Europa2014 : 22 mai

Voyage Europa 2014
Jeudi 22 mai 2014 - J052 - 194 km - 158 photos (13901-10276)
Norvège, toujours aussi belle et sauvage.

Nuit plutôt douce. Réveil vers 6h30, il pleut à verse, c'est déprimant. Je reste au chaud et j'attends. Et ça finit par se calmer. Je vais prendre la douche offerte par le boss : délicieuse, et ça me fait le plus grand bien. Côté ciel, ça semble s'arranger. Petit déj', et on refait le paquetage... La tente est humide, mais ce n'est rien comparé à celle d'hier, alors qu'il faisait un grand ciel bleu ! Ah, la rosée, c'est terrible pour le campeur.

Départ à 9 heures.

Mon camping vu de la route. J'étais à côté de la petite cabane blanche.

En face, de l'autre côté du Tyrifjorden, on voit toutela côte que nous allons suivre.

Au fond du Holsfjorden. Nous sommes arrivés sur l'autre rive. Le fjord change de nom dans sa partie sud, je ne sais pas pourquoi.

Il n'y a personne, quel bonheur de retrouver le calme. Lorsque je coupe le moteur, le silence est saisissant -seuls les oiseaux s'entendent.

Les fameuses fissures. Elles ont été très présentes le long de la 284 et de la 285.

Tout voyageur en Norvège faoit forcément cette photo : c'est un classique inmanquable.

J'ai remis une couche de graisse sur la chaîne, Serparti semble s'en contenter.

Pas de craquement, tpout baigne. Faut dire que je suis très doux avec elle.

Les rives s'élargissent, le relief s'adoucit, au fur et à mesure que je remonte le Tyrifjorden.

Jeux de brume et de lumière.

De belles averses sont tombées, je n'en prends pas une seule.

Il y a même un peu de soleil, mais ça restera très très léger. Je n'ai pas remis les doublures, et ça va.
Mais au fur et à mesure que je me rapproche du relief, il fait plus frais.

Par moments, l'état de la route est terrible : fissures, lartges, parfois profondes, et route bombée...
Mon pauvre dos !

Les eaxtraordinaoires rivières norvégiennes, toutes plus belles les unes que les autres.

Je suis toujours admiratif. La Norvège offre très souvent des paysages de type Canada britannique, c'est très très beau.

Sans parler des forêts, qui n'ont rien à envier aux autres pays, naturellement.

Je décide de faire étape à Gol, car mon but est Bergen, pour lundi... J'ai donc, pour une fois, beaucoup de temps.

Et c'est là que la miss Serparti me fait un caca nerveux. Je remarque soudainement que le voyant moteur est allumé. Ce n'est pas normal, et c'est le voyant que personne ne veut voir allumé ! Je m'arrête dès que possible pour consulter le mode d'emploi, qui dit : "problème électrique dans le moteur, contactez votre agent Yamaha au plus tôt". Eh bien, voilà autre chose, maintenant. Je vais jusqu'à la prochaine station, je vérifie le niveau d'huile -ce que je ne fais jamais- et ça me semble bon. Je demande au mécano qui se trouve là, il me confirme que c'est ok. Mais pour mon problème, il me dit qu'il ne voit pas du tout. Normal, ce n'est pas son boulot. Comme j'ai de l'huile, je décide de rouler jusqu'à Gol (90 bornes), et on verra là-bas. Avant de repartir, je touche quelques câbles, la bougie, etc. Le gars qui s'y connaît bien, quoi !

Et 5 à 6 km plus loin, le voyant s'éteint tout seul, en roulant, pour ne plus se rallumer de la journée. Je vous le disais bien, c'est la miss, elle voulait quelques caresses, c'est clair. Va falloir que j'y pense plus souvent !

Noresund.
Je roule désormais sur la 7, une grande artère norvégienne (quand il n'y a qu'un chiffre). Donc, moins de fissures, plus de circulation.

Il reste un peu de neige sur les sommets.

Le paysage est superbe. Enfin, classique, puisque norvégien !

Excellent paysage pour savourer ma cuisse de poulet...

Ah oui, je ne vous ai pas raconté ! Je me suis arrêté dans un "Spar" faire quelques emplettes. Et je me suis offert une cuisse de pouler chaude, c'est un truc qu'on trouve souvent en Norvège. Le caissier, devant ma tenue, reconnaît le touriste, et engage la conversation en anglais. Super sympa, il demande à un autre de le remplacer pour venir voir la moto. Devant la carte, il me dit qu'il est du Kosovo, et m'avertit que lorsque je serai là-bas et en Albanie à côte, de ne jamais aller dans les petites stations d'essence, mais toujours dans les grandes enseignes. Car dans les petites, ils rajoutent de l'eau dans l'essence.... et il a cassé un moteur comme ça ! Je vous tra,smets le tuyau, et j'en prends bonne note. déjà que Serparti me fait la difficile, vaut mieux que je ne coupe pas sa boisson avec de la flotte ! Sinon, on discute un peu. Il gagne 3.000 euros par mois. Mais, me dit-il, tout est terriblement plus cher, alors, au final, c'est kif-kif...

Tiens, au fait, pendant que j'y pense, un truc qui n'a rien à voir avec tout ça. L'autre soir, à Berlin, lorsque l'ami Olaf me raccompagnait à mon camping, eh bien un très beau renard, oui oui, en plein Berrlin, a voulu traverser, puis à fait demi-tour, obligeant Olaf à freiner. Il me dit qu'il y a beaucoup d'animaux sauvages à Berlin. Il y a quelques années, un élan a même été photographié en ville... Bon, ça, c'est raconté. Je repense souvent à des trucs comme ça, dans la journée, que je ne vous ai pas dits, par oubli...

En attendant, je savoure également le paysage.

Comme vous le voyez, le ciel est très lourd. C'est en effet toujours orageux !

Immense grange.

La montagne est de plus en plus présente.

Le réseau fluvial et fjordien que je longe est très complexe.

Les norvégiens ont des noms communs pour désigner ce type de rivière, car ce n'est pas un fjord, ce n'est pas une rivière, mais c'est en même temps uin peu des deux.

Parfois large et calme, parfois beaucoup plus nerveux.

Pour le voyageur, c'est un enchantement. Seul le trafic me gêne, il y a de gros camions qui circulent.

Les cascades dévalent les parois de chaque côté, mais c'est très banal ici, et personne n'y fait attention.
Pourtant, rien que celle-ci, certainement pas mentionnée, serait notée dans les "à voir absolument" chez nous en France.

Je traverse ce pont pour le plaisir uniquement. Il n'est pas sur la 7, mais juste à côté.
En général, je vais vers les ponts qui passent près de ma route, car il y a souvent de belles photos à faire.

Petit passage forestier.

Au loin, j'aperçois à nouveau la rivière.

Il y a même quelques rapides ici.

Puis à nouveau une grande largeur.

Voilà ce que j'appelle un paysage de type canadien.

Une église à Gol.
Je m'arrête au camping, très grand. 160 NOK pour une tente ! La fille, généreusement, me fait à 150 NOK avec douche, Internet et électricité. C'est sympa, mais c'est trop cher pour moi. Je décide de continuer.

Puissant courant ici, à la sortie de Gol, sur la route de Bergen.

Il y a ce pont, mais interdit aux motos. J'y vais à pied, c'est super sympa.

Personnellement, je craque devant ce genre de spectacle et paysage. Là, on sent la puissance de la nature.

Près de la rivière se trouve un petit camping.

Personne, mais c'est écrit : "tente + moto = 100 NOK, mettez dans la boîte aux lettres si personne".

Toilettes, douche, tout est propre et le paysage me plait, et le prix, et le calme.
Notez la petite digue... ce qui signifie clairement que, parfois, ça déborde !

Je m'installe.

Je trouve une prise de courant dans la petite buanderie, je saisis debout. Il est 17h45, et je termine.

Là, c'est le pied, car soirée libre. Sauvegardes, puis je vais aller me reposer.

Il n'y a pas Internet, mais je trouverai bien demain !

Bises à tout le monde.

Page précédente: Europa2014 : 21 mai
Page suivante: Europa2014 : 23 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:891706 Aujourd'hui :103 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)