Europa2014 : 17 avril

Jeudi 17 avril 2014 - 89 km - 118 photos (4239-2454)
Changement du pneu arrière de Serparti

Je suis allé au restaurant du camping hier soir pour bénéficier à nouveau d'une connexion Internet gratuite. Cette fois, j'ai eu droit à ma petite bière brune. Il commençait à pleuvoir en y aller. Il pleuvait à verse en rentrant (vers 21h30, à cause d'une coupure générale de courant dans toute la région). Il a plu à ferse toute la nuit, avec à nouveau des rafales de vent fortes à très fortes. décidément, l'Ecosse, ça se mérite. Ceci dit, qu'il pleuve la nuit tant que ça veut, ça ne me gêne pas. Et, miracle, ça a commencé à s'atténuer vers 8 heures, pour ne pratiquement plus pleuvoir à partir de 9 heures. Et comme le vent était toujours très fort, vous devinez la suite : la tente a séché ! Oh, Ecosse, tantôt inhospitalière et tantôt accueillante. Je file retrouver Mike, le patron du camping. Il téléphone au garage, et me confirme que le pneu devrait être arrivé à 15 heures. Je pars vers 10h30, 80 bornes à rouler.

A la sortie de Fort William, le long du loch Linnhe sur la A 828.

Je roule doucement, entre 60 et 70. La route est très humide, ce qui me convient bien, pour refroidir le pneu arrière. Pourvu qu'il tienne.
Remarquez les vagues sur le loch, signe que le vent souffle fort.
Des paysages enchanteurs, comme toujours dans ce pays.

Goémon, je vous confirme que le loch Linnhe, c'est la mer qui pénètre dans les terres.

Un joli château sur sa petite île.

Vent toujours très fort en approchant d'Oban. Pour ma part, je commence à respirer, je vais y arriver sans éclater ce pneu. Et effectivement, je me pointe à midi devant le garage. Je m'attendais à une grande enseigne, en bord de route, c'est un petit garage bien caché au fond d'une cour... La patronne qui m'accueille est très sympa, téléphone à son frangin qui tient le Camping des Roses pour savoir s'il a le WiFi -Yes!- et me dit de revenir vers 15 heures. Le patron est un type bourru, extrêmement désagréable, qui ne me regardera pas une seule fois, qui ne me dira pas bonjour, qui partira pendant que je discute avec son épouse ! Bref, je dois le dire, un sale type. Pour cette raison, je ne vous conseille pas sa boutique.

Je pars donc au camping, situé à moins de 5 km du centre ville. Ici, peu avant d'y parvenir.

Très bon accueil. La dame me fait à 13 £ au lieu de 15£, et m'offre la connexion WiFi (1 livre normalement). Camping très propre, parfait.

Une fois la tente montée, je pars en ville pour manger, j'ai faim. Une route longe le loch, une vraie merveille.

Arrivée sur le loch, ou plutôt le Firth of Lorn.

En face, l'île de Kerrera.

On aperçoit Oban au loin.

Petit bras de mer entre l'île et le continent.

Invitation au voyage. On se croirait aux Caraïbes...

Arrivée à Oban. Un des nombreux ferries de la compagnie écossaise inévitable pour aller d'île en île.

Serparti sans bagages, devant le plus bel hôtel d'Oban.
Je vais manger dans un bistrot Internet, mais je vais payer cher le fait d'être en front de mer : 6 £ le sandwich !!! Gloups !

Puis j'arrive au garage. Oui, le pneu est là. Le patron me parle : revenez à 4 pm. C'est tout. Je vous l'ai dit : pas causant, le garçon !
Allez faire un tour en ville. Bref, en plus, il me fout dehors.

La ville est minuscule, j'arrive au bord de l'eau en quelques minutes. En passant devant un magasin de fringues, me vient l'idée de demander s'ils vendent des bretelles. Yes, ils en ont. 3 £. Je prends. J'en ai marre de remonter mon pantalon Bering lorsqu'il n'est pas serré (mais que mon ventre est à l'aise), ou d'être serré avec le bouton pression qui saute immédiatement... Les bretelles, c'est normalement la solution, on verra ça demain.

Balade sur le port.

Je bombarde, pour une fois que je marche dans une ville. Le front de mer est joli, mais c'est tout.

Le ferry prend la mer.

Les quais.

En arrière-plan, le Colisée. C'est là que les romains jetaient les chrétiens aux bêtes.

Non, je n'en sais rien, je vous laisse chercher vous-mêmes !

Zoom sur le large, vers Mull.

Un bien joli café.

Et je retourne au garage. C'est prêt. La facture : 130 £. Normal, pour l'Angleterre. Le gars ne m'adresse toujours pas la parole. J'avais demandé à sa femme de jeter un coup d'oeil à mes freins, car je les trouve très mous. Je lui demande s'il l'a fait, elle lui demande, il dit non, mais il va essayer. Il revient un peu après : elle freine parfaitement bien. Et là, un sourire : c'est que vous êtes trop gros, ça l'entraîne malgré tout... En temps normal, j'apprécie sans sourciller ce genre de plaisanterie, mais pas de cet ours. Je ne lui souris pas. Je les quitte sans regret, bien que la patronne ait été très correcte. Et le pire, je ne pense même pas à regarder le pneu. Je ne le fais qu'au camping : parfait. On va pouvoir rouler !

Et retour au camping.

Heureusement que j'ai une connexion Internet, qui fonctionne parfaitement. Du coup, j'ai revu la route des prochains jours, un peu chamboulée à cause du pneu. J'en profite pour décider du jour de ma traversée en Irlande, et de réserver le ferry : ça, c'est fait, pas question de me faire surprendre comme à Calais. 41 £ la traversée, c'est ce que j'avais prévu. Parfait, une affaire réglée.

Eh bien, mes amis, je vais vous laisser là-dessus. Nous repàrenons la route demain, et normalement avec du soleil. Chouette !
Bon week-end de Pâques à tous, si jamais je n'avais plus de connexion.

Ciao ciao.

Page précédente: Europa2014 : 16 avril
Page suivante: Europa2014 : 18 avril


Depuis le 06/06/2005 Visites:853239 Aujourd'hui :353 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)