Europa2014 : 4 aout

Voyage Europa 2014
Lundi 4 août 2014 - J020 - 198 km - 375 photos (6.351-5.439/30.574-27.407)
37 km de vélo
Vienne, capitale de l'Autriche

Réveillé dès 6h30. J'ai bien dormi sur ce parking, finalement très calme, malgré la proximité de la route principale longeant le Danube et située juste derrière moi. Génial de trouver des toilettes aussi parfaites ici. Je déplace la voiture pour saisir tranquillement la journée d'hier sans être dérangé par les regards inquisiteurs ou au moins curieux des passants. Puis je m'approche de mon bistrot où j'ai pris une soupe hier soir, afin de récupérer la connexion WiFi et vous envoyer le résultat de mon travail. Impeccable, mission accomplie.

Je démarre Mygoo à 9h40, sous la pluie, une fois n'est pas coutume. En fait, ça fait tout drôle, après ces semaines de chaleurs, de se retrouver sous 18 degrés et ciel totalement couvert. Et finalement, très très vite, je comprends que je préfère, quand même, la chaleur !

Paysage photographié sous l'ombrelle protectrice de mon parapluie. Il pleuvait à verse !

Petit à petit, la pluie diminue, et finit par cesser.

Château de Grein dominant une belle courbe du Danube.

Il est plein à raz-bord, comme je vous le disais déjà hier, et ses eaux boueuses sont chargées de limon.

Le courant est puissant, comme on s'en aperçoit sur cette photo, et forme de nombreux remous.

Weitenegg et son château.

Je m'arrête dans un village un peu plus tard. Il y avait un "imbiss" : ce sont les roulottes en bord de route, et offrant une restaiuration rapide, généralement des saucisses et autres joyeusetés. Hum, c'était délicieux.

En Europe centrale, les routes sont très souvent bordées d'arbres fruitiers, pommiers, quelquefois cerisiers, et je trouve ça fort sympa.

Le soleil commence à faire de timides apparitions, et quand il se fait voir, la température monte à des vitesses vertigineuses.
Bref, moiteur et chaleur sont déjà de retour !

Les pentes de la montagne creusée par le Danube sont couvertes de vignes.

Ce fut aussi le chemin emprunté par nombre de pèlerins partis pour les croisades.

Krems Hollenburg.

Puis la vallée du Danube s'élargit de façon très conséquente, et je me retrouve plus ou moins dans une grande plaine couverte de cultures. J'avais choisi en quelque sorte le chemin de l'école buissonnière pour arriver sur Vienne par une zone boisée de petite montagne. C'est magnifique. Ici, vue sur la plaine du Danube, pendant la jolie grimpette que je n'aurais certes pas voulu faire en vélo !

Dans la forêt. Que du bonheur.

Finalement, Titi me trouve un camping que je crois se trouver à environ 7 ou 8 kilomètres du centre-ville. Prix : 14 euros.... Gloups ! C'est cher, mais vu le prix payé la nuit dernière (gratuit sur le parking de Mauthausen), je prends. Il est 15h45. Et lorsque je demande à quelle distance se trouve le centre historique, la réponse fuse, terrible : 14 km en vélo... Pas un de moins !

En face de mon emplacement se trouve un français en train de nettoyer son vélo. Comme moi, il couche dans sa voiture. Il a une pompe, chouette, ce qui me permet de regonfler mes pneus qui en vaient bien besoin, et la pompe que j'ai achetée, pourtant très cher, est une horreur.

Il est 16h30. Je viens de quitter le camping. Une piste cyclable suit le canal du danube jusqu'au centre-ville. Facile...

Un peu gonflé de partir visiter Vienne si tard dans la journée, et à une distance somme toute importante nécessitant une perte de temps supplémentaire. Il est 17h, et je suis près du centre. je vais finalement presque perdre plus de temps en ville pour trouver mon point de départ, que pour faire le chemin....

Mon point de chute, c'est la Stephanplatz.

Sur laquelle se trouve la cathédrale, tellement immense qu'elle en monopolise pratiquement la totalité !

A partir de maintenant, vous allez me suivre dans Vienne comme je l'ai fait avec Bocloo, un peu au hasard des avenues, et à la recherche de ce que j'avais déjà vu de cette splendide capitale lors de mon précédent passage début août 2010 avec Vanadis. Soit quatre années plus tard, presque jour pour jour.... Ceux qui veulent voir ça en détail, c'est ici.

Détail du toit de la cathédrale. J'adore ces mosaïques.

Vers le ciel....

Autour de la Stephanplatz.

C'est parti, on bouge....

Le quartier des affaires de luxe. Les marques françaises de prestige sont bien présentes.
Ce qu'il faut noter, c'est la richesse des immeubles, leur finition parfaite, tout est absolument nickel.

A Vienne, c'est avant tout ce qui frappe : la propreté est poussée à son paroxisme. La pauvreté n'est pas acceptée. Je suppose que tout propriétaire qui refuserait d'entretenir son immeuble se voit taxé de lourdes charges..???? Je ne le sais pas, mais je l'imagine aisément. De ce que je connais, c'est certainement la capitale la plus éclatante sur cet aspect. La rénovation, à Vienne, ce n'est pas un vain mot.

Allez, j'arrête de bavarder.

Je déambule et je ne cesse de bombarder. J'en prends plein les yeux.

C'est même trop blanc, trop doré....!

Judenplatz.

Au premier plan, ce mausolée est sur le lieu où se trouvait la grande synagogue de Vienne.

C'est vraiment très beau.

Mais je ne profite pas comme je l'aurais voulu, car déjà le soleil baisse.

Au fait, vous aurez peut-être remarqué la chance : il pleuvait aussi à Vienne ce matin. Et le soleil est là pour honorer mon passage... La température a baissé et se situe aux environs de 25 degrés, ce qui est bien plus agréable qu'hier après-midi.

Je traverse les jardins avec Bocloo, quel bonheur.

Il y a tout près d'ici une fontaine d'eau potable et fraîche. Bien vu de la part de Vienne, de donner du confort à ses touristes.

Vous voyez ce que je voulais vous dire, quand je parle de netteté, de propreté.
Cette ville est absolument exceptionnelle sur ce point.

Eh oui, nous sommes ici dans l'enceinte du château où vivait Sissi, la princesse adorée des autrichiens.

Ha ha, Bocloo.... Quel comique, celui-là, il a fait la photo pendant que j'étais occupé à autre chose !

Toute cette façade était en rénovation en 2010.

Soeil couchant, déjà. Il est 18h52. Les boules, il va falloir que je prenne le chemin du retour. Comme le temps passe vite, c'est affolant.

Je fais ces dernières photos à toute vitesse.

Il y a plein d'autres avenues que je n'ai pas eu le temps de vous montrer.
Mais en fait, le but de mes passages dans les capitales est de vous donner un aperçu.

A vous de "creuser", puis d'y aller voir par vous-mêmes, de façon bien plus complète.

La superbe horloge.

Allez, Jef, non, ça suffit, tu n'as plus le temps....
Il faut déjà retrouver le chemin du retour....

Le voilà, le Donaukanal.

Je vous le disais bien, il était grand temps que je rentre !

19h40.... C'est l'abbaye de Klosterneuburg, la ville où se trouve le camping. Je suis presque arrivé.

Voilà, j'arrive finalement à 19h45. 37 kilomètres de vélo, excellent exercice, avec une belle côte pour finir.
Et à propos de côtes, les miennes se portent de mieux en mieux. Ce n'est pas encore àa, mais ça s'améliore sans cesse.

Ma douche est un grand bonheur. Puis je me mets au boulot, mais la nuit tombe vite, et mon voisin français vient finalement me trouver pour discuter. Nous sommes un peu mangés par les moustiques. Nous discutons si longtemps que je rentre mes affaires et me couche aussitôt. Lui, il part faire un tour en ville avec son vélo, à cette heure... Il me dit que c'est animé. Chacun son truc.

 

Au fait, je vous trouve tous bien silencieux.... Je suppose que vous êtes aussi sur les routes des vacances !

Si ce n'est pas le cas, vos avis me sont toujours très encourageants.... Avis aux amateurs !

 

 

 

Page précédente: Europa2014 : 3 aout
Page suivante: Europa2014 : 5 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:862326 Aujourd'hui :56 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)