Europa2014 : 21 juin

Voyage Europa 2014
Samedi 21 juin 2014 - J082 - 302 km - 111 photos (21.026-17.899)
Au revoir, Russie. Bonjour, Estonie.

Oups, 7h50.... Décidément, je ne m'y fais pas, à l'heure russe. A ma montre, il est 5h40 ! Départ à 9h15. En même temps que les allemands en camping-car, qui me disent, en rigolant, "à ce soir...". Ils partent eux aussi vers l'Estonie. Nous nous souhaitons bon voyage mutuellement.

Ah oui, hier soir, à 0h15, j'entends comme des coups de canon, très puissants. Je croyais que c'était carrément sur le terrain du camping ! Un beau feu d'artifice, pour fêter l'arrivée de l'été.

Je peux vous dire que j'ai encore vu un sacré paquet de beaux monuments en quittant la ville, alor que j'étais loin, bien loin du centre. Cette ville recèle un nombre incalculable de belles choses ! Puis Titi (c'est le nom que j'ai donné à mon GPS) m'emmène sur l'autoroute... Je dois payer à nouveau les 40 roubles réglementaires. Puis je roule, je roule, et je finis par vérifier où il me conduit, car je ne vois pas venir la mer. Heureusement, car il me faisait faire un détour énorme... Bref, j'ai corrigé le garçon, et me voici arrivé sur la Mer Baltique.

Avec la pluie !

Eau salée ! Quand même, c'est vraiment comme un immense lac.
Quoi ?

Je l'ai déjà dit ?

Je traverse des villages horribles, zones militaires, tristes à mourir, et en plus, sous la pluie battante. Dur dur, au niveau de la conduite, entre les voitures qui me doublent de très près en m'arrosant, ceux qui viennent en face pour éviter d'énormes trous, le manque de visibilité, des limitations infernales...

Bref, quel bonheur quand je parviens ici. La récompense que je suis venu chercher, en fait.

C'est magnifique, j'adore cette superbe forêt qui vient mourir sur le rivage maritime.

Encore un qui est venu se tuer ici.... Il y en a quand même pas mal.

Route dangereuse. On distingue la mer à droite.

Belle maison russe en construction, en "fustes".

Nouvel arrêt photo pour une nouvelle immense plage.

Il y a ici un potentiel touristique énorme, je trouve. Tout semble abandonné, désert.
Et justement, c'est sans doute cet aspect sauvage qui me plait. C'est superbe.

Il y a pas mal de vent aujourd'hui.

Sur cette photo aussi, on distingue la mer, à gauche, à travers les arbres.

Gorkilovo.

C'est ici que je vais au restaurant, après avoir fait le plein de Serparti. En effet, il me reste de l'argent, et je suis bien obligé de le dépenser ! Je m'apprêtais à faire une photo de la station avec la moto, un gars est sorti en levant les bras "Niet photografyiii...". Franchement, je n'ai pas compris, il n'y avait rien de secret, c'était une station plutôt moderne ! Sans doute un gars qui regrette l'ancien temps où tout était interdit, mais je n'ai pas insisté...

Le restau est au troisième étage d'un immeuble de style "carré", très soviétique. Je laisse mon sac sur la moto. Je m'offre un steack qui s'est avéré être délicieux, bien meilleur que celui mangé hier à St Pétersbourg. Je demande à une cliente parlant anglais -elle m'avait proposé son aide auparavant- si elle sait où je puis trouver une boîte aux lettres. Elle me dit que c'est compliqué, mais me propose de poster elle-même les cartes ! Quelle gentillesse.

Un clin d'oeil à Julien : pas mal, la transformation de la photo originale !

Une église de Gorkilovo.

Je retrouve les grandes et magnifiques forêts. Malheureusement, et bien que la mer soit tout près, aucune route n'y conduit.

Je parviens quand même sur le rivage, car je me suis décidé à traverser un village.

Les rues du village. C'est partout comme ça.

Retour sur la grande route, au bout de la rue.

Un moment plus trad, je trouve une autre route menant à la mer. J'y vais.

Et j'arrive là : c'est sublime.
Pourtant, à deux pas, des roulottes complètement rouillées, et habitées...
Curieux, je ne sais pas de quoi vivent les gens habitant ici.

La route conduisant à cette belle plage.
La nature est sauvage, splendide, pleine de vie; les arbres sont immenses et très beaux.

Vue sur quelques maisons d'un village.

J'ai vu plusieurs cimetières sous les arbres dans la forêt..

Puis la A121, sur laquelle je roule, traverse cette rivière pour la suivre sur l'autre rive pendant une quarantaine de km.
Il n'y a pas d'autre pont !

Là, j'ai souffert, croyez-moi? Une route complètement défoincée, dans une zone de marais.
Mon pauvre dos ! Ma pauvre moto !
Par moments, je ne pouvais pas rouler à plus de 30 km/h, tant c'était dur.

Puis d'un seul coup, ceci, sur une dizaine de bornes, avec une limitation à 40 pour cause de travaux....
La route défoncée n'était pas limitée....

Après ce beau bitume, une autre dizaine de km avec le même bitume, mais que de mon côté (oups et ouf !), l'autre côté étant naturellement défoncé. Les voitures venant en face roulaient, bien entendu, sur le beau bitume....

J'ai bien rigolé, quand même, aujourd'hui, en les voyant conduire. Imaginez une voie large, à tel point qu'un gars roulant près de la ligne centrale (quand il y en a une, ce qui est rare) laisse assez de place pour le doubler à droite. Eh bien, c'est fréquent ! Bref, la route, c'est le rodéo. Mais soyons corrects : je me revois en France lorsque j'ai passé mon permis, et c'était un peu comme ça ! On oublie vite... Les russes apprendront, eux aussi, à respecter les autres. Il faut du temps, et de l'éducation.

La rivière que je n'ai même pas vue !

Et voilà : arrivé sur la M11. A gauche, St Pétersbourg, direct. Et à droite, Tallinn, en Estoni. La frontière est à 12 km.

Passage des contrôles russes : cool. Bon, j'ai encore fait fort. J'ai loupé un contrôle... Je me suis fait rappeler à l'ordre. Mais ça s'est bien passé, et plutôt vite. Des coups de tampon ont été donnés, et me voici en Estonie. Mais là, on ne rigole plus ! Un feu rouge, et les douaniers estoniens ne font passer les voitures que deux par deux. Environ dix minutes à chaque fois... Pénible, très pénible. Bien plus long qu'avec les russes !

Mer Baltique en Estonie, à Sillamäe exactement.

Le ciel est très lourd. J'ai essuyé des averses plusieurs fois dans la journée.

Je trouve un camping où le gars me demande 13 euros. Je me sauve....

Puis finalement, j'élis domicile à Toila Vald, en bord de mer. J'arrive sous la pluie battante. Personne à la réception. Mais je vois des jeunes cyclo-touristes installés. je discute un peu, et je décide de rester là. Les jeunes arrivent autour de la moto, et il s'avère que ce sont des russes de ... Saint Pétersbourg ! Incroyable, non. Ils sont venus en bus depuis St Pétersbourg jusqu'à Tallinn, puis roulent en vélo en Estonie. Ils sont trempés. Le courant passe bien, ils font plein de photos de Serparti, et de son pilote. On discute, on échange, c'est formidable. Puis j'entends quelques mots français : plusieurs d'entre eux ont choisi le français comme seconde langue, et ils se débrouillent pas mal. Entretemps, la réceptionniste arrive, très sympathique. Le prix ? 5 euros. Oui, il y a Internet, je peux bosser au chaud à la réception, puis après 20 heures, au foyer de l'hôtel !

Alors que je suis en train de bosser à la réception, je vois entrer.... les camping-caristes allemands, quittés ce matin ! Là, c'est quand même incroyable !

Pour clôre cette belle soirée -le soleil est revenu-, les jeunes viennent m'inviter à partager le repas qu'ils ont préparé. Quelle gentillesse ! Nous avons beaucoup parlé, puis échangé nos mails. Certains viennent en France cet été, et ils sont heureux que je leur propose de ne pas hésiter à me questionner par mail. Voilà, mes amis : l'Europe ! Avec la Russie. C'est magnifique !

Page précédente: Europa2014 : 20 juin
Page suivante: Europa2014 : 22 juin


Depuis le 06/06/2005 Visites:939669 Aujourd'hui :60 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)