Europa2014 : 11 novembre

Voyage Europa 2014
Mardi 11 novembre 2014 - J119 - 318 km - 355 photos (32.180-50.445/56.403-72.413)
Avec l'arrivée sur l'Océan Atlantique, je touche vraiment à la fin du périple.

Quelle bonne soirée en famille hier soir dans ce camping de Lisbonne. Au fait, j'avais aussi rencontré un jeune étudiant néerlandais, hier midi, dans le petit restau où je suis allé. Il fait des études à Bercelone, et est venu passer le week-end à Lisbonne pour ne pas assister au vote de la Catalogne. Tout comme moi, il n'aime pas ce phénomè,e des régions qui veulent l'autonomie...

Bref, une soirée particulièrement agréable qui restera longtemps dans ma mémoire.

Et ce matin, je pars à... 6 heures !!! Et tenez-vous bien : j'avais pris mon petit déj' bien tranquillement, et sans me rendre compte de quoi que ce soit. Me suis encore trompé d'une heure.... Sans doute un reste des vapeurs de ricard ou de vin rouge, je n'ai plus du tout l'habitude ! Du coup, vous pensez bien que la sortie de la ville s'est effectuée dans un grand calme. Et finalement, c'était très bien ainsi.

Je quitte la route principale à Alenquer, pour suivre une route des vins, et traverser la petite serra de Montejunto.
En attendant, et vu qu'il ne fait pas trop jour encore, je fais un petit somme d'une demi-heure...

On aperçoit les vignes dans les pentes.

Cette petite route, bien trop courte, a été un grand bonheur à parcourir.

Evidemment, j'étais seul dans la montagne.

Ah oui, au fait, la météo. Eh bien, d'abord, il fait très doux, les températures ont bien monté. Ensuite... ce sont des giboulées. La journée a été un enchantement pour ça, puisque j'ai eu le soleil, les nuages, la pluie, la grêle, mais en changement continu. C'était donc absolument parfait.

Ensuite, la route serpentait au milieu de collines, mais malheureusement, totalement occupées par les hommes. J'entends par là : les villages se suivent sans interruption, tu restes à 50. Donc, pour moi, pas fortiche. Pourtant, c'est très joli, mais je savoure pas car je suis en ambiance citadine continue. Puis je bifurque vers l'ouest. Le ciel passe alors au noir, la douche fut sévère. Mais c'était sympa.

Et soudain, je le vois. Lui. Que j'ai quitté le 16 juillet pour la seconde fois de ce voyage, comme vous le savez, et que je retrouve aujourd'hui. J'ai nommé : l'Océan Atlantique. Avec lui, le ressens viscéralement la fin du grand parcours. Je n'ai plus qu'à remonter le rivage..... et j'arriverai chez moi.

Cette magnifique petite ville est Nazaré, que j'aime beaucoup, et que j'avais découverte avec Jolly Jumper le 26 septembre 2014, il y a donc dix ans.

Quelle plage ! En fait, les plages se succèdent sans discontinuer sue cette façade atlantique portuguaise.

On va en faire une trentaine de kilomètres ensemble, histoire de vous montrer ce qui vous attend si vous venez dans le coin.

Il y a un vent assez fort, mais il est doux. Et grâce à ce vent, j'ai la joie de retrouver la puissance de l'Océan, sa virulence, sa vie.
Et, si ce n'étaient les falaises bien plus élevées que les nôtres, j'ai la sensation bien réelle d'être de retour à la maison.

Les douches se succèdent.

Entrecoupées de belles accalmies.

Une fois de plus, je suis heureux. C'est beau, c'est immense, c'est grandiose.

Sachez qu'une immense forêt de pins est parallèlle aux plages. La route suit rarement directement le littoral, mais parfois, oui. Et l'aménagement est bien fait, il y a énormément de places de parking, c'est large. Evidemment, les villages sont presque déserts. Deux ou trois voitures sont là perdues au milieu de rues vides. Je ne peux m'empêcher de penser et de fredonner la chanson de Cabrel "Hors Saison", qui décrit si justement cette ambiance. Elle est tellement parfaite que je l'ai souvent "vécue" à Saint-Jean-de-Monts par exemple. Et là, aujourd'hui, elle cadrait à nouveau tout aussi parfaitement. Pourtant, je suis au Portugal...

Voilà. Je fais le plein dans une station et m'installe dans le petit café pour un sandwich et, surtout, pour reprendre mon itinéraire dans le détail. Car il ne me plait pas. Je me souviens parfaitement du jour où je l'ai préparé, et je me souviens qu'il ne me plaisait déjà pas. En fait, j'ai voulu trop en faire, mer et montagne, et du coup, je ratais la montagne, et je refaisais les plages que j'ai déjà faites. Non, ça ne colle pas. J'ai passé plus d'une heure à bosser tout ça, de façon à ne pas me retarder, mais à voir du nouveau. Je vous ai montré la mer, c'est bon. C'est sûr que ça ne me dérange pas de faire toutes les plages, j'adore ça, vous le savez bien. Mais le Portugal a aussi de la montagne, que je ne connais pas. Alors....

Cap à l'est, d'abord, puis route vers le nord ensuite, bien entendu.

Fôets d'eucalyptus. Comme c'est beau.

Je passe un col aux environs de 950 mètres. Il ne fait pas chaud.

Mais c'est beau, et je suis heureux comme tout de mon changement.

Village presque aussi inhabité que les villages touristiques du bord de mer.... Mais beaucoup beaucoup plus vieux !

Toute la route a été dans des forêts de toutes sortes, mais avec une constante : la beauté.

Un sentier descendait vers cet ermitage. Comme j'aurais aimé y aller.

16h30. En bas, c'est la ville de Louza. Ensuite, je repars dans les montagnes, et pour un bon moment. Alors mon calcul est vite fait, et la décision évidente. Je vais bivouaquer ici, car la nuit sera vite là, surtout avec ce temps simbre, augmenté par le fait de rouler en montagne, sous les arbres. Pour les photos, la journée est terminée. C'est donc depuis un bar super sympa que je vous écris ce rapport, là, qualeque part en bas de cette image, dans cette charmante petite ville, Lousa.

Il est 19h30, je termine. Bonne soirée à tous.

Au fait, je viens juste de prendre conscience que c'est aujourd'hui le 11 novembre, jour férié pour vous.... Je vis dans un espace parallèlle...

Page précédente: Europa2014 : 10 novembre
Page suivante: Europa2014 : 12 novembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:892032 Aujourd'hui :91 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)