Europa2014 : 7 aout

Voyage Europa 2014
Jeudi 7 août 2014 - J022 - 400 km - 242 photos (7.216-6.305/31.439-28.273)
Montagnes hongroises. Entrée en Roumanie.

Réveillé à 7h45.... Vraiment bien dormi, sur ce parking d'hôtel en pleine forêt. D'autant plus que j'ai éteint les lumières vers 21h30 !!!
Je pars à 8 heures, après avoir mangé quelques croquettes, pour changer.

Comme je vous le disais hier soir, cette montagne est très belle, la route est pleine de virages que mes copains les motards adoreraient, mais il n'y a pas de paysage à voir. Juste la forêt dans laquelle je roule, aux essences par ailleurs très banales. Là, j'avais aperçu cette trouée en passant, il y avait une entrée de chemin si peu visible que je l'ai ratée, et suis revenu après avoir réussi à faire un demi-tour -très difficile, d'ailleurs ! De plus, dans cette forêt, les parkings sont extrêmement rares. Mais c'est la nature sauvage, très peu de villages, et ça me fait plaisir.

Car les villages hongrois, quand tu en as fait un.... Toutes les maisons sont semblables,et se suivent sans interruption des deux côtés comme ici, et ils sont longs, longs, longs, voire... interminables. Limités à 50, voire à 40, voire même souvent à 30, inutile de vous dire que c'est... dur. Car leur longueur est telle que vous avez moins de route dans la nature que dans les villages....

Enfin, un peu d'espace ! Vous voyez donc le genre de montagne que je viens de traverser. Elles sont totalement couvertes en végétation, c'est la raison pour laquelle elles n'offrent aucun panorama, bien que la route soit fort accidentée et qu'il y a une quantité innombrable de courbes, dont certaines sont fort relevées !

Une des très rares vues d'ensemble d'un village.

Retour dans la montagne, et donc dans la forêt.

Photo prise très vite, car j'étais arrêté en plein milieu de la chaussée, et je n'aime pas ça du tout !

Alors là, les arbres sont d'une fantastique beauté.

Je dois dire que sur une trentaine de kilomètres, ce fut grandiose.

Voulant voir un petit village à l'écart de ma route -qui ne valait rien du tout...-, Titi m'a concocté un autre itinéraire pour rattraper ma route, plustôt que de devoir retourner sur mes pas. Je l'ai laissé faire. Alors, oui, ce fut formidable au niveau des paysages rencontrés (une forêt encore plus belle que les autres), mais la route....

Mon dieu, ce fut terrifiant, tant elle était étroite, et les croisements se sont tous révélés difficiles. Par ailleurs, n'ayant la plupart du temps aucune visibilité, j'ai utilisé le klaxon et je rentrais dans les virages au pas mais, malgré ça, la peur au ventre, car ça roulait plutôt vite en face, compte tenu de la route.

Mais comme c'était beau !

Après.... Ma foi, je suis arrivé dans la plaine surchauffée et irrespirable. Traversée presque ininterrompue de villages, puis de l'affreuse grande ville de Miskolc, puis encore quelques villages.... Le réseau routier est très mauvais, les revêtements sont du type "polonais", donc trous et bosses, et avec des panneaux de circulation de type letton (dos d'ânes sur 3 km, puis lorsque ces 3 km sont passés, nouveau panneau indiquant dos d'ânes sur 3 km, et ainsi de suite... épuisant !). Avec Serparti, c'est sûr que mon dos aurait pris de quoi ici ! Enfin, ici, je reprends de l'altitude. On aperçoit la plaine que je quitte sans regret, et on imagine la chaleur en voyant la brume.

Car là, il faisait à nouveau très très chaud, je dirais nettement au-dessus de 30 degrés.

Sortir de la voiture pour prendre des photos demande une grosse énergie.

Dans les villages, il y a pratiquement toujours au moins deux églises, une orthodoxe et une catholique.
Celle-ci, orthodoxe, était ouverte. Couverte d'icônes, comme il se doit dans une église orthodoxe.

J'ai trouvé celle-ci extrêmement belle.
Je trouve à ce personnage un aspect arabe, et comme la région a longtemps été occupée par l'empire ottoman...

Il y avait aussi ce tableau, représentant l'église telle qu'elle est en fait.

Il y a pas mal de sculptures en bois dans ces villages.

Un château, très loin dans la brume de chaleur, au zoom maximum...

Deux pour le prix d'une....

Ah, mes amies les cigognes sont revenues !

Ou plus exactement, me voici de nouveau dans le pays des cigognes !

Je me dirige maintenant vers la Slovaquie, dont j'aperçois là-bas les montagnes servant de frontière avec la Hongrie.

Mais il est 14h passées, j'ai faim et j'ai soif, et j'ai vraiment besoin d'une pause. J'ai raté l'occasion dans une forêt bien fraîche tout-à-l'heure, mais qui a été trop courte. Du coup, je suis à nouveau dans une grande plaine, la chaleur est insupportable. Je trouve enfin un coin sympa, à l'ombre. Je me fais un grand bol de café, que je "sirote" avec de délicieuses croquette. Hum, cette pause m'a fait beaucoup de bien !

Puis j'entre en Slovaquie. Ici, près de Vinicky. En fait, je me retrouve dans une zone marécageuse et aussi chaude qu'en Hongrie !

Quelques kilomètres avant de repasser en Hongrie, car ce passage en Slovaquie était très court. .

Pacin, de nouveau en Hongrie.

Kisvarda.

Ville qui a fêté ses mille ans en 1996...

Eglise en bois.

En fait, dans les villages, à part les églises, aucun bâtiment ne se distingue des autres !

Hongrois à la plage....

Cigogne hongroise...

Et c'est l'arrivée en Roumanie, après un passage de frontière très très décevant. Les hongrois jouent les petits chefs, et sont fort désagréables. Passage à 20 km/h sur au moins 500 mètres, puis arrêt complet, prise des documents de façon arrogante, obligation d'ouvrir la voiture. Bref, j'avais l'impression de pénétrer en Russie, et je n'ai pas aimé, mais alors pas du tout. Les Estoniens m'avaient fait le même coup, mais c'était à la frontière russe, donc la frontière Schentgen, ce que je pouvais comprendre. Mais ici... j'avais la très nette impression de passer une ancienne frontière des pays de l'est.

L'Europe est en construction, les anciennes habitudes sont dures à changer, la démocratie ne plait peut-être pas à tous, certains perdent des privilèges ? Mais je m'égare, là. Je voulais juste vous faire part de mon ressenti sur ce passage de frontière.

Me voici donc en Roumanie. J'avais programmé un arrêt à Satu Mare, pendant y trouver un camping. Grave erreur. Pas de camping avant.... 100 km !!!

OK, alors c'est parti, je trouverai bien un emplacement avant ! A Satu Mare, alors que je prends une photo d'église, une femme frappe à ma vitre. Elle parle français, et me propose son aide. Elle peut même m'héberger, si je le veux... Je remercie gentiment. Je vais chercher des espèces dans un distributeur, afin d'être libre de mes mouvements vis-à-vis de tout paiement. Je suis obligé d'aller demander le taux de change dans un bistrot. En effet, devant un distributeur, on a vraiment l'air d'un idiot quand on n'a aucune idée de ce qu'il faut demander comme montant.... Hé hé hé. Donc, on me répont que 100 euros valent 420 LEI, nom de la monnaie roumaine. Il suffira donc de diviser par 4 pour avoir une idée précise des prix. Je prends 100 LEI, ça fera dans les 25 euros, ça me permettra de voir venir.

Je vois un bel hôtel, et vais demander le prix pour passer la nuit sur leur parking, en prenant une douche. 20 euros... Il me prend pour un américain, le gars ? Ou alors, c'est moi qui ai mal compris, et sans doute me demandait-il 20 LEI (5 euros) ? J'y ai pensé plus tard, en roulant...

Au fait, j'ai perdu une heure en passant la frontière ! Ce qui ne fait pas trop mon affaire, en fait ! Bref, je me dirige droit vers les montagnes, et le paysage commence à devenir intéressant. Or, il me reste au moins une heure de route avant d'atteindre le camping. Je vois un hôtel en retrait de la route, j'y vais. Je demande au portier si je peux dormir dans ma voiture sur le parking (il parle un peu le français, c'est ce qui est bien en Roumanie). Il me dit "oui, avec plaisir", et ne me demande rien du tout. Là, c'est le pied. Il y a un restau, avec Internet. Je prends une omelette et un coca : 10 LEI, soir 2,50 euros, ça vaut le coup, avec un camping gratuit. Du coup, comme la serveuse n'arrête pas de me "tanner" pour prendre autre chose, je commande une bière roumaine. Et j'ai bien fait, elle est fraîche et délicieuse. Et comme ça, elle me laisse enfin tranquille.

Bon, voilà, les amis, encore une belle journée de voyage qui s'achève. Je vais retourner dans mes pénates. Ce qui est bien ici, c'est qu'en plus, j'ai les toilettes, forcément !

Page précédente: Europa2014 : 6 aout
Page suivante: Europa2014 : 8 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:939669 Aujourd'hui :60 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)