145ème jour

Vendredi 5 Septembre 2008.

Je me réveille à 6h30. Trop tôt.
Je reste sur ma couchette à somnoler, pour finalement me lever à 9 heures.

Je vais directement sur le pont 8, prendre l'air. Le temps est absolument splendide.

Quelques nuages, mais il fait bon, vraiment très bon, sachant qu'on est quand même en pleine mer!
Je m'installe dans un transat dehors pour manger.

Sur la ligne d'horizon, voire même beaucoup plus près, des plateformes pétrolières... Au Nord, au Sud, à l'Est, à l'Ouest, il y en a un peu partout.


C'est assez surréaliste! Et je ne pensais surtout pas qu'il y en avait autant!

On distingue les plateformes au-dessus du bastingage de l'aire pour hélicoptère.

C'est quand même absolument incroyable!

T'es en pleine mer, et tu dois presque "serpenter" entre ces monstres métalliques...

Je vais ensuite de l'autre côté, pour être protégé par la partie vitrée, mais toujours dehors.
Christian arrive, et vient discuter une petite demi-heure. Puis je repars chercher à boire.
Le steward de la réception me donne des gobelets en plasqtique, et m'assure que l'eau des toilettes est potable.

Je m'endors sur mon bouquin! Décidément, l'anglais écrit me "barbe", en ce sens que je trouve cette langue bien plus intéressante "parlée". A mon sens, l'Allemand écrit est beaucoup plus riche. Ou peut-être le sujet du bouquin ne m'accroche pas? Un policier avec beaucoup de personnages, et plusieurs histoires dans la même, m'embrouillent un peu la tête.

Allez, ferme ton bouquin, mec, et regarde autour de toi, c'est bien plus intéressant! Je retourne sur le pont 8, dans la partie vitére, et je m'endors, le soleil sur le visage....
J'ai dormi environ 1h30 allongé dans un transat. Merveilleux.

Lorsque je me réveille, il est 14 heures, heure Norvégienne, et donc heure Française aussi!
La boucle est presque bouclée...

Les côtes Norvégiennes sont en vue, et même bien en vue. Il fait bon sur le pont. La luminosité est parfaite. Pour une fois, c'est un plaisir d'être sur un bateau.
Décidément, cette dernière traversée sera la plus belle, et c'est bien ainsi.
Au premier plan, les mains dans les poches, le Danois avec lequel j'ai passé la semaine au camping de Torshavn. Il ne parle pas un seul mot étranger, mais il est super sympa!

Ah, Norvège, avec tes petites maisons perdues parmi les rochers, et tes petits phares...

J'aperçois, au zoom, de la neige sur les sommets lointains. Et je redécouvre avec une immense joie des montagnes couvertes de forêts!
Je réprime un sourire. En effet, je viens de penser à la forêt au Sud d'Egilsstadir, en Islande... Non, décidément, ce n'est pas comparable!

Le bateau ralentit fortement, et met deux heures pour rentrer au port, carrément au ralenti!

Merveilleuse Norvège. Vous ne pouvez imaginer ce que je ressens à ce moment. Ce pays, une fois de plus, me touche de plein fouet.

Après tant de merveilleux paysages, je ne pensais pas être trop surpris. Raté! La Norvège est, parmi les pays d'Europe du Nord, un des plus beaux, voire même LE plus beau.

On aperçoit un des piliers de l'immense pont de Bergen, au-dessus du chapiteau du navire.

Le Norrönia -nom du ferry sur lequel je suis, pour ceux qui ne suivent pas...- longe les côtes Norvégiennes au milieu d'une très longue passe naturelle, et amorce maintenant le virage qui va nous conduire au coeur de la ville de Bergen. C'est tout simplement magique!

Les passagers ne s'y trompent pas, les appareils photos crépitent, les caméras enregistrent...

La ville s'étend sur les collines qui l'entourent. On s'approche doucement du pont, sous lequel nous allons, je pense, passer!

Vers l'avant, impossible de photographier. Le pont est encombré! J'aurais dû prendre ma place plus tôt!

Le pont se dévoile désormais complètement. Nous avançons au pas! On aurait pu accoster à 15 heures sans aucun problème...

Mais à cette vitesse, nous avons le temps d'apprécier cette arrivée à sa juste valeur!

Notre bateau est tellement grand par rapport au goulet d'entrée dans le port de Bergen qu'il emplit totalement l'espace, nous donnant l'illusion d'être déjà sur la terre ferme!
Au premier plan, une moitié de pont inaccessible aux passagers, pour cause de peinture, dont on voit fort bien les traces.

Au premier plan à gauche, les passagers sur le pont. C'est absolument superbe, et cette arrivée en bateau restera pour moi la plus belle de tout ce voyage.

Mon Dieu, comme la Norvège est belle, une fois de plus!

A ce moment, la femme du Danois qui a partagé quelques jours avec moi au camping de Torshavn vient vers moi et me serre dans ses bras, en me souhaitant bon voyage. je suis très surpris, mais c'est vraiment sympa. Ils restent sur le bateau, car ils descendent à la prochaine étape, à Hantsholm, au Danemark. Pour ma part, je suis heureux de descendre...

Je retrouve les motards Hollandais. Leur moto est à côté d'Akitsu. La dame est tellement gentille, elle me fait un cadeau, une bouteille achetée sur le bateau. Je refuse. Je lui explique que je pouvais m'en acheter si j'avais voulu. Elle croyait que je n'avais pas un sou, et elle a eu pitié de moi, je pense. Des motards Italiens, de Rome, sont aussi en train de se détacher. Ils filent direct. Ils doivent être dimanche soir à Rome.... Ils vont rouler! Ils sont en Suzuki V-Strom. Comme Lolo, un copain de rando, qui m'a vendu Pégase. Ils avaient auparavant une Transalp avec laquelle ils ont fait 100.000 km

A 16h30, je roule dans Bergen. Vendredi soir. Circulation énorme. Je vois "E16 - Oslo". Je prends, me rappelant que je sors sur la E16.

Le paysage est, d'emblée, absolument splendide. Il faut dire que la météo y aide aussi. Mais c'est beau, très beau!
Je refais le plein dans une station, désireux surtout de me renseigner sur la route à suivre, car je ne suis pas certain de moi. Les motards Italiens sont là aussi. Leur carte bancaire ne fonctionne pas, j'entends le gars hausser le ton enves sa copine qui a la carte entre les mains... Les Italiens rouspètent, comme toujours!
Je questionne un motard que je crois être Norvégien -plaque-, en train de manger un gateau au chocolat, mais il me dit être Anglais. Il travaille à Bergen depuis deux ans, sur les plateformes pétrolières. Super sympa. C'est son chemin. Il va m'y conduire.

Je loupe deux-trois photos pendant que je le suis, de montagnes autour d'un très joli lac. Mais je sais que je vais en voir d'autres.

Et voilà. La tente est montée à 18h15 heure de Norvège. Dans la lumière vespérale.

Le cadre du terrain de camping est superbe. Au bord d'un lac entouré de montagnes. Tiens! Encore!

C'est ce que je peux voir depuis la tente... Avouez qu'il y a plus moche!
J'aurais pu monter la tente au bord du lac, mais j'ai trouvé que c'était trop loin des commodités. Toujours aussi fainéant.
Par ailleurs, comme je ne regarde pas les paysages en dormant, l'utilité de se trouver pile devant le panorama est toute relative...

Je vais faire deux-trois courses à côté, je mange vite fait, et je viens dans la salle TV faire mes sauvegardes de photos, et recharger mes batteries.

Il est 21h30. J'ai envie de dormir, au moins d'aller m'allonger dans la tente et de reprendre ma lecture en Anglais. J'ai vraiment du mal à "rentrer" dans ce bouquin. Trop de sentiments me submergent ici. Je pense au chemin parcouru, et à la route qui me reste à faire. Je sais que je vais rouler maintenant, que le voyage est presque terminé.

Je pense aussi à mon pneu arrière, presque lisse, et qui me crée quelques soucis...

Je pense à la Norvège, et je suis persuadé que je reviendrai, car un pays que l'on trouve sublime dès les premières images, et à chaque fois qu'on y vient, est forcément beau!

224 photos. 30 km.

Depuis le départ, 16.485 km
Depuis le départ, 43.516 photos
Compteur Akitsu, 30.496 km

Moyenne quotidienne depuis le départ - 114 km
Moyenne quotidienne depuis le départ - 300 photos

Page précédente: Norvège
Page suivante: 146ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:873911 Aujourd'hui :298 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)