Europa2014 : 2 septembre

Voyage Europa 2014
Mardi 2 septembre 2014 - J049 - 207 km - 448 photos (14.861-14.675/39.084-36.643)
Péloponnèse, suite....

Ce matin, je suis réveillé par un chat et des chiens : bagarre de quartier, sans doute. Puis... par les petites gouttes qui s'infiltrent : mais... il pleut, là. Effectivement. Je ferme vite fait ma fenêtre de toit, et j'en profite pour me lever. Et partir dans la foulée : il est 7h15, et il n'y a pas si longtemps que ça qu'il fait jour, en fait !

Le village dans lequel j'ai dormi, vu depuis l'autre versant du canyon.

J'aime les ciels couverts, en montagne, ils permettent de faire parfois de très belles photos.
Malheureusement, le Sony a un défaut avec les hautes lumières, il les brûle très facilement. Trop dommage !

Les vallées sont très encaissées, et il y a pléthore de routes et/ou de pistes, de quoi explorer pendant des semaines !

Encore un village en surplomb, comme ils le sont pour beaucoup d'entre eux.

C'est là que je m'installe pour prendre mon p'tit déj'. Malheureusement, je suis obligé de faire chauffer mon café à l'intérieur. Mais quel bonheur d'être avec Mygoo pour ça, elle me permet un confort que je ne pouvais pas atteindre en moto. Chaque véhicule a ses avantages et ses inconvénients !

Une nouvelle couche de nuages remonte du fond de la vallée.

Et là, je dois dire que je pénètre dans la ouate. Brouillard total, je n'y voyais goutte !

Puis, quelques kilomètres plus loin, ça se dégage à nouveau.

Le spectacle est magique.

Les jeux de lumière innombrables, et changeant en temps réel, de seconde en seconde.

Là où, cinq minutes auparavant, je ne voyais rien !

Comme dans la chanson : "ça s'en va et ça revient...".

Encore un village perché. Comme ils sont délicats à traverser !

Oups, faut que je regarde aussi la route, moi, sinon...

Comme un immense faiseau lumineux, les rayons du soleil passent et ne s'attardent pas.

Et j'assiste soudainement, stupéfait, à une éruption volcanique en direct, ici en Grèce, dans le Péloponnèse.

Après les tremblements de terre ! C'est vraiment incroyable.

Une chance inimaginable !

Malheureusement....

J'ai découvert la véritable origine du panache....

Théâtre antique, qu'ils disaient. Déception. Fermé par un grillage. Pas terrible.

Ensuite, la route descend vers une grande plaine avant de rejoindre la mer.

Quelques images en descendant de la montagne... au galop !

J'ai également droit à quelques draches bien drues.
Mais dès que le soleil revient, tout s'évapore très vite. Ne reste que les traces des sédiments ayant traversé les routes.

Comme j'aime ça : il y a de plus en plus de cactus, de palmiers, de bananiers.

Magnifique, je vous le disais bien. C'est même carrément magique, cette végétation.

Les roseaux pullulent également, sont très très hauts, et bordent souvent les routes.

Et me voici à nouveau au bord de la mer.

Ici, j'essuie à nouveau une énorme ondée. J'arrête et je termine mes sandwichs.

Lorsque le soleil revient, les teintes sur la mer sont incroyablement belles.

Autre plage. Si vus regardez la carte, le sud du Pélonnèse est composé de trois doigts. Je contourne le doigt situé à l'ouest.
Là, je suis sur les plages situées sur la façade est de ce doigt.

Sapins et cactus au bord de la plage.

Là, je suis tout en bas, au sud de Koroni. Il s'agit d'une vue arrière, juste avant d'entamer une petite traversée de montagnes.

Couvertes d'oliveraies. C'est très joli.

J'adore ces teintes argentées du feuillage des oliviers, qui changent au moindre souffle de vent.

Et c'est la descente de l'autre côté. Là, j'arrive sur la partie située tout au sud-ouest ce ce doigt.
Magique !

Une très belle descente, dans des paysages superbes.

Ah, comme j'aime cette végétation !
Evidemment, en tête, j'ai la chanson de Nino Ferrer : "on dirait le sud....".

La côte et les couleurs de l'eau sont ici d'une immense beauté.

Ah, je vous verrais bien là, tous autant que vous êtes, un verre plein de ce que vous aimez à la main !

Plages idylliques.

Ô Grèce, je suis amoureux de ta nature, tu es très belle !

L'eau est plus fraîche, mais... je vous rassure, elle n'est pas froide !

C'est juste qu'aujourd'hui, ça brasse davantage.

J'adore comme les grecs ont construit leurs routes au raz de l'eau.

A travers les immenses champs d'oliviers.

Au milieu des haies de roseaux.

Dans les forêts de sapins aux couleurs vertes que j'aime tant.

Une allure de Croatie, ici, au sud du Péloponnèse.

Je ne le savais pas du tout lorsque j'ai pris cette photo, mais en fait....

J'étais tout près du camping que je devais finalement choisir. En fait, je vois une pancarte "camping", et je me dis : "allons voir".
Et... il est superbe, propre, tout le confort, Internet évidemment, et... 8,55 €. Je dis "OUI".

La Grèce me rend fainéant, moi, j'ai envie de ne rien faire. Le soleil, la mer, ça doit un peu taper sur le ciboulot, non ?

La plage du camping.

Mygoo sous les claies protectrices des rayons du feu.

Une seule fausse note : des fourmis tombent des claies sur ma table, sur ma tête, sur moi. OK, ce ne sont pas des araignées...

Un belge, attiré par les cartes de Mygoo, vient discuter une demi_heure, très sympathique. Il me dit de venir prendre le Ricard ce soir avec sa petite famille, je crois que je vais me laisser tenter...

18h45, je vous envoie les documents.... Ciao ciao.

Page précédente: Europa2014 : 1er septembre
Page suivante: Europa2014 : 3 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:906012 Aujourd'hui :114 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)