Europa2014 : 30 juillet

Voyage Europa 2014
Mercredi 30 juillet 2014 - J015 - 238 km - 218 photos (5.147-3.459/29.370-25.427)
Au revoir à la Pologne. République Tchèque, Allemagne.

Grand ciel bleu. Réveil à 8 heures, petit déj' à l'ombre de Mygoo, après avoir sorti table et chaise. Mon voisin Eric le hollandais vient discuter un peu, et je vais les saluer, lui et son épouse, avant de partir. Merci à elle de m'avoir donné des explications sur les fêlures de côtes. Elle m'a rassuré : il faut compter entre six et huit semaines avant que les douleurs ne disparaissent. J'en suis à peine à quatre.... De plus, j'ai constaté que le vélo n'est pas vraiment bon, je le sens très nettement lorsque je tire sur le guidon, dans les côtes -quand ça grimpe, quoi (double jeu de mots).

Je pars à 9 heures. Les hollandais, quant à eux, s'en vont faire du cheval dans la forêt (il y a tout, dans la ferme qui tient le camping). D'ailleurs, j'ai oublié de vous dire, concernant le boss. Il m'a dit qu'une partie de ses ancêtres vient de France. Ils ont émigré de la région parisienne vers le nord, fuyant les guerres de religion... Europe, incessant mélange de peuples.
Comme il n'est pas question que je repasse par Jelenia Gora, je demande à Titi de me concocter un itinéraire aux p'tits oignons, comme il sait si bien le faire. Et je n'ai pas été déçu. D'abord, par les petites routes du réseau "tertiaire". Défoncées pour défoncées, autant rouler sur celui-ci, car là, au moins, pas de fous furieux, je suis presque seul, et je peux, comme en moto, arrêter Mygoo en plein milieu de la route et faire tranquillement mes photos. Que du bonheur, finalement, de rouler sur ces routes. Un seul défaut : leur extrême étroitesse, obligeant à vraiment rouler tout doucement.

Merveilleux, non ?

En plus de ça, il y a quelques vieilles maisons intéressantes, ce que je ne vois pratiquement jamais dans les petites villes.

Très grande église baroque, disproportionnée par rapport à la taille du village, Lubomierz.!

Sur la place de l'église.

Un peu plus bas, près de la mairie : que vient faire Cannes ici ?

Et voici le réseau secondaire. ici, sur la 361, peu avant Gmina Mirsk.

Sur la 404, je traverse une grande et belle forêt. La route est très belle, il faut le souligner.
Elle grimpe jusqu'à un col, duquel on aperçoit Skarsla Poreba, et les pistes de ski d'hiver, vers le sud. Au-delà, c'est la République Tchèque.

Et justement, je fais une pause à Szklarska Poreba, ma dernière petite ville polonaise. C'est le moment où jamais de liquider mes derniers zlotys. Et, incroyable, c'est ici que je trouve mon premier sandwich polonais....! Je vide mon porte-monnaie sur le comptoir, et je demande à la commerçante de tout prendre en me donnant des gâteaux et/ou bonbons en échange. Elle me donnera deux parts de deux gâteaux différents, mais les deux aux pommes, et qui s'avèrereont être absolument déliceux. Et le sandwich était également très bon.

Adieu donc à la Pologne, pays dans lequel j'ai quand même vécu une grande aventure. L'accident. Et en contrepartie, la connaissance de cette formidable famille. Je pense à eux, à Eva et Robert, à Paula, à Theresa, son mari, son fils, et Raphaël, le fils féru de mécanique, avec un gros pincement au coeur. C'est sûr, ils vont me manquer, mais peut-être nous reverrons-nous, en France, ou ailleurs, qui sait ? Par contre, je quitte sans regret les fous de vitesse et autres fous du volant, et m'estime heureux de quitter le pays sans avoir subi un autre accident. Ouf !

Jolie région montagneuse en Tchéquie, sur la route 290 qui longe, pour le coup, la frontière polonaise.

Je retrouve ces belles maisons que je n'avais pas eu le réflexe de photographier avant-hier. J'adore celle-ci. Couverture en zinc, je pense. Le toit descend jusqu'au sol d'un côté. Les rayures, verticales ou horizontales, sont vraiment typiques de ce pays, je n'ai pas vu ça ailleurs, et je trouve ça esthétiquement très réussi.

La route est très belle, et traverse une jolie forêt. Mais elle pose un sérieux problème : il n'y a presque pas de stationnement, et c'est bien dommage !

Finalement, je parviens à "caser" Mygoo dans un chemin perpendiculaire. C'est là, à l'ombre, que je casse la croûte.

Rayures verticales et horizontales. C'est du plus bel effet !

Une route barrée me fait faire une longue déviation, mais sur une route très bucolique.

Et un peu plus loin, une nouvelle route coupée, avec, cette fois, une très longue déviation (enfin, rien n'est indiqué.... mais Titi....).
Et en fait, c'est à un point tel que, finalement, je change mon itinéraire !
Ce détour un peu forcé me fait traverser cette fantastique forêt.

Et voici la frontière polono-allemande.... Eh oui, la route traverse une enclave polonaise si courte que je n'ai pas même vu de panneaux !

Et me voici en Allemagne, à Zittau.

Le paysage allemand autour de Zittau.

Même endroit.

Et les jolies maisons allemandes.
Je roule plein ouest.

Et me retrouve à nouveau en République Tchèque.

Un joli village bien rénové.

Et me voici dans cette belle région de la Bohème.

Je traverse en fait un Parc National, celui de la Bohème Suisse. (Rien à voir avec la Suisse, mais vous savez, c'est comme en France, dès qu'un paysage est joli, on y ajoute le nom de ce pays pour le mettre encore plus en valeur !).

Dommage, il y a de la circulation car c'est une région très touristique, et nous sommes quand même en plein été. Car il y a de très nombreuses jolies maisons, et il y avait de quoi faire des dizaines de belles photos. J'ai fait ce que j'ai pu. Heureusement, maintenant, ça roule plus "cool", je n'ai plus peur comme en Pologne, la différence est énorme, et c'est tant mieux.

Les forêts du Parc sont d'une immense beauté, que la photo ne fait qu'esquisser.

Il y a aussi de très nombreuses formations rocheuses, qui sont en fait un peu le joyau de ce parc. Ce sont des roches qui ont été érodées au fil de millions d'années. Mais pour bien les voir, et en apprécier la majesté, il faut aller marcher dans la forêt, ce que je n'ai pas le temps de faire. je vous présente les beaux coins, à vous d'aller les voir de plus près !

Un tout petit aperçu.

Je ne me lasse pas de ces forêts.

Ni de ces jolies maisons au style épuré mais efficace.

Je contourne l'importante ville appelée Decin, pour remonter vers le nord en suivant la vallée de l'Elbe, un des grands fleuves allemands.

Il sert de frontière pendant quelques kilomètres, entre Allemagne et Pologne.

Et me voici de nouveau en Allemagne, ici à Bad Schandau.

Ces belles maisons allemandes, avec leurs inscriptions très souvent religieuses, et des maximes finalement très allemandes elles-aussi.
Jugez plutôt : "Ora et labora". C'est du latin, et ça veut dire : "Prie et bosse".

Le contraire absolu de ma propre religion.

Vue sur la rive opposée. J'ai toujours aimé roulé le long des rivières et des fleuves, je trouve l'eau reposante.

Le centre-ville de Bad Schandau.

A noter que je suis tours dans un parc national, c'est la partie allemande de la même région naturelle.
En allemand, c'est le Parc National de la Suisse Saxonne.... Hi hi hi.

Titi m'a trouvé un camping sur les bords de l'Elbe, et un dans la montagne.
Je choisis celui de la montagne, qui devrait être moins cher, et parce qu'il se trouve aussi sur mon itinéraire.

Une vieille usine abandonnée, au coeur de la forêt.

Cette forêt toujours aussi belle.

Et voici le terrain de camping. 10,50 euros, ça va, pour l'Allemagne, c'est plutôt un bon prix. D'autant plus que les installations sanitaires sont, elles aussi, au niveau allemand, à savoir d'une propreté et modernité au-dessus de tout soupçon. C'est nickel. Bon, il faut acheter un jeton à 0,50 € pour la douche. Et pour Internet, c'est un forfait de deux euros, obligatoirement, valable pour la durée de votre séjour. Si vous restez 3 semaines, c'est deux euros seulement. Mais pour une soirée, ça fait trop cher, je ne prends pas, vous aurez le rapport demain, j'espère !

Je bosse et mange dehors, comme c'est devenu le nouveau rituel. Le vent se lève dans la soirée, il commence à faire frais. Mais je termine quand même dehors. Alors que je suis sur le point de finir, une jeune femme vient me voir, et commence par me saluer avec un joli "bonsoir" avec un accent bien étranger. C'est une néerlandaise. Elle fait, et elle est, certainement, jeune, et pourtant, elle me dit être avec son petit-fils qui a cinq ans.... Bref, elle comprend parfaitement bien le français, et le parle également fort bien, et je lui raconte Europa 2014, puisque c'est ce qu'elle voulait savoir. En fait, elle aussi, en voyant mes photos, a pensé que j'étais la voiture chargée d'emporter les sacs pour la moto, en quelque sorte la voiture-balais. Je dis "elle aussi", car les français rencontrés à Kracow hier matin avaient pensé la même chose, et s'attendaient à voir une moto arriver....

Cette conversation avec cette jeune femme a été passionnante à bien des égards. Nous avons parlé du voyage, bien entendu, mais elle m'a questionné sur l'Europe, ce que j'en pensais, etc. Et il se trouve que nous pensons la même chose, et avons peur de la montée des nationalistes. Son petit-fils lui pose plein de questions sur l'histoire, et elle ne savait pas trop comment réagir envers lui, ni quoi lui répondre. A la fin de notre rencontre, elle m'a dit qu'elle savait désormais, et qu'elle n'hésiterait plus à lui raconter encore et encore....

C'est génial !

Je trouve énormément d'idées pour le livre que j'ai l'intention d'écrire si je mène ce projet à son terme.

J'adore l'Europe.

Et je suis heureux de transmettre la beauté et la diversité de notre Europe, et la joie d'y vivre en paix (ou presque).

Page précédente: Europa2014 : 29 juillet
Page suivante: Europa2014 : 31 juillet


Depuis le 06/06/2005 Visites:872373 Aujourd'hui :304 Maintenant:15 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)