Europa2014 : 30 septembre

Voyage Europa 2014
Mardi 30 septembre 2014 - J077 - 236 km - 818 photos (22.528-28.548/46.751-50.516)
Dans les Dolomites italiennes, on atteint des sommets... de magnificence !

Quelle nuit merveilleuse et calme. Et il n'a pas fait froid du tout, que du bonheur. Je démarre vers 7h50.

Le ciel est bleu, mais je suis triste de voir les jours continuer à raccourcir....

J'attaque un nouveau col aussitôt, et déjà, les sommets se dévoilent.

Col très facile, j'y arrive vite, et en même temps que le soleil. Quel bonheur.

Malheureusement, cette fois, les paysages sont en contre-jour. Je demande à l'office de tourisme du col (en fait, à ce col, il y a toute une ville, avec remontées mécaniques et tout et tout : ils ont le ski en hiver) pour Internet. La fille très sympa passe un coup de fil pour me confirmer que le WiFi est gratuit dans la petite ville de Vermiglio, en descendant vers la vallée.

C'est ce village. Je vais donc sur la place Giovanni 23, comme elle m'a dit, là où se trouve le Municipio (mairie). Pas de WiFi. Je rentre à la mairie, j'ouvre une porte : la poste. La dame ne parle ni anglais ni allemand, et me dit "français, si vous voulez".... !!! Incroyable, hein ! Elle a vécu quelques années en France, parle et comprend parfaitement notre langue. Elle ne savait pas pour le WiFi, elle passe un coup de fil et me confirme. Nous papotons un moment, puis je retourne sur la place. Et il y a un endroit où l'on capte en effet. Mais il faut s'inscrire, et donner un numéro de portable (je n'ai pas) ou de carte de crédit. Je ferme et m'en vais...

J'avais prévu de faire un aller-retour au col Campo Carlo Magno, 1.683 m. C'est parti, à travers une très jolie forêt.

Les Dolomites. mais, malheureusement, en contre-jour. De plus, je vois des nuages en formation.
Aïe, le temps va changer, c'est pour ça qu'il faisait moins froid.

En redescendant. Mais c'est très brouillé.

Toujours ces belles couleurs des arbres.

J'adore ces sommets des Dolomites, mais malheureusement, brouillard de chaleur (il fait chaud !) et de contre-jour, pas de bol.

Retour dans la vallée que je vais descendre, de villages en villages.
C'est le Trentin. Joli, mais gâché par une forte circulation.

Une des dernières boucles de la descnte.

Longtemps après, j'arrive dans une région totalement couverte de cultures, essentiellement de pommiers.

C'est magnifique.

Les villages sont tous plus jolis les uns que les autres.

Des peintures sur les églises, des tas de belles demeures, mais je n'avance pas car les virages sont absolument continus parmi les vergers.

Je mets un temps fou à atteindre le col de Mendola, 1.363 m. Il est indiqué depuis extrêmement longtemps, je commençais à me demander si c'était une blague. En fait, il n'y a presque rien à grimper. Et du col, rien à voir : la vallée est couverte d'une mer de nuages vaporeux.... Par contre, la descente est chouette, avec beaucoup d'épingles, comme vous pouvez voir sur cette image. Donc, ce col, il faut le faire dans l'autre sens.

Pendant la descente.

EEnsuite, c'est la traversée de Bolzano, longue, pénible, sans aucun intérêt. Je me trompe en sortie, et j'aboutis sur ce beau paysage, où je vois...

... un homme en train de pêcher à la mouche. Clin d'oeil pour Antoine.

Me voici sur la bonne route, celle du passo de Costalunga, 1.747 m. Les Dolomites : le panneau (Unesco World Heritage), et la montagne à côté, malheureusement toujours dans la brume, et le contre-jour...


Un lac aux eaux bleues et vertes à la fois, inimaginable. Et les Dolomites qui s'y reflètent.

Zoom sur les sommets incroyablement découpés.

Arrivée au col.... C'est la guigne !

Les sommets se couvrent. On ne va pas se plaindre, ce pourrait être bien pire, n'est-ce-pas ?

Mais, oh la chance, ça se découvre pendant la descente. Je vais croiser un allemand à moultes reprises, qui bombarde autant que moi ! Nous sommes émerveillés par ces montagnes. Vous allez comprendre !

Mon appareil-photo a du mal avec les hautes lumières, et ne parvient pas à restituer correctement le gris avec le vert : mission impossible.
Fort dommage, car ces deux couleurs sont très courantes dans les Alpes. Cette montagne était sensationnelle. Elle paraît bien fade ici !

Cette vallée est belle à en perdre la tête. Les villages, les maisons, les montagnes, tout, absolument tout est splendide.

D'énormes dents émergent des forêts. Quel animaux fantastiques ont donc vécu ici ?

Avec ça, le beau temps qui revient, c'est Byzance !

OK, les contre-jours demeurent...

Les blocs rocheux sont de tailles imposantes !

Tous les villages mériteraient une visite.

Là-haut, la quantité de parapentes est phénoménale, les courants ascendants doivent être légion !

La ville de Canazei est extrêmement belle.

Il y a des peintures sur les maisons....

Ici, carrément un arbre généalogique sur un grand mur, absolument superbe !

 

Puis la large vallée se découvre.

Il est déjà 17 heures.... Et je décide, malgré cette heure tardive, de me lancer dans l'ascension d'un nouveau col.

Franchement, je ne vais pas être déçu !

Parce que là, pour le coup, je vais enfin découvrir les Dolomites dans leur immense beauté.

Et je n'exagère pas, j'ai été scotché, ébloui, émerveillé, impressionné, terriblement impressionné !

Nous sommes ici dans ce qui se fait de mieux en terme de grandeurs et de majestés.

Bien sûr, les alpinistes doivent voir ça continuellement. Mais je ne suis pas alpiniste, et je vois. Merci la route, une fois de plus, qui me permet d'atteindre ces beautés autrement définitivement inaccessibles pour moi.

Les murailles sont immenses, et mon petit objectif n'est pas capable de leur rendre honneur.

Une petite idée....????

Là, je tombe par terre. Je reste ici environ dix minutes, bouche ouverte, cloué par la majesté du lieu. Un cycliste que j'avais doublé s'arrête et me parle en français. C'est un belge. Emerveillé comme moi. Mais lui, il est tout simplement incroyable. Il a fait du parapente cet après-midi, et pour se dégourdir, il se fait le col. Il me dit : "je me presse, parce que j'ai des courses à faire, après". Ah mes amis les belges, vous êtes tout simplement hallucinants !

Non mais regardez-moi ça !

Le spectacle est un 360 ° total.

A cet endroit précis, je pourrais faire deux ou trois cent photos !

La merveilleuse route....

Je discute avec des italiens, aussi scotchés que moi. Echanges de photos....

Arrivée au col de la Sella (2.244 m).
Il est un peu plus de 18 heures, et le thermomètre du restaurant affiche 11 degrés, ce qui est très chaud, je trouve !

Le gars qui photographie, ici, est un asiatique que je reconnais aussitôt. Je l'ai suivi hier pendant dix minutes dans la descente du Stelvio. Il n'avançait pas. Je le lui dis, et il me reconnait aussi, du moins la Kangoo. Il est avec des cyclistes, c'est leur photographe. C'est rigolo, non ?

Pour ma part, je suis découragé. Trop beau. Trop d'arrêts. Trop de photos.
Je n'avance à rien !

Ce lieu est un de ceux qui m'ont le plus impressionné de tout le voyage !

J'attaque la descente. J'hésite à redescendre à anazei dormir, et de revenir demainmatin, car j'ai encore une soixantaine de bornes à faire dans ce paysage ! Enfin, je crois, puisque je n'ai pas encore vu. Puis je décide de poursuivre, je dormirai dans le premier coin qui me plaira.

J'ai encore la lumière qui va bien au début de la descente. C'est fabuleux.

Fantasmagorique. Il y a des tas de chemins de randonnées, j'avoue que marcher dans un tel paysage ne me serait pas possible, je me casserais sûrement la figure, incapable que je serais de regarder en bas !

Admirez....

Et pour la première fois de la journée, je roule dans le bon sens, le soleil me donne sa lumière comme je le veux.
Enfin !

Une de mes dernières photos. Titi me trouve un terrain de camping, à deux kilomètres en contrebas de la route principale. J'y vais, mais je ne vois rien que des hôtels et restaurants, tous fermés, et deux camping-cars sur deux parkings différents. Je me dirigeais vers un hôtel, une fille était devant, se retourne et me regarde, comme si elle attendait que je la questionne. Du coup, je descends la questionner.... Logique, non ?

Elle me dit que le camping est fermé, que la saison est terminée, que je peux passer la nuit sur les parkings, qu'il y a du WiFi gratuit dont elle me donne le nom... Elle est formidable. Nous discutons une dizaine de minutes, au moins. Elle prend une photo de Mygoo pour regarder le site. Je vais sur le petit parking, il y a déjà un camping-cariste. Et j'attrape en effet le WiFi, vous allez être gâtés, vous allez récupérer tout le retard d'un seul coup d'un seul !

Allez, 23 hueres quand même.... Ciao ciao, comme disent mes amis italiens !

Page précédente: Europa2014 : 29 septembre
Page suivante: Europa2014 Octobre


Depuis le 06/06/2005 Visites:919926 Aujourd'hui :126 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)