Europa2014 : 29 aout

Voyage Europa 2014
Vendredi 29 août 2014 - J045 - 250 km - 599 photos (13.896-12.548/38.119-344.516)
Grèce : après la mer, la montagne !

Vous savez quoi ? Il a plu une partie de la nuit ! Et ce matin, il pleut encore ! Incroyable, de voir un ciel gris, je ne savais plus ce que c'était. Bref, le ciel s'éclaircit au moment où je me décide à petit-déjeûner. Donc, dehors, sur ma table trempée -non pas de rosée, cette fois, mais bien de la pluie nocturne. Et c'est le bonheur. Il fait 18 degrés -dixit le taulier, heureux comme tout de cette météo, et je le comprends.

Et je pars un peu après 8 heures. Première photo, depuis le bas du village.

Et je me retrouve très vite sur le trajet préparé. Quelle merveille.

Ce qui est génial, c'est le temps gris et frais. Moins de lumière, mais beaucoup plus de netteté.

Comme c'est beau !

En plus, il n'y a pratiquement personne sur la route, ce qui me permet de faire des photos plutôt facilement.

La route part vers le ciel, la montée est extrêmement raide, Mygoo souffre !

Et.... je suis triste, car je vois beaucoup de feuilles mortes ! C'est la première fois que je prends vraiment conscience de l'arrivée de l'automne.
Ce n'est plus "bientôt", c'est "maintenant" !

Et voilà le résultat !

J'étais sur la route en bas tout-à-l'heure.

Et la pluie s'invite.

Et.... Marcel, tu avais raison, c'est extrêmement glissant. Si tu freines en tournant, ta voiture part toute seule, pas forcément là où le voudrais. J'ai d'abord pensé à l'état de mes pneus. Mais en descendant prendre une photo, j'ai vraiment pris conscience de la gravité des faits. Je glissais avec mes sandales, et je ne vous raconte pas de saldes ! Les panneaux sont d'ailleurs très éloquents sur ce point. Et les grecs aussi : personne ne roule vite, tout le monde fait gaffe, c'est clair que je ne suis pas le suel à ressentir le phénomène. Dangerosité considérable. Quand j'ai dit à Mygoo "fais gaffe", elle m'a répondu "lève le pied, je fais c'que j'peux". Déjà que je ne roule pas vite....

Mais que 'est beau. Une fois de plus, je suis aux anges !

La montagne fume, respire, exhale. Et les odeurs sont fortes, et agréables. Quel bonheur !

EEn plus, sur ces petites routes, il n'y a pratiquement personne, que des agriculteurs et des habitants des villages, dans des voitures dans un état... Pour être gentil, je dirais "un état pas terrible". Mais c'est sûr que 90%, à vue de nez, seraient éliminées au contrôle. Juste à vue de nez !

Du tabac.

Et des séchoirs à tabac. Il y en a pas mal dans toute cette région.

Ouille... S'il y a un truc que les grecs ne savent pas bien faire, ce sont les passages de ruisseaux et autres petits cours d'eau. Je me souviens de ma mésaventure avec Vanadis en... 2010 -et non pas 2019 (le "9" est à côté du "0", et quand la nuit tombe, je vois mal les touches, d'où mes nombreuses fautes de frappe). Donc, quand ça descend, que vous "sentez" un creux de vallée, méfiez-vous terriblement, car ça pourrait être grave. Ici, ça va, mais en cas de forte averse, je n'ose imaginer ! Car l'eau, la boue, la caillasse, tout passe par-dessus !

Parfois, c'est un peu plus grave....

Village dans la montagne.

J'adore voir ces différents niveaux de profondeur de champ, qui ressortent bien davantage avec la pluie.

Je peux vous dire que quand ça grimpe, dans la montagne grecque, ça ne fait pas semblant, et il faut parfois avoir le coeur bien accroché. J'ai plusieurs fois été contraint de passer en première, parfois sur des double-épingles à cheveux, sur des routes parfois très étroites et bosselées. A propos de bosses, quand on voit le panneau "dos d'âne" international, la vérité physique n'est pas internationale. Les ânes, en Grèce, ont un très gros dos. Du coup, si vous voyez ce panneau, faites gaffe, ça va sauter, ou s'enfoncer, car ça marche dans les deux sens : c'est soit une bosse, soit un creux.

Pour ce qui est des paysages, montagne âpre et dure, végétation dense de type méditerranéen, vallées profondes et recouvertes d'arbustes, fortes érosions donc canyons fréquents. C'est magnifique.

Enormément de troupeaux de chèvres, un peu partout.

Passage d'un col.
Pour tout vous dire, je passe près de la montagne des dieux, le Mont Olympe, que tout un chacun connaît.

C'est lui, en coup d'oeil arrière. Magnifique, grandiose.

Ascension faisable, mais prévoir environ sept heures.... Donc pas pour moi. Des passages très délicats. Cherchez sur Internet, j'avais tout trouvé, avec de nombreuses photos. Une montagne "à faire", assurément !

Forcément, les dieux ne veulent pas tout me montrer, je les comprends, ils veulent garder un peu de leur mystère.

La Grèce, sans les sites archéologiques, ce n'est plus la Grèce. Il y en a à foison, partout.
Je n'ai pas le temps, à vous d'aller voir tout ça, mais je vous garantis que vous en avez sans doute pour des années !

C'est que, la Grèce, voyez-vous, c'est quand même, nettement, la base de notre civilisation !

Je roule sud-ouest, et traverse successivement plsuieurs massifs montagneux différents. Mais toujours beaux.

Une rivière à sec. Ne râle pas, Julien, mon fils, car je sais que tu vas râler !

Une autre...

Finie la forte végétation et la montagne encaissée, je passe dans un système vaste et large, plus arrondi, plus sec.

Mais l'érosion est présente partout, ainsi que ces magnifiques chardons.

L'oeil voit beaucoup plus loin, mais comme j'aime tous les types montagneux, tout me plait.

Quelques grandes lignes droites font même leur apparition, pour le plus bel effet visuel.
Parmi mes photos favorites de "route". Et j'aime rouler sur ces grandes lignes, le paysage avance tout doucement alors que tu vas vite, c'est génial.
Evidemment, Greg, mon fils, je ne peux pas comparer avec celles que tu as vues en Australie....

Les petites fermes à chèvres sont légion. On les reconnaît facilement à leurs habitations très basses.

Vous avez sans doute remarqué que j'aime beaucoup les arbres solitaires.

Lentement mais sûrement, la météo se fait moins humide, et la chaleur reprend vite ses droits.

Depuis le temps que Mygoo me demande une photo, je ne peux pas la lui refuser plus longtemps, sinon, elle va se venger.

J'approche doucement d'une zône montagneuse très particulière : de la roche extrêmement dure en présence de roches tendres.

Ce qui a donné une forte érosion des parties tendres, et des blocs durs qui sont restés....

Ce sont... les Météores !

On les voit, au fond, à gauche.

Je mets un temps infini pour y parvenir, car c'est tellement beau que je m'arrête sans cesse.
Je suis d'ailleurs bien plus souvent arr^té qu'en train de rouler.

Et au sommet de ces immenses blocs rocheux, ces champignons, les hommes se sont installés.

Pour prier leurs dieux....

Déjà passé en 2010 -hé hé-, mais je voulais y repasser, car c'est un endroit exceptionnel !

Je vous laisse admirer. Bien entendu, je ne suis pas allé visiter les monastères, seule la nature, et là où les hommes se sont installés, m'intéresse ici.
Mais sachez qu'il y a "aussi" la possibilité de visiter. Attention, tenue correcte exigée, comme toujours dans les lieux religieux.
Les dieux, me semble-t-il, s'en moquent totalement, mais les hommes sont tellement ch... envers leurs semblables !

Fais pas ceci, fais celà, pas comme ça, non, tais-toi, reviens demain, etc, etc. M'énervent, tous, avec leurs interdits !

Mais ça, c'est beau, beau, beau.

J'ai failli mourir ici en 2010, cherchez "Météores" sur le site, et lisez... si ça vous intéresse. Je ne raconte pas de salades.

Une fois de plus, faut voir ce que les hommes sont capables de faire pour des dieux qu'ils n'ont jamais vus....

Sans doute des milliers de photos sont faites ici quotidiennement.

Il n'y a pas que les architectures faites par l'homme qui sont belles.
Et... c'est la nature aussi, non ?

Quand même... extraordinaire, non ?

Et en bas, l'immense laine, et la ville de Kalambaka.

En descendant vers Kalambaka.

Dans les rues de Kalambaka.

Là, j'ai fait mon idiot, j'ai vraiment eu tout faux, bien fait pour moi. Il y a trois campings. C'est la misère, presque personne, j'ai discuté avec les tauliers. Mais j'ai aussi discuté les prix. Et j'ai eu tort. Les Grecs sont des gens très fiers, et quand ils ont dit un prix, pas question de changer. Ils préfèrent que tu partes. Alors je suis parti. Et me suis retrouvé sur les petites routes de montagne, là où il n'y a ni campings, ni pensions, ni rien du tout. Bien fait pour moi, je le répète. J'avais un camping pour 9 euros, et deux pour 10 euros. Une douche, posé de bonne heure, c'était parfait, et le plan était bon. C'était sans compter avec mon imbécilité du jour...

Les Météores, vues depuis le sud, depuis ma petite route dans les montagnes.

Une belle et large rivière.

Une autre, un peu plus loin.

Et le gars Jef se retrouve dans les hauteurs, avec le soir qui arrive.

C'est superbe, mais j'ai pris tellement de photos que je sature. En fait, je suis fatigué, là.
Et j'aurais dû m'en douter et en tenir compte.

Beau, superbe, splendide.

Je viens de passer ce village. Dans ces hameaux de montagne (celui-ci est important), il n'y a aucune place de parking ar chaque place coûte cher. Tour est en pente, et les rues sont à ce point en pente que je ne risquerais jamais de m'y aventurer avec Mygoo ! A pied, oui, et c'est tout.

Titi, consulté, me trouve DES hôtels dans ce village.... Bon, alors c'est sans doute un peu après. Et.... YES, au sommet de la montagne, dans un cadre incroyable, il y a un hôtel incroyable, qui, à mon sens, n'a surtout pas sa place ici. Mais que fait un hôtel aussi luxueux dans un endroit aussi perdu ? C'est complètement surréaliste.

Un gars arrive sur le parking dès mon arrivée. Souriant, sympathique. C'est Kostas, pour "Constantin". Oui, je peux stationner ici, gratuitement, pas de problème, et utiliser Internet. Non, rien à payer, je ne veux rien. Voilà !

Alors, je prends une belle bière, puis je me commande une omelette et une salade, toutes "bio", car tout pousse ici dans le jardin qu'il me fait visiter. C'est la misère totale, les banques qui le harcèlent, aucun client depuis 3 ans, le vide total, la faute à l'Europe, aux banquiers tous pourris, etc... Nous parlons jusqu'à plus d'heure. Kostas a beaucoup voyagé, puis a passé 34 ans en Crète dans des hôtels de luxe, a gagné beaucoup d'argent et a tout réinvesti ici, dans "ses" montagnes qu'il aime. Mais il a vu trop grand, s'est laissé embobiner par les banquiers, etc... Il me présente sa femme, plus de 20 ans plus jeune que lui, fort jolie. J'ai osé lui dire qu'il en avait peut-être un peu trop fait, et il reconnaît sa faute. Il ne peut plus vendre, les prix baissent, le business coule... Alors, il se lance dans les produits de la nature, les plantes aromatiques, etc... Bonne idée, mais cela suffira-t-il ? Je le souhaite de tout coeur, car je sens en lui une énorme violence...

Je pars me coucher bien tard, sans avoir terminé mon boulot. Donc, rien à transférer. Et je suis mort de fatigue, je dors sitôt allongé....

Kostas m'a pris dix euros pour mon repas et ma bière. Normal.

Page précédente: Europa2014 : 28 aout
Page suivante: Europa2014 : 30 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:891377 Aujourd'hui :85 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)