Europa2014 : 26 juin

Voyage Europa 2014
Jeudi 26 juin 2014 - J087 - 333 km - 211 photos (22.410-19.138)
On côtoie la Russie, puis la Biélorussie, avant d'entrer en Lituanie !

Comme hier, départ de l'hôtel à 9h30....

L'hôtel. Un couple de Finlandais quittant l'hôtel en même temps que moi vient me saluer. Ils sont en visite des Pays Baltes et de Kaliningrad, et sont absolument ravis. En fait, moi aussi, excepté ce mauvais temps qui se poursuit. La photo ne reflète pas la journée, loin s'en faut. Il pleuvait avec un ciel entièrement gris avant que je ne sorte de l'hôtel....

Une église de Jekabpils.

En fait, la pluie me rattrape assez vite. C'est une petite bruine, pas méchante.. J'aperçois une très haute tour d'observation : c'est la réserve naturelle de Teici. Je grimpe : 120 marches, quand même ! La tour est extrêmement bien faite, et parfaitement stable. Une fois là-haut, on domine totalement la réserve, magnifique. C'est une zone humide, avec une forêt très éparse, et une végétation assez rase.

Ma route, et une ferme lettone typique.

Il y a quelques forêts, bien entendu.

Un petit château.

J'ai cherché à voir quelques immeubles intéressants à Rezekne, la ville importante du coin. Mais rien, c'est minable. Il faut dire que la Lettonie semble beaucoup plus pauvre que l'Estonie : il y a énormément de maisons délabrées, je ne compte plus les immeubles en ruine et pourtant occupés, la misère est assez criante. En ce qui concerne l'état des chaussées, il est plutôt généralement déplorable. Les routes sont de véritables casse-dos, et j'ai beaucoup souffert aujourd'hui. Ils ont un panneau "dos d'âne", avec une indication de longueur. Exemple, sur 4 km. Hé hé.... Tu prends ton mal en patience, tu supportes. Les 4 km passent, mais tu continues à être secoué comme un prunier, puis tu vois un nouveau panneau "dos d'âne", avec une nouvelle distance.... Et ainsi de suite sur des dizaines et des dizaines de kilomètres ! Usant !

Arrivée à Ludza. Ce sera ma pointe la plus à l'est aujourd'hui. Moscou n'est plus qu'à une grosse journée de route, seulement 648 km !

Maisons à Ludza.

Ses deux églises.

Son lac.

Il y a un musée de plein-air. Je serais bien rentré dans les maisons, mais tout est fermé.

Ruines à Ludza.

Serparti n'a pas voulu entrer....

Je me trouve un petit restau où je me prends une soupe et un plat de poulet avec pommes de terre et légumes pour 5 euros. La soupe était une tuerie !

Vraiment peu désireux de retourner à Rezekne comme je l'avais initialement prévu, je laisse Titi me trouver une autre route. Bien sûr, je me doutais bien qu'il s'agirait d'une piste, mais je suis tellement secoué sur les routes goudronnées que ce ne devrait pas être plus mal !

Je suis bien surpris de voir un tel calvaire en bord de route en Lettonie !

Là-haut, dans ce bois, il y a un cimetière.

La région est très agricole. En fait, toute la Lettonie.

J'ai bien failli me casser la margoulette dans une descente. Il se trouve qu'il a dû tomber ici un très gros orage, vu l'état détrempé de la piste, et c'était assez mou. Serparti est partie en zigzaguant, j'ai vraiment cru que j'allais aller au tas, puis non, finalement, beau rétablissement. Oups, de justesse !

En tout, 30 km de piste. Je ne regrette pas.

Kaunata, en bout de piste, dans le Parc National de Raznas.

Et le grand lac de Raznas, sous une jolie lumière.

Il y a un terrain de camping au bord du lac. Je vais voir. Il fait très chaud. Le prix ? Pour une tente ? Deux euros, ça va ?
Il n'y a pas de WiFi, et je n'ai pas beaucoup roulé. Je consulte Titi, il en a un autre à Daugavpils, pile où je veux aller.
Du coup, non, merci, je continue !

Je dirais que ces plantes font environ deux mètres de hauteur ! Tout est démesuré, dans cette belle nature.

Ezemieki.

Le ciel est noir d'encre devant moi, je pense que je vais me prendre une belle saucée.

Bingo ! Ce ne fut pas une saucée, ce fut une inondation. C'est la pluie la plus violente depuis le début de ce voyage, pour vous donner une idée. Les gouttes étaient si grosses et rapides que je sentais leur piqûre à travers la veste et le pantalon, malgré les doublures. Je n'avais jamais roulé sous une telle puissance de feu ! Heureusement, ce ne fut pas long, maximum 7 ou 8 minutes pour la partie vraiment violente.

La Daugava, toujours ! Ici à Kraslava.

Maisons en sortie de Krasvala.

Coup d'oeil arrière.

Arrivée au camping de Daugavpils, sur les bords du lac Stropu. Désillusion. Fermé. Et pour rendre le tableau parfait, j'essuie ici un nouvel orage, à peine moins violent que le précédent, mais bien plus long. Au moment où j'ai pris cette photo, ça tombait comme vache qui pisse. Pour la première fois, je me suis retrouvé trempé dans l'entre-jambes. Chaussettes et pieds également, au bout de dix minutes seulement ! Tout autour, des allées dans une belle forêt, avec tout plein de villas. Eh bien, pour vous dire, les allées sont dans un état déplorable, les villas.... défoncées, sans toit, pas terminées. Pitoyable, terriblement déprimant. On dirait un coin abandonné des hommes après le passage d'une guerre ! Non, je n'exagère pas du tout. Titi me trouve un hôtel à deux pas. J'y vais : fenêtres délabrées, pas un chat, boîte aux lettres ouvertes, courrier dans l'eau... Incroyable. Mais que se passe-t-il ici ?

Je vais en ville, pas le choix. Il y a plein d'hôtels. Le premier; pas beau, réception dans un bistrot à 20 mètres. Sombre et triste. 40 euros.... Au suivant. Les routes sont défoncées, certains trous pourraient recevoir la moié des roues de Serparti (non, je ne mens pas), des routes sont coupées (sans déviation, à toi de te débrouiller)... Donc, l'hôtel suivant au fond de rues que je qualifierais de "coupe-gorges" : 40 euros ! Suivant : 25 euros. Moderne, très correct, avec une réceptionniste parlant angais. Elle essaye de m'en trouver un à pas cher, impossible. Je la remercie de ses efforts, et décide de filer au prochain camping. Titi me dit qu'il est en Lituanie. Aïe, je n'ai pas de monnaie (Estonie et Lettonie vivent à l'euro, mais pas la Lituanie), pourvu qu'ils acceptent la carte. Allons-y.

Titi commence mal, il perd ses satellites, mais sans rien me dire, ce qui me fait faire 7 ou 8 km de rab' dans cette ville démentielle. Car franchement, cette ville est une véritable horreur, du moins pour ce que j'en ai vu. Pardon pour ceux qui l'ont trouvée belle, il se peut que je ne sois pas allé là où il faut, mais ce que j'ai vu était vraiment dans un état incroyablement mauvais et délabré, maisons, immeubles et routes ! Nous sommes ici dans une zone frontalière avec la Biélorussie, et la population de Daugavpils est russe à 50 %.

A la sortie de la ville.

Je passe devant un autre hôtel : 30 euros. Comme je ressors, je vois trois gars, sur trois motos, qui sont stationnés à côté de Serparti. Ce sont des lettons. L'un d'entre eux a une Dakar, comme moi. Bref, ils arrivent de Chine.... où leurs motos ont été confisquées, et ils en ont racheté 3 autres pour revenir.... Ils viennent de Mogolie, puis du lac Baïkal.... Bref, un voyage extraordinaire. L'un d'entre eux parle bien français, très sympa. Une fois de plus, Serparti, et bibi, ont eu droit aux photos souvenir....

Les routes pourries continuent, jusqu'en Lituanie... Ici, le passage de la frontière, après un feu rouge de dix minutes d'attente !

Et encore un autre 5 minutes plus loin.....

Peu après la frontière, un hôtel. 20 euros. Non, merci....

Zarasai, la ville-frontière. Il est 20 heures !

Titi m'arrête ici, il y a un motel-restaurant à droite. Prix : 15 euros. Correct, me dis-je. Mais je dis que je reviens dans 5 minutes. Je veux en effet aller voir le camping, qui se trouve à 3 km seulement, au bord du lac. Cent mètres après l'hôtel, une voiture de flics. Heureusement que je roulais au pas.... A 20 heures passées ! Me voilà prévenu : en Lituanie, ça ne rigole pas ! En fait, au bout de deux kilomètres, je tombe à nouveau sur un feu tricolore interminable, et j'aperçois une longue série de travaux.... comme à la frontière ! Décidément, rien ne me sera épargné, aujourd'hui. Fatigué d'attendre, et redoutant un camping fermé (j'en suis à 600 mètres, c'est-à-dire en plein dans les travaux), je fais demi-tour pour accepter ce motel. Après tout, 15 euros, ça va encore !

Vue depuis une de mes fenêtres. J'aperçois le lac par derrière, mais c'est sans intérêt.

En fait, je règle 50 LIT, j'espère que ça correspond bien à 15 euros. La chambre est impeccable, la douche moins bien, car il manque un panneau de fermeture : du coup, l'eau inonde la pièce.... La propreté n'est pas parfaite... Internet ne fonctionne que dans le restaurant... Mais j'ai du chauffage (eh oui, il fait froid dans la pièce, et je veux sécher bottes et veste et pantalon), je suis à l'abri, bref, tout baigne !

Et nous sommes donc dans le dernier des Etats Baltes.

Page précédente: Europa2014 : 25 juin
Page suivante: Europa2014 : 27 juin


Depuis le 06/06/2005 Visites:884809 Aujourd'hui :278 Maintenant:3 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)