Europa2014 : 12 octobre

Voyage Europa 2014
Dimanche 12 octobre 2014 - J089 - 268 km - 563 photos (24.992-35.975/49.215-57.943)
Toujours plus au sud. Paysages et météo sensationnels. 31 degrés à 17 heures ce soir !

Finalement, j'ai dormi comme un bébé ! J'ai entendu une forte pluie, et c'est vrai, il a plu. Mais je me réveille vers 6 heures, et le ciel semble gris ! N'ayant plsu envie de dormir, et ayant Internet, je me mets au boulot en attendant le jour. Je recherche, et commande, mon billet de bateau pour la Sardaigne. Voilà une bonne chose de faite. 140 euros de partis, aussi, en même temps....

Et je pars vers 7h15.

Lever de soleil sur Salerno.

Et ça commence super bien, sauf que Titi se trompe et.... demi-tour... sur l'autoroute !!! Tout faux. Il ne s'appelait plus Titi, le gars, mais je lui vouais des tas de noms d'oiseaux... Et il a fallu que je paye deux euros, en plus, pour utilisation de l'autoroute qui m'a éloigné de mon but. Retour par la ville. Jef en colère. Et en fait, j'ai vu l'endroit où j'ai fauté : j'ai carrément pris un sens interdit, que je n'avais pas vu, pour rentrer sur l'autoroute. Bref, ce n'était pas clair, mais je ne me suis pas attardé pour vérifier ! Ensuite... je prends l'autoroute ! Mais dans la bonne direction, et il est gratuit. Il me permet de contourner toute une zone sans grand intérêt, voyez sur la carte.

Et j'arrive à Paestum. Je tenais à faire une halte devant ces fantastiques temples grecs, érigés six siècles avant notre ère. Les Romains n'étaient encore rien... que des Etrusques... J'avais visité ces temples lors de mon dernier passage, puis fait demi-tour vers le nord. A partir de maintenant, je rentre en Terra Incognita pour moi, et ça me plait énormément.

Enceinte de la ville de Paestum. C'était grandiose, et c'est fabuleux de voir encore ces temples (il y en a deux) dans cet état de conservation.

Puis je me dirige vers la côte pour la longer, comme hier. Ben oui, quoi, vous savez que j'aime la montagne, mais aussi la mer.
Et là, je fais "coup double" en longeant le rivage, car j'ai les deux en même temps !

Une grosse envie de descendre sur la plage, alors je décide de rentrer dans un village, avant que la route ne prenne de l'altitude.

Et je ne regrette pas.

Eaux transparentes, quiétude absolue.

Je dois dire que j'aurais aimé avoir un tout petit appart', là, et une connexion Internet. Tu descends, tu prends un bain, tu remontes, une douche, et tu peux bosser, écrire. Car dans un tel contexte, dans le calme qui régnait ici (pas un bruit, juste les gens qui parlent sur les bancs, une cloche d'église qui sonne, mais sinon rien, pas de circulation), alors oui, le cerveau se libère, et je pourrais écrire des dizaines de pages à la volée. Bref, un grand moment..

Puis comme je m'en doutais, la route prend de la hauteur. La première chose que j'apprécie, c'est le calme. Il n'y a presque pas de circulation. Seuls les nombreux cyclistes sont pénibles, car très difficiles à dépasser, et quand j'y parviens, ils me redoublent systématiquement pendant que je fais des photos.... Mais je suis loin de la cohue de Naples, c'est ici trop loin pour les napolitains, et pour mon plus grand bonheur.

La deuxième, c'est l'immense beauté de la végétation, aux couleurs très vives, et qui respire la santé.

Et enfin, la troisième, c'est le beau temps. Il fait chaud, très chaud, comme en Grèce, je vous assure. C'est absolument incroyable, je n'en reviens pas.

Ce qui est dommage, c'est que je roule en contre-jour. Mais on ne peut pas tout avoir, n'est-ce-pas ?
J'ai décidé d'accepter cet inconvénient.

Je suis obligé de prendre les photos vers l'arrière, je regarde donc sans cesse dans mes rétros...
Mais de toute façon, je suis habitué, je le fais tout le temps !

Les plages sont très belles, les eaux transparentes comme en Grèce. C'est inimaginable, jamais je n'aurais pensé trouver ça !

Contre-jour bien entendu. Mais avouez que, même comme ça, ça le fait drôlement bien, non ?

Ne pas oublier la montagne. Une fois de plus, il y a ici de quoi passer des semaines.... et il y en a pour tous les goûts.

J'ai repris mes vieilles habitudes grecques.... Je suis rentré dans l'eau en sandales. Elle est délicieuse.

La végétation me sidère totalement !

Sapins, pins parasols, eucalyptus, catus, aloès, ficus, azalées.... et plein d'autres dont je ne connais pas les noms.

Petit village haut perché. la route a été difficile à un moment, sur environ 500 mètres.

Ah, oui, j'oubliais, et pourtant, je les aime énormément : les oliviers, et leur feuillage argenté. Splendides.
Il y en a beaucoup, et de très très vieux arbres.

Un ficus.... Plusieurs mètres de hauteur... Pffff.....

Je quitte ensuite la côte et coupe à travers la montagne, histoire de voir un peu. Superbe. Je suis tombé sur une route coupée. Demi-tour, je demande à un autochtone par où passer. "Ma elle n'est pas coupée, on peut passer, juste avant, il y en a une qui contourne le problème". Je demande : "elle est bonne ?". Il répond : "Ma... ça passe". J'ai compris ce que ça veut dire ! Heureusement qu'un autre passe devant moi, car jamais, au grand jamais, je n'aurais osé m'engager dans cette galère. Heureusement, il s'agissait de 300 mètres seulement. Une côte, une descente. Sur des caillasses, le béton s'étant effondré à force de passages. Ouah!!! Bref, la route, quoi ! On peut dire qu'elle m'en aura fait voir, pendant ce voyage.

Je mange ici, devant cette montagne. Et vous voulez savoir ? Les rayons du soleil étaient si ardents que mon dos me brûlait, c'était du feu. Aujourd'hui, ce fut vraiment, à ce niveau, une chaleur très exceptionnelle, comme je n'avais pas vu depuis la Grèce et l'Europe centrale, Roumanie par exemple, le long du Danube. Incroyable.

Des villages perchés partout dnas les montagnes.

Et retour sur la côte.

Ouahhh, comme c'est beau.

Jamais de ma vie je n'avais vu un ficus comme ça. C'est.... Oui, et plus encore !

Les eaux sont transparentes, un rêve pour la plongée sous-marine. Ou pour masque et tuba, en mode "diving".

Oh là là !

Et ces plantes partout partout !

Les fonds marins comme si l'eau n'était plus là !

Des promenades le long des plages.

Eucalyptus. J'adore cet arbre.

Les pins parasols sur la route ont pour moi une saveur toute particulière. Mon grand-père m'a fait aimer cet arbre, autrefois.

Maintenant, c'est en vue arrière que je suis en contre-jour !

Une fois de plus, il manque à mon palmarès des promenades en bateau le long de ces côtes escarpées.
Ce doit être fantastique. Pour la vue. Pour la sécurité (pas de route à gérer). Et pour le fun : on s'arrête, on plonge....

Mais je ne me plains pas : la vue n'est pas mal depuis la route !

Un passage avec des falaises un peu comme sur la côte d'hier.

Bref, un sacré beau pays !

Qu'en pensez-vous ? Il y en a tout plein qui restent bien silencieux.

Bouche-bée ?

Et dans la montagne.... Là, il y a de la rando, de l'exploration à gogo !

Ces pins me font craquer de joie.

Et la montagne en est couverte par endroits.

Je roule dans un rêve.

Et j'arrive à... Rio de Janeiro....!!!

Que du beau, que du beau, que du beau !

Zoom....

Vue globale. Cette vue me rappelle un paysage de la côte méditerranéenne espagnole.
Mais ce que j'apprécie ici, c'est l'absence du bétonnage espagnol.....

Vous vous rendez bien compte, en voyant ces montagnes, qu'il doit y avoir un tas de choses à découvrir sur les petites routes intérieures !
Mais je ne peux pas aller partout !

Un peu de ressemblance avec les villages andalous, aussi.

Il me plairait de marcher d'un bout à l'autre de cette immense plage....
Peut-être l'un d'entre vous l'a-t-il fait, ou va-t-il le faire ! Je vous le souhaite de tout coeur.

Carte postale ? Que nenni !

Jef's photo.... What else ?

Zoom....

Encore une belle et longue plage !

Je décide d'aller marcher sur le sable. Vue depuis la plage.

Fantastique !

Non, je ne rêve pas, je suis bien dans le décor que vous voyez.

Un epu plus loin, un village abandonné au sommet de la colline.

Diamante. Joli nom de village. Il est 17h20.

Vous voyez à quoi je pense, non ?

Stationnement payant jusqu'à 20 heures ici. Et je me méfie, car j'ai vu une préposée mettre des PV hier soir dans des conditions similaires.
Mais je vais voir un peu plus loin, là-bas, sur l'autre plage.

Celle-ci. Mygoo est juste derrière moi. Stationnement gratuit, rue calme. Je vais dormir ici ce soir, c'est plus que parfait.

Il y a un hôtel juste à côté. Là.

Dans la cour de l'hôtel, ces trois ficus....!!!!!

Juste à côté....

Le gars de l'hôtel veint vers moi, désireux de m'offrir une chambre. Je demande si je peux m'installer là deux heures avec un coca et Internet. Mais avec plaisir, me dit-il. Et voilà le travail. Il est 20 heures. Je suis en T-Shirt, pieds-nus dans mes sandales, en train de terminer ce CR.

Je vous envoie tout ça, en espérant que ça marche, et je file dans mon hôtel devant la plage.

Pas belle, la vie ?

Page précédente: Europa2014 : 11 octobre
Page suivante: Europa2014 : 13 octobre


Depuis le 06/06/2005 Visites:851539 Aujourd'hui :343 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)