Europa2014 : 5 aout

Voyage Europa 2014
Mardi 5 août 2014 - J021 - 276 km - 239 photos (6.627-5.678/30.850-27.646)
6 km de vélo
On suit le Danube vers l'Est. Bratislava, capitale de la Slovaquie. Entrée en Hongrie.

Réveillé à 6h30, ça semble devenir mon horaire de prédilection. J'ai eu du mal à m'endormir hier soir, préoccupé par mon assurance qui, finalement, n'est pas très efficace et me cause des soucis dans la gestion de cet accident en Pologne.

Bref, le ciel est bleu et il fait déjà chaud.. Je me mets dehors sur la table, et j'essaye de rattraper un peu le boulot que je n'ai pas fait hier soir. Je procède aux sauvegardes indispensables, et au choix des photos de la journée d'hier, ainsi qu'à leur transformation et à leur envoi sur mon site, ce sera toujours ça de fait. Il ne me restera plus qu'à écrire les textes, on verra ça ce soir si je le peux.

Mon voisin français vient me saluer et me souhaiter un bon voyage : il s'en va se promener en vélo.

Je prends finalement la route vers 8h50. Sortie de Vienne un peu délicate, car Titi n'arrête pas de recalculer son chemin. Au moins 20 bornes entre 40 et 50 km/h, avec force feux et trafic. On n'avance pas, il fait une chaleur torride. Enfin, j'arrive dans la campagne. Plate. Sans grand intérêt. La route est bordée de cerisiers sur au moins 30 km : dommage que ce ne soit plus la saison !

Magnifique ensemble de sculptures sur un rond-point représentant une scène de vie moderne.
Je l'ai trouvé sensationnel.

Ici a commencé une grosse déviation pour aller à Bratislava, absolument infernale.

Finalement, cette déviation me fait passer à travers cette jolie région, plus accidentée que la plaine du Danube.

Et voici comment on voit Bratislava, à 11 km de distance, depuis le sud-ouest, depuis l'Autriche. La frontière slovaque se trouve à 3 kilomètres d'ici.

J'aurais aimé laisser la voiture à 5 ou 6 km de la ville, et poursuivre en vélo. Mais en fait, ce ne sont que voies de type autoroute, et je ne parviens absolument pas à trouver un coin où poser Mygoo. Ici, sur un des ponts traversant le Danube, à moins de deux kilomètres du centre-ville historique.

Cette ville est construite sur une énorme colline, aux pentes très fortes. Le centre-ville historique est en bas, mais entouré de voies autoroutières, et n'offrant absolument aucune possibilité de stationnement. je trouve un parking, c'est un euro la demi-heure.... Non, merci. Je m'engage sur une avenue qui monte au ciel... Je tourne et tourne et tourne et râle et tourne et râle encore. C'est affreux. Affreux. Affreux. Enfin, je trouve une palce qui n'en est pas vraiment une, mais d'autres voitures sont stationnées à cheval sur un gros trottoir, je fais pareil. Et je sors Mygoo. Finalement, je ferai 6 kilomètres de vélo, dont 500 mètres à pied, dans la partie haute de la colline que je suis incapable de grimper sur Bocloo, tant la pente est forte !

Je prends cette photo à deux minutes de la voiture. Vous voyez, le château est nettement en contrebas, alors qu'en fait, il est lui-même déjà bien en hauteur par rapport au centre-ville historique. Ceci pour vous donner une idée de l'aktitude à laquelle je me trouve/

Ce ne fut donc qu'une terrible descente. Je n'ai pas donné un seul coup de pédale, j'avais par moments les mains serrées sur les deux freins à disque tant la pente était énorme ! Me voici donc arrivé à pied d'oeuvre. Je vous laisse visiter comme je l'ai fait.

Une des portes d'entrée dans la vieille ville.

Ah, ça descend encore... Mais là, ce n'est rien du tout.

Déjà, vous pouvez voir que ça n'a rien à voir avec Vienne.

Très curieuse plaque de métal sculptée et posée au sol. Avec cette inscription : "rara avis" (oiseau rare) !

LLà, je suis en fait en train de descendre vers LA place historique de Bratislava.

Que voici. Très belle place, en effet. Pas très grande, mais plutôt bien restaurée.

Je vous en fais le tour.

Là-bas à droite, un drapeau français : c'est l'Institut Français de Bratislava.

Le plus bel immeuble de Bratislava, à mon avis, et compte tenu de ce que j'ai vu (je n'ai évidemment pas tout vu, mais je pense avoir vu l'essentiel de la vieille ville, généralement la seule qui m'intéresse).

Détail sur l'Institut Français de Bratislava.

Sur la place, quelques sculptures curieuses.

Ha ha, ce sacré Bocloo, il faut toujours qu'il me fasse le coup de la photo...

Détail d'une autre sculpture.

Non, contrairement à ce que j'ai d'abord cru, ce n'est pas une statue, mais bien un homme, immobile, comme on en voit de plus en plus dans les centre-villes. Ils sont généralement extrêmement bien maquillés, et leurs positions étudiées avec un soin extrême. Ils doivent souffrir le martyre sous leur maquillage par ces journées de grande chaleur. Car à nouveau, ici, le thermomètre dépasse les 30 degrés ! Le plus spectaculaire que j'ai vu était à Prague. C'était un homme qui mimait un homme d'affaires en plein mouvement, avec une cravate tirée en arrière par le déplacement, la petite sacoche contenant le laptop, etc. C'était très beau, et je regrette de ne l'avoir ni photographié ni remercié pour son travail d'un esthétisme exceptionnel. Mais tous, hommes ou femmes, sont vraiment de grands artistes.

Autour de cette place, donc, il y a 3 ou 4 rues intéressantes, avec ce genre d'immeubles et de façades.

J'adore ces couleurs vives et ce contraste par rapport aux maisons voisines.

Et voilà, nous avons déjà pratiquement fait le tour. On retrouve au loin le porche sous lequel je suis entré.

Au loin, le château.

C'est tout.... Retour vers Mygoo.

Sculpture absolument typique des ex-pays de l'Est. Le style était le même absolument partout.

Fresques dans un passage souterrain. Je me suis coltiné deux volées d'escaliers bien raides avec le vélo à porter.
Bon exercice. Et c'est là que je vois que ma côte s'est bien remise, car j'aurais beaucoup plus souffert ne serait-ce que la semaine dernière.

La dernière côte. Essouflé même en marchant. Il faut dire qu'il faisait terriblement chaud.

J'ai repris Mygoo. Je passe devant le château en redescendant.

Ensuite, une heure d'horreur. Embouteillage monstrueux, au pas sur les voies "rapides", on peut dire que j'ai "dégusté".
Bratislava est une ville horrible en terme de circulation automobile, et je suis heureux d'en être sorti.

Bien plus tard, sur les bords du Danube. La route passe assez loin du fleuve, et j'apercevais ce qui semblait être un mur, et que j'ai supposé, avec raison, être une énorme digue de protection contre les inondations. Il est 15h30, il fait environ 35 degrés. je trouve un peu d'ombre pour Mygoo, je me fais des sandwiches, et je pars à pied escalader la digue. Vous voyez, je suis courageux !

Une piste cyclable sur le sommet de la digue.

Et l'immense fleuve.

Car ici, il est vraiment immense, et c'est là qu'il m'a le plus impressionné !

Je reprends la route, que je trouve aujourd'hui difficile, tant la chaleur est intense. J'ai même du mal à faire des photos, c'est vous dire !

Le... Danube. Bravo !

Je viens de le traverser, et d'entrer en Hongrie, pour la première fois dans ce voyage.

Je suis donc ici à KKomarom, et de l'autre côté du fleuve, la ville slovaque s'appelle Komarno.

Je suis la route 10 qui longe le Danube.

Il est immense.

Et vaut sa réputation ! Pour rappel, il fait 2.860 km de longueur !

Petit village hongrois le long du grand fleuve. De l'autre côté, j'aperçois les villages slovaques.
En effet, je longe en fait la Slovaquie côté hongrois.

Je trouve un joli camping, mais la patronne me demande 13 euros. Alors non....

Mais finalement, je suis bien fatigué ce soir, et j'aspire à me poser dans un camping. Je rêve de ma petite table et du grand bol de café fumant posé dessus. C'est donc à Esztergom que j'accepte de me faire arnaquer de dis euros en espèces (je n'ai pas de monnaie hongroise....) pour un camping bien tristounet, aux sanitaires fort peu accueillants (quand on quitte un camping autrichien, c'est dur d'accepter les autres.... Dans le camping de Vienne, par exemple, il y avait deux rouleaux de papier dans les toilettes, l'un d'entre eux servant à prendre un produit spécial à passer sur la cuvette avant de s'asseoir.... La propreté autrichienne, le luxe.).

Je commence ma soirée par une longue longue douche, excellente, malgré l'affreux environnement. Il y a Internet, et ça fonctionne plutôt bien. Au final, je suis parfaitement bien près de Mygoo, et l'avantage réside dans une faible occupation. J'ai donc de l'espace à revendre autour de moi. Quelques hollandais, quelques camping-caristes (un espagnol), quelques cyclo-touristes. Personne ne cherche la conversation, c'est un peu triste et dommage, mais que voulez-vous...

Je sui une fois de plus un peu mangé par les moustiques, mais je réussis à terminer mes deux journées, je suis enchanté. Il est 22h30, j'ai encore du boulot pour l'assurance, mais je ferai ça demain matin.

Bonne nuit, les amis.

Page précédente: Europa2014 : 4 aout
Page suivante: Europa2014 : 6 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:919959 Aujourd'hui :159 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)