110ème jour

Vendredi 1er Août 2008.

La première partie du trajet sera la même pendant plusieurs jours. Je pars de mon camping Fossholl situé à Godafoss, et je roule vers le lac Myvatn. Arrivé au lac, il y a deux itinéraires pour rejoindre Reykjahlid, l'un contournant le lac Myvatn par le Nord, et l'autre par le Sud. L'itinéraire est plus court de 4 km par le Nord, et ne traverse aucun hameau, ce qui n'est pas le cas de l'autre, plus long donc, et aussi plus lent, puisqu'il comporte plusieurs limitations à 50 km/h. J'arrête l'itinéraire de cette première carte à l'arrivée au lac, la carte suivante étant une carte détaillée du lac, sur laquelle vous verrez mon trajet autour du lac, ainsi que mes randonnées.

Encore un temps indigne d'un pays du Nord. Ciel bleu, fortes chaleurs, vraiment raz-le-bol!
Tu pars dans le Nord pour avoir de la fraîcheur! Je ne sais vraiment plus comment faire...

1er Août... Et je suis parti en Avril. Je trouve finalement que le temps passe très très vite. Bien des gens sont partis en vacances beaucoup plus tard, et ont déjà repris le boulot. Les pauvres... Ah, vous aussi? Mes pauvres!

Je glande toute la matinée. Normal, puisque j'ai décidé de m'offrir un peu de vacances. Je bosse depuis plusieurs semaines sans aucun arrêt, pas de samedi, pas de dimanche, en continu. Et personne pour me dire un petit mot gentil, du genre "reposes-toi un peu, Jef!". Non, rien, pas un seul message dans ce sens. Merci les gars -et les filles, même constatation, pas plus sympas, d'autant plus vexant.

Vindbelgjarfjall 2,4 km. Il est 14h30, l'après-midi devrait être suffisante, non?
Bien que le ciel soit superbe, je décide de monter avec ma veste de moto -enfin, sur l'épaule-, car je me méfie du vent là-haut, et je ne voudrais pas avoir froid comme hier.

Pour descendre de la route vers ce parking, c'était franchement risqué! La route, comme très souvent en Islande, est contruite en forme de gué, et donc se trouve très surélevée par rapport aux terrain environnant. Et la descente vers le parking n'est tout bonnement qu'un tas de gravier, très épais, et bien mou... Pour une moto, et même une petite voiture de tourisme normale, c'est "chaud". Pas terrible, comme accueil, car il suffit d'une après-midi avec une ou deux pelles mécaniques et le matériau qui convient pour que ce soit sans risque. Ce sont des choses que je ne comprends vraiment pas!

Autour du parking, le champ de laves recouvert de végétation. Au loin, les cultures. Derrière, la route, et le lac Myvatn.

Et devant moi, le fameux Vindbelgjarfjall qui me nargue avec ses 529 mètres.... Enfin, non, il est sympa. Le chemin est parfait, extrêmement facile à suivre.
Je me demande seulement par où il passe pour atteindre le sommet. Bah, je ne vais pas tarder à le savoir!

De loin en loin, et même pas si loin que ça, on peut voir des pseudo-cratères. Certains sont énormes.

En arrière-plan, le Hlidarfjall, que j'aimerais beaucoup escalader aussi.

Tel que je vois le pseudo-cratère. Je croise des touristes Allemands qui ont les mains pleines de gros champignons, et de minéraux. Et ça m'énerve...

Humm. La pente me semble bien raide, et d'une manière ou d'une autre, il va falloir grimper!

La végétation se lance elle aussi à l'assaut de la montagne. Je pense arriver avant elle!
La montée ne se fera pas sur ce côté, le chemin semble partir vers la gauche.

Un petit pseudo-cratère.

Et c'est tout creux! C'est vraiment très curieux, mais en même temps assez compréhensif.
Ce qui devait être joli, c'est le spectacle en "direct", lors de l'événement. mais voilà, c'est toujours la même chose, on ne reçoit jamais d'invitattion, personne ne te met au courant.

En approchant, je constate que la végétation est importante: ce n'est pas de l'herbe comme je le pensais. Ce sont des arbustes!

Ce n'est pas le Myvatn, mais le Sandvatn. J'ai bien l'impression qu'il devait s'agir du même lac, mais que la lave l'a coupé en deux.
Il s'agit de mon observation sur la carte, elle n'a aucun caractère scientifique.

Vers le Myvatn. On aperçoit un des pseudo-cratères se trouvant au milieu du lac.

J'approche des arbustes. C'est en fait un véritable bois, que je vais sans doute traverser.

Quel contraste avec le champ de laves. La vie est ici très présente. J'aperçois les canards sur l'eau.

Le Sandvatn.

Les petits points noirs sont des canards.

De mon côté, je viens de m'apercevoir que j'ai perdu ma deuxième batterie pour mon appareil-photo. C'est la catastrophe. Je ne peux dorénavant plus partir en rando sans avoir rechargé la seule batterie à ma disposition, car je ne voudrais surtout pas tomber en panne en plein milieu d'une journée, devant un site exceptionnel... Je sais à quel endroit je l'ai changée: sur la zone de solfatares de Namafjall, à Hverir, hier. Si quelqu'un l'a trouvée, il a dû la jeter dans une des marmites bouillonnantes, pour voir ce que ça fait. Si j'entends une grosse explosion, ce sera ma batterie qui aura ouvert une fissure...

Du coup, je dois économiser les photos, car celle-ci est bien déchargée, et je ne voudrais pas manquer le panorama du sommet! Je n'en prends donc aucune dans le petit bosquet, au demeurant fort agréable par ce temps, et fort joli!

Dès la sortie du bois, le chemin attaque les pierriers. Pas de doute, les affaires sérieuses commencent.

Whaouhhhh! OK, pas mal, une belle grimpette.

Je passe évidemment en mode 4x4.

Je ne vous cache pas que ma veste est dure à monter. Je marque des pause. Quatre jeunes me doublent très facilement.
Sympas, ils me saluent en passant. Je ne peux pas suivre leur rythme, mon coeur a besoin de souffler.

Le paysage se découvre au fur et à mesure que je monte, ce qui semble très logique, finalement!

J'ai tourné mon appareil-photo vers le haut.... Admirez le chemin. Je ne vois pas Akitsu là-dedans.
Par contre, pour moi, ça va. Je reprends régulièrement mon souffle, mais j'avance inexorablement!

En plein dans la pente!

Les jeunes qui m'ont doublé ont pris quelques longueurs d'avance... Ils donnent une idée de l'échelle. Vous voyez le chemin, vous?

Coup d'oeil en arrière pour vous montrer le chemin parcouru! Je peux vous dire que ça glisse pas mal, les pierres roulent sous mes pieds.
On distingue à peine le passage au milieu du pierrier.

Ici, il et plus marqué. Difficile de se tromper, pas besoin de pancartes!

Vers le Nord-Ouest.

Et vers le Sud-Ouest, en contre-jour. On aperçoit la route 848, et le Myvatn.

Pour une fois, une photo d'une Islande verte! Le Sandvatn, et le petit bois en bas du pierrier.

Je ne vois plus le bosquet, preuve que je viens de passer à l'étage supérieur. On avance, on avance, on avance....

Je ne voyais absolument pas ces montagnes lointaines depuis le plancher des vaches!

Oui oui, ça grimpe sec, par moments, vous pouvez me croire! Mais rien d'insurmontable. Il suffit de prendre son temps.

Et, comme toujours, je le prends!

La récompense. Les pseudo-cratères vus du dessus, ce qui est beaucoup plus intéressant. Le plus gros est celui que je vous photographiais en bas.

Et j'arrive au sommet, un peu essouflé.

Et....

Les quatre jeunes qui m'ont doublé pendant la montée sont là, souriants.

"Hallo again....", disent-ils, en me tendant une cannette de bière! Quelle gentillesse!
Je n'en reviens pas. Et c'est évidemment un immense plaisir de boire une bière ici, en pleine chaleur, après un gros effort, devant un paysage de rêve,
et surtout quand c'est offert si spontanément.

Merci infiniment à vous quatre. Je n'oublierai jamais ce merveilleux moment passé en votre compagnie, et ce geste profondément humain.
Je ne connais pas leurs prénoms, c'est dommage. Ils m'ont dit qu'ils me l'écriraient.
En tout cas, ils sont tous de Reykjavik, mais les parents d'une des jeunes filles ont une ferme ici à Myvatn, au milieu du lac.
Les deux filles sont actrices au théâtre, et ont commencé à jouer. Le garçn à gauche est informaticien en développement logiciel, et celui de droite est interprète Anglais-Islandais.

Nous discutons un petit moment au sommet. Ils me disent d'éviter les villes ce week-end, et de faire attention sur les routes. C'est le week-end le plus fou de l'année. Tous les Islandais boivent toute la nuit, tous partent sur les routes dès le vendredi, pour retourner le dimanche soir en ville. C'est la fête des commerçants. Les magasins sont fermés -sans doute pas sur les sites touristiques!

Ils redescendent peu après. je reste faire quelques photos. Toute une famille Islandaise arrive sur le sommet, y compris des gamins qui ont grimpé dans le pierrier tout seuls.

Au fait, j'ai monté, porté, supporté ma lourde veste de moto pour rien... Pas de vent, temps parfait!

... Eh oui!

Vous l'avez reconnu. C'est le Myvatn. Vers le Sud.

Vers le Sud-Est.

Vers l'Est-Nord-Est. On reconnaît Namafjall, avec ses teintes brunes.

Vers le Nord-Ouest. Sandvatn au premier plan.

Le lac Myvatn vers le Sud.
La vue sur le lac depuis ce sommet est une des meilleures, sinon la meilleure.

A mes pieds, plein Est. On voit bien la route 848 qui monte vers le Nord, et qui va ensuite tourner vers Reykjahlid.

Reykjahlid. Au fond, les fumées des stations géothermiques de Namafjall et du Krafla.

Namafjall.

Le Hverfjall, mon volcan préféré.

Toujours le Hverfjall, avec les îles de pseudo-cratères au milieu du Myvatn.

A mes pieds, près de la route, sur les bords du Myvatn, encore d'autres pseudo-cratères.
Le parking sur lequel se trouve Akitsu est le plus proche de nous on la voit d'ailleurs-, mais je suppose que ça ne vous intéresse pas. Et je le comprends!
Et on voit parfaitement bien le chemin de randonnée menant au sommet du Vindbelgjarfjall.

Encore deux autres magnifiques pseudo-cratères.

Le Hlidarfjall.

Après être resté un moment à admirer le paysage, je me décide à redescendre. Je suis soulagé, car j'ai réussi à photographier ce que je voulais sans tomber en panne de batterie.

C'est ici qu'elle s'arrête. Heureusement, j'ai remarqué qu'en la frottant sur mon gilet, je pouvais prendre entre 10 et 20 photos supplémentaires. Essayez cette méthode lorsque votre batterie vous indiquera "HS". Parfois, cela permet de faire LA photo que l'on voulait absolument avoir!

Vue sur la pente, très difficile à représenter.

Les gamins pendant la descente. Les parents sont restés là-haut. Je n'aurais certainement jamais laissé les miens seuls dans une telle pente!

Retour sur la terre ferme...

Et arrivée près du parking.

Je décide d'aller rendre visite à Otto sur son terrain de camping. Il est bien là. Jörg et Jutta sont bien partis ce matin en direction d'Husavik.
Otto m'offre un capuccino. Nous passons un bon moment à discuter, mais je ne rentre pas trop tard.

Et voilà comment passer une splendide journée pas trop fatiguante. J'ai quand même mal au genou droit ce soir, et très bizarrement, lorsque je monte! Jusqu'à présent, ce genou ne me faisait mal que pendant une descente, et j'étais inquiet lorsque j'ai entamé celle-ci. Je l'ai presque "dévallée", je suivais les enfants sans problème, et ils se sont même arrêtés vers le bas pour me laisser les doubler! Mais à la fin de ma balade, dès que le chemin montait un peu, je sentais une vive douleur dans ce genou!

Je me signe donc un "bon de repos" de quelques jours. Merci, docteur!

184 photos. 100 km

Depuis le départ, 15.014 km
Depuis le départ, 37.587 photos
Compteur Akitsu, 29.025 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 136 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 342 photos

Page précédente: 109ème jour
Page suivante: 111ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:873302 Aujourd'hui :271 Maintenant:15 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)