Europa2014 : 5 mai

Voyage Europa 2014
Lundi 5 mai 2014 - J035 - 302 km - 398 photos (9405-6690)
Le Rhin, puis la vallée de la Moselle.

Moins froid que la nuit dernière, il n'y a pas de gelée blanche. Je pense qu'il fait environ 5 °C ce matin. De plus, ma lessive a parfaitement séché hier soir puisque je l'ai ramassée à mon retour de saisie, vers 23h45, et tout était sec. La patronne du camping m'a offert un grand café de type "capuccino", délicieux, puis une bière. Du coup, le prix de 14,60 € devient normal, d'autant plus qu'elle m'a mis une multiprise à disposition pour recharger tous mes appareils.

Ce matin, j'ai eu droit à un autre grand capuccino vers 8h15. Nous avons un peu discuté, elle m'a dit avoir travaillé en banque avec Lagarde et DSK ! Un hollandais client du camping, et parlant bien français, est également venu discuter avec moi, puis a tenu à me prendre des photos qu'il devrait m'envoyer. Il repart aujourd'hui chez lui, fin des vacances, reprise du boulot demain.

Il est déjà 9h10 lorsque je démarre, avec tout ça ! Quand je pense au programme de la journe, je me dis que ça va être bien difficile de le boucler...

La Lorelei...

Lorelei (Loreley, Loreleï ou Lorely) est le nom d’un rocher qui culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin à proximité de Sankt Goarshausen (Saint Goarshausen en français) en Allemagne (Rhénanie-Palatinat). C’est l’endroit le plus étroit du fleuve entre la Suisse et la mer du Nord. L’avancée du rocher réduit d’un quart la largeur du fleuve. Le courant très violent et les nombreux rochers immergés ont causé de nombreux accidents de navigation.

Lorelei est aussi le nom d’une nixe (nymphe de la mythologie germanique) qui attire les navigateurs du Rhin à la perdition par ses chants, comme les sirènes de la mythologie grecque ancienne. Cette légende de la Lorelei sur son rocher a inspiré de nombreux artistes, dont le poète allemand Heinrich Heine qui écrivit en 1824 l’histoire (Die Lore-Ley) qui sera mise en musique et popularisée par le compositeur Friedrich Silcher. Le rocher de la Lorelei est maintenant un site touristique très fréquenté, tant pour la beauté des lieux que pour la légende qui l’entoure.Lorelei (Loreley, Loreleï ou Lorely) est le nom d’un rocher qui culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin à proximité de Sankt Goarshausen (Saint Goarshausen en français) en Allemagne (Rhénanie-Palatinat).

La météo est parfaite, et la visibilité est très bonne ce matin.

Là, je savoure. En effet, la circulation est presque inexistante. Les camions sont interdits, d'après ce que m'a dit la patronne du camping. J'en ai vu quelques uns, mais c'est tout. Du coup, je me demande si je ne suis pas plus souvent arrêté qu'en train de rouler, et la miss Serparti me fait un peu la tête!

Mais c'est si beau... Regardez le nombre de photos prises !
Je passe un temps fou à vous faire une sélection.

Le trafic est également faible sur l'eau. Bien sûr, je vois quelques péniches et quelques bateaux touristiques, mais ce n'est pas énorme.

Les côteaux sont très souvent recouverts de vignes.

Et de châteaux ! Il y en a sur les deux rives, bien entendu très souvent en position dominante.

Au loin, une île minuscule.

Sur laquelle repose un superbe bâtiment.

Les petites taches sont des insectes : l'air en est saturé, et ça crépite sur les bulles....
Il est préférable de rouler toutes écoutilles fermées, sauf si l'on a faim...

Le Rhin mérite sa réputation : c'est un fleuve très majestueux.

Même la petite Serparti le reconnaît.

Bacharach.

Un coup d'oeil en arrière....

Et vers l'avant.
Je n'arrête pas d'arrêter.

Et de bombarder.

Les châteaux sont disséminés un peu partout sur les deux rives.

Vouloir tout voir ? Je pense qu'il faudrait rester ici quelques jours.
Marcher vers les hauteurs, naviguer sur le grand fleuve, goûter le vin, visiter les châteaux, il y a de quoi s'occuper !

C'est en face de Bingen que je prends le ferry pour passer sur l'autre rive, la gauche, que nous allons remonter.
J'ai eu de la chance, ils baissaient la grille lorsque j'ai pris cette photo. J'ai fait signe, ils ont rouvert pour que je monte. Prix : 2,80 €.

J'ai fait 30 km en... 1h30. J'ai honte !

Les vignes sur la rive que je suis en train de quitter.

Serparti sur le ferry. Il n'y avait pas grand monde.

Circulation sur le Rhin. Là, on se rend bien compte de la dimension du fleuve.

Bingen. Très jolie décoration.

La première partie de la rive gauche est peu intéressante, car la voie ferrée est près du fleuve, et son réseau de cables électriques est tout bonnement horrible.

Zoom sur la rive droite que je viens de quitter.

Dans les rues de Bacharach.

La petite île vue et photographiée tout-à-l'heure depuis l'autre rive.

J'aperçois des immeubles sur les sommets de l'autre rive : j'aurais dû y aller, la vue doit y être superbe.

Et je m'offre une petite Bratwurst ici, dans l'Imbiss.

Hum, que c'était bon. Maître corbeau pensait sans doute récupérer quelques miettes !

Reprise de la route.

Je quitte le fleuve à Boppard, peu après avoir fait cette photo.

Vue d'une courbe du Rhin, depuis les hauts de la rive gauche.

La route traverse ensuite une belle forêt.

Avant de serpenter sur un haut plateau fort joli. Puis des pancartes annoncent une route coupée.
Je décide de tenter quand même ma chance, au vu du gros détour imposé !

Et j'ai drôlement bien fait, car la route n'était pas barrée. Ouf !

Alors là, changement de voie maritime : c'est la Moselle, bel affluent du Rhin que nous venons d'admirer.
Et il faut bien l'admettre : la fille n'a rien à envier à son père, c'est magnifique.

La descente est vertigineuse, les épingles sont pentues et fort serrées.

Une fois en bas, sur les rives de la Moselle.

C'est beau comme tout, partout, sans arrêt.

Plaisir des yeux, bonheur du photographe, source d'inspiration pour le peintre, la vallée de la Moselle est un "must" qu'il faut visiter.

Il y a une route sur chaque rive, et là encore, il me semble que passer plusieurs jours dans cette vallée vaut son pesant d'or.

Il y a tant à voir que j'en ai le torticolis !

Une brume de chaleur vient un peu dégrader la clarté des paysages, mais ne boudons pas notre plaisir, il fait quand même très beau.

Je trouve un côté sauvage sur cette photo.

Neef.

C'est un peu après Sankt Aldegund que je prends la grave décision d'abandonner les rives de la Moselle. Ce n'est pas que je suis fatigué, loin s'en faut, ni que je veuille changer de paysage. Non non, c'est tout bonnement mathématique. J'ai rendez-vous avec Eric le Belge à Luxembourg, où il travaille, et si je veux être à l'heure, je dois absolument prendre les grands moyens : quitter la vallée et rejoindre l'autoroute...

Et un grand moment plus tard, Serparti et son pilote pénètrent dans le septième pays : Luxemburg.

Je loupe le centre-ville, dommage pour les photos.
Ici, la gare centrale de Luxemburg.

Je retrouve mon ami Eric à l'heure prévue.

Puis nous prenons la direction de la Belgique... Mais ces immeubles sont bien au Luxemburg.

Eric et sa magnifque BMW F650GS twin, qui, comme son nom ne le dit pas, est en fait une 800 cm3.
Serparti fait un peu la tronche, car elle n'est plus celle que l'on regarde.... Il faut bien qu'elle apprenne l'humilité, ça ne lui fera pas de mal !

Eric me disait qu'ici, il y a deux ans, il n'y avait que des champs....
Le Luxemburg met les bouchées doubles pour dévelloper les moyens de transport en commun.

Après nous être restaurés en compagnie de Sabine dans une friterie à côté de chez eux, nous retournons à la maison discuter. Eric m'explique que cette région de la Belgique s'appelle la Gaume, et il me sort une spécialité du coin : la Gaumaise, une bière brune et corsée. Un délice, mais aux effets... soporifiques ! Elle agit sur moi en quelques minutes, et me voici en train de bailler et ayant du mal à garder les yeux ouverts ! Oh, Jef le malpoli ! Heureusement, Eric doit aussi se lever de bonne heure demain matin, nous convenons donc de tous aller nous reposer.

Si je vous dis que je n'ai pas eu besoin de berceuse...

Page précédente: Europa2014 : 4 mai
Page suivante: Europa2014 : 6 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:861998 Aujourd'hui :43 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)