Europa2014 : 19 septembre

Voyage Europa 2014
Vendredi 19 septembre 2014 - J065 - 308 km - 285 photos (19.904-21.280/44.127-43.248)
Adeu l'Autriche, bonjour la Suisse, après la traversée du petit Liechtenstein

Il est à peine 7 heures lorsque je quitte mon bivouac "sauvage" du milieu du bourg. Alors, hier soir.... je n'ai pas été déçu. D'abord, lorsque je suis allé pour manger quelque chose, il n'y avait encore rien de prêt, il fallait attendre encore une petite heure. Pas question de rester dehors à regarder les mouches -en plus, je n'en ai vu aucune !- voler. Je suis donc retourné dans Mygoo, j'ai allumé le PC et regardé la route du lendemain, puis des jours suivants, car je vais tout changer. En effet, le but est de faire TOUTES les Alpes maintenant, avant de descendre l'Italie vers la Sicile. Puis j'ai eu droit à la musique autrichienne dans toute son ampleur -très forte (Mygoo en vibrait), et très horrible, comme je le redoutais. Mais vous savez quoi ? Je me suis quand même endormi dans cette cacophonie, ce qui me confirme une fois de plus que je peux dormir n'importe où !

Qu'il est bon de rouler de bonne heure comme ça.
Je croise ou me fais doubler par ceux qui vont travailler, alors que je vais passer ma journée à admirer les paysages.

En fait, je dois vous l'avouer : je savoure !

Mygoo flashée à 80.... Je rigooole. Nous voici donc (Mygoo et moi-même) dans la vallée de la Trisanna, que nous allons remonter pour passer le col de la Bielerhöhe (2.036 m). Je me réjouis d'avance, car cette fois, la météo est avec moi.

Les montagnes sont magnifiques, mais ce n'est pas un scoop : je suis dans le Tyrol, n'est-ce-pas, réputé pour ses beautés naturelles.

Vue arrière, en contre-jour, pour vous montrer les pics acérés. Attention aux mains, quand vous arrivez au sommet....

Puis j'arrive.... à ce que je redoutais : péage ! Et pas une petite somme. Il faut "cracher" 15 euros pour passer le col et redescendre de l'autre côté. Je discute avec le fonctionnaire préposé au paiement. C'est une route privée.... Hé hé hé, laissez-moi rire ! Je ne comprends pas pourquoi les autrichiens se laissent berner à ce point. Enfin, si : ce sont des germaniques, habitués à obéir aux ordres, à suivre les règles, à ne pas rechigner. Bref, je pense que ce ne serait pas possible par chez nous. Toujours est-il qu'une petite recherche sur Internet m'apprend que cette route n'est pas ce que j'appellerais "privée". De plus, j'y lis un élément qui me met hors de moi, sur un article de Wikipedia, ici exactement. J'y apprends que, pendant la seconde guerre mondiale, des prisonniers de guerre ont été utilisés dans des conditions souvent inhumaines dans la construction de cette route ! Voyez-vous, quand on cherche un peu, il y a là de quoi forcer le gouvernement autrichien à arrêter ces péages !

Bref, têtu comme je suis, je serai donc le seul, forcément, à faire demi-tour (et ça me coûte bien 70 bornes en plus, sans compter la perte de temps et les magnifiques paysages perdus). J'aurais payé 5 ou 6 euros, mais pas 15, c'est vraiment trop. Si j'avais le temps, si j'étais courageux, j'essaierais de lancer des associations en Autriche pour obtenir l'arrêt des péages pour ces belles routes, pour lesquelles, les pauvres, ils ont déjà payé avec leurs impôts !

Le retour vers la vallée qui relie le Tyrol au Vorarlberg via le col de même nom.

La route longeant cette vallée est belle, les paysages magnifiques, je n'ai donc pas tout perdu !

Vue arrière sur une montagne que je voyais dans mon rétroviseur. Beaucoup de sommets sont comme ça, en dents de scie.

En arrivant au col Arlbergpass, 1.797 m

Je viens de passer le col, et la ville de St Christoph. Petite pensée pour le frangin, qui aurait bien aimé être dans ce groupe qui passe....
Cette photo lui rappellera certainement notre virée sur les cols alpins en 2009.... Nous y étions il y a exactement 5 ans, jour pour jour !

C'est ensuite la descente de la belle vallée Klostertal.

Petite photo en roulant.

Ensuite.... route vers l'ouest. La circulation est dense, je retrouve le trafic routier intense, et pénible...

Et me voici arrivé dans cette fameuse principauté du Liechstenstein.

Lié à la Suisse, voyez le panneau d'entrée.... Les douaniers m'ont une fois de plus enquiquiné. Pire, c'est la première fois, depuis le temps que je passe des frontières, que l'on me demande de stationner Mygoo sur le côté, pour contrôle plus poussé.... Le gars, d'abord, me parle en français, me prend -pour la première fois depuis mon départ- mon permis de conduire (qu'on ne m'avait encore jamais demandé), et s'en va faire ses contrôles dans son bureau. Quand il revient, il me parle en anglais.... et me demande d'ouvrir Mygoo. Il a droit à mes slips et chaussettes qui lui tombent presque dans la tête (ils sont en train de sécher....), et me dit très vite "OK". Puis me souhaite un "bon voyage, monsieur Morit". Obséquieux, avec ça, je déteste. Bref, pas cools, les gars du Liechtenstein !

Mais le petit pays est magnifique, enchassé au coeur des Alpes. Une merveille.

Très très propre, forcément. Entre Autrichiens et Suisses, avec le meilleur PIB d'Europe, voire du monde....

Voilà, regard arrière sur le Liechtenstein. Je passe en Suisse sans rencontrer ni panneau ni douane ni police. Du coup, je me demande si je n'ai pas été contrôlé par les douaniers suisses, tout-à-l'heure, ce qui correspond tout-à-fait à leur style, d'ailleurs.

Petite pause sur un parking... suisse. Avec toilettes, papier et tout et tout. Les arbres, et le paysage, sont fabuleux !

Arrivée à Maienfeld. C'est beau comme tout. Je suis ici dans le plus grand et le plus oriental des cantons suisses, les Grisons.

Le ciel se gâte à nouveau, et la pluie fait son apparition. Décidément, moi qui voulait passer les grands cols sous le soleil, je n'ai pas de chance : soit c'est la pluie, soit ce sont les taxes autrichiennes qui m'en empêchent. J'aperçois au loin de grands glaciers.

Et sous mes yeux, de belles montagnes aux fantastiques couloirs d'avalanches.

Arrivée sur le lac de Davos. Là, il pleut pour de bon, et je suis obligé de sortir le parapluie pour faire mes photos.

Alors, que faire ? Il est 15 heures, il fait déjà sombre, les sommets sont sous le brouillard. Je suis à encore une centaine de kilomètres de mon but, avec un col à 2284 m à franchir ! Et que vois-je ? Mais j'ai également prévu un aller-retour au col de la Flüela, à 2.383 mètres, à une quinzaine de bornes d'ici. Allez, j'y vais, on verra bien.

Il pleut à verse au début, et je double des cyclistes qui me remontent le moral au top niveau ! Ben oui, quoi, comparé à eux, je suis bien au chaud, et tout et tout. Il y a également beaucoup de motards, sous cette pluie battante, que je croise ou qui me doublent, et que je n'envie pas du tout non plus !Il pleut à verse au début, et je double des cyclistes qui me remontent le moral au top niveau ! Ben oui, quoi, comparé à eux, je suis bien au chaud, et tout et tout. Il y a également beaucoup de motards, sous cette pluie battante, que je croise ou qui me doublent, et que je n'envie pas du tout non plus !

Ici, une vue vers le col.

Quelques virages plus loin et... plus haut.

Un peu plus haut, nouvel arrêt et regard vers l'arrière. Davos est tout au fond.

Toujours plus haut. La pluie diminue nettement. J'adore cette montée dans un monde minéral qui me plait beaucoup.

Les nuages passent, couvrant et découvrant les cimes que je longe.

C'est beau comme tout, je suis aux anges, malgré le manque de soleil.

Puis c'est la rencontre avec Gérard et Enke, des belges flamands super gentils qui étaient, eux aussi, en train de faire des photos.
Lui, il voulait absolument me prendre devant Mygoo. Pourquoi pas, après tout ?

Vision magique !

Admirez ces flancs couverts de grosses pierres, qui me font penser à des sommets norvégiens à bien des égards.

Et me voici au col, où se trouve un petit lac. Là, il fait froid, et je me les caille, en T-Shirt, alors qu'il faisait plutôt doux, même sous la pluie, en bas.

Et mes très récents amis belges sont ici eux aussi, ayant fait le même arrêt. Alors.... nouvelle séance de photos !
Très belle lumière, d'ailleurs, sur cette phto !

Ils poursuivent vers l'Italie, et je fais demi-tour.
Pendant la descente.

Arrivé à Davos, je vois un bistrot bien situé, avec un parking pour Mygoo juste à côté. Ils acceptent la CB -je n'ai pas de francs suisses, et je n'en veux pas-, il y a Internet, une prise de courant, il fait bon, le soleil semble revenir... Bref, je relève mon courrier, et je vous envoie la journée d'hier. Puis.... il est 17 heures, je me dis que.... Ben oui, quoi, je vais rester ici. Je me trouve bien stationner, je vais dormir ici même, et je poursuis mon boulot, en me prenant une bière et un sandwich. Ce soir, pas de camping à payer, c'est la "teuf"....

19h50... Je termine. Je vous envoie tout ça, je fais mes sauvegardes, et je vais dans ma tanière. Yeeeeeeeeeeeeeeeeessssssssssss !

Page précédente: Europa2014 : 18 septembre
Page suivante: Europa2014 : 20 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:873913 Aujourd'hui :300 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)