Europa2014 : 25 octobre

Voyage Europa 2014
Samedi 25 octobre 2014 - J102 - 189 km - 931 photos (27.145-42.233/51.368-64.201)
Corse, île de beauté ? C'est le moins qu'on puisse dire !

Très bien dormi à Ajaccio. Je dégage vers 7h45, en direction des îles Sanguinaires dont je vous ai parlé hier soir.

Les voici, recevant les premiers rayons de soleil, déjà chauds !

La route est fermée aux véhicules, je ne pourrai pas m'en approcher comme je le désirais. C'est superbe.

Cette végétation si belle, ces teintes de verts si variées, comme c'est beau !
Je prends mon petit déj' dans ce décor, dans mon fauteuil. Les joggueurs et joggueuses passent.

Je dois retourner sur Ajaccio, mais il y a une petite route qui passe par les montagnes, m'évitant de refaire le bord de mer.
Vue sur le rivage situé de l'autre côté des Sanguinaires.

Traversée d'un petit massif.

Rencontre avec un motard supr sympa à ce col, qui me fait quelques suggestions de parcours.
Il vit depuis deux ans et demi dans un camping-car. Et il a sa moto avec lui.

Vue sur un bout du grand golfe de Sagone.

Les plages sont belles et désertes !

Une splendide rivière se jette dans la mer (dans mon dos).

Ce décor est tout simplement admirable.

Autre plage, différente. Mais toujours belle.

La transparence de l'eau est de retour, la mer étant redevenue bien plus calme.

Qu'en pensez-vous ?

Pour ma part, la Corse me surprend, je ne me souvenais pas qu'elle était si belle.

Mais je le constaterai tout au long de la journée.

En fait, je n'avance pas, obligé que je suis de m'arrêter toutes les cinq minutes !

Je me promène dans un tableau !

Montagnes, mer, végétation, tous les ingrédients sont là, chacun d'entre eux à un niveau très élevé sur l'échelle de la beauté.

Un peu moins de cactus que plus au sud, il y en a quand même, et ça me fait très plaisir.

Les fonds marins invitent à la plongée !

Un couple de corses me prend en photo, et réciproquement. Ils sont en 125 en balade. Lui est chauffeur de bus sur toute l'île.

Arrivée à Cargèse. Vue arrière, cette fois, sur le golfe de Sagone.

Je poursuis ma route vers le nord, et vais maintenant m'éloigner de la côte jusqu'à Piana.

La montagne est superbe.

On aperçoit la mer de temps à autre, dans une échancrure du plus bel effet.

Piana.

D'ici, je fais un aller-retour vers une plage isolée.

La route qui y conduit est extraordinaire.

Souvent des troupeaux de chèvres sur la route.

Dommage que le soleil me fasse perdre des couleurs !

Incroyable.

Il faudrait longer cette côte avec un petit bateau à moteur, ou en kayak. Ce doit être fantastique.

C'est le golfe de Porto.

A tomber par terre. La Corse, c'est d'la bombe !

Non, mais vous voyez ça ?!!

Un trafalgar de couleurs, de végétation, de paysages, de beautés naturelles.

Depuis la plage.

Que voici.

Et retour à Piana.

C'est d'la folie. Je suis plus souvent arrêté qu'en train de rouler !

Comme il est beau !

Je vois encore pas mal d'énormes eucalyptus. J'adore !

Arrivée...

et traversée des réputées -à juste titre- calanques de Piana.
Vous voyez la route ?

Je me suis fait de la marche sur cette route, et je peux vous dire qu'il faut absolument descendre et marcher.

C'est vraiment merveilleux.

Retour vers Mygoo qui m'attendait gentiment.

C'est si beau que je redescends marcher une seconde fois, un peu plus loin !

Le golfe de Porto, mais vous l'aviez reconnu.

Les gorges sont profondes. Je ne sais pas s'il y a des chemins de randos, mais si oui, alors il faut absolument y aller !

Descente vers Porto. Je remplis mes bouteilles à cette source, en espérant qu'elle soit potable. Mais sans écriteau, je pense que oui.

Porto, bien protégé.

Et sa plage. L'heure tourne. J'avais prévu d'aller marcher dans Porto, mais... trop tard !

Et je pars cette fois vers le centre de l'île.

Là où la montagne est la plus élevée.

Ici, c'est grandiose, les montagnes sont majestueuses, les précipices impressionnants.

La végétation exhubérante, les couleurs de l'automne superbes avec les châtaigniers.

Et de beaux contrastes avec les nuages.

Le sanglier ne voit vraiment rien !

Mais il a un odorat de premier ordre.

La Corse est plus belle que la Sardaigne, car beaucoup plus diverse, et avec un relief plus puissant, plus prononcé.
Par contre, il me semble que les plages de Sardaigne sont plus stupéfiantes par la transparence de leurs eaux et la beauté de leurs récifs.

Village dans la montagne.

Vallées profondes, végétation touffue.

Montagnes puissantes.

Aux formes variées, mais toujours imposantes.

Les villages sont complètement perdus dans la montagne, difficiles à atteindre.
Forcément, mais vous vous en doutez bien, les routes sont extrêmement sinueuses, et la moyenne horaire très faible !

Contre-jour. Superbe vallée avec vue sur la mer. Quelle beauté !

Evisa.

Traversée de la splendide forêt d'Evisa.

Mais déjà le soir tombe. je pense que je n'atteindrai même pas Corte ce soir !

Col de Vergio, 1.467 m.

Et tombe le soir....

Derniers éclairages naturels.

La nuit arrive, je suis obligé d'allumer les phares.

J'arrive au lac de Calucuccia. Il fait presque nuit. Je me pose dans le village.

Pas d'Internet. J'entends deux coups de fusil pas loin. J'ai croisé quelques corses avec un fusil aujourd'hui...

22h30, il est temps de plier bagage. Il me semble avoir entendu à la radio qu'on dort une heure de plus cette nuit ?

Page précédente: Europa2014 : 24 octobre
Page suivante: Europa2014 : 26 octobre


Depuis le 06/06/2005 Visites:872373 Aujourd'hui :304 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)