Europa2014 : 13 octobre

Voyage Europa 2014
Lundi 13 octobre 2014 - J090 - 374 km - 403 photos (25.366-36.378/49.589-58.346)
Dans la botte : la Calabre. Chaleur, montagnes, forêts, mers....

C'était vraiment un spot exceptionnel ! Départ à 7 heures. Il fait déjà bon.... Il a fait très chaud aujourd'hui, limite orageux.

Même sur la côte, les villages sont perchés, car la montagne descend à la mer.

Un peu plus au sud, je quitte la côte de la mer Tyrrhénienne pour traverser la botte vers le sud-est à travers les montagnes de la Sita.

La route n'est pas très belle au niveau du revêtement. Un camion que je suivais perd un cageot que j'évite de justesse.... J'arrive à Cosenza, grosse ville, fort trafic, et grosse zone géographique surpeuplée. Bloqué derrière un camion qui fume comme un malade et ne parvient pas à grimper les côtes à plus de 20km/h; je profite d'une sortie de route pour faire ma pause petit déj'. C'est en général le meilleur moyen pour ne pas devoir subir ces gros camions : une pause photo ou repas, et on repart peinard et débarrassé !

Après les villes, le calme absolu. Il faut dire.... regardez la route !

Heureusement, ça ne dure que quelues kilomètres, et je me retrouve sur une route formidable, dans des forêts toutes plus belles et différentes les unes que les autres. Rien que pour ça, ça valait les efforts précédents !

Entre deux futaies, on aperçoit les zones surpeuplées en bas.

Et à 1630 mètres, il faisait chaud !

Puis je retrouve les fameuses couleurs automnales.

Je suis ici à plus de 1800 mètres, rès de téléphériques, et il fait très très chaud ! En bas, le lac de Lorica que je vais longer.

Après une interminable descente à travers des forêts de sapins, pour changer.

Sur les rives du lac.

Chaleur écrasante, comme au plus fort de l'été !

S'en suit une longue route à travers des montagnes de type méditerranéen (normal).

Un lac de barrage bien sec !

Autres types de forêts.

Mais je vois davantage le paysage, car les forêts sont plus espacées et moins denses.

Comme d'hab', les couleurs sont écrasées par la chaleur et le soleil.

IIci a eu lieu une appartition de la vierge. Un peu comme à Lourdes. A ce propos, j'y pense soudain, j'avais vu une "nostra signora de Lourdes" sur un bord de route quelque part dans la péninsule de Sorrento, mais je n'avais pas pu la photographier à cause de la circulation.

Un couple en prières. Et un joggueur est rentré faire une petite prière aussi !

Catanzaro : grosse ville pénible et longue à traverser.

Mais ça valait le déplacement, puisque j'arrive sur la grande plage de la mer Ionnienne, cette fois. Celle qui baigne aussi les côtes de la Grèce occidentale. Je dis qu'elle est longue, parce qu'elle fait bien... une centaine de km !

Je rencontre ici un allemand d'environ 70 ans. Il a acheté une maison ici. Il me confirme que la vie est très chère, largement comme en Allemagne ou en France, ce que je confirme. Pour vous dire, j'ai vu le diesel affiché à 1,85 dans quelques stations ! J'arrive presque toujours à me fournir aux environs de 1,60, mais faut faire gaffe et bien gérer. Bref, il me parle des italiens d'ici, de cette région de Calabre, qui vivent dans les montagnes, dans l'arrière-pays. Et il me parle de la misère, pas d'eau courante dans les maisons, tout juste l'électricité, des villages presque vides, à cause.... des vieilles querelles de sang. Il y a encore plein de gens qui refusent d'envoyer leurs gosses à l'école de peur qu'ils ne reviennent pas vivants. Donc plein de gens ne savent ni lire ni écrire. Des tas de maisons ne sont plus occupées, car leurs occupants ont peur d'y retourner. Et c'est le silence, mais il me jure qu'il y a des familles qui se haïssent à mort, qu'il y a des tas de gens qui ne parlent à personne. C'est incroyable !

Eau transparente.

Plages à perte de vue.

Très bonne température, mais toutefois plus fraiche qu'en Grèce. Admirez cette clarté, j'ai ici de l'eau à mi-genou !

Allée de ficus.... Pffff !!!

Autre plage, quelques kilomètres plus au sud.

Encore une autre !

Et vous noterez la foule qui se presse. Il n'y a pratiquement personne !

La plage vue depuis la route. Car il y a un truc pénible, c'est cette sacrée voie ferrée entre la route et la mer ! J'ai toujours détesté ça, et ne comprend toujours pas cette gravissime erreur de conception. C'est la route qui devrait longer la mer, c'est évident. le train ne s'arrête que dans les gares. Alors que là, il bloque l'accès aux automibles pour rien. Bref, c'est ainsi. C'est comme ça aussi à Barcelone.

Fantastique, hein ? Surréaliste !
C'est l'Europe, encore !

Vous en pensez quoi, vous ? Au fait, pendant que j'y pense, une précision importante. La zone "adresse mail" du livre d'or n'est absolument pas contrôlée, et vous pouvez la laisser vierge, ça ne pose aucun problème. Je dis ça pour ceux qui ne le savent pas et rechignent -je comprends parfaitement- à inscrire leur adresse mail quelque part.

Vous voyez le toit de Mygoo, là-bas, sur la route.

Je ne me lasse pas d'un tel spectacle et d'une si belle plage.

Oups, le bond que j'ai fait ! Un train qui arrivait à grande vitesse m'a klaxonné, à juste titre....

Arrivé à Locri, je me lance dans une nouvelle traversée de la botte, mais cette fois dans l'autre sens.
Ici, la ville de Gerace, qui mériterait bien deux bonnes heures de visite !

Vue arrière sur Gerace.

Le soir tombe vite, les couleurs changent. De plus, je roule vers l'ouest, donc à nouveau en contre-jour.

Ah, cette végétation de folie !

Il commence à faire très sombre en sous-bois.

Derniers beaux rayons lumineux.

Et retour sur la mer Tyrrhénienne pour le coucher du soleil.

Bagnara Calabra. C'est là que je vais bivouaquer.

Ma grosse surprise a été de voir la foule qui se trouvait en bord de mer. C'était totalement surpeuplé. Comme un 15 août sur la côte vendéenne. Impossible de ne pas me faire voir, je suis repéré instantanément. Un type regardait par-dessus mon épaule pendant que je prenais cette photo. Je déteste ça. Je me suis éloigné à l'autre bout du remblai. C'est plus calme. Mais en ce moment même (il est 22h15), des voitures viennent de se poser avec une forte sono... Pénible, j'espère que ça ne va pas durer !

Allez, je vous laisse. Ciao ciao.

Page précédente: Europa2014 : 12 octobre
Page suivante: Europa2014 : 14 octobre


Depuis le 06/06/2005 Visites:852932 Aujourd'hui :46 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)