Europa2014 : 25 aout

Voyage Europa 2014
Lundi 25 août 2014 - J041 - 356 km - 266 photos (12.474-11.163/36.697-33.131)
Au coeur des montagnes du sud de la Bulgarie.

Encore un réveil à 6h30... En fait, à ma montre, il est 5h30, forcément. Bref, je me lève finalement vers 6h50, et je m'installe dehors avec un gilet pour prendre mon grand bol habituel de café, et du pain de mie au miel ce matin. En même temps, je mets le PC en route et fais le récit de la journée d'hier. Puis je m'attèle au problème de mon assureur, qui m'a fait une proposition indigne. Il me faut donc y répondre avec fermeté et ironie. Je suis heureux de ma réponse, et je démarre finalement à 9h15, car l'ami Christian, installé devant son attelage, m'a offert un délicieux café que je ne pouvais refuser. Bonne route à toi, l'ami, et que les bons vents t'accompagnent.

Il faut redescendre la très longue vallée de Rila, puisque le monastère est situé dans un cul-de-sac.

Je viens de passer Kocherinovo, et je vais prendre plein sud.

Puis je trouve une station d'essence avec WiFi. Arrêt immédiat, ça marche. J'en profite pour tout mettre en ligne, envoyer les mails en souffrance, dont celui destiné l'assureur. Une bonne chose de faite. En plus, ça vous fera de la lecture. En fait, je ne sais pas s'il y a grand monde à me lire en ce moment, j'ai l'impression que vous êtes tous plus ou moins en vacances, vous aussi, et c'est bien normal !

Je roule sur la E79, qui va vers la Grèce. Mais j'oblique peu après sur la 19, plein Est.

Ici, peu avant razlog, j'oblique nettement vers le nord-est, m'éloignant de ces grands massifs montagneux du sud.

Une envie pressante, je m'arrête près d'un champ dans lequel je descends et.... Je tombe sur ce gars en train de retourner l'herbe dans son champ avec sa fourche en bois à deux doigts. Je lui montre les montagnes au loin et lui dis que je vais faire une photo, mais il pense que c'est de lui qu'ilo s'agit, me dit "Internet ?". je dis "oui", et il dit "ok", et va prendre la pause près de sa charrette ! Elle est quand même bonne, celle-là, non ? Il m'a montré son cheval à l'ombre dans un pré voisin en contrebas. Et si j'ai bien compris, il a besoin de deux jours pour que ce soit tout sec, car je ne pense pas que ce ne soient que deux heures ! Comme il ne peut pas mettre toute l'herbe du champ dans son tombereau, ce ne peut être que deux jours : il a le cheval parce qu'il va sans doute faire une tournée ou deux aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, je ne sais pas ce qu'il possède, mais je trouve son travail intéressant : dehors, dans la nature, sans personne pour lui donner des ordres. A moins qu'il ne soit qu'un employé, mais je ne le pense pas. Bref, c'était la surprise sympa et amicale du jour.

Yurukovo, sur la 84, en remontant vers le nord.

Puis j'attaque un col, ouvert -encore heureux, avec cette chaleur !

Tout le long de la route, il y a une très grande quantité de gens en train de vendre essentiellement du miel.
Ici, deux femmes, portant foulard, gardent les vaches dans la vallée.

En haut, un village : Yundola.

Il y a un petit marché, et le miel me fait envie depuis plusieurs jours déjà. En fait, je trouve des vendeurs de miel sur les routes depuis la Roumanie ! Une des vendeuses, très souriante et pleine de bonne humeur, m'aggripe et me fait goûter différents pots. Mais elle ne parle pas anglais, et je ne parviens pas à lui faire comprendre que je veux du miel dur. Or, elle n'a que du miel mou, voire liquide, et je n'aime pas. Elle prend son téléphone, me dit d'attendre, et une jeune femme arrive, qui, elle, parle l'anglais. Elle comprend de suite, et va me chercher un pot sur l'étalage d'une autre marchande. Hum, quel délice, c'est exactement ce que je voulais. je garde un souvenir ému de ce miel que j'avais tant adoré étant gamin. Par contre, elle me le fait payer très cher : 5 euros. Et curieusement, alors que j'aurais pû et que jele fais si facilement d'habitude, je ne discute pas du tout le prix.

Pendant la longue descente.

A travers de très belles forêts.. Et sur de bonnes routes, à ma grande et bonne surprise.

Puis après Velingrad, dans la vallée, je repars vers le sud (et toujours plus vers l'Est) sur la 376, puis la 37.

La région est un enchantement, car elle est parsemée de nombreux lacs. Celui-ci est le premier, en bas.
Une belle averse s'abat sur moi au moment précis où j'étais en train de prendre cette photo, un peu éloigné de Mygoo.

Avant d'attaquer un nouveau col dans une magnifique forêt, en haut duquel se trouve ce mini-monastère.

Paysage sur le col, un vrai délice.

Puis je retrouve d'autres lacs.

Magnifique point de vue sur le grand lac de Dospat, que l'on voit ici de très loin, avant une nouvelle délicieuse descente.

Le même, vu d'en bas !

Mosquée de Dospat.

Je reprends ma route vers l'est, en suivant, de très loin, la frontière avec la Grèce.

Les paysages sont très variés, mais il y a absolument toujours de la montagne.
C'est une journée de virages, du matin au soir, sans discontinuer.

Derniers moments de grand soleil.

Avant une série de belles averses, entrecoupées d'arcs-en-ciels, de ciels noirs, de ciels gris...

Shiroka Laka, un très joli village. Il y a plusieurs routes descendant plein sud tout près de la Grèce -infranchissable dans cette région, il n'y a pas de points de passage- que j'avais prévu de "faire". Mais je laisse tomber, car Titi ne m'a trouvé qu'un seul camping sur des centaines de km2, et je ne voudrais pas le louper.

La soirée avance vite, et il se fait tard lorsque j'arrive enfin dans le village du camping, Narechenski Bani. Et je le sentais bien venir.... Le camping existe bien, mais quel désastre ! La piscine est vide, sale, cassée, le bâtiment en piteux état, pas un chat. Seuls, quelques bungalows, pas beaux, sont occupés. Enfin, un gars me parle, puis prend un téléphone et me passe quelqu'un qui parle mal l'anglais, et dont je ne comprends pas grand chose. Alors que je lui explique que je ne désire qu'une douche et des toilettes, et que je dors dans ma voiture, il me dit "dix euros". Puis : "passez-moi mon boss"... car je lui demande de voir les douches -je ne suis pas fou, j'imagine.... aisément ! Et ça discute, et j'attends, et je vais dans Mygoo, je démarre, et je pars, comme ça, froidement, sans le regarder, impoliment. En fait, je lui fais ce qu'il m'a fait, pas de bonjour, pas de sourire, aimable comme une porte de prison.

Quand on ne veut pas de client, on ne fait pas autrement !

Je pars dans le village... Je ne trouve rien, je vais dans le suivant, c'est pire, je reviens et vois "parking WiFi" près d'un restaurant. je vais voir le patron, il ne parle pas anglais, mais a l'idée géniale de me donner son portable sur l'application google translation, avec anglais-bulgare ! Plus besoin de dico, maintenant.... J'écris "parking for the car for the night". Et il me dit "oui". Et voilà.

Je suis venu donc manger au restau, une soupe et une omelette, et je bosse, bien au chaud, avec WiFi.
Et je vais dormir peinard juste au pied du restau, ce qui est un "plus", car ces villages en montagne n'ont pas de parking, ou si peu.

Page précédente: Europa2014 : 24 aout
Page suivante: Europa2014 : 26 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:852593 Aujourd'hui :81 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)