Europa2014 : 1er septembre

Voyage Europa 2014
Lundi 1er septembre 2014 - J048 - 196 km - 714 photos (14.654-14.227/38.877-36.195)
Côte sud-est du Golfe de Corinthe. Dans le ventre du Péloponnèse.... merveille des merveilles !

Nuit difficile, car chaleur infernale. Enfin, chaleur normale, mais aucun souffle d'air. Je me suis réveillé vers minuit, et j'ai ouvert toutes les portes pour ressentir un peu de fraîcheur. Mais finalement, j'ai bien dormi.

Je ne démarre qu'à 9 heures ce matin, car je prends le temps de savourer mon grand bol de café, de répondre à mes mails, etc.
Faut dire que je suis en vacances, non ?

Je suis juste à côté de l'ancienne Corinthe, la vieille ville grecque.

Alors, je vais voir le site antique. On peut faire des photos depuis l'extérieur, ce que je fais.
Ainsi, vous aurez quand même quelques images d'architecture des anciens grecs.

Le temple d'Apollon. La ville était bâtie au pied de la montagne.

Dommage que je ne puisse pas remonter le temps, je vous aurais fait des photos sensationnelles !

Puis je rejoins le tracé préparé, qui consiste à longer le golfe de Corinthe sur une cinquantaine de kilomètres, vers l'ouest, vers Patras.

Aujourd'hui premier septembre, 80% des touristes sont partis, les grecs ont repris le boulot, les gosses sont à l'école, c'est le bonheur pour moi.

Sur les plages innombrables, seuls les anciens et les petits enfants....

Une belle panoplie historique grecque. Il me semble que Sparte est le premier à gauche !

Donc, sur ces 50 bornes, je pense qu'il y a environ 27.643 emplacements de rêve pour se baigner, à deux ou trois près...

Théodore m'a pris en photo avec beaucoup de gentillesse, puis il est venu voir le tracé de mon voyage. Nous avons discuté un bon moment.
L'eau est si chaude que tu rentres sans même y faire attention, et s'il y a un truc qui ne me tracasse pas, c'est bien le temps de séchage !

Une route longe les plages pratiquement sans discontinuer. J'imagine qu'en haute saison, elle doit être absolument infernale, mais là, ça va.

Evidemment, c'est habité tout du long.
Franchement, je serais bien tenté pour venir passer un mois de septembre dans une piaule quelque part par ici, à deux pas de l'eau.

C'est vraiment magique !

Je n'avance à rien, forcément, je m'arrête sans cesse ! Je décide de manger ici, les pieds dans l'eau.
Mygoo est fort pratique ! Je fais mon grand bol de café, des sandwichs tout frais -j'ai fait des courses juste avant. Que du bonheur !

L'eau est....

En face, les montagnes sises de l'autre côté du Golfe de Corinthe. En fait, c'est dans ces montagnes au nord que je me trouvais avant-hier !

C'est presque surnaturel tant c'est merveilleux !

Alors que je prends des photos, deux femmes sortant de le'au et voyant la carte viennent discuter un moment, émerveillées par ce grand voyage.

Finalement, je quitte la route longeant la mer pour la voie plus rapide un peu en retrait. Une voiture klaxonne en me doublant, me sortant de ma torpeur. Une fille que je reconnais me fait de grands signes et sourires par la fenêtre de droite : c'est l'italienne du camping avec laquelle j'ai discuté hier soir !

Juste après -je les suivais encore-, je quitte la côte pour m'enfoncer et traverser les montagnes du Péloponnèse du nord au sud.

Et tout de suite, c'est magique !

Comme toujours en Grèce, ça grimpe dur, et c'est extrêmement beau, de tous les côtés, beau et sauvage.
Et derrière moi, le Golfe de Corinthe apparaît dans toute sa beauté et son ampleur. Et je vois très bien les montagnes de l'autre côté, vers le nord.
Je viens de vérifier : la vue porte à une cinquantaine de kilomètres !

Les montagnes sont belles, la route est une tuerie, les virages un plaisir, les pentes d'enfer, la chaleur aussi...

A droite, cette teinte bleue, c'est la mer du golfe de Corinthe, encore....

Petit à petit, je m'éloigne de la mer et m'enfonce dans l'intérieur.

Je peux vous dire que ces chèvres m'ont fait très peur. Une partie du troupeau a dévallé devant Mygoo, des pierres roulaient sur la route... Et il y avait du monde, car une fois arrêté, j'en ai encore vu un paquet descendre. Et je peux vous dire que ces chèvres sont très belles.

Les montagnes sont extrêmement pentues, il y a des canyons un peu partout.

Et beaucoup de diversité dans les types montagneux.

Là-haut, il y avait des monastères.

Après un passage de moyenne montagne, dans des vallées plus larges....

La route s'est à nouveau élevée pour passer un col.

J'étais absolument seul, personne dans les montagnes.

En plus, des tas de parkings un peu partout, larges. Du coup, j'ai pu faire autant de photos que si j'avais été en moto.

L'orage gronde et se répercute de sommet en sommet, c'est fantastique, lugubre et grandiose en même temps.
Des orages se sont abattus dernièrement, les traces de leur passage sont encore très visibles !

Sous mon regard émerveillé, les montagnes du Péloponnèse.

Le franchissement du col est un régal. La route est large et belle. Le spectacle est à la hauteur !

Les grondements du tonnerre ajoutent une note fantastique au spectacle déjà, à lui seul, merveilleux.

De l'autre côté du col, la descente.

Quand je suis dans la bonne direction avec la lumière, les couleurs sont magiques.

En contre-jour, tout se dégrade malheureusement.

Ensuite, la route que j'avais découverte en préparant le voyage s'avère fort étroite.
A tel point que je l'avais même loupée, mais Titi me le fait savoir rapidement !

Petite, mais quelle merveille !

Par contre, beaucoup de pierres sur la chaussée, de beaux trous aussi, il faut faire attention.

Les hameaux sont très rares, et extrêmement délicats à traverser. Car la route y est encore plus étroite, les pentes sont dantesques. cette route n'est pas faisable en camping-car, ou alors, il faut avoir le coeur bien accroché, et ne croiser personne ! Je ne croiserai d'ailleurs personne.

Ouf, heureusement, elle s'élargit une quinzaine de kilomètres plus bas.

Puis je contourne ce lac de barrage.

L'eau a bien baissé, mais vu la saison, ça me paraît très normal.

Quelques très belles échappées.

Surtout en passant de l'autre côté de la montagne, car la route s'élève vers les sommets, et je me retrouve en plus avec le soleil derrière moi.

C'est tellement beau, partout, que je n'avance pas du tout. déjà, sur ces routes, il est difficile de tenir une moyenne de 50. mais comme je m'arrête à tout bout de champ, là, ça prend des proportions de lenteur impressionnantes...

Et si je vous dis que je ne fais pas la moitié des photos que j'aimerais faire....

Un nouveau canyon. En fait, je vais le longer, sur les hauteurs, par la gauche.

J'adore ces petits cyprès minces et pointus, toujours en très petits groupes.

Ce canyon me fait penser à celui du Verdon, chez nous en France. Des chemins descendent vers la rivière, il y a de quoi randonner dans le secteur !

Une superbe vue arrière en contre-jour, mais pour une fois, bien maîtrisé. Je suis content de cette belle photo.

Lagkadia, resplendissante dans les derniers rayons du soleil. Il est déjà 18h30. Titi m'a trouvé un campin à une quinzaine de bornes, encore !

Mais en traversant cette petite ville suspendue à l'entrée du canyon...

J'ai trouvé des emplacements superbes pour bivouaquer avec Mygoo.

IIci en montagne, il va faire plus frais, je suis propre, j'ai tout ce qu'il me faut, je suis très tenté de rester ici.

D'autant plus que je ne suis pas certain que le camping existe encore.

Il y a un restau. Le patron parle anglais, est fort sympathique. Sur ma demande de parking pour la nuit, il me dit de me mettre là : c'est son parking, et je peux y rester sans aucun problème. Du coup, la messe est dite, je reste ici. Et ce soir, c'est spaghettis avec une grande bière grecque bien fraîche et délicieuse. Franchement, que du bonheur. Electricité, Internet, gentillesse, propreté, je suis comblé.

Il est 21h40, je termine. Et en même temps, je m'endors. Parfait !

Page précédente: Europa2014 Septembre
Page suivante: Europa2014 : 2 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:884811 Aujourd'hui :280 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)