Europa2014 : 28 mai

Voyage Europa 2014
Mercredi 28 mai 2014 - J058 - 195 km - 495 photos (14870-12406)
Et encore, et encore... Je hais la Norvège, car elle me pourrit mon planning ! Je n'arrive pas à le suivre, trop beau, trop, tout est trop !

Départ, comme hier, à 9h15. Je me suis réveillé à 3h30, il faisait jour, mais je n'avais pas envie de partir !
Il a fait plus froid cette nuit, mais ce matin, grand ciel bleu à nouveau.

Et j'ai pris le temps de vous envoyer la journée d'hier avant de partir !

Coup d'oeil arrière en descendant la vallée qui mène à Lom, car je roule en contre-jour. Les eaux des rivières sont toujours aussi sublimes, et m'accompagneront tout le long de la journée, sans jamais me lasser, bien au contraire !

Les paysages sont... à vous de trouver l'adjectif.
Mais ce que je peux vous garantir, c'est qu'il n'y a pas un seul mètre de terrain qui ne mériterait d'être photographié.

La stavkirke de Lom.

Je prends ensuite la 15 vers l'ouest, et Bismo, en longeant le Skim, que vous avez sous les yeux.

 

Sur la rive opposée, les fermes se suivent sans interruption. Vous pouvez noter qu'elles bénéficient d'une orientation exceptionnelle.

Puis la route 15 suit les méandres de cette puissante rivière.

Forêts...

et alpages se suivent sans discontinuer. La seule chose que je retiens : magnificence.

Au loin, une de ces immenses dalles granitiques sont parmi mes montagnes préférées.

Regardez à droite les terribles pentes sur lesquelles les arbres essayent de s'accrocher.
Ils uy parviennent, mais sont régulièrement refoulés en touche, à chaque fois que des morceaux se détachent des parois.
Tous les 100, 500, 1000, 5000 ans... Mais ça recommence sans cesse !

La majesté des rivières se voit bien sur cette photo.

Parfois, je longe des lacs aux eaux bien plus calmes.

Cette vallée que je remonte porte le doux nom de Billingsdalen.

L'altitude monte insensiblement, mais sûrement. Le "blanc" devient de plus en plus présent.

Pour le plus grand plaisir de mes yeux et, je l'espère, pour les vôtres aussi.

Les bouleaux n'ont pas encore commencé à "toucher" leur part de printemps, et attendent encore la nouvelle pousse. L'eau coule absolument partout dans les pentes, et je pense que le terrain est, à pied, sans doute impraticable !

Et les lacs sont encore en glace.

Ouahhhh, je suis à nouveau sous le charme.

C'est grandiose.

Le soleil commence doucement à imposer sa loi.

Comme j'aimerais pouvoir marcher sur ces sommets !

Comme hier, Serparti ne dit pas un mot. Elle se contente de rouler, et c'est déjà très bien.

J'avoue que la béquille me pourrit un peu la vie, c'est de plus en plus souvent qu'elle boude !

Sans paroles.

C'est un peu plus haut que je quitte la 15 pour bifurquer vers le nord et Geiranger, sur la 63.
Ici, le Djupvatnet, encore complètement gelé.

C'est absolument fantastique. Regardez ce que ça donnait en août 2012....

Je vous l'ai dit, je ne me lasse pas de ce spectacle.

L'hôtel semble pris dans la glace ! Juste à côté, la route à péage qui va sur un sommet. A chaque fois que je suis passé ici, je suis allé jusqu'à la barrière de péage, puis j'ai fait demi-tour. Eh oui, 100 NOK pour 5 kilomètres, ils sont gonflés, les norvégiens !

Coup d'oeil arrière pour une vue d'ensemble de ce joli lac. Regardez la différence....

Puis c'est la longue descente vers Geiranger, au fond du Geirangerfjorden.

C'est toujours à couper le souffle !

Quand on voit ça "en vrai", on se dit que ce n'est pas possible !

Et savez-vous quoi ? Mes amis kinés français rencontrés hier arrivent juste à ce moment ! Ils ont vu ma tente et ma moto dans le camping où j'étais hier soir en passant... Nous discutons un bon moment, tous trois très admiratifs de cette gigantesque beauté de la nature norvégienne !

C'est drôle de voir ça en roiulant !

Vu depuis le quai de Geiranger.

On peut repartir par la voie maritime, je l'ai faite une fois, et ne peut que vous la conseiller : majestueux !

Evidemment, je prends par la route.

Vue arrière vers Geiranger.

Une fois franchi le col, on se retrouve à nouveau... dans une zone de merveilles, forcément !

Eidsdal, et le Norddalsfjorden.

Maison à Eidsdal.

J'attends mon ferry une petite demi-heure, j'en profite pour aller acheter du pain.

Puis je suis le fjord jusqu'à Valldal.

Pour prendre ensuite l'extraordinaire, la fantastique, l'incroyable route 63.

Qui traverse des décors de cartes postales continues...

C'est une de mes routes préférées... Non, ce n'est pas vrai, elles sont si nombreuses à être au-delà du beau !

Ici, en été, tout le monde vend des fraises. Cette vallée est exceptionnelle.

Pour ce qui est des immenses dalles granitiques, si vous aimez ça, allez là-bas, vous serez servis.

Les photos ne sont qu'un très pâle reflet de la réalité.

Les montagnes dégagent une puissance incroyable.

Et peu, sans doute, osent les braver !

L'altitude monte, la végétation s'estompe, le "marron" devient la couleur dominante : celle de la végétation brûlée par les mois passés sous la neige !

Puis c'est l'arrivée au col, à Trollstigen. Regardez les photos prises en 2012.

Vue arrière sur la route que je viens de monter avec Serparti -tranquillou, comme d'hab'.

Forcément, elle fait sa fière, mais elle le vaut bien !

En approche de la fameuse descente et de ses jolis lacets.

C'est extrêmement sauvage et brut de coffrage par Dame Nature.

Aller randonner là-bas, voilà un truc qui me plairait terriblement.
Un jour peut-être !

Puis c'est parti pour la descente. J'installe la caméra, on verra bien !

Serparti, juste avant le premier lacet, en pleine concentration.

Et en bas, un camping.

J'y vais sans trop de conviction, persuadé que les prix ne vont pas être bons.

J'avais tort. D'abord, je suis reçu très cordialement, avec le sourire. Ensuite, le prix est de 100 NOK. La douche est à 20 NOK -gloups !-. J'expose alors mon voyage, et le gars me dit "OK", douche gratuite. Je suis en ce moement dans la salle de restauration, avec tout ce qu'il faut pour bosser : table, chaises, fauteuils, prises de courant. Et le gars de la réception me sert même un grand verre d'eau avec glaçons. Alors, je vous le dis sans aucun détour : ce camping est extra, et je vous le recommande très chaudement !

Il est 20 heures, je termine. Je suis très heureux, sauf que... je prends du retard, comme je vous le disais !

Il va bien falloir se rattraper quelque part, mais j'ai ma petite idée !

Bonne soirée à tous. Pour moi, ce sera lecture !

Page précédente: Europa2014 : 27 mai
Page suivante: Europa2014 : 29 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:891381 Aujourd'hui :89 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)