Europa2014 : 15 septembre

Voyage Europa 2014
Lundi 15 septembre 2014 - J062 - 364 km - 495 photos (18.664-20.003/42.887-41.971)
Autriche, du très lourd avec du beau temps, et une brève incursion dans une Italie magique !

La route est légèrement décalée sur la carte, mais vous comprenez qu'elle suit les vallées. Ce matin, je pars à 8 heures, sans avoir pris mon petit déjeuner, mais après être allé prendre une bonne douche très chaude, comme hier soir. Je mange mes casse-croûte en roulant, car j'ai une grosse journée devant moi, et je n'ai pas le temps de m'amuser !

Il fait frais, mais il ne pleut pas. Ici, mon camping, vu depuis l'autre côté du village que je viens de contourner.

Et puis.... Mais, mais, on dirait.... du soleil !

Mais oui, quelqu'un vient d'allumer la lumière, et c'est de suite....

magique !

Alors,si l'Autriche, sous la pluie, c'est joli, sous le soleil, c'est majestueux.

Voilà.

Eh bien, ce sera comme ça toute la journée.

Pour moi, le voyage, c'est ça : des paysages de montagnes, des petites routes bien asphaltées, un peu de soleil, et c'est le grand bonheur.

Contre-jour, car je roule vers le sud-est. Ici, dans l'ascension du Sölkerpass, 1.790 m.
Les vaches autrichiennes ne sont pas faciles à passer, elles ne se bougent pas les fesses d'un centimètre !

Vue arrière : ça grimpe dur, je ne voudrais pas la faire ni en vélo, ni même à pied !
C'est le massif des Niedere Tauern, Alpes orientales centrales.

La vallée que je viens de remonter apparaît désormais dans toute sa longueur sous mes yeux émerveillés.

Le col. Ah, les pancartes pour les motards foisonnent, en Autriche. Du genre "plus vite que la mort ?", ou encore "laisse une chance à ton ange gardien", ou celle-ci "roule lentement et sans bruit, sinon, l'interdiction menace....". Et peu de temps après, j'entendais à la radio qu'un motard de 25 ans s'est tué hier dans le Tyrol, en doublant une voiture : il y avait un tracteur en face....

Mygoo au col, toute fière d'avoir grimpé les 1.790 mètres. Des retraités voyageant dans un combi WV viennent me voir, attirés par mes décos. Ils voyagent beaucoup eux aussi, et font généralement des virées de trois mois, qu'ils consacrent à une entité géographique logique. cette année, par exemple, ils ont fait Espagne-Portugal. C'est une bonne formule, je trouve, pour bien visiter tout en prenant son temps.

La descente est magique. Il y a un passage avec une pente à 23%, ce qui est pas mal du tout.

Vue arrière.

Arrivée dans la vallée de la Mur, sur une route à plus grande circulation.

Si les ponts n'étaient pas fleuris, nous ne serions pas en Autriche !

Mais je ne tarde pas à reprendre une petite route plein sud, qui va s'attaquer au col Turracher Höhe, à 1.763 m.
Nous sommes dans la Carinthie.

Ah, je viens de lire l'article de Wikipedia "la querelle des panneaux bilingues en Carinthie". Lisez-le, et vous comprendrez pourquoi l'Europe est dure à mettre en place, les hommes sont tellement idiots.... Faut-il rire ou pleurer ? Pour ma part, ça ne me gêne pas de perdre le patois vendéen. Mais allez dire ça aux bretons ou aux corses ou aux basques ou aux..... Misère, misère ! Tout ça sous prétexte de ne pas perdre leur culture.... Pffff. Vous vous souvenez de nos ancêtres les Gaulois, et des cultures que nous avions à cette époque ? Et en plus, étaient-elles plus intéressantes que celles des romains? On pourrait en parler pendant des années, je sais bien que je ne parviendrai jamais à convaincre les convaincus du bien-fondé de leur pensée. Mais franchement, feraient mieux d'aider leurs gosses à parler parfaitement l'anglais que le breton ou le basque ou le corse ou le vendéen, tiens ! Ah, j'te jure ! Et ils disent qu'ils font ça pour leurs gosses, en plus....

Voilà, c'était la minute "Jef énervé". On reprend la route, avec les panneaux bilingues....

Si les extérieurs sont nickels, les intérieurs, à fortiori....

Neige fraîche.... Winter is coming.... Jef, accélère !

Joli lac au col.

Ah, ces maisons....

Et ces villages.... Franchement, je ne suis pas du genre à m'extasier comme un fou devant un bouquet de fleurs. Mais après ce que j'ai vu dans les pays de l'Est (les détritus, la saleté), c'est du pur bonheur. Comment ne pas avoir plaisir à marcher dans les rues ? Et comment être gai si vous vivez au milieu des déchets ?

La route autrichienne est une cascade ininterrompue de jolies choses : paysages, champs, cultures, maisons, routes, peintures....
Partout, dans toutes les directions, dans tous les domaines.

Puis c'est l'arrivée sur le beau lac Millstätter, que je longe entièrement.
Il fait chaud, jamais je n'aurais pensé manger dehors, en T-Shirt, aujourd'hui, mais ce fut le cas.
Alors, je suis comblé.

Ensuite, je prends la E66 vers l'est, vers le Tyrol, autrichien, et même italien !

Belle couleur bleue de cette rivière. A moins que cette couleur ne provienne de celle du ciel ?

Sur la E66

La circulation est beaucoup plus importante, mais d'un autre côté, j'avance bien plus vite !

La route longe une muraille de sommets rocheux très impressionnants au sud, et totalement infranchissables !
Si vous regardez la carte après la grande ville de Lienz, aucune route ne part vers le sud, la montagne est une barrière.

Entrée en Italie ! Et en même temps, dans le Sud Tyrol, ou Trentin Haut Adige....

La pluie est revenue dans les derniers kilomètres autrichiens, on la voit bien sur cette photo, à gauche.
Ici, c'est la ville de Dobbiaco.

Cette commune est réputée pour son panorama sur les grands sommets des Dolomites.

J'ai fait grimper Mygoo sur les hauteurs pour avoir cette vue globale, qui était vraiment merveilleuse !

Petit lac de barrage, malheureusement en contre-jour. Il avait de très belles eaux vertes.

Et je quitte la grande route pour repartir vers le nord-est, vers l'Autriche et le Tyrol Est.

Cette route est grandiose, d'un bout à l'autre.

Elle suit deux vallées : Anterselva côté italien, puis Defereggental côté autrichien.
Mais surtout, elle franchit le col Staller Sattel (2.052 m).

En bas, un lac vert émeraude, un vrai bijou.

Je suis ici dans ma géographie préférée.

Puis la route s'attaque au col proprement dit. Et là, j'avoue avoir de la chance. Ce col, côté italien, est une voie à sens unique. On y monte depuis l'Italie entre 30 et 45 de chaque heure. On en descend, depuis l'Autriche, entre 0 et 15 de chaque heure. ce qui fait que vous avez 30 minutes pour le monter ou le descendre, mais vous ne démarrez que pendant les 15 premières minutes de ces 30 minutes. C'est clair ? En fait, le feu est ROUGE pendant 45 minutes, et VERT pendant 15 minutes. Et je n'ai pas eu besoin d'attendre, c'est pour ça que j'ai de la chance !

La montée est une merveille. Arrivée au col.
J'y rencontre deux retraités camping-caristes autrichiens venus discuter le bout-de-gras à cause de la carte de Mygoo, une fois de plus....

De l'autre côté du col : je retrouve l'Autriche.
Je suis bien content, car je n'ai plus beaucoup d'essence. 1,30 € le diesel en Autriche, et 1,62 € en Italie !
L'Italie est devenu le pays européen où l'essence est la plus chère.

Côté italien, le petit lac que je vous montrais tout-à-l'heure !

U bijou.

La descente autrichienne commence aussi par un lac, mais nettement moins joli.

Vue vers le col, à gauche.

La pluie revient pendant la longue, longue, et très belle descente.

Mais une pluie sporadique, pas méchante.

Je traverse de nombreux villages, tous plus jolis les uns que les autres.

Titi me trouve un camping.

Mais il se fait tard. J'ai failli me poser au pied de cette église.

Mais Titi m'indique un camping à 7 kilomètres.... J'y vais.

C'est géré par un hôtel-restaurant. Le gars voulait 13 €, j'ai dit que c'était trop. Il n'a pas cherché à discuter, il m'a répondu aussitôt : OK pour dix.
J'ai dit OK.

Il m'a ensuite gentiment proposé la salle à manger réservée aux résidents de l'hôtel pour m'installer et bosser au chaud, dans un fauteuil, bien àl'abri, avec le courant et tout et tout. Seule fausse note : un jeton pour la douche. Il n'y en aura donc qu'une seule, et en plus, elle a été minutée... Et elle n'était pas très chaude. Mais bon, ça l'a fait quand même !

Il est 22 heures, je termine. Sauvegardes et dodo, suis crevé !

Page précédente: Europa2014 : 14 septembre
Page suivante: Europa2014 : 16 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:862492 Aujourd'hui :222 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)