuis le départ, 11.770 km
Depuis le départ, 27.853 photos
Compteur Akitsu, 25.781 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 138 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 328 photos

Page précédente: 84ème jour
Page suivante: 86ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:891706 Aujourd'hui :103 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)