Europa2014 : 22 septembre

Voyage Europa 2014
Lundi 22 septembre 2014 - J069 - 229 km - 275 photos (20.649-22.775/44.872-44.743)
Sortie de Suisse, entrée en... France : avalanche de beautés naturelles, encore et encore.

Je ne pars qu'à 8h15, mais ce matin, il y avait le grand nettoyage du bonhomme. Malheureusement, les suisses, s'ils sont très propres, et les campings sont parfaits, la douche marche avec un jeton, et heureusement, grâce à mon expérience (je la sentais bien venir, celle-là), j'étais complètement rincé et le shampooing terminé lorsque la douche s'est arrêtée ! Car ils sont radins, les suisses ! En plus du jeton pour la douche, il fallait payer, je crois, 1,50 CHF par demi-heure d'Internet, ne fonctionnait qu'à la réception, en plus ! Je trouve ça vraiment lamentable. Mais c'est la vie....

La sortie de Berne est d'une simplicité incroyable, et la circulation digne d'une toute petite ville en France. Aucun problème. Et je me suis retrouvé, en moins de dix minutes, en pleine nature, dans la montagne ! Malheureusement, ce matin, c'est très... humide. La montagne... fume !

Bien que ce soit de la montagne peu élevée, elle est terrible au niveau de la route. Une fois de plus, des virages à n'en plus finir, absolument incroyable. C'est très joli, avec les nuages qui s'accrochent, parfois je suis complètement dans le brouillard. Par contre, les routes sont souvent très étroites, et il n'est pas possible de rouler vite. De plus, dans les zones forestières, nombreuses, les feuilles sont tombées (c'est l'automne, hein...), et c'est très glissant. Une fois de plus, je bénis la qualité de mon train de pneus.

Une puissante rivière, assez calme aujourd'hui, mais la taille des blocs rocheux, et des troncs gisant au centre, donne une très bonne idée de l'extrême violence que peuvent prendre ici les éléments de la nature.

Je sens une tendance à l'éclaircissement nuageux.

Et effectivement, le bleu commence à se voir, ce qui est plutôt de bonne augure, en général. J'ai donc contourné Fribourg par la montagne, à l'est, et les petites routes, pour ensuite me diriger vers la partie "est" du lac Léman, sur la ville de Montreux.

Montée vers le joli col des Mosses (1.445 m)

Toujours pendant la montée. J'adore ces paysages.

Et pendant la descente.

Puis je remonte la très large vallée du Rhône vers le Léman, dans lequel se jette le fleuve.

Et voici le lac léman, à Villeneuve. Au loin, la ville de Montreux.

Le Léman, encore, vue vers l'ouest.

Et je fais demi-tour. J'avais initialement prévu de suivre le lac jusqu'à Genève, mais je décide de renoncer à ce plan qui ne nous apportera rien d'autre qu'une grosse circulation avec, évidemment, quelques vues du Léman, mais au prix de plusieurs heures de trafic. Je préfère donc changer complètement mon fusil d'épaule et passer directement en France par la montagne. Donc, je repars dans la très large vallée séparant les cantons du Valais et de Vaud.

Direction Martigny, et ses splendides vignobles sur les pentes des montagnes. Là, j'attaque le col de la Forclaz, 1.526 m.

Vuer sur Martigny et la vallée du Rhône.

Col de la Forclaz, sous un magnifique soleil. Il fait 23 degrés. Début de la descente.

Derniers kilomètres en Suisse.

Puis je rentre en France avec beaucoup d'émotions. Douce France, cher pays de mon enfance....
Il fait beau, les gens parlent ma langue. La route est défoncée..... Pas bien !
C'est la montée au col des... Montets, 1.461 m.

Je m'arrête à un bistrot et commande un sandwich. 2,80 euros. Ah, mes amis, quel sandwich, quelle merveille. Enorme. Le bonheur !

Et là, mes enfants, c'est le grand, le très grand, l'extraordinaire spectacle. Contre-jour total, donc minable au niveau photographique. Je rencontre un couple de retraités des Charentes. Le monsieur est en train de regarder aux jumelles et me propose très gentiment d'en profiter. Quel spectacle grandiose. Il y a tout, là. Les grands glaciers, les grandes arêtes, les Grandes Jorasses, et .... le seigneur des lieux, le point culminant des Alpes, j'ai nommé, le Mont Blanc.

Non, ce n'est pas le Mont Blanc, ça ! Tout ce qui est sans neige est dans mon dos. La neige et la glace sont en face de moi, en contre-jour total.

Là, ce sont, je pense, les Aiguilles Rouges.

Je vous livre donc quelques photos de ce que je peux voir.

A nouveau dans mon dos, les Aiguilles Rouges, je crois.

Idem.

Aiguille d'Entrèves ? Je ne sais pas, mais c'est à côté du Mont Blanc.

La même, en zoom.

A mon avis, ce sont les Grandes Jorasses.

En descendant vers Argentière.

Je pense que c'est l'Aiguille du Midi, et le Mont Blanc du tacul derrière ?

Bref, je laisse les connaisseurs nommer les pointes.

Mais ce que je sais, c'est que je suis ici au pied du sommet de l'Europe.

Un grand, un très grand moment pour moi, pour Europa 2014.

Et je me pose au camping à Argentière. Super accueillant, 10,50 euros, une salle à l'abri avec fauteuils et Internet pour bosser, douche à vlonté.

Que du bonheur.

 

Il est 21h30, je termine, et je trouve que j'ai drôlement bien bossé, car il y avait deux grosses journées à traiter !

Bonne lecture à tous.

Page précédente: Europa2014 : 21 septembre
Page suivante: Europa2014 : 23 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:872522 Aujourd'hui :8 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)