Europa2014 : 26 mai

Voyage Europa 2014
Lundi 26 mai 2014 - J056 - 148 km - 257 photos (14434-11367)
Réparation, et c'est reparti, enfin !

Réveillé plusieurs fois parce que je n'avais pas mis le réveil, comme un idiot. Le subconscient, inquiet, réveille donc le bonhomme ! Je pars finalement à 8h40 pour rejoindre la concession Yamaha, située à 20 km. Il y avait des français en camping-car à côté qui râlaient un peu : il fait froid, on en a bien pour 7 heures de route pour rejoindre Geiranger... Mais c'est justement ça qui est beau, la route ! Bref, vous voyez, chacun voit midi à sa porte. Une anglaise qui voyage seule avec son chien pendant six mois en camping-car est également venue discuter. "It's amazing !", comme savent si bien le dire les anglo-saxons. Elle a fait des photos de Serparti, et de son proprio. Hier soir, j'ai dis au-revoir à mes nouveaux amis roumains, Niculae et Michael, qui bossaient aujourd'hui. Nous nous sommes échangés nos adresses e-mail, peut-être nous reverrons-nous cet été en Roumanie ?

Alors, la concession Yamaha de Bergen. Je n'ai même pas pris une photo ! Mais ça n'en vaut pas la peine, de toute façon. Facture de 4221 NOK, soit 469 euros. Gloups ! Oui, vous pouvez le dire, gloups.

Bien, j'arrive, personne ne me dit bonjour. Finalement, le gars du comptoir s'adresse à moi, pas un sourire. Pourtant, il y a eu des échanges de mail. Mais très distant. Oui, ok, j'attends "x", me désignant l'homme à côté de lui, qui semble le patron, mais qui ne m'a pas fait un seul sourire, ni dit bonjour. Il a discuté avec l'autre, a donné ses ordres, et s'est replongé devant l'écran de son PC sans me regarder aucunement ! Je vais vous dire, j'espérais qu'il manque quelque chose pour me casser. Mais ils avaient tout ! Finalement, le premier m'offre -quand même- un café, et me dirige vers le bureau pour les clients. Courant et Internet. Je bosse sur le site en attendant.

Au bout d'une heure environ, celui qui ne m'avait pas regardé une seule fois vient me voir, et parle en anglais. Le mécano dit qu'il faudrait changer le pneu avant, il est fissuré. Je vous propose un Michelin à 750 NOK, plus 500 NOK de montage (pour connaître le prix en euros, divisez par neuf). J'hésite, mais c'est vrai qu'il est craquelé. Mon hésitation vient du fait que je suis fâché, c'est tout, mais je savais bien qu'il allait falloir le changer celui-ci aussi. Il était sur la moto quand je l'ai achetée, il a donc fait l'Espagne l'an dernier, en plus du reste. Je finis par me décider à dire "oui", car sinon, il va falloir que je perde encore une journée ou plus pour en trouver un, etc, etc...

Je leur ai demandé de shunter la béquille. Ils me disent : c'est OK, c'était plein de saletés dans les contacts, le mécano a réglé le problème. J'ai un doute, ayant déjà connu ça, j'aurais préféré qu'ils fassent ce que j'ai demandé, mais bon ! J'ai droit à quelques esquisses de sourire de celui qui ne me regardait pas, car c'est lui qui fait la facturation, c'est lui qui a encaissé. Ah, le petit frenchy il a payé, il est mignon.

Ah oui, le mécano a dit que la chaîne et les pignons étaient plus qu'au bout du rouleau. Au moins, j'ai emmené ça au maximum possible, ça compense un peu. Si je fais autant avec celle-ci, elle devrait rendre l'âme en Italie ou, mieux, en France. En tout cas, dans des pays aux tarifs plus... normaux.

On va dire que je me casse, pour rester correct. Vous faire de la pub' pour eux, certainement pas. Je leur avais demandé de me faire un geste commercial. Rien. Nada. Nothing. Nichts. Mais déjà, la froideur de l'accueil, je n'ai pas apprécié du tout. Je ne suis pas une vedette de ciné, c'est clair, mais ils ne doivent pas voir souvent un biker étranger qui fait une telle virée avec une petite moto de leur marque. Je pense que dans les pays du sud, on m'aurait fait des sourires, on m'aurait questionné sur le trajet, etc. Par ailleurs, une grosse concession comme ça aurait pû me faire un 10% sans aucun souci. Ah oui, en plus, vous allez rire. Plusieurs des mécaniciens sont des travailleurs émigrés, ils viennent discuter avec le staff quand il y a un souci, en anglais... Là, je suis bien certain qu'ils ne sont pas payés au même tarif que les norvégiens !

Décidément, je suis maudit avec les garages, moi ! Le prochain coup, je me cherche un petit mécano.

Il fait plutôt froid, il tombe quelques gouttes, je suis heureux de partir.
Le grand fjord conduisant à Bergen, et photographié il y a deux jours sous le grand soleil; ça change tout !

Mais voyez-vous, avec ces nuages et ces couleurs, je l'aime bien, cette photo !

Début de route un peu pénible, car le Sorfjorden est tellement raide que les norvégiens ont creusé une dizaine de tunnels qui se succèdent, chacun entre un et trois kilomètres de long. Pénible. Je m'arrête acheter un truc à manger : 6 euros pour une bouchée de pain. Décidément, le gars Jef, là, il n'est pas dans son jour de chance.

Enfin, je peux prendre des photos. Et aussitôt, le moral revient. Pourquoi ? Mais grâce aux paysages extraordinaires, pardi !

Il y a tout, ici. Des paysages alpins, des paysages... norvégiens, de la montagne, des rivières, des lacs, des forêts.
C'est une valse de beautés naturelles époustouflantes, je ne le dirai jamais assez !

Ah, ces extraordinaires dalles de granite.
Du brut de chez brut, je vous l'dis, moi. Taillée à la serpe, la montagne, d'un seul coup d'un seul. Vlan !

Sortie de tunnel, coup d'oeil en arrière. Eh oui, c'est beau de tous les côtés, m'sieurs dames, y'a pas d'défaut, vous disais-je !

Même la végétation, pourtant pas timide a vec le vide, refuse de s'y installer !
Trop, c'est trop, qu'ils disent, les arbres !

A Dale, j'ai faim -oui, je sais, elle n'est pas terrible, mais elle est réelle !- je vais dans l'épicerie acheter autre chose. Et je m'offre des... bananes, pas plus chères qu'en France ! Incroyable. Puis un casse-dale -oui, je remets le couvert, ok ok-, finalement, dans le petit café attenant. Très bon, et... que 6 euros, ça va !

Ensuite, bien rassasié, je me trompe de route. Je m'en aperçois assez vite, demi-tour. Car je me suis trouvé une petite route de montagne que je ne voudrais pas louper. Et croyez-moi sur parole, j'ai vraiment bien fait, car elle était merveilleuse. Etroite, pleine de virages au parapet peu élevé et faisant peur en longeant les précipices, que du bonheur ! C'est une rallonge par rapport à la route normale, regardez la carte, vous comprendrez aisément.

C'est la Bergsdalen, ou Vallée de la Montagne.
Ici, un petit lac sauvage au possible.

Un petit pont très tentant. Je n'ai pas pu résister.
Non, pas avec la moto, je ne suis pas fou !

Mais à pied, comme ça, les boules. Il s'est mis à tanguer tout seul, les planches se soulevaient comme des vagues depuis ma position jusqu'à l'autre bout. J'ai bien senti qu'il ne fallait surtout pas courir, éviter d'accentuer les ondulations. Fantastique. Je suis allé jusqu'au -heu, presque...- jusqu'au milieu, et suis revenu tout doucement. Un bon frisson !

C'est beau, beau, beau.

Puis changement total de décor, on se croirait presque dans des alpages.
Et... que vois-je, au loin ?

Le soleil, les amis, le soleil est là, je l'ai retrouvé. Fantastique !

Puis les montagnes avec de la neige, le ciel bleu, des lacs...

Le bonheur total.

Je ne vous présente plus les cascades, il y en a partout.

Le Sony (l'appareil-photo) s'est dégradé, et ne supporte plus du tout les hautes lumières, qu'il grille systématiquement, quelles que soient les options choisies. Aussi, je peux vous garantir que le spectacle, en réel, est mille fois supérieur à la meilleure de mes photos. Avec ça, au milieu de cette végération totalement sauvage, l'ensemble est saisissant de beauté.

Et si vous regardez bien, vous apercevez des chalets un peu partout. C'est que les norvégiens adorent la nature, et je pense que les lois de construction sont certainement à des années-lumières des nôtres pour construire un peu n'importe où comme ils le font.

Quoi qu'il en soit, observez une seule des photos que je vous présente, et essayez d'imaginer le nombre d'heures de randonnées possibles. Sur celle-ci, par exemple, à mon avis, il y a environ deux semaines de randos, dans des conditions, pour certaines, sûrement acrobatiques. Et ce n'est qu'un minuscule morceau d'un tout petit bout d'une petite région de Dame Norvège ! Ceci dit -ou plutôt écrit-, vous pouvez conclure : 50.000 années de vie en viendraient -peut-être, pas certain- à bout. Et on nous en a donné... combien déjà ? Quoi ? 100 ? Comment ça, 100. CENT ? Même pas sûr ? Oh là là, mais on s'est fait arnaquer grave, sur ce coup-là, c'est moi qui vous le dis !

Alors, partez tout-de-suite, croyez-moi !

Là, je verrais bien mon frangin et sa femme, les vosgiens. Tout ce qu'ils aiment. Avec neige et glace garantis en hiver.
Mais ce qui les gênerait, c'est que ce ne soit pas la France, je pense !

En tout cas, pour ma part, ça ne me gêne pas, et je suis servi aux p'tits oignons, cette route est une "tuerie".

Quoi ?

Toutes ? Elles le sont toutes ?

Oui, c'est vrai, en fait.

Il y en a qui ont de ces chalets, mazette !

Sur ma droite, invisible sur cette photo, une jolie ferme. Sacré panorama, hein !

Et les gens ne s'étouffent pas, croyez-moi. Il y a souvent plusieurs centaines de mètres entre deux habitations.
Parfois, on en trouve deux ou trois ensemble.

Mais ce n'est pas la promiscuité !

Alors, rouler ici, dans ce décor, et avec ce soleil, c'est merveilleux.

Un grand lac, le Hamlagrovatnet.

Ah oui, fissures, bosses, trous, c'est le prix à payer. Il ne faut pas QUE regarder le paysage, mais aussi la route, et là où l'on met les pneus.

Rencontre. Ce monsieur s'en va chercher ses enfants à Bergen, pour aller, en avion SVP, à la pêche en pleine montagne !
Il m'a pris en photo pour me mettre sur face de bouc. J'ai donné mon accord.
Je lui ai demandé la même chose, il a dit oui, mais... attends, j'enlève mon casque !

Je vous laisse admirer, tout comme je l'ai fait : j'étais béat.

Il n'y a plus la moindre tarce de glace sur le lac, et les bouleaux sont tous repartis comme des malades.
Il ne reste plus que la neige sur les hauteurs.

Vous voyez, habitat -très- dispersé.

Imaginez.... le nombre de randos....

Hi hi hi....

C'est ici que ça a recommencé !

Quoi ?

Ben... le coup de la béquile, quoi !

"On a réglé le problème", qu'ils disaient... bande de rigolos. C'est cher, et en plus, ça ne fait pas correctement le travail.

M'énerve, là, m'énerve. Il va falloir que je le fasse moi-même !

J'ai demandé à mon frangin de me donner la marche à suivre, le résultat sera sûrement meilleur.

La route contourne la moitié du lac.

Puis le paysage change complètement.

En fait, la descente commence.

Bien sûr, il y a quand même toujours deux-trois lacs qui traînent de-ci de-là...

OK, c'était un peu... gonflé, de faire cette photo ici. Mais je pense à vous, j'essaye de vous offrir ce qui se fait de mieux.
J'essaye de vous montrer TOUT ce que je vois !

Comme je le vois.

Pour terminer en bas, sur le magnifique Vangsvatnet.

Qui est plein à raz-bord. Regardez les arbres, sur la petite île...

C'est donc ici que je retrouve la E16.

Pour arriver à Voss, village norvégien très réputé.

Paysage alpin, non ?

Essai de contre-jour.

C'était superbe, mais j'ai un peu raté !

Si tu ne longes pas un lac, ou un fjord, tu longes la rivière qui relie deux lacs, ou deux fjords...

Tvinefossen.

Il y a un camping au pied. La réception, c'est aussi un magasin de souvenirs. Je dois faire la queue, le vendeur est aux anges, les billets virevoltent et s'amoncèlent dans son tiroir-caisse, il ne fournit pas... Vient mon tour. Camping, oui ? OK. Alors... calculette, bruit de touches... 165 NOK.

Non, merci bien !

Ils sont fous, ces rom..; heu, norvégiens !

Une bien belle cascade, cependant.

Une bien belle rivière, cependant.

Ah, mais c'est qu'elle est nerveuse, la petite.
Tiens, un camping ?

Photo prise depuis le camping.

100 NOK. Douche avec des pièces de 10 NOK, j'ai mal négocié, j'aurais dû demander "douche comprise" !

Mais il est parfait.

Je saisis dans la mini-cuisine, il y a prise de courant, et je suis bien au chaud. Debout, mais au chaud.

21 heures, pas mal, je suis content, vu l'heure à laquelle je suis arrivé.

Demain, très grosse journée, préparez-vous !

Pourvu qu'il fasse beau. Si c'est le cas, ce sera grandiôôôôôse.....

Page précédente: Europa2014 : 25 mai
Page suivante: Europa2014 : 27 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:939824 Aujourd'hui :215 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)