Europa2014 : 11 aout

Voyage Europa 2014
Lundi 11 août 2014 - J026 - 222 km - 75 photos (8.258-7.371/32.481-29.339)
Ah ah, la Roumanie profonde....

Très bien dormi, sur le parking du restaurant. Je démarre à 7h50, heure roumaine, 6h50 chez nous en France....

Vue depuis le parking, on aperçoit le photographe et la portière de Mygoo en ombre chinoise.

Le nom du restau, qui offre aussi un petit chalet à louer, 100 Lei. J'ai trouvé leur site faceb, je vous le donne car ils sont adorables. Ils sont venus en vélo alors que je partais, juste pour me saluer et m'ouvrir la barrière, alors qu'ils m'offraient gratis l'emplacement et les toilettes. Franchement, des amours ! Donc si vous passez par là, arrêtez-vous manger quelque chose, ou passez-y la nuit, si le lieu vous plait.

Brume du matin perfectionne le dessin.

En passant, parmi tant d'autres.

Une classique. En fait, les récentes sont toutes sur le même modèle.

La rivière de cette vallée est moins importante que celle d'hier.

J'y risquerais -j'y aurais risqué- Serparti, mais pas Mygoo !

Et là, je n'aurais même pas tenté le passage avec Serparti !
Pas très téméraire, le gars Jef.

Je passe devant un garage qui m'a l'air très sérieux : ateliers très propres, bel outillage. Le patron parle très bien l'anglais. Je lui demande s'il peut me faire la vidange de Mygoo, il regarde le modèle du moteur (après avoir ouvert le capot), et... je m'aperçois qu'en fait, je n'ai absolument pas besoin de la faire, cette vidange.... Mais comme j'ai un bruit de crissement dans les virages depeuis quelque temps, je lui demande de bien vouloir contrôler. J'attends mon tour, et le verdict est clair : il faut changer les disques avant et les plaquettes. Il va voir les pièces nécessaires sur Internet, me fait une proposition qui me va bien. Il me promet l'arrivée des pièces vers 13 heures, et je pourrai repartir vers 14 heures.... Sauf que... les pièces n'arriveront que vers 15h30... En attendant, j'ai une place dans le bureau, avec Internet, et j'ai pris le temps de faire le résumé des 15 derniers jours de juillet sur le site, c'est toujours ça de fait.

J'ai discuté avec des clients quelque peu ébahis par le périple. Puis avec le frère et la belle-soeur du patron, qui vivent à Londres, et viennent toujours passer leurs vacances d'été en Roumanie... D'ailleurs, le patron a aussi bossé pas mal d'années à Londres. Il fait le commerce des voitures avec toute l'Europe, et il semble avoir pas mal de gars qui vont chercher des caisses un peu partout, notamment Italie et France. J'ai vu une anglaise, aussi.... Le business semble excellent, tant mieux pour lui.

En ce qui me concerne, les deux disques et les deux jeux de plaquettes m'ont coûté 110 euros, avec la main-d'oeuvre. Pièces de qualité, fabriquées en Allemagne. je pense que j'aurais payé plus cher en France, non ?

Photo des disques usés, pour mon mécano Kiki... Je pense qu'il fallait le faire, mais comme je n'y connais rien.
Désormais, elle crisse dès que je touche la pédale de frein, c'est donc pire qu'avant....

Il est donc tard lorsque je reprends la route, exactement 17h50, et je n'ai fait que 75 km....
Je décide donc de rouler jussqu'au soir, et de m'arrêter dès que je trouverai un coin sympa pour passer la nuit.

La montagne s'adoucit à mesure que je m'approche de Bacau, situé dans une cuvette, plus à l'Est.

Justement, une église historique, à Bacau.

Puis ma route descend vers le sud. Belle image dans le soleil couchant : il est 19h37 ici, 18h37 en France, pour comparer.

Le paysage est superbe, le vallonnement est très joli, les côtes sont plus sévères qu'elle pourraient sembler l'être.

Mais le soir tombe inexorablement, et Titi m'a choisi un itinéraire qui semble perdu loin de tout.

20h10. En fait, la photo est trompeuse, il faisait bien plus sombre que ça. J'espérais trouver mon bonheur dans ce village, mais que nenni.

En fait, je me suis trouvé confronté à quatre phénomènes simultanés. Un, contrairement à ce que je vis depuis mon entrée en Roumanie, il y a dans ce coin très peu de villages.... Deux, ils sont petits, et roumains, en ce sens que chaque maison est barricadée derrière son portail, et il n'y a absolument aucun stationnement possible. Trois : l'état de la route se dégrade énormément, les trous font leur apparition, je dirais même, les cratères. Sans mentir, les plus profonds depuis que je roule ! Quatre : la nuit est tombée. Dans les villages, il y a beaucoup de monde partout, dehors, sur la route, des tas de charrettes circulent encore, mais on ne voit plus rien, et les gens marchent tranquillement au milieu de la chaussée, et ne se pressent pas pour la quitter, et il y a une ribambelle de gosses partout !

Alors, le gars Jef, il commence à moins rigoler. Dans un village, juste avant la nuit complète, je vois un bar, avec une rue- en terre battue- assez large sur le côté pour poser Mygoo. Je me dis que je dormirais bien ici. Mais il y a plein de monde. je décide d'aller demander une soupe ou un truc comme ça, histoire de me faire voir et accepter. Déconvenue totale : accueil désagréable, voire hostile, du patron, qui ne me parle qu'en roumain, et je comprends bien qu'ici c'est un bar, et que si je veux manger, je n'ai qu'à repartir. A ce moment précis, j'ai vu la petite lampe rouge "alarme" s'allumer dans mon esprit, et l'anecdote vécue par Nicolas Bouvier et racontée dans un de ses livres. Je me suis "cassé" illico presto....

J'ai donc roulé de nuit sur une route impossible, pleine de cratères, assez souvent sans goudron. Dire que ce fut difficile est un doux euphémisme... Bref, je suis enfin arrivé dans une ville -plutôt importante- à 21h45. Tecuci. Du monde partout, énormément de monde, et pas de stationnement intéressant. Puis finalement, en plein centre-ville, je me déniche une place en épi près d'autres voitures, mais très légèrement en retrait de la foule.

Lampadaires juste au-dessus de moi, pas mal de passants quand même, une chaleur à "crever", mais ouf, quel soulagement ! Je mange deux belles bananes délicieuses -mon fruit préféré : rien à éplucher, toujours propre même avec des mains sales, qui remplit bien l'estomac, et qui a le bon goût d'en avoir un excellent-, je me mets en slip, et je m'allonge : le bonheur total.

Eh bien, la campagne profonde roumaine, ça se mérite !

Page précédente: Europa2014 : 10 aout
Page suivante: Europa2014 : 12 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:853239 Aujourd'hui :353 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)