Europa2014 : 12 aout

Voyage Europa 2014
Mardi 12 août 2014 - J027 - 287 km - 193 photos (8.545-7.564/32.768-29.532)
Le delta du Danube. Arrivée sur la Mer Noire.

Et finalement, j'ai très bien dormi. Je pars à 7h50. Il y a déjà plein de monde dans les rues, c'est la ruche humaine. Titi m'embarquait sur une route tertiaire défoncée, j'ai vite fait de le remettre à l'ordre ! En fait, sa conduite en Roumanie est très trèsn mauvaise, et je pense que la base de données n'est pas de bonne qualité. Il me demande souvent de quitter la route principale, de faire des détours de "ouf", bref du grand n'importe quoi.... A moi de le surveiller de plus près !

La première partie se passe dans un paysage assez triste. En fait, je suis arrivé dans la grande plaine.. Donc, rien à me mettre sous la dent avant Galati. Non pas que cette ville ait quoi que ce soit d'intéressant -en fait, je n'en sais rien, mais ce que j'en ai vu est assez moche.... Non, il y a ici un bac qui me permet de franchir le Danube. Longue attente (une heure) sous le feu ardent du soleil -ça cogne dur, aujourd'hui !

Mygoo, brûlante, sur le bac. Elle entre la deuxième, ayant loupé d'un "poil" le passage précédent. Prix : 18 Lei.

Pendant la traversée. Le Danube est de couleur sombre, ses eaux sont très boueuses.

Sur la rive droite. La totalité du fleuve et du delta est roumaine, mais l'Ukraine est juste au-delà, au nord.
Ici, nous sommes tout près d'Odessa, le grand port tenu en Ukraine par.... les russes !

J'adore cette photo. En fait, je le ressens depuis un moment, mais là, c'est la confirmation : nous sommes déjà ici un peu en Asie.

En tout cas, c'est le début. Je pensais à la Turquie, et ça y ressemble énormément.

LLa grande plaine Danubienne, nous sommes dans la zone en amont du delta, sur la route de Tulcea.

Quand je vous disais que ça sentait la Turquie, je ne me trompais pas.
Il y a tout : l'immense plaine, l'agriculture moderne qui côtoie l'agriculture millénaire, la terrible chaleur estivale de l'Europe continentale.

Il y a de nombreux sommets surplombant la grande plaine, et la route passe par ces grandes collines, volontairement je suppose, évitant les crues.

Arrivée à Tulcea.

La chaleur est infernale. Dans Mygoo, tout est brûlant.

Je finis par trouver une place sur un trottoir... Pas très bien, mais c'est ici la foire d'empoigne. Je me fais des sandwichs que je mange à l'extérieur, puis je me dirige vers le port où j'aperçois les bateaux pour touristes.

Le Danube se divise ici en plusieurs bras, et il y a des tas d'excursions possibles, d'une heure à plusieurs jours.

Ici, un bateau-taxi, pour aller sur l'île en face.

C'est l'heure du repas, il n'y a personne. Pour être clair, c'est le moment le plus mal choisi pour faire une sortie dans le delta.

Pas très joli joli, l'environnement....

Le quai, la ville, ne sont pas intéressants non plus, en tout cas pour ce que j'en vois.

Je discute avec ce marin, qui ne parle pas un mot étranger. Mais il est super sympa ! Je discute avec d'autres gars sur un autre bateau, qui eux parlent français. L'un d'entre eux a même fait un stage en Baie de Somme, en Picardie. Alors, pour voir des oiseaux, c'est effectivement le plus mauvais moment. Vous pensez bien qu'à 35 degré, les oiseaux sont cachés dans les roseaux, impossible de les voir ! Je m'en doutais bien, mais je voulais juste faire quelques photos du Danube, les oiseaux ne m'intéressent pas particulièrement. Oui, mais il faudrait trouver d'autres touristes, car je vais vous demander 50 euros pour une heure.... Normal !

C'est pourquoi je décide de partor et de poursuivre ma longue route !

Pour mes enfants, la fameuse R12 de leur pépé. Même en Roumanie, il y en a de moins en moins.

Direction le sud, dans la fournaise.
La pluie arrive, bienfaitrice.... Je le croyais, du moins ! Car les gouttes n'atteignent qu'avec peine le pare-brise....

Même pas raffraîchi l'atmosphère, le soleil revient de plus belle !

A nouveau, ce ressenti de paysages identiques à ceux de l'Anatolie, en Turquie.

Un lac.

Ah, ces passages de voies ferrées.... Tout un programme. Un STOP. Et il vaut meiux le faire, car parfois, c'est "chaud"....

Babadag.

Les routes droites à perte de vue.

Sur des dizaines et des dizaines de kilomètres.

Au moins, la route est belle.

Puis je prends une route secondaire pour rejoindre le bord de mer, et je retrouve trous et... cratères, goudron disparu... Dur dur !

Ce qui me fait arrêter dans le premier camping rencontré.

La Mer Noire, la voici.

Pas cher (16 Lei), pas très beau, mais la douche est délicieuse quoique trop chaude !

L'eau est chaude, vraiment chaude : je dirais entre 28 et 30 certainement, je suis habitué à tester. Et très franchement, c'est comme dans les mers des Caraïbes, ça me rappelle sans problème les eaux de St Domingue et de la Martinique.

Je parle bien de la température. Au loin, en contre-jour, Constanta.

Et au nord, c'est beaucoup moins beau : les complexes industriels.....

Voilà les amis.

Je suis heureux, dehors, sur ma petite table, au milieu des touristes roumains. Tout le monde me regarde, quelques petits gestes sympas, un sourire, mais personne n'ose m'aborder. Et comme je bosse, je ne cherche pas spécialement le contact non plus... Faut bien avancer !

Seul problème : il y a un peu de moustiques, mais là, il est 21h15, et un petit vent se lève, quel bonheur !

Page précédente: Europa2014 : 11 aout
Page suivante: Europa2014 : 13 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:882449 Aujourd'hui :42 Maintenant:4 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)