Europa2014 : 19 mai

Voyage Europa 2014
Lundi 19 mai 2014 - J049 - 210 km - 183 photos (13101-9712)
Copenhague, puis entrée en Suède

Nuit pas vraiment froide, j'ai très bien dormi comme d'habitude.

Réveil vers 5h30, jugé trop tôt, deuxième réveil vers 6h45... Debout, douche bien chaude et bien longue, parfait pour réveiller le gars. Départ à 8h40, car je me suis connecté, vu qu'il me restait de la connexion. Et, pas de chance, j'ai raté de quelques minutes l'envoi du mail pour le garage Yamaha de Bergen : plus d'unités !

Gros brouillard, mais il ne pleut pas. Cependant, vu la couleur du ciel (un gris uniforme, presque foncé), et vu mon expérioence d'hier, je sens la pluie très proche. Il ne manquerait plus que ça !

Et dès le départ du camping, j'ai la confirmation du problème ressenti hier soir : craquement sinistre dans le bas-ventre de Serparti lors du passage de vitesse de la première vers la seconde, avec grosse secousse et l'impression que le moteur va se casser en deux. Je crois que c'est la boîte de vitesse, et ça ne me fait pas rigoler. Quand je fais très attention, ça passe bien, dès que je suis plus brutal, ça craque "grave" !

A moins que ce ne soit la chaîne, ce que je préfèrerais, mais ça craint quand même, car je ne suis pas rendu à Bergen, loin s'en faut !

Autant dire que je roule avec un gros stress, et toutes les questions qui vont avec... Voyage terminé, retour à la case départ, etc, etc... Je fais le plein en ville, car je roule sur la jauge, et j'ai assez de soucis comme ça.

La gare de Copenhague.

Alors, mes impressions. Circulation fluide, voire très fluide, c'est la première capitale que je vois comme ça. Par contre, impossible, même en moto, de s'arrêter, les trottoirs sont hauts, il n'y a aucun espace, impossible de traverser la chaussée, et les cyclistes occupent le reste de la chaussée. JJ'ai dû me poser avec les vélos pour faire cette photo !

Et se poser avec les vélos, ce n'est pas forcément simple....

J'ai observé les cyclistes. Tristes, ils sont tous tristes, la mine sombre, et ils ne font pas semblant de pédaler, croyez-moi !

Puis je me pose ici. Le long d'un canal, au pied de la statue d'un cavalier.
C'est inscrit : Absalon, 1128-1201. Pour vous situer, du moins ceux qui connaissent.
N'ayant encore pas d'Internet -denrée rare, décidément, dans ces pays riches !-, je ne peux pas vous donner de détails.

Le ciel se découvre, voilà une nouvelle qu'elle est bien bonne.
Je vais faire une balade d'une vingtaine de minutes le long du canal, dans un sens, puis dans l'autre.

L'église qui se trouve à côté.

Un très bel ensemble mais, dommage, je ne sais pas de quoi il s'agit !

Détail d'un immeuble.

Un très bel ensemble, avec la statue de Frédéric d. Syvende, 5 juin 1840. Je pense qu'il s'agit du château de Christiansborg ?

Un musée.

Un joli quai avec de beaux immeubles.

Le même, le canal est parallèle aux maisons.

Retour vers la statue, et la moto.

En roulant, en attendant le feu vert.

Nyhavn, un des nombreux ports de Copenhague.

C'est magnifique, et je reconnais qu'il faudrait prendre son temps et flaner dans toutes ces rues.
Mais vous le savez bien, je ne fais que traverser les capitales, ce n'est pas le but intrinsèque du voyage.

Bon, celle-là, tout le monde la connaît, c'est en quelque sorte l'emblème de la ville.

Et dire que je fais comme tout le monde...
Les bus pleins à craquer viennent décharger leur cargaison de touristes pour que chacun puisse faire la photo.

Détail de la petite sirène, Den Lille Havfrue.

Puis je quitte Copenhague vers le nord, en longeant ce bras de mer séparant la Suède du danemark et appelé Oresund.

D'un côté de belles villas.

Et de l'autre la mer, et ses... plages..... minuscules.

En face, la Suède.

Et tout du long, des ports de plaisance...

Mais c'est plat, tout plat, désespérément plat. Et la vitesse est limitée à 40, ou 50, rarement 60, exceptionnellement 70...
Autant dire que je n'avance pas !

Tiens, mes copines écossaises !

Puis j'arrive -enfin- à Helsingor, côté Danemark bien sûr, où je prends le ferry pour... Helsingbor, en face, côté suédois.

Attention, n'allez pas au guichet automatique, c'est l'arnaque. J'ai refusé la transaction, trouvant le montant très élevé. Il me demandait plus de 300 DKK. Je vais au guichet manuel -pourtant indiqué "réservé aux caravanes....". Comme j'ai bien fait : coût 180 DKK. Je pense que beaucoup de motards se sont fait avoir sur ce coup-là !

Bref, le ferry démarre dix minutes plus tard, il y en a un toutes les demi-heures, je crois. J'étais déjà passé ici en revenant d'Islande en 2008... Il y avait une moto derrière Serparti, une... BMW 1200 GS, bien entendu. Des suédois juste venus passés une journée au Danemark. Sympas.

Le ferry s'éloigne sans aucun heurt de la terre du Danemark.

Pour arriver donc en Suède 20 minutes plus tard...
Je m'arrête pour retirer des espèces, car je vais passer quelques jours en Suède au cours du voyage.
Je suis obligé de questionner une jeune femme pour avoir une idée de la somme à retirer, car je ne me souviens plus du tout du taux de change.
En fait, c'est en gros 10 SEK (à peine) pour 1 euro.

J'en profite pour faire deux-trois photos.

Un très bel ensemble, je pense que c'est lui qu'on aperçoit depuis le large, sur le ferry.

Et quelques vieux immeubles.

Ce n'est pas l'autoroute, mais le E20, que je prends jusqu'à Halmstad.

Pour ensuite continuer sur le réseau secondaire, et me rapprocher du Kattegat pour le longer.

J'ai faim, et je fais un crochet vers une plage, à Haverdal.

Et là, je rencontre ce jeune couple en train de manger eux aussi, sur un banc. Ce sont des suisses, ils parlent français, et ont 79 ans... chacun !
Ils sont venus avec leur propre voiture, ils ont un fils marié à une norvégienne et habitant au nord de Bergen.
On a passé un très bon moment ensemble, ils m'ont même offert du chocolat... suisse... qu'un corbeau a essayé de me piquer !

Il y avait un camping pas très loin. Or, le ciel se couvre méchemment, l'orage gronde, je vois des éclairs, ça ne sent pas bon. J'ai donc envie de faire la pause. Mais alors, j'ai été repoussé par le prix : 20 euros ! Et même pas Internet. je décide de poursuivre, j'en trouverai bien un moins cher !

La route est belle. Limitée à 70 km/h sur le réseau secondaire.

Beaucoup de petites réserves naturelles, le pays entier en est truffé.

Le paysage est charmant, il y a un peu de relief.

Mais je suis rattrapé par le mauvais temps.
J'ai de la chance, car en me retournzant, je vois la partie que je viens de passer et qui est désormais sous un ciel noir d'encre !

Finalement, je trouve un petit camping sans étoile (ils en ont presque tous au moins 3.... !). J'y vais, car je pense qu'il sera moins cher. C'est un petit camping comme je l'espérais, un peu perdu. Le gars très sympa me demande 127 SEK. Je lui présente mon voyage et il me fait une ristourne : ce sera finalement 102 SEK. Merci à lui, je noterai son camping dans le livre.

Il est 20h30, et j'ai terminé. Yeeees ! Pour une fois, je vais me coucher de bonne heure.
J'ai tout saisi dans la cuisine, bien équipée, avec prise de courant, mais debout sur un plan de travail, car il n'y a ni chaiçse ni table, ce qui est dommage.

Tiens, le patron du camping vient de revenir avec ma carte, cette fameuse carte de club achetée hier au camping de Copenhague (et obligatoire). Elle est finalement indispensable... Eh bien, tenez-vous bien. Non seulement le boss a mes coordonnées avec la carte, mais il vient me demander ma pièce d'identité, et retourne dans sa voiture faire des photos de tous les documents, remplir la paperasse, et revient avec un terminal de paiement pour carte visa. Et il me donne une quittance, et je le paye. Et sur sa facture, il est bien indiqué que le prix est de 127 SEK, et qu'il me fait une ristourne de 25 SEK. Je suis terriblement impressionné par ces pays nordiques, ils ont une administration terrifiante, et ça ne va pas trop bien avec mon caractère. Finalement, j'aime l'ordre, mais je n'aime pas trop les contraintes. Le pire, c'est que je fais une photo de la facture, et que je la mets dans sa poubelle... Quel gâchis ! Aggrafée à la facture, je découvre un deuxième papier : "Bienvenue, Jean Morit, nous vous souhaitons une bonne soirée", avec les renseignements concernant le camping, les prix pratiqués, les horaires... Décidément, très impressionnants, ces suédois. Je croyais les danois les pires, ce n'est pas certain ! Et finalement, les norvégiens sont très différents !

Un dernier mot : il y a eu un orage terrible, avec tonnerre et éclairs, juste au-dessus du camping, avec un fort coup de vent et une pluie torrentielle, qui a démarré environ 5 minutes après le montage de la tente. je le voyais venir, et je me suis précipité dans le montage de la tente dès mon arrivée. A l'heure où je vous parle, le ciel est complètement bouché, et il pleut à verse. Hier, et avant-hier, il pleuvait des mouches, la bulle et la visière du casque en étaient constellées (enfin, non, hier soir, elles avaient été lavées par la grosse douche prise en fin de journée...). Je préfère les pluies de mouches, et dieu sait si je n'aime pas les insectes !

Je vais aller m'allonger dans la tente, manger, et me mettre le casque sur la tête avec de la musique, pour changer du bruit de la pluie qui tombe. Non, je ne mettrai pas "il pleut, il pleut, bergère...".

Page précédente: Europa2014 : 18 mai
Page suivante: Europa2014 : 20 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:891382 Aujourd'hui :90 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)